En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette

03.

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

04.

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

05.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

06.

Enquête administrative sur le PNF : utile ruée dans les brancards d’Éric Dupont Moretti ou taureau dans un magasin de porcelaine ?

07.

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

03.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

06.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

L’impossible équation du coronavirus

il y a 25 min 15 sec
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment Emmanuel Macron, via ses réformes, attise la France inflammable

il y a 27 min 55 sec
décryptage > International
Mère de vertu

Patience et prudence, piliers de la réponse iranienne à l'agressivité américaine

il y a 28 min 46 sec
décryptage > International
Danger ?

Frédéric Encel : "L’usage cynique du Covid-19 par des régimes autoritaires et/ou expansionnistes et des mouvances religieuses pose problème"

il y a 29 min 40 sec
décryptage > Santé
Effet indirect

Les chirurgiens dentistes font face à une épidémie de dents cassées depuis le confinement

il y a 32 min 29 sec
décryptage > Politique
Démarche de réfléxion

Jean Leonetti : "Le gouvernement a montré les limites de l’ambiguïté du « en même temps »"

il y a 33 min 25 sec
pépites > International
Menace
Les Etats-Unis accusent le Hezbollah de stocker du nitrate d'ammonium en Europe
il y a 16 heures 55 min
pépites > France
Prudence
Inondations : le Gard en alerte rouge, la Lozère et l'Hérault en vigilance orange
il y a 18 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le théorème du parapluie" : Le spectacle est permanent, émerveillons-nous !

il y a 20 heures 4 min
pépite vidéo > Insolite
Spiderman
Paris : un homme interpellé après avoir escaladé la tour Montparnasse à mains nues
il y a 20 heures 50 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : civils, colombes et commandement

il y a 25 min 43 sec
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Liberté d’expression, fake news et post-vérité : un jeu de dupes

il y a 28 min 16 sec
décryptage > Europe
Négociations

Brexit : bobards pour une border !

il y a 29 min 14 sec
décryptage > High-tech
Piratage automne hiver 2020/21

Voilà les techniques les plus utilisées par les escrocs en ligne et autres pirates informatiques

il y a 31 min 58 sec
décryptage > Science
Survivants

Pourquoi les oiseaux ont survécu aux impacts d'astéroïdes géants et pas les dinosaures

il y a 32 min 48 sec
décryptage > Société
Agitateurs

Islamistes, décoloniaux, écolos zozo et autres dangers pour la démocratie : ce continent immergé qui prospère sur le web

il y a 33 min 39 sec
pépites > Economie
Blacklist
Interdiction de TikTok aux Etats-Unis : la Chine annonce des mesures de rétorsion
il y a 17 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La bombe" : une histoire explosive

il y a 20 heures 13 sec
pépite vidéo > Religion
Débat pas simple
Voile à l'Assemblée : pour Jean-Sébastien Ferjou, "le voile a une double nature, privée et politique"
il y a 20 heures 9 min
pépites > International
Disparition
États-Unis : Ruth Bader Ginsburg, juge à la Cour Suprême, est décédée
il y a 21 heures 23 min
© Reuters
© Reuters
Reine Mère

La "malédiction" de la Reine des abeilles ? De nouvelles données précisent l’attitude (agressive?) des femmes de pouvoir face aux autres femmes de leur environnement professionnel

Publié le 08 janvier 2018
La femme est-elle un loup pour la femme ? C'est en tout cas ce que semble montrer une récente étude américaine qui affirme que les femmes hiérarchiquement haut placées sont plus dures avec leurs subordonnées du même genre que ne le sont les hommes avec leurs subordonnés.
Sarah Saint-Michel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Leadership : Hommes, femmes mode d’emploi. Editions Pearson. 2016
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La femme est-elle un loup pour la femme ? C'est en tout cas ce que semble montrer une récente étude américaine qui affirme que les femmes hiérarchiquement haut placées sont plus dures avec leurs subordonnées du même genre que ne le sont les hommes avec leurs subordonnés.

Atlantico : Qu'est-ce que le "Queen Bee syndrom" ?

Sarah Saint-Michel : Théorisée dans les années 1970 par Staines et ses collègues (1973), la notion de reine mère (Queen Bee chez les Anglo-Saxons) caractérise une femme occupant une position de pouvoir dans l’organisation, expérimentée et intransigeante, plus particulièrement à l’égard de ses collaboratrices. L’histoire de la reine mère est celle d’une femme ayant gravi les échelons, souvent avec difficultés et au prix de nombreux sacrifices, dans des environnements professionnels masculins. Cette femme aurait adopté tous les codes de conduite de son milieu professionnel (assertivité, domination, autorité) et exigerait à son tour des autres femmes des sacrifices, leur causant les mêmes difficultés qu’elle aurait dû surmonter pour accéder à sa position de pouvoir. La reine mère ne ferait dès lors montre d’aucune solidarité à l’endroit des autres femmes, bien au contraire : souhaitant conserver son statut qui lui procure un caractère unique et lui permet de régner au milieu de l’assemblée des hommes, elle aurait plutôt tendance à éliminer ou empêcher la progression des autres femmes.

La Queen Bee est souvent perçue comme trop autoritaire (trop masculine ?) par ses collaborateurs ; et parce qu’on attend des femmes qu’elles déploie de qualités dites féminines (douceur, bienveillance ou encore sensibilité aux besoins des autres), les Queen Bees apparaissent comme de « mauvaises femmes » et/ou comme des traitresses à la cause féminine et féministe. Et si ces mêmes comportements sont considérés chez un homme comme efficaces et légitimes, déployés par une femme ils suscitent dévalorisation et méfiance. 

A partir de l’étude et de vos connaissances du sujet, considérez vous que ce phénomène se vérifie vraiment en environnement de travail ?

