En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 7 heures 21 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 8 heures 16 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 9 heures 13 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 10 heures 54 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 13 heures 29 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 14 heures 49 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 15 heures 25 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 7 heures 10 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 7 heures 55 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 8 heures 38 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 13 heures 21 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 13 heures 55 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 14 heures 16 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 15 heures 11 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 15 heures 54 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 16 heures 42 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment Vladimir Poutine a rapidement mis au pas les oligarques

Publié le 03 mars 2018
Indiscrétions d’une compagne délaissée ? Révélations d’un collaborateur remercié ? Mémoires de son cheval préféré ? Mieux que tout cela : une grille de lecture de la Russie d’aujourd’hui, preuves à l’appui, le témoignage du premier ambassadeur de France à présenter ses lettres de créances à Vladimir Poutine. Extrait de "Vivre avec Poutine" de Claude Blanchemaison, aux éditions Temporis (1/2).
Claude Blanchemaison
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Professionnel de la diplomatie, spécialiste des négociations européennes et des questions asiatiques, Claude Blanchemaison ancien ambassadeur de France en Russie, mais aussi au Tadjikistan, en Inde, au Vietnam et en Espagne, est un spécialiste des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Indiscrétions d’une compagne délaissée ? Révélations d’un collaborateur remercié ? Mémoires de son cheval préféré ? Mieux que tout cela : une grille de lecture de la Russie d’aujourd’hui, preuves à l’appui, le témoignage du premier ambassadeur de France à présenter ses lettres de créances à Vladimir Poutine. Extrait de "Vivre avec Poutine" de Claude Blanchemaison, aux éditions Temporis (1/2).

Dès mon arrivée à Moscou, des collègues bien intentionnés me suggèrent de discuter avec les hommes d’affaires russes les plus importants du moment, d’abord parce qu’ils connaissent la situation économique du pays, mais aussi parce qu’ils sont des acteurs politiques. J’ai suivi ce conseil et je n’ai pas été déçu. L’accueil était le plus souvent chaleureux. Beaucoup d’entre eux avaient en effet pris l’habitude de rencontrer des ambassadeurs occidentaux et certains étaient peut-être déjà inquiets du cours pris par les évènements. Tous étaient familiers de la France, connaissaient Paris, passaient des vacances dans le sud ou skiaient dans les Alpes. J’ai parfois été surpris par le caractère surréaliste de ces entretiens.

Invité à prendre le thé chez Boris Bérézovski au début du mois de juillet 2000, je me retrouve face à lui dans son bureau. De l’autre côté de chaque porte-fenêtre donnant sur un jardin, un vaste écran pare-balles, légèrement fumé, sur un montant métallique : « c’est nécessaire pour notre protection », me dit mon hôte, toujours en mouvement, une théière la main. On pouvait distinguer, dans le jardin, des hommes armés et cagoulés, en combinaison noire: la protection ! Très volubile, mon interlocuteur me parle de son passé de professeur de mathématiques, de vendeur de voitures Lada, de conseiller de Boris Eltsine, qu’il a aidé à être réélu en 1996. Il dit tout le mal qu’il pense de Primakov et des nostalgiques de l’époque soviétique. Il faut continuer à aider ceux qui ont transformé la Russie au cours des dix dernières années, poursuit-il. Et c’est la raison pour laquelle je vais lancer un nouveau parti, qui regroupera les gens « actifs, intelligents et riches », me lance-t-il le plus sérieusement du monde. Il ajoute qu’il a déjà le soutien de quelques gouverneurs et de dirigeants des milieux d’affaires. Devant mon incrédulité, il tente de démontrer que la population russe n’attendait que cela. Il m’a, plus tard, rendu visite, à l’ambassade, pour poursuivre la conversation et déposer des demandes de visas pour lui-même et ses proches.

Le 17 juillet, lors d’une conférence de presse retentissante, dans les locaux de l’agence Interfax, il annonce qu’il démissionne de son mandat de député à la Douma.

De son côté, Poutine ne perd pas de temps. Dès le 28 juillet, il convoque au Kremlin Bérézovski et une vingtaine d’autres « oligarques », pour leur expliquer les nouvelles règles du jeu et leur mettre le marché en main : « le pouvoir ne remettra pas en cause les privatisations ni les fortunes que vous avez accumulées, pour autant que vous ne chercherez plus à vous substituer aux responsables politiques ». La plupart des participants ont accepté, convaincus qu’ils ne pourraient pas faire prospérer leurs affaires s’ils s’opposaient à la volonté du Kremlin.

