En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 10 heures 5 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 12 heures 35 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 14 heures 38 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 16 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 16 heures 22 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 16 heures 44 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 17 heures 1 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 17 heures 3 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 17 heures 9 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 10 heures 32 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 14 heures 22 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 15 heures 57 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 16 heures 18 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 17 heures 2 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 17 heures 4 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 17 heures 9 min
© DON EMMERT / AFP
© DON EMMERT / AFP
Retour en force

Trump, le bond en popularité à quelques mois des mid-terms

Publié le 04 février 2018
Selon un sondage Yougov pour CBS, 97% des républicains, 43% des démocrates et 72% des indépendants ont "approuvé" le discours de l'état de l'Union prononcé par Donald Trump.
Jean-Eric Branaa
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Eric Branaa est spécialiste des Etats-Unis et maître de conférences à l’université Assas-Paris II. Il est chercheur au centre Thucydide et chercheur associé à l’institut l'IRIS. Il est notamment l'auteur de Hillary, une présidente des Etats-Unis ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un sondage Yougov pour CBS, 97% des républicains, 43% des démocrates et 72% des indépendants ont "approuvé" le discours de l'état de l'Union prononcé par Donald Trump.

Selon un sondage Yougov pour CBS, 97% des républicains, 43% des démocrates et 72% des indépendants ont "approuvé" le discours de l'état de l'Union prononcé par Donald Trump. Une situation qui s'est également traduite par une remontée de la côte de popularité de Donald Trump dans les différents sondages comptabilisés par le site "RealClearPolitics". Quels sont les éléments qui ont permis à Donald Trump de progresser dans les sondages ? Comment le justifier ? 

Jean-Eric Branaa : En effet, tous les sondages indiquent une hausse, qui est parfois forte : Gallup est dans sa fourchette la plus haute, à 38/39, Reuters/Ipsos le place à 41% de bonnes opinions, Economist/YouGov à 44, tout comme Monmouth, FoxNews à 45 et Rasmussen va même jusqu’à 49% ! Au-delà des résultats obtenus individuellement par l’un ou l’autre des sondages, c’est surtout la moyenne fournie par les intégrateurs (qui font la moyenne de tous les sondages) qui est la plus significative, car l’approbation de Donald Trump a effectivement bondi depuis un mois et il a gagné quasiment 10 points depuis la mi-décembre, si on cumule sa progression en bonnes opinions et la baisse des mauvaises opinions.

Trois éléments cumulés permettent d’expliquer cette bonne forme de sa côte de confiance : la première est totalement conjoncturelle, car il est traditionnel pour un président de remonter en fin d’année. La période des fêtes n’incite pas à un intérêt très fort pour la politique, à une période où les Américains recentrent leur intérêt sur leur famille et leur vie quotidienne. Le brouhaha de Washington s’estompe donc un peu dans les esprits et cela bénéficie traditionnellement à l’exécutif.

Le changement important, toutefois, de cette fin d’année 2017 a été le succès de Donald Trump qui a été indéniable au congrès : en réussissant à faire voter sa réforme fiscale, comme il s’y était engagé, et avant Noël ‑autre engagement‑, il a rassuré beaucoup d’électeur sur sa capacité à mener le pays et a réussi à faire passer l’image d’un président qui réforme en profondeur, même si tous ne sont pas convaincus que c’est pour le bien de tous. Il a assorti cela d’une excellente communication, souvent directement assurée par lui-même à travers ses tweets et ses interventions médiatiques, qui insistent sur les retombées individuelles de ces baisses d’impôts. C’est d’autant plus remarquable qu’elles sont surtout au bénéfice des entreprises, ce qu’il ne cache pas par ailleurs. Mais l’impression qui en reste est tout autre et cela sert directement la santé de sa côte de popularité.

Le troisième élément est son discours, martelé depuis un mois, en faveur d’un travail en commun avec les démocrates. S’il sait parfaitement qu’il ne peut se passer de ce soutien démocrate pour faire adopter les lois en chantier sur l’immigration et le plan concernant les infrastructures, il a été également assez malin dans cette affaire-là pour l’assortir d’un habillage très flatteur, celui de la main tendue à l’autre camp. Il l’avait déjà utilisée fin septembre et cela avait déjà donné le même résultat, avec une montée très significative de sa côte de popularité. Cette stratégie, développée à nouveau depuis le premier jour de janvier, a été exposée nationalement dans le Discours de l’Union, un acte formel présenté en prime time à la télévision et auquel plus de 45 millions de ses compatriotes ont assisté en direct. C’était donc très bien joué.

Idéologiquement, la posture à priori plus "rassembleuse" de Donald Trump ne pourrait-elle pas conduire à une perte de son électorat traditionnel ? Quels sont les enjeux, aussi bien pour Donald Trump, le parti républicain, et les démocrates, au regard de cette nouvelle percée dans les sondages ? Les niveaux d'approbation actuels peuvent-ils permettre à Donald Trump d'obtenir  un succès lors des prochaines élections à mi-mandat ? 

C’est vrai, en effet, que la polarisation de la vie politique américaine est le reflet d’une lutte presque désormais sans merci entre les opposants de Donald Trump et ses partisans. Alors que le mouvement de « résistance » a pris corps, a prospéré et continue de se développer et de se structurer, un mouvement similaire existe à travers les « lamentables » (deplorables, en anglais) qui prend le contre-pied du précédent avec un systématisme qui est assez impressionnant. Autant dire qu’ils semblent irréconciliables et que tout mouvement de Donald Trump vers un recentrage sera mal ressenti par ce second groupe.

Mais en est-on là ? Personnellement je ne le crois pas. Et je pense que ses supporters ne le pensent pas non plus.

