En direct
Best of
Best of du 4 au 10 mai 2019
En direct
© BEHROUZ MEHRI / AFP
Moyen-Orient
Comment l’Iran est en train de réussir sa patiente stratégie d’encerclement d’Israël et de l’Arabie saoudite
Publié le 08 décembre 2017
Avec les victoires des armées gouvernementales syriennes et irakiennes et la rébellion des rebelles Houthis au Yemen, la position de l'Iran s'est indéniablement renforcée au Moyen-Orient.
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Avec les victoires des armées gouvernementales syriennes et irakiennes et la rébellion des rebelles Houthis