En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© LOIC VENANCE / AFP
Curieuse association
Hausse des prix du stationnement payant à Paris : avec Anne Hidalgo, socialisme et capitalisme de connivence font bon ménage
Publié le 22 janvier 2018
Maintenant que stationner n’est plus un délit mais une "redevance d’occupation du domaine public", un simple service commercial de la mairie, le prix des amendes s’est envolé de 355%. Belle amélioration de la qualité de vie dans la capitale...
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maintenant que stationner n’est plus un délit mais une "redevance d’occupation du domaine public", un simple service commercial de la mairie, le prix des amendes s’est envolé de 355%. Belle amélioration de la qualité de vie dans la capitale...

Les Parisiens ont droit à une bonne et à une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est qu’Anne Hidalgo découvre enfin les vertus du secteur privé en termes de productivité et de performances. La Mairie de Paris en a bien besoin. La mauvaise, c’est qu’elle va l’appliquer à la répression du stationnement payant plutôt qu’aux services lamentables de propreté, de transports collectifs ou d’entretien de la voirie. Maintenant que stationner n’est plus un délit mais une « redevance d’occupation du domaine public », bref un simple service commercial de la mairie, le prix des amendes s’est envolé de 355% ! Belle amélioration de la qualité de vie de Paris. Mais ce qui ne semble n’étonner personne, c’est qu’Anne Hidalgo a choisi comme prestataires les entreprises qui ont le plus intérêt à cogner sur les voitures stationnées en surface… afin de les attirer dans leurs parkings privés.

Le stationnement parisien est devenu une fantaisie volontairement rédhibitoire pour les automobilistes. Trouver une place libre en surface, c’est devenu comme le loto. Quand on gagne, ça se fête ! A la baisse de 15% du nombre de places de stationnement depuis 15 ans, il faut ajouter l’effondrement de la proportion des places autorisées au profit des  emplacements réservés : « handicap » et « livraison » bien entendu (c’est parfaitement légitime), mais aussi « transport de fonds », « véhicule électrique », vélos, deux-roues motorisées et autres nouveaux créneaux florissants. Et puis parmi les rues autorisées, nombre ne le sont pas certains jours de la semaine à cause du marché qui se tient à 100 mètres de là. Quand il ne s’agit pas de travaux inopinés, du plan vigipirate ou d’autres excuses transformant des places convenables en places interdites. Mais pour le savoir, il faut trouver le minuscule panneau souvent très discret pour y lire ce qui est écrit en tous petits caractères. En général, les bénéficiaires du « stationnement résident » eux-mêmes l’apprennent en allant chercher leur véhicule à la fourrière (et en payant les 179 euros requis).

La fourrière, c’est une poule aux œufs d’or injustement méconnue. Pas besoin pour elle de respecter la loi, elle impose la sienne avec le soutien des forces de l’ordre. Une enquête de « Capital » en mars 2017 a révélé que la plupart des grutiers qui procèdent aux enlèvements n’ont ni le permis poids-lourd ou BE obligatoire, ni de dépanneuse homologuée pour soulever des automobiles. Dépanneuses qui ne sont pas plus homologuées sur le plan environnemental puisqu’il s’agit généralement de 4X4 Toyota diesel sans filtre ni protection qui ne sont plus en commercialisés en Europe depuis 2002. Un certain nombre d’entre eux ont par conséquent plus de 20 ans et bravent l’interdiction de circulation de véhicules aussi âgés. Mais la loi, c’est pour les autres, leurs victimes. L’ennui, c’est que les camions-plateaux supportant – légalement, eux - de lourdes voitures ne peuvent, eux, pas rentrer dans les quatre fourrières en sous-sol sur les six que compte Paris.

Chacun des 250.000 enlèvements annuels rapporte donc 50 à 70 euros aux trois sociétés privées qui en ont la charge, soit une quinzaine de millions par an, sans parler des épaves dans le lot qui alimentent un juteux trafic en toute discrétion. Etrangement, les heureux propriétaires de ces fourrières se font plus discrets que Marcel Campion. Sans doute ont-ils raison de faire profil bas compte tenu de ce qui est arrivé au roi des forains qui l’ouvrait un peu trop récemment. En attendant, la vitesse de rotation des grues est dangereuse pour la circulation, sans parler des éraflures fréquentes et autres dommages collatéraux. L’opacité qui règne autour de ce secteur incite l’esprit critique à spéculer sur les intérêts qui se jouent sous la table. Les enlèvements ont leur intérêt lorsqu’ils concernent des véhicules réellement gênants. Mais les nombreux abus et son organisation douteuse alimentent les pensées malveillantes  son égard. La mairie de Paris aurait tout intérêt à mieux encadrer son fonctionnement, puisque la préfecture ne le fait pas, et à jouer enfin la transparence sur ce point.