Donald Trump a montré maintes et maintes fois par le passé qu’il garde le contrôle du jeu et que le climat de révolution permanente qui règne autour de lui est le plus souvent son œuvre totalement personnelle. Cette stratégie du chaos semble encore plus flagrante cette fois-ci, après qu’on nous ait amusé début janvier avec un livre soi-disant explosif dont plus personne ne parle déjà et que la sortie de Steve Bannon de l’espace politique a pleinement servi le dessein que poursuivait Donald Trump, consistant à le faire apparaître comme rassembleur et au-dessus des partis.

On a pu observer que la « base » forte du président n’a pas bronché à ce moment-là, restant connectée à la galaxie Trump et semblant visiblement comprendre un message que le camp adverse ne percevait pas, même si quelques voix se sont élevées parmi les démocrates pour appeler à la méfiance.

Quelques jours après cet examen de passage réussi qu’a constitué le Discours de l’Union 2018, Donald Trump retrouve ces habitudes : à coup de tweets, il invite les uns et les autres à poser un nouveau diagnostic sur la situation politique du pays, relevant qu’il a offert une chance de négociation et que les démocrates ne la saisissent pas. Il fait ainsi encore une fois coup double : en restant le rassembleur tout en les critiquant, il accentue la pression sur le camp démocrate pour les amener à négocier dans la précipitation et en abandonnant beaucoup de leurs ambitions. Mais, par ailleurs, son attitude et ses critiques permanentes éclairent cette scène d’une dénonciation de l’attitude du camp qui s’oppose à lui, les faisant ainsi passer pour les « méchants », avec l’espoir que ce sentiment finira par être partagé par le plus grand nombre.

Tout cela intervient après une année durant laquelle il a tout fait pour encourager cette polarisation et cette lutte d’un camp contre l’autre, lui conservant ainsi intact une base qui est désormais prête et en ordre rangée pour repartir à la bataille lors des deux prochains scrutins qui s’annoncent, le 6 novembre 2018 pour les Mid-terms, certes, mais également pour le suivant, la présidentielle de 2020, qui pointe déjà le bout de son nez.

Du point de vue des électeurs, comment expliquer l'approbation de 43% des démocrates ? Peut-on considérer que la forte polarisation de l'électorat, les incessantes attaques à l'encontre du président, pourraient se retourner contre le parti ? 

Si c’est le cas, rien ne le laisse penser : l’approbation des démocrates ne se traduit pas encore par un vrai changement d’attitude en profondeur. On peut d’ailleurs relever que les sondages qui ont évolué à la hausse ne sont pas ceux qui sont les plus proches des démocrates. Plus intéressant encore, ceux qui ont cette proximité justement, ou qui sont en tout cas plus réputés sévères avec Donald Trump, comme Gallup, n’ont pas enregistré de changement dans leur résultats : la côte reste bloquée à 38%, comme c’est le cas depuis près d’un an, et la désapprobation ne descend pas en dessous de 58%.

On a compris depuis longtemps que le président compte sur l’opposition féroce des démocrates pour se faire réélire : il la dénoncera avec force durant la campagne et sera d’autant plus légitime pour le faire que sa critique aura été incessante et que tout le pays aura été témoin de la lutte que ce parti lui aura mené. Son espoir est que les électeurs ne voteront pas contre lui, « l‘homme », mais en faveur de sa politique, à laquelle ils auront finalement adhéré, ou au minimum dont ils seront suffisamment satisfaits pour ne pas vouloir retourner à la situation d’avant. On entend d’ailleurs souvent aux Etats-Unis la phrase « il nous embarrasse mais sa politique est efficace ».

Il fait donc un pari risqué car il implique que les planètes restent sagement alignées pour lui et que l’économie ne vienne pas lui gâcher la fête : or, la semaine dernière, le Dow Jones a accusé un net recul et il est redescendu cette fin de semaine à 25500 après avoir battu le record historique de 26000 une semaine plus tôt. Ce n’est peut-être qu’une correction technique mais cela sonne comme un avertissement. Il ne faudrait pas que l’inflation s’emballe ou que la machine se grippe. Dans une telle hypothèse, les électeurs seront nombreux à soutenir le Parti démocrate dans sa critique. Si on assiste à une continuité sans pépin, alors sa stratégie pourrait s’avérer payante.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 04/02/2018 - 18:30
La liberté revient aux USA, grâce à Donald!
La déréglementation des lois ecolo-debiles, la relocalisation des industries américaines, l'indépendance énergétique, la croissance record, le plein-emploi, la victoire contre l’EI, l’affranchissement de l’accord de Paris, la fin de l’obession à se mêler de tout le reste du monde...ça fait beaucoup, en à peine un an! Même les démocrates sectaires n’ont pas d’autre choix que de reconnaître le succès de Trump..
Liberte5
- 04/02/2018 - 16:08
La moisson de bonnes nouvelles économiques,
associée aux primes données en fin d'année par les entreprises contre balancent l'hystérie anti Trump des médias. La dérèglementation a redonné de la liberté aux PME et il y a là tout une ambiance favorable à l'économie et aux embauches. Toutefois avec l'Obamagate qui se profile, mais dont les médias Français ne disent mot, le camp démocrate devrait pâtir sérieusement de ces révélations qui vont voir des têtes tomber. Les 2 journalistes qui mènent l'enquête en ont encore sous la pédale. Les jours à venir sont à suivre avec intérêt.
gerint
- 04/02/2018 - 13:13
Qu’on aime Trump ou non
Qu’un auteur reconnaisse qu’il a une stratégie cohérente et persistante, qu’il est loin d’être l’imbécile inconséquent qu’on décrit à tour de bras dans nos médias, c’est une base pour une discussion politique sérieuse