En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

02.

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

03.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

04.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

05.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

06.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

07.

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Investigations
Covid-19 : l'OMS « fera tout » pour connaître l'origine du virus
il y a 12 heures 9 min
light > Media
Nouveaux projets
Jean-Pierre Pernaut va lancer un « Netflix des régions » le 18 décembre prochain
il y a 13 heures 45 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Femmes de fer, elles ont incarné la saga Wendel" de Alain Missoffe et Philippe Franchini : de la Révolution à la Ve République, portraits de quinze femmes d'exception au cœur d'une dynastie prestigieuse. Un récit captivant

il y a 13 heures 34 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 15 heures 44 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 16 heures 29 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 17 heures 58 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 18 heures 30 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 19 heures 37 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 20 heures 1 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 20 heures 30 min
pépites > Media
Entretien avec le chef de l’Etat
Emmanuel Macron sera interviewé ce jeudi 3 décembre en direct sur Brut
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Grande épreuve" de Etienne de Montety : Grand Prix du roman de l'Académie Française 2020 - Une religion chasse l’autre… Inspirée par l’assassinat du père Hamel

il y a 13 heures 20 min
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 14 heures 16 min
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 17 heures 47 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 17 heures 59 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 19 heures 32 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 19 heures 48 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 20 heures 8 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 20 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Polémique sur la génération "J'ai le droit"

Barbara Lefebvre : “Les gens n'en peuvent plus des excommunications idéologiques”

Publié le 23 janvier 2018
Après la publication de son livre sur la "Génération J'ai le droit", où elle écrit que l'école n'est pas là pour gouverner les esprits ou diffuser une idéologie, Barbara Lefebvre a été accusée d'être en plein "délire réac".
Barbara Lefebvre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Barbara Lefebvre, enseignante et essayiste. Auteur de C’est ça la France (Albin Michel). Elle a publié en 2018 Génération « j’ai le droit » (Albin Michel), était co-auteur en 2002 de l’ouvrage Les territoires perdus de la République (Pluriel)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la publication de son livre sur la "Génération J'ai le droit", où elle écrit que l'école n'est pas là pour gouverner les esprits ou diffuser une idéologie, Barbara Lefebvre a été accusée d'être en plein "délire réac".

Atlantico : Après la publication de votre livre "Génération "J'ai le droit"" et à la couverture médiatique qui lui a été donnée, vous faites l’objet de certaines critiques, notamment de la part des "Inrocks", qui, dans un article sur votre interview donnée au Parisien, fait état d'un "dossier anti-jeunes" et cite un tweet qui qualifie votre travail de "délire réac". Qu'est-ce que ces critiques disent de la société française actuelle et de ses lignes de clivage ?

Barbara Lefebvre : Le problème c'est que chacun comme toujours est dans son rôle. La publication d'un article assez neutre dans Le Parisien où il y a la simple description d'une réalité qui, apparemment, fait quand même largement écho à ce que vit chacun en tant que parent ou enseignant entraîne des réactions de ces idéologues incapables d'avoir un débat sur des sujets en étant factuel renvoie systématiquement à de l'idéologie. Leur intérêt c'est de cliver. J'ai pour ma part essayé de poser une situation qui est mon point de vue d'enseignante qui est sur le terrain car je ne suis pas une prof qui s'est mise à l'abri en université et je fais le constat depuis 20 ans d'une situation. J'ai la chance d'avoir une exposition médiatique  pour l'exprimer et je reçois énormément de messages de collègues qui me remercient de tenir ce discours.

Les idéologues collent l'étiquette "réac" car c'est le premier truc qui leur vient à la bouche  mais je crois surtout que ce qu'ils ont compris (et c'est ce qui les rend de plus en plus agressifs) c'est que ce discours-là plus personne ne veut l'entendre. Les gens n'en peuvent plus de l'excommunication idéologique et sur tous les sujets. Ils ne veulent plus  de clivages binaires car les gens sont beaucoup plus intelligents que ce que ces idéologues ne le laissent penser. La population aussi a le droit de penser la complexité, elle le fait et veut entendre des voix discordantes du discours bien-pensant ambiant.

En quoi peut-on considérer que les débats théoriques peuvent finir par avoir un impact sur le réel ? En quoi les idées, les méthodes d'éducation dites "progressistes" ont pu avoir ont pu avoir un tel effet ?

Ces méthodes se disent progressistes mais comme je le dis dans le livre, c'est "le progrès vu par le sommet". On prétend avoir un discours scientifique, rationnel, au service du peuple mais en réalité on sert ses intérêts propres qui sont en général les intérêts d'universitaires carriéristes qui ont tout intérêt à utiliser l'institution scolaire pour diffuser non pas des savoirs mais de l'idéologie. Ce que j'essaye de dire dans le livre c'est que l'école n'est pas là pour gouverner les esprits ou diffuser une idéologie.

Bien entendu le récit historique ait une part d'idéologie dans la façon dont on peut l'enseigner certes, mais ça ne doit pas être la mission de l'école de gouverner les esprits. Sa mission c'est de transmettre les bases de la culture pour permettre aux enfants de milieux populaires d'avoir les instruments concrets pour pouvoir s'élever en fonction de leurs talents. Or, avec toutes ces théories pédagogiques issues de la génération des années 60/70 on s'est mis à récuser ou à renoncer à transmettre un héritage classique. On a décidé que la culture c'était l'outil de domination de la classe bourgeoise. A partir du moment où on a eu cette lecture politique, idéologique on s'est mis à déconstruire tous les savoirs, tous les rapports hiérarchiques, tout ce qui faisait l'autorité. Finalement tout ce qui venait d'une puissance institutionnelle avait pour but de dominer les masses et il fallait libérer ces masses.

