En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sarkozy pour taxer les transactions financières

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

ça vient d'être publié
light > Culture
Big win
Queen s'oppose à l'utilisation de ses tubes par Donald Trump et le camp Républicain
il y a 8 heures 16 min
pépites > International
Ever changing
Offensive turque en Syrie : Donald Trump pourrait imposer de "grosses sanctions" à Ankara
il y a 9 heures 18 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Mère voilée : pour Brigitte Macron "on ne parle pas politique" à l'école
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"De Gaulle, 1969, l'autre révolution" d'Arnaud Teyssier : la fin de la saga du gaullisme, par l'un de ses meilleurs spécialistes

il y a 12 heures 29 min
décryptage > Culture
7ème art

Soubresauts, horreurs et beauté du monde à Saint-Jean de Luz

il y a 14 heures 3 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 13 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 14 heures 16 min
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

Cette semaine l’Europe joue son destin sur le Brexit

il y a 14 heures 54 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Stadia : Google mise sur la latence négative pour s’imposer dans l’univers des jeux vidéos. Décisif ou moufte aux yeux ?
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Economie
Incompréhension

L’étrange capacité du capitalisme financiarisé à perdurer envers et contre tout

il y a 16 heures 8 sec
décryptage > International
Opération "printemps de la paix"

Syrie : multi jeux de dupes autour des Kurdes (et des djihadistes de Daesh)

il y a 16 heures 16 min
light > Culture
Très critique
Elton John peu tendre envers Michaël Jackson : "C'était réellement un malade mental, quelqu'un d'un peu inquiétant à fréquenter".
il y a 8 heures 36 min
pépites > Religion
Coup de gueule
66% des Français se disent favorables à l'interdiction du voile durant des sorties scolaires
il y a 9 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vie et mort d'un chien" de et mise en scène par Jean Bechetoille : Etre ou ne pas être... c'est encore la question à Elseneur

il y a 12 heures 19 min
pépites > Europe
Last chance
Brexit : d'après le vice-premier ministre Irlandais, un accord est envisageable cette semaine
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Social
Exercices de coloriage

Il est beaucoup question du "vieux mâle blanc". Mais pourquoi ne parle-t-on jamais du " vieux mâle noir" ?

il y a 14 heures 12 min
décryptage > Religion
Loi de 1905

Pourquoi la laïcité ne devrait pas être invoquée dans la lutte contre l’islamisme

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Politique
Conceptuel

Le populisme, phénomène bien plus fondamental que le simple fruit de l’épuisement de la démocratie représentative ou de l’hystérisation des classes moyennes

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Economie
Courage!

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

il y a 16 heures 5 min
décryptage > Politique
Lourde tâche

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

il y a 16 heures 30 min
© LOIC VENANCE / AFP
© LOIC VENANCE / AFP
Curieuse association

Hausse des prix du stationnement payant à Paris : avec Anne Hidalgo, socialisme et capitalisme de connivence font bon ménage

Publié le 22 janvier 2018
Maintenant que stationner n’est plus un délit mais une "redevance d’occupation du domaine public", un simple service commercial de la mairie, le prix des amendes s’est envolé de 355%. Belle amélioration de la qualité de vie dans la capitale...
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aurélien Véron est président du Parti Libéral Démocrate et auteur du livre Le grand contournement. Il plaide pour passer de l'Etat providence, qu'il juge ruineux et infantilisant, à une société de confiance bâtie sur l'autonomie des citoyens...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Maintenant que stationner n’est plus un délit mais une "redevance d’occupation du domaine public", un simple service commercial de la mairie, le prix des amendes s’est envolé de 355%. Belle amélioration de la qualité de vie dans la capitale...

Les Parisiens ont droit à une bonne et à une mauvaise nouvelle. La bonne, c’est qu’Anne Hidalgo découvre enfin les vertus du secteur privé en termes de productivité et de performances. La Mairie de Paris en a bien besoin. La mauvaise, c’est qu’elle va l’appliquer à la répression du stationnement payant plutôt qu’aux services lamentables de propreté, de transports collectifs ou d’entretien de la voirie. Maintenant que stationner n’est plus un délit mais une « redevance d’occupation du domaine public », bref un simple service commercial de la mairie, le prix des amendes s’est envolé de 355% ! Belle amélioration de la qualité de vie de Paris. Mais ce qui ne semble n’étonner personne, c’est qu’Anne Hidalgo a choisi comme prestataires les entreprises qui ont le plus intérêt à cogner sur les voitures stationnées en surface… afin de les attirer dans leurs parkings privés.

Le stationnement parisien est devenu une fantaisie volontairement rédhibitoire pour les automobilistes. Trouver une place libre en surface, c’est devenu comme le loto. Quand on gagne, ça se fête ! A la baisse de 15% du nombre de places de stationnement depuis 15 ans, il faut ajouter l’effondrement de la proportion des places autorisées au profit des  emplacements réservés : « handicap » et « livraison » bien entendu (c’est parfaitement légitime), mais aussi « transport de fonds », « véhicule électrique », vélos, deux-roues motorisées et autres nouveaux créneaux florissants. Et puis parmi les rues autorisées, nombre ne le sont pas certains jours de la semaine à cause du marché qui se tient à 100 mètres de là. Quand il ne s’agit pas de travaux inopinés, du plan vigipirate ou d’autres excuses transformant des places convenables en places interdites. Mais pour le savoir, il faut trouver le minuscule panneau souvent très discret pour y lire ce qui est écrit en tous petits caractères. En général, les bénéficiaires du « stationnement résident » eux-mêmes l’apprennent en allant chercher leur véhicule à la fourrière (et en payant les 179 euros requis).

