En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 8 heures 5 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 10 heures 47 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 12 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 13 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 14 heures 14 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 9 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 17 heures 23 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 17 heures 55 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 18 heures 27 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 10 heures 27 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 11 heures 33 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 13 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 14 heures 4 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 14 heures 26 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 15 heures 37 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 17 heures 2 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 17 heures 53 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 18 heures 14 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 19 heures 47 sec
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
© ALEXEY NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP
Gros bras

Et Vladimir Poutine dégaina son "missile invincible" pour refroidir tout le monde à l’Ouest. Vraiment ?

Publié le 02 mars 2018
Dans un long discours ce jeudi, le président russe a passé en revue les avancées technologiques russes en matière de défense.
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Lambert
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michael Eric Lambert est docteur en Histoire des relations internationales à la Sorbonne - INSEAD (BFC'15Dec) et directeur du Black Sea Institute. Ses travaux portent sur les relations entre l'Union européenne, la Russie, et la Chine en Europe...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un long discours ce jeudi, le président russe a passé en revue les avancées technologiques russes en matière de défense.

Atlantico : Ce jeudi 1er mars, Vladimir Poutine a pu tenir un grand discours, deux semaines avant le scrutin présidentiel, au cours duquel la question nucléaire a retenu particulièrement l'attention. En effet, en voulant présenter, notamment au travers de vidéos et d'images de synthèse, de nouveaux armements nucléaires réputés "invisibles", le président Russe a marqué les esprits. Quelle est la réalité de la "menace" ici présentée ? Quels sont les objectifs poursuivis par Vladimir Poutine dans un tel discours ?

Michael Lambert : Il semble pertinent de replacer le contexte de (re)militarisation et de modernisation des équipements russes (T-14 Armata, Sukhoi Su-57, S-400 Triumph (et futur S-500?)) dans un contexte mondiale ou les grandes puissances, abstraction de l’Union européenne, investissent dans le secteur de la défense et notamment la modernisation des équipements.

La Russie adopte dès lors une tendance assez similaire à celle que l’on constate aux États-Unis ou en Chine avec pour objectif de parvenir à se mettre à niveau pour ne pas rester à la traine face aux autres nations. En effet, depuis la chute de l’Union soviétique, la Russie n’avait ni le budget ni la motivation - dans un contexte pré-Crimée - pour moderniser son arsenal nucléaire, ni pour se lancer dans la construction d’ avions de 5ème génération (par contraste avec le F-22 américain  remonte aux années 1990), ou bien encore de moderniser sa production d’armes légères (Ak-12 qui remplace le Ak-74 assez tardivement). 

La menace est dès lors réelle car toute puissance militaire, derechef nucléaire, constitue une menace pour la sécurité mondiale et l’équilibre des puissances. Au regard de tous ces éléments, il ne faut cependant pas analyser la posture militaire de Moscou comme une “menace” au sens d’un danger imminent mais comme la confirmation d’une tendance mondiale amorcée depuis la fin de la guerre froide.

Au final, n’est-il pas moins dangereux d’avoir une Russie avec des équipements militaires haut-de-gamme que ceux qui remontent à la période soviétique ? Les équipements soviétiques n’ont pas ou peu de paramètres de sécurité et ppeuvent souffrir de défaillances techniques. Ce qui peut générer une certaine appréhension.

Suivre la tendance mondiale afin de moderniser un arsenal vieillissant face à une compétition mondiale dans le secteur de l’armement. L’arsenal nucléaire russe atteste objectivement d’un souhait de dissuasion auprès des États-Unis - voir même de la Chine et la Corée du Nord - avec pour ambition de ne pas laisser le secteur de la défense sur des normes soviétiques.

Il faut garder à l’esprit que Moscou est également un exportateur d’armes et le principal fournisseur de la Chine. Dans ce contexte, il est important de continuer le processus de modernisation pour apporter aux pays clients du matériel de qualité et rester leader dans un marché en pleine expansion.

L’idée est également de mettre en avant l’image de grande puissance auprès des citoyens russes, mais derrière la rhétorique se trouve une approche autrement plus pragmatique et économique.

Faut-il voir dans ces déclarations une réaction à la publication, en ce début d'année 2018, de la Nuclear Posture Review américaine, qui avait pu mettre en avant la nécessité de faire évoluer la dissuasion nucléaire américaine, notamment au regard de la menace russe ? Sommes-nous ici dans une tentative d'adaptation des nouvelles doctrines dans une logique d'escalade ? 

