En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© AFP
Bien lire la notice
Une très large étude scientifique l’affirme : si, les anti-dépresseurs sont efficaces. Mais les utilisons-nous correctement ?
Publié le 26 février 2018
Alors que la dépression est devenue un problème de santé mondial, la croyance que cette maladie serait due à un « déséquilibre chimique du cerveau » serait encore largement répandue auprès du grand public et, plus inquiétant, des praticiens.
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Sauveur Boukris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Sauveur Boukris est médecin enseignant à l'université Diderot (Paris VII). Il est l'auteur de nombreux livres médicaux dont Ces médicaments qui nous rendent malades (Le Cherche Midi, 2009). Chroniqueur médical, il participe à différentes...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la dépression est devenue un problème de santé mondial, la croyance que cette maladie serait due à un « déséquilibre chimique du cerveau » serait encore largement répandue auprès du grand public et, plus inquiétant, des praticiens.

Alors que la dépression est devenue un problème de santé mondial, la croyance que cette maladie serait due à un « déséquilibre chimique du cerveau » serait encore largement répandue auprès du grand public et, plus inquiétant, des praticiens. Comment expliquer cette méconnaissance et cette théorie qui ne prend pas en compte les facteurs psychologiques qui peuvent mener à la dépression ? Cette théorie ne confond-t-elle pas causes et conséquences ?  Que traduit-elle de la connaissance que l’on a de la dépression ?

Catherine Grangeard : Depuis la nuit des temps, la dépression existe. Elle s’est nommée mélancolie, tristesse, désespoir ; cela varie. Selon les époques, ce sentiment humain est plus ou moins accepté, supporté.

L’anniversaire du Prozac montre son succès. Ainsi, la dépression n’est plus tolérée et doit être éradiquée… Mais on n’y arrive pas. Plus on vend de cachets et plus il y a de déprimés sur terre. Les médecins ont colonisé les sentiments humains et décidé de les traiter. Ne serait-ce pas pure folie ? La déraison ne serait-elle pas de ce côté, dans cette prétention à dominer ce qui fait que l’humain est un être ? Le cerveau remplace l’esprit, selon ces théories biologiques. C’est intéressant philosophiquement de voir cette propension à considérer l’humain telle une machine bien huilée. Alors, il résiste ! Car les causes de cette dépression ne résident ni dans les fluides, ni dans les gènes. Elles ne s’y réduisent pas. Récemment on a lu que la solitude tue plus que les fléaux répertoriés par la Sécu.

Oui, les conditions de vie sont à l’origine de bien des conséquences que les médicaments se chargent de soigner, contre rémunération. Pourtant le coût social de meilleures conditions de vie serait moins ruineux. La pauvreté, l’isolement, l’habitat, les sévices sexuels, ont certainement beaucoup à voir avec les conséquences des dits médicaments. Est-il possible de chercher à y remédier ? Est-il possible de tenter de ne pas créer les dépressions ?

Sauveur Boukhris : L'étude a été faite sur deux mois. Mais bien souvent le traitement dure au moins six mois, voire, selon les prescriptions de certains psychiatres, jusqu'à 18 mois. Lorsque le traitement est arrêté si tôt, que cela soit deux mois ou six mois, certaines personnes replongent et retombent dans leur dépression. Ils se remettent à moins bien dormir, à avoir des angoisses, des fatigues matinales, des réveils nocturnes, une perte de plaisir, de l' aboulie etc. Les antidépresseurs, comme le montre cette étude, fonctionnent, et ils traitent environ 60% des patients mais ils traitent uniquement les symptômes. Ils ne traitent pas nécessairement les raisons d'une dépression mélancolique par hasard.

Est-ce que ce défaut de compréhension de la maladie a pu et peut expliquer, au moins en partie, la sur prescription d’antidépresseurs ou de prozac dans différents pays occidentaux (notamment les Etats-Unis et la France) ?