Boris Bérézovski s’est très vite rendu compte que son cas était particulier : il avait joué au « faiseur de roi », en poussant à la nomination de Vladimir Poutine au poste de Premier ministre en aout 1999; il connaissait sans doute trop de secrets sur le deuxième mandat de Boris Eltsine ; et surtout, il contrôlait la chaîne de télévision ORT, qui allait durement critiquer la gestion catastrophique par le pouvoir du naufrage du sous-marin nucléaire « Koursk », fine fleur de la flotte russe. Il a choisi de s’exiler d’abord en France, puis en Grande-Bretagne, où il fut trouvé mort dans sa salle-de-bain, en mars 2013, après plusieurs années de procédures judiciaires, souvent perdues, sur fond de lutte avec les Services spéciaux.

Il aurait pourtant dû se douter que Poutine n’accepterait pas très longtemps que les grandes chaînes de télévision privées russes se montrent trop critiques à son égard. A la mi-juin, Vladimir Goussinski, dont la Holding « Media-Most » contrôlait la chaîne de télévision NTV, celle qui avait inventé l’émission de marionnettes politiques « Koukli », avait été arrêté pendant trois jours, notamment parce qu’il ne remboursait pas un prêt de 260 millions de dollars que lui avait consenti Gazprom-Bank. Le jour où je lui ai rendu visite, également en juillet, une brigade de contrôleurs armés et masqués opérait dans les bureaux voisins. Après avoir résisté pendant plusieurs mois, il a vendu la majorité de NTV à Gazprom et s’est exilé en Espagne.

Le troisième « Oligarque », qui n’a pas accepté le « deal » imposé par Poutine, s’appelle Mikhaïl Khodorkovski, le président de la compagnie pétrolière Youkos. Et pourtant, dans un premier temps, il a semblé s’en accommoder en déclarant : « notre rôle de manager est confirmé ». Il va donc se consacrer à moderniser la gouvernance de son groupe, associer des personnalités occidentales dans un « Conseil consultatif » et devenir la coqueluche du Forum de Davos. C’est à ce moment-là que je le rencontre, à plusieurs reprises dans son immense bureau, très « nouveau riche russe ». Il était désireux d’ouvrir son groupe et d’offrir des bourses d’étude à l’étranger à de jeunes Russes. Mais, dans le contexte russe de l’époque, il a sans doute commis deux erreurs d’appréciation. La première a consisté à financer plusieurs partis politiques russes et à laisser entendre qu’il pourrait bien, une fois épuisés les charmes du « business », être tenté par une candidature à la présidence de la Fédération de Russie. La seconde a été d’entrer en négociation avec Exxon-Mobil, pour faire entrer cette Major américaine dans le capital de la plus grande société pétrolière privée de Russie. Imaginez l’émotion au sommet de l’Etat ! Il sera finalement arrêté en novembre 2003 et inculpé de fraude fiscale et de détournements d’actifs. Condamné à douze années de prison, il sera gracié par le Président fin 2013, juste avant l’ouverture des Jeux olympiques d’hiver de Sotchi, à la suite d’une médiation de l’ancien chancelier Genscher. Il vit aujourd’hui entre Londres et la Suisse.

Extrait de "Vivre avec Poutine" de Claude Blanchemaison, aux éditions Temporis

"Vivre avec Poutine" de Claude Blanchemaison

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cagnotte
- 03/03/2018 - 19:34
Atlantico se trompe
Nous n'avons pas de droit de vote en Russie!
les russes ont leur opinion et ils vont l'exprimer! Il ne semble pas qu'ils aient une grande admiration pour les ex apparatchiks qui ont réussi à accaparer les biens de l'état russe à l'époque Eltsine

Poutine a réussi à en maitriser certains dont le roi du pétrole mais il doit composer avec d'autres amis du premier ministre le libéral tendance globaliste Mendvedev.A l'opposé il est violemment critiqué par les ultra nationalistes qui lui reprochent sa "trop grande patience",face aux "provocations et sanctions" américaine.Le candidat du parti communiste est de ceux là:
Pavel Groudinine est aussi fou que Trump