Ma boss m’a longtemps présentée comme “la petite”, ce qui me flattait presque, tant je l’admirais. Mais, aujourd’hui, j’ai le sentiment qu’elle a du mal à me laisser grandir et je suis révoltée qu’elle ne m’estime pas capable de prendre seule des décisions » (Propos recueillis dans le magazine Elle 2015). Infantilisées, tyrannisées, méprisées, tel serait le destin tragique de celles qui travaillent pour une femme de pouvoir. Le cinéma n’est pas en reste pour donner corps à cette croyance et proposer des archétypes de ces femmes tyranniques : ainsi de Meryl Streep incarnant la terrible directrice d’un magazine de mode prestigieux, Miranda Priestly, dans Le Diable s’habille en Prada

Il est indéniable de constater que sur le terrain, dans les entreprises, il existe des Queens Bees. En effet, plusieurs études viennent confirmer l’existence de tels comportements de la part des femmes ayant du pouvoir. Une étude menée en 2006 par deux professeurs espagnols, Rocio Garcia-Retamero et Esther Lopez-Zefra, souligne ainsi qu’il vaut mieux pour une femme avoir un supérieur homme. En effet, un certain nombre de femmes en position de pouvoir auront tendance à adopter une attitude plus sexiste qu’un homme et chercheront à bloquer les carrières de leurs followers. Ces nouveaux travaux révèlent comment les opinions stéréotypées émises par ces femmes expérimentées dans le milieu professionnel peuvent se révéler néfastes pour la réputation et la crédibilité des autres femmes. Le fait que ces critiques soient formulées par des femmes expérimentées envers d’autres femmes les rendent par ailleurs plus crédibles et légitimes que celles émises par des hommes à l’encontre des femmes. Ainsi desservent-elles, consciemment ou non, la cause des femmes et leur progression hiérarchique, ce qui in fine les conduit à obtenir un statut unique dans les postes de top management.

Comment expliquer de tels comportements ?

Pourquoi les Queen Bees agissent-elles ainsi ? Pour expliquer ce manque de solidarité de la part des femmes, certains avancent l’idée que pour parvenir à leur poste, ces femmes se sont conformées aux codes masculins du pouvoir (présentéisme, assertivité, autorité) et les ont intériorisés de manière naturelle. Elles exigent implicitement de leurs collègues féminines le même niveau d’investissement qu’elles et n’envisagent pas une remise en question du modèle. De plus, en adoptant tous les codes masculins du pouvoir, la Queen Bee s’inscrit dans une stratégie de compétition auprès de ses collègues, qui sont la plupart du temps des hommes.

En réalité, les choses sont plus complexes et surtout, elles ne se jouent pas qu’à un niveau individuel. Seules les femmes de pouvoir évoluant dans des organisations où la culture et le stéréotype du leader sont très masculins, où les rapports sont caractérisés par la compétition, l’individualisme ou l’agressivité, se comportent de façon compétitive, individualiste ou agressive – tout simplement parce que, voulant prendre le pouvoir, elles se conforment aux attentes de rôle valorisées par l'organisation (Saint-Michel, 2011). Si ces attentes de rôle sont masculines, il n’est pas étonnant de retrouver ces comportements chez les hommes et les femmes. Simplement, ils apparaissent comme plus saillants chez les femmes du fait que l’on n’attend pas ce type de comportement de la part d’une femme. En ce sens, si la Queen Bee doit être jugée « coupable » de quelque chose, c’est moins de méchanceté envers les autres femmes que d’une conformité dérangeante avec le modèle masculin de leadership et de réussite.

Les stratégies qu’il existe pour faciliter l’entraide féminine plutôt que ce type de comportement ?

Il faut tout d’abord réfléchir au modèle de leadership, de pouvoir que l’on souhaite valoriser dans son entreprise. S’il s’agit d’un modèle stéréotypé comme masculin valorisant la domination, le pouvoir et l’autorité ; il est évident que hommes et femmes vont vouloir s’y conformer pour progresser. Ce que l’on sait en revanche, c’est que lorsque ces mêmes comportements sont déployés par des femmes, celles-ci se trouvent alors dévalorisées comparativement à leurs homologues masculins qui agissent de la même façon. Face à ce constat, il convient donc de repenser les référentiels de leadership afin qu’ils soient davantage inclusif ; que hommes et femmes puissent se projeter dedans.

Ensuite, il est nécessaire de former les individus aux stéréotypes et biais de perception concernant les hommes et les femmes en matière de pouvoir, de leadership. Nous agissons tous à l’aide des stéréotypes, afin de classer et trier l’information. Il est nécessaire de déculpabiliser. Par contre, les études soulignent que lorsque les individus en prennent conscience, il n’agissent plus sous leur emprise. Ils prennent le temps de réfléchir pour ne pas formuler des décisions hâtives et biaisées. N’oublions pas, un même comportement déployé par un homme ou une femme ne sera pas perçu de la même façon en raison des stéréotypes ….

Enfin, les réseaux féminins permettent de créer une véritable cohésion féminine, afin d’ouvrir et de libérer la parole. Néanmoins, aujourd’hui il sont remis en question parce que trop clivant et pas assez inclusif à l’égard des hommes ; qui, soulignons le, peuvent être aussi victimes de biais de perception.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 08/01/2018 - 13:58
La reine-mère
Brigitte surveille de près celles qui passent trop près du dard de son homme. La fautive est sanctionnée dare-dare.
patafanari
- 08/01/2018 - 12:57
"Leadership et followers"
Selon Saint Michel, l'avenir appartient aux femmes laides qui ne seront
ni harcelées par les uns, ni jalousées par les autres.
Qu'est que tu en penses, Angela ?