La fourrière, c’est une poule aux œufs d’or injustement méconnue. Pas besoin pour elle de respecter la loi, elle impose la sienne avec le soutien des forces de l’ordre. Une enquête de « Capital » en mars 2017 a révélé que la plupart des grutiers qui procèdent aux enlèvements n’ont ni le permis poids-lourd ou BE obligatoire, ni de dépanneuse homologuée pour soulever des automobiles. Dépanneuses qui ne sont pas plus homologuées sur le plan environnemental puisqu’il s’agit généralement de 4X4 Toyota diesel sans filtre ni protection qui ne sont plus en commercialisés en Europe depuis 2002. Un certain nombre d’entre eux ont par conséquent plus de 20 ans et bravent l’interdiction de circulation de véhicules aussi âgés. Mais la loi, c’est pour les autres, leurs victimes. L’ennui, c’est que les camions-plateaux supportant – légalement, eux - de lourdes voitures ne peuvent, eux, pas rentrer dans les quatre fourrières en sous-sol sur les six que compte Paris.

Chacun des 250.000 enlèvements annuels rapporte donc 50 à 70 euros aux trois sociétés privées qui en ont la charge, soit une quinzaine de millions par an, sans parler des épaves dans le lot qui alimentent un juteux trafic en toute discrétion. Etrangement, les heureux propriétaires de ces fourrières se font plus discrets que Marcel Campion. Sans doute ont-ils raison de faire profil bas compte tenu de ce qui est arrivé au roi des forains qui l’ouvrait un peu trop récemment. En attendant, la vitesse de rotation des grues est dangereuse pour la circulation, sans parler des éraflures fréquentes et autres dommages collatéraux. L’opacité qui règne autour de ce secteur incite l’esprit critique à spéculer sur les intérêts qui se jouent sous la table. Les enlèvements ont leur intérêt lorsqu’ils concernent des véhicules réellement gênants. Mais les nombreux abus et son organisation douteuse alimentent les pensées malveillantes  son égard. La mairie de Paris aurait tout intérêt à mieux encadrer son fonctionnement, puisque la préfecture ne le fait pas, et à jouer enfin la transparence sur ce point.

Soyons francs. Jusqu’ici, les contraventions de stationnement simple ne rapportaient rien à la mairie et ne servaient qu’à financer l’armada des 1.600 aubergines –Agent de Surveillance de Paris (ASP) - aux 15 PV quotidiens – en moyenne - pour stationnement impayé. Même la Cour des Comptes s’était émue de la faiblesse de ce rendement. Ces 4 millions de punitions environ à 11 euros par an ne couvraient même pas le coût de ces agents qui devait approcher la cinquantaine de millions par an (je suis preneur d’un chiffre plus précis incluant masse salariale, outils de travail, frais annexes). Résultat de ce faible rendement, seuls 10% des automobilistes stationnés faisaient l’effort d’aller à l’horodateur, effort parfois important tant ils sont mal distribués et souvent en panne.

Dorénavant, les deux entreprises retenues vont coûter cinq fois moins cher - 10 millions d’euros par an hors bonus - et récolter massivement des amendes à 42 ou 50 euros en appliquant une méthode industrielle afin d’observer 75.000 véhicules par jour pour commencer. L’annonce de 50.000 contraventions au doux nom de « forfait post-stationnement » depuis le début de l’année n’est rien à côté du rythme de croisière attendu. Une fois passé le temps de test, de réglages et d’éviction des agents sans permis mais à fumette, le rendement battra son plein. En plus du volume bien plus important de contraventions, les horodateurs devraient cracher 300 millions de recettes par an au lieu des 100 millions habituels. D’autant que la mairie en a profité pour relever le prix horaire marginal du stationnement de surface à 12 euros dans le centre de Paris.

Mais là où le bât blesse, c’est que le véritable gain d’Indigo et d’Urbis se trouve ailleurs. Leurs nombreux parkings parisiens vont se remplir à grande vitesse maintenant que la rue est devenue si chère. Les 3,50 ou 4 euros pour chaque heure passée dans l’un de leurs 90 parkings parisiens environ sont très inférieurs aux 8, 10 et 12 euros requis en surface pour les 3ème, 4ème et toutes les heures suivantes. Tout est fait pour rabattre le client vers ces sous-sols dont les prix exploseront sans doute dans les années à venir, à commencer par les rabatteurs eux-mêmes. Ceux-là même qui se chargent d’inonder les rues de contraventions ont pour employeurs ces deux entreprises de parkings souterrains. Voilà Indigo juge et partie, à l’instar d’Urbis. Efficace mais dégueulasse.

La seule différence entre un tract publicitaire et les forfaits post-stationnement, maintenant, c’est que cette publicité en faveur des parkings souterrains coûtera 42 ou 50 euros à ceux qui la lisent.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Sarkozy pour taxer les transactions financières

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

Taux d’intérêt négatifs : les banques hésitent à faire payer l’épargne courante mais pas pour longtemps...

04.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

01.

"Pas en mon nom" : ces raisons pour lesquelles les musulmans français sont plus timides que d’autres dans leur condamnation du terrorisme islamiste

02.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

03.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

04.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Voici comment Zemmour est devenu l’homme le plus célèbre de France…

Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Fleurs2jasmin
- 24/01/2018 - 02:29
@essentimo
Vu de Paris dans trop longtemps.... 2020 normalement.
essentimo
- 23/01/2018 - 17:19
Quand sont
les prochaines élections pour la Mairie de Paris ?
jurgio
- 22/01/2018 - 14:58
Quoi ! ???
Elle est encore là ? !!!!