Catherine Grangeard : C’est à médicaliser que l’on crée les maladies ! Comme il est dit plus haut, d’autres approches sont tout aussi pertinentes. Leur efficacité serait tout à fait comparable à de nombreux médicaments. Et mon propos dépasse complètement la seule dépression. La sur-prescription de médicaments repose sur des considérations très étroites, biaisées sur ce qui est nommé « maladie ». Ce qui cause ces maladies n’est pas sérieusement pris en compte. En tant que psychologue, psychanalyste, vous imaginez bien que j’en sais quelque chose de ce qui crée ces dépressions, ces obésités, ces « pétages de plomb » ! Les conditions de vie sont à l’origine de toutes ces maladies. Il n’y a que les médecins pour ne pas le voir et continuer à prescrire des médicaments qui ignorent pourquoi la dépression ne quitte plus Mme Untel. Cette dame qui a une histoire, et des raisons pour plonger dans une telle détresse.

En regardant comment les médicaments ont remplacé les autres approches, on voit que les gouvernements conservateurs américains ont été les contemporains de l’explosion des prises en charge médicamenteuses des dépressions. C’est une prise en charge politique ! Les psychanalystes étaient subversifs. Les Prozac, pas du tout ! La biologie justifie les régimes tels qu’ils sont. Les thérapies les interrogent. C’est le jour et la nuit.

Le DSM a totalement gommé l’esprit pour ne regarder que le cerveau. Le DSM est la justification de la robotisation, il se présente comme une Bible, sa rédaction n’a pourtant rien de sacré, elle obéit aux diktats du moment. Dès qu’un médicament existe, une maladie y apparait. C’est un monde à l’envers, un monde fou... Désormais on atteint des sommets, les maladies pullulent, se multiplient dans le DSM puisque les possibilités de créer des médicaments augmentent. Nous savons depuis longtemps que la santé mentale varie selon les sociétés, ce qui est toléré par l’individu et ce qui est toléré par la société s’interpénètrent.

Sauveur Boukhris : Vous avez raison : il faut d'abord savoir qu'il y a deux types de dépressions. Il y a d'abord les dépressions de types réactionnelles, qui résultent d'un choc d'un traumatisme, comme la perte d'un emploi, d'un divorce, de la perte d'un proche, donc de quelque chose qui explique clairement cette dépression. Et il y a des dépressions endogènes qui n'ont pas de facteurs déclencheurs apparents et que l'on retrouve par exemple dans le cas de gens mélancoliques. On n'en connait pas la cause. On émet aujourd'hui des hypothèses, on pense que la sérotonine n'agit pas, et que du coup les antidépresseurs permettent de relancer la production de cette sérotonine. Mais on ne connait toujours pas la cause. On ne sais pas quel phénomène chimique ou psychologique intervient.

Il est vrai qu'on prescrit plus facilement des anti-dépresseurs d'abord parce qu'ils sont remboursés, et coûtent de toute façon moins cher que les séances de psychothérapie qui nécessite en plus du temps. Et ces séances demandent, en plus, beaucoup de séances.  

Les antidépresseurs ont été un véritable progrès en médecine mais ils ont permis une banalisation de la dépression, en mettant dans le même panier les moments de stress, les blues, les déprimes momentanées. Comme ces anti-dépresseurs ont un effet "booster", il est vrai qu'ils sont souvent surutilisés. Mais dans les cas de déprimes mélancoliques profondes, c'est efficace et assez remarquable.

Quels progrès restent-ils à faire tant au niveau de la compréhension de la maladie que de son traitement ?

Catherine Grangeard : Corrigeons une méprise du grand public, les antidépresseurs ne s’attaquent pas à la dépression mais à ses symptômes. Ils rendent supportables la tristesse, la fatigue…  Mais la dépression se guérit autrement. Le temps, par exemple, est un excellent guérisseur. Après une grande déception, un chagrin d’amour, un deuil, une perte de quelque nature qu’elle soit, il faut souvent en passer par une réelle souffrance pour accepter l’inacceptable. Avec ou sans antidépresseur, avec ou sans traitement, s’atténuera ce qui était pourtant invivable à un moment. Modifier des conditions de vie par ailleurs guérit quasi magiquement de grandes dépressions. Vous voyez que la médicalisation n’est pas obligatoire. C’est effectivement l’approche qui conditionnera la guérison ! Il faut en tirer toutes les conséquences. Les dirigeants doivent en tirer ces conséquences.