On a tellement libéré tout le monde de toutes les contraintes que maintenant on a des enfants qui sont prisonniers de leur illettrisme et de leur acculturation. C'est un échec sociétal majeur et ça explique aussi pourquoi ce système-là, une bonne partie de nos élites n'ont pas envie de le changer car ça les arrange. C'est plus facile de gouverner des gens qui lisent peu.

Aujourd'hui est-ce que ces gens sont capables de regarder la réalité des effets de leur idéologie ?

Quel est le rôle pouvant être attribué à ce qui est régulièrement appelé "néolibéralisme", le capitalisme financier, la marchandisation à outrance ? En quoi la vision de parents consommateurs de l'école, de citoyens consommateurs du service publics, a-t-elle pu renforcer la situation que vous décrivez ?

Le libéralisme dans sa forme la plus débridée est directement rattaché à cet hyper-individualisme que j'aborde dans mon livre. Plus vous fragmentez une société, plus vous atomisez l'individu, plus vous le rendez fragile. La grande idée c'est celle-ci : on a détruit l'individualisme civique. La grande idée de l'individualisme c'est de faire de l'individu un être libre, autonome et capable d'avoir cet intérêt pour la société. C'était un individualisme qui s'inscrivait dans un projet commun. Aujourd'hui le résultat est tout autre. On a encouragé le consumérisme et l'ultra libéralisme encourage l'individu à être seul avec lui-même. On lui fait croire que cette solitude est la grandeur de sa singularité alors qu'au contraire c'est une façon de l'affaiblir, de l'appauvrir intellectuellement pour le rendre le plus gouvernable possible  et, in fine, en faire un simple consommateur à qui l'on va expliquer que faire ses courses avec un cadis tous les dimanches c'est sa liberté alors que c'est son aliénation.

Les parents consommateurs d'école et les citoyens consommateurs de service public sont aussi l'expression de ce qu'on a voulu faire de notre société où l'on a transformé chaque personne en usager du service public. A voir la manière dont beaucoup se comportent face à ces services, on voit qu'ils se considèrent en parfaite égalité avec l'autorité publique et c'est un problème.

Face à ces droits revendiqués, comment s'est produit cette lente détérioration de la question des "devoirs" ?

On oublie qu'il y a des devoirs car justement le "destin de la cité" nous importe moins aujourd'hui que notre "destin personnel". A partir de ce moment-là vous considérez d'abord avoir des droits et c'est uniquement quand ceux-ci auront été scrupuleusement respecté et reconnu que éventuellement vous pouvez concéder à la société, au commun, d'exercer vos devoirs. La représentation que l'on a encouragé depuis 20 ou 30 ans c'est que la société est au service de l'individu et que l'individu n'est plus au service de la société puisqu'il n'y a plus de projets collectifs. Ce non accomplissement  des devoirs rejoint la question de a délégitimassions de l'autorité et en particulier de l'autorité de l'Etat.

Peut-on considérer que les coups portés à la famille, aux traditions, à l'autorité, au respect des ainés, aux religions, ont pu avoir pour effet de mettre les enfants au centre du sens de la vie, et donc de toutes les attentions ?

Oui mais c'est un phénomène beaucoup plus civilisationnel que cela.  Aujourd'hui nos enfants sont les enfants du désir alors que dans les années 60 lorsqu'on demandait à des femmes qui venaient d'avoir des enfants si ces derniers étaient souhaités, on s'apercevait qu'il n'y avait qu'à peu près 40% de réponses positives. Aujourd'hui on est à plus de 85%. Aujourd'hui vis-à-vis des enfants que l'on a, on ne sent plus uniquement un sentiment de responsabilité mais aussi un devoir de les épanouir, de les rendre le plus libre et autonomes alors qu'ils sont encore fragiles. Un enfant c'est fragile psychologiquement et ça doit être accompagné, guidé par des parents. A bien y réfléchir, il fallait évidemment remettre en question cette domination morale qui pouvait exister dans les années 40/50/60 mais on l'a abolis pour ne rien construire derrière si ce n'est une permissivité générale et une mise en égalité de tout avec tout le monde. Aujourd'hui le droit pour un enfant d'exprimer son opinion est quasiment le même que le droit de l'adulte.  

"Génération 'J’ai le droit'" de Barbara Lefebvre, aux éditions Albin Michel 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zombikiller
- 21/01/2018 - 20:09
Article intéressant
Mais bon sang quelqu'un peut il le relire avant de la publier et corriger fautes de frappe, de syntaxe et de grammaire ?
Anguerrand
- 21/01/2018 - 15:13
A vangog
Mais non le FN n'est pas seul à dénoncer ce que vous appelez europeiste - mondialiste ( il faudra choisir entre les deux). Votre camarade Melenchon, les ZADistes,et l'extrême gauche sont d'accord une fois de plus sur vos position. Salut camarade Vangog.
vangog
- 21/01/2018 - 11:44
L’ascension de la dictature europeiste-mondialiste?...
Le Front National est le premier et le seul parti politique qui l’ait dénoncé. Nous sommes heureux que des Français de tous horizons politiques la dénoncent, aujourd'hui. Mais prenez garde! car cette dictature mondialiste se défend, bannit médiatiquement les résistants, et renforcé, partout, le pouvoir du NOM. Rejoignez la résistance à ce nouveau fascisme, avant d'être submergés!...