Difficile à dire … Il y a objectivement un souhait de la part du Kremlin de s’imposer comme alternative militaire aux États-Unis et même à l’Otan. Malgré cela, la Russie reste loin derrière Washington et est pleinement consciente de ce retard technologique. Dès lors, Moscou souhaite se présenter comme puissance mondiale mais aux ambitions régionales (Eurasie).

Il semble plus pertinent de se représenter la posture militaire russe comme un agréable mélange entre rhétorique de grande puissance face aux États-Unis mais, avec pour ambition de rester devant la Chine (plutôt que devant Washington), et dans la contrainte de renouveler ses équipements qui remontent à la Guerre froide.

Les États-Unis vont-ils se représenter la logique militaire du Kremlin comme une provocation ? Probablement. Malgré cela, la Maison blanche ne peut pas s'opposer au réarmement de la Russie alors qu’elle même modernise ses équipements. Qui plus est, l’US Department of Defense regarde surtout vers l’Asie (la Chine) sans oser ouvertement le mentionner.

Quelles sont les conséquences de ces échanges sur l'Europe et sur l'OTAN ?

L’Europe de la défense peine à émerger et des projets ambitieux comme celui d’une Armée européenne (De Gaulle, 1954) restent à l’état embryonnaire. Dans cette vision pessimiste, les deux puissances nucléaires que sont la France et la Grande Bretagne sont les seules à même de parvenir à imposer une forme de stabilité en Union européenne, sans pour autant parvenir à rassurer les partenaires d’Europe de l’Est (qui se tournent inexorablement vers les États-Unis pour acheter leurs équipements).

La Russie ne s’attend pas à une attitude amicale de la part des Européens et encore moins de la part des membres de l’OTAN (à l'exception de la Turquie) et se fixe dans une logique asiatique plutôt qu’européenne. 

Pour ce qui concerne les européens, la France est réaliste et dispose de la puissance nécessaire pour assurer sa propre protection avec sa marine, idem pour la Grande Bretagne. Les pays de l’Europe de l’Est peuvent naturellement moderniser tous les équipements qu’ils souhaitent, conduire des exercices, mais ces efforts seront vains face à une puissance nucléaire. Tel est la réalité stratégique, la puissance nucléaire détermine l’intégrité territoriale et la crainte, c’est d’ailleurs la raison même de l’obsession Nord-coréenne pour les ICBM alors que tous les autres secteurs sont à la traine.

Pour résumer, aucun changement n’est à prévoir en Europe avec une Russie qui regarde vers l’Asie tandis que les États-Unis et les européens pensent que Moscou n’a d’yeux que pour eux. En pratique, la Russie s’inquiète bien plus de l’ouverture des bases militaires chinoises le long de la Nouvelle route de la soie, c’est à dire tout autour du territoire russe d’Astana à Tbilisi, que de l’Otan.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cagnotte
- 04/03/2018 - 15:23
intéressante analyse de la situation par Gilbert Doctorow
D'une manière ou d'une autre, nous semblons avoir oublié la leçon de David et de Goliath. D'une manière ou d'une autre, nous avons oublié la capacité de 4 ou 5 millions d’Israéliens s’opposant militairement avec succès à 100 millions d'Arabes. C'était inimaginable pour nous que la Russie soit le David du Goliath que nous étions assurés d’être.
Ce qu’expose Doctorow n’est pas une crise d’une mauvaise évaluation des capacités, c’est une crise psychologique empêchant tout jugement technique objectif, éventuellement rationnel à partir d’une raison qui ne serait pas subvertie, d’évaluation des capacités. En quelque sorte, – l’inversion est complète, – c’est la haine extraordinaire de la Russie, donc le négationnisme total de ses capacités, qui conduit à considérer la Russie comme infiniment moins puissante et moins capable qu’elle n’est.
http://usforeignpolicy.blogs.lalibre.be/archive/2018/03/02/missile-gate-1163692.html
cagnotte
- 03/03/2018 - 19:05
@ocean5
Voir un psy?
je ne sais pas qui a le plus besoin d'un psy: le peuple qui a élu un "Trump" et les bénis americanophiles
ou moi qui ne sait que compter les bombes et les obus déversés?
Remarque: entre une maniaco-bombastique corrompue et Trump ,je reconnais qu'ils avaient un choix limité
Dommage que la tricherie ait permis l'élimination du seul candidat lucide: Sanders
VV1792
- 03/03/2018 - 16:55
@walchp
Pensez au Mexique et aux Philippines. C etait encore l epoque des colonies donc pour bien s en demarquer ils ont sorti de leur chapeau la propagande du droit des peuples a disposer d eux memes, histoire de miner l Europe et de prendre sa place bien sur en procedant a une colonisation deguisee et mercantile. .