Enfin, il est indispensable de s’intéresser à la santé, plus qu’aux maladies. Ainsi, on reprend la question par ce qui est visé, par le but, l’objectif. La santé mentale n’exclut pas les hauts et les bas, la santé mentale englobe les états d’âme. Pathologiser ces variations des humeurs revient à ignorer ce qui est le propre de l’humain qui s’émerveille ou souffre, qui ressent, avec intensité. Faut-il soigner le fait d’être humain ? La santé dépend bien plus des conditions de vie que des gènes...

Sauveur Boukhris : Bien sûr, il y a des sur prescriptions ! Les antidépresseurs sont donnés par des médecins généralistes, et beaucoup moins par des médecins psychiatres. Et les généralistes ne font pas toujours la distinction entre les deux.

Et puis je dirai que c'est la facilité. On donne un médicament dès qu'un patient se plaint. Mais il y a aussi que les malades les réclament, sachant que ça fonctionne immédiatement, pour un traitement rapide pour "mieux vivre".
 
La société peut provoquer des dépressions. On a des médicaments qui en traite les symptômes douloureux. Du coup on en distribue de plus en plus, et pas nécessairement correctement, il est vrai.
 
Pour contrer cette su prescription, je propose dans mon dernier livre, Libérez le Médecin qui est en vous ! (Le Cherche-midi), il y a des échelles d'auto-évaluation de la dépression (cela s'appelle l'échelle d'Hamilton) pour en savoir plus sur son état et pouvoir en discuter intelligemment avec son médecin traitant.
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Castaner : l'inconnue n'en était pas une (et peut-être pas la seule); Foresti rit au soleil, Laeticia Hallyday & Paris Jackson dépriment à L.A; Meghan engage un coach "gestion de bébé"; Public voit un enfant pour Jenifer et une joueuse du PSG pour MBappé
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Acte XIX des Gilets jaunes : pourquoi les médias peinent à trouver le bon dosage en matière de diffusion des images de violence
06.
Julie Gayet a touché un petit pactole après la révélation de sa relation avec François Hollande
07.
Les dessous de la superpuissance américaine : une (super) puissance militaire ?
01.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
02.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
MBS, le prince héritier saoudien dépossédé d’une partie de ses pouvoirs par le Roi Salman
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
01.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
02.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
gerint
- 27/02/2018 - 13:56
On ne peut pas changer la société
autour d’un plaignant donné donc on fait ce qu’ on peut avec des médicaments qui changent l’humeur du plaignant
Stéphane Gayet
- 27/02/2018 - 13:32
Débat entre une psychologue et un médecin : deux points de vue
Cette interview se présente un peu comme un débat à tendance contradictoire entre, d'un côté une psychologue psychanalyste, et de l'autre, un médecin qui s'intéresse particulièrement aux médicaments. La confrontation de ces deux points de vue est à mon avis éclairante et utile.
On pourrait peut-être résumer de la façon suivante : les antidépresseurs sont des médicaments qui rendent en pratique d'assez bons services, bien qu'ils ne traitent véritablement que les manifestations gênantes de la dépression sans essayer de remédier à ses causes profondes.
Je crois que leur grande consommation actuelle est symptomatique de notre société orientée vers la performance, la rapidité et la consommation ; les antidépresseurs sont le dégrippant de l'homme robotisé.
J'accuse
- 27/02/2018 - 12:27
De quelle efficacité parle-t-on ?
Robotiser l'humain est efficace: il devient obéissant pour acheter ce qu'on veut lui vendre, pour voter pour le "bon" candidat aux élections, pour payer ses taxes sans trop broncher. Un médicament est une drogue, et toute drogue rend dépendant (on dit "addict" aujourd'hui, pour éviter qu'on comprenne ce à quoi conduisent les drogues). On est drogué par tout: par les médocs, par l'IA, par les fake news des politiciens, des journalistes et des "experts". L'opium du peuple s'est diversifié: les religions ne sont plus les seules à vouloir nous forcer à accepter la vie qu'on veut nous donner, au profit de quelques uns.