Soyons francs. Jusqu’ici, les contraventions de stationnement simple ne rapportaient rien à la mairie et ne servaient qu’à financer l’armada des 1.600 aubergines –Agent de Surveillance de Paris (ASP) - aux 15 PV quotidiens – en moyenne - pour stationnement impayé. Même la Cour des Comptes s’était émue de la faiblesse de ce rendement. Ces 4 millions de punitions environ à 11 euros par an ne couvraient même pas le coût de ces agents qui devait approcher la cinquantaine de millions par an (je suis preneur d’un chiffre plus précis incluant masse salariale, outils de travail, frais annexes). Résultat de ce faible rendement, seuls 10% des automobilistes stationnés faisaient l’effort d’aller à l’horodateur, effort parfois important tant ils sont mal distribués et souvent en panne.

Dorénavant, les deux entreprises retenues vont coûter cinq fois moins cher - 10 millions d’euros par an hors bonus - et récolter massivement des amendes à 42 ou 50 euros en appliquant une méthode industrielle afin d’observer 75.000 véhicules par jour pour commencer. L’annonce de 50.000 contraventions au doux nom de « forfait post-stationnement » depuis le début de l’année n’est rien à côté du rythme de croisière attendu. Une fois passé le temps de test, de réglages et d’éviction des agents sans permis mais à fumette, le rendement battra son plein. En plus du volume bien plus important de contraventions, les horodateurs devraient cracher 300 millions de recettes par an au lieu des 100 millions habituels. D’autant que la mairie en a profité pour relever le prix horaire marginal du stationnement de surface à 12 euros dans le centre de Paris.

Mais là où le bât blesse, c’est que le véritable gain d’Indigo et d’Urbis se trouve ailleurs. Leurs nombreux parkings parisiens vont se remplir à grande vitesse maintenant que la rue est devenue si chère. Les 3,50 ou 4 euros pour chaque heure passée dans l’un de leurs 90 parkings parisiens environ sont très inférieurs aux 8, 10 et 12 euros requis en surface pour les 3ème, 4ème et toutes les heures suivantes. Tout est fait pour rabattre le client vers ces sous-sols dont les prix exploseront sans doute dans les années à venir, à commencer par les rabatteurs eux-mêmes. Ceux-là même qui se chargent d’inonder les rues de contraventions ont pour employeurs ces deux entreprises de parkings souterrains. Voilà Indigo juge et partie, à l’instar d’Urbis. Efficace mais dégueulasse.

La seule différence entre un tract publicitaire et les forfaits post-stationnement, maintenant, c’est que cette publicité en faveur des parkings souterrains coûtera 42 ou 50 euros à ceux qui la lisent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Vent de sécularisation sur le monde arabe ? Ces pays qui commencent à se détourner de la religion
04.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
05.
Quand les secrets du succès du Bon Coin intriguent Amazon et eBay
06.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
07.
Nominations européennes : le bras de fer entamé par Emmanuel Macron avec l’Allemagne peut-il aboutir ?
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Pourquoi les Francs-maçons ne sont certainement pas les héritiers des constructeurs de cathédrale qu’ils disent être
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
04.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
05.
Ce piège dans lequel tombe le gouvernement en introduisant le concept d’islamophobie dans le proposition de loi Avia sur la lutte contre les contenus haineux
06.
Burkini : des femmes envahissent une piscine à Grenoble
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fleurs2jasmin
- 24/01/2018 - 02:29
@essentimo
Vu de Paris dans trop longtemps.... 2020 normalement.
essentimo
- 23/01/2018 - 17:19
Quand sont
les prochaines élections pour la Mairie de Paris ?
jurgio
- 22/01/2018 - 14:58
Quoi ! ???
Elle est encore là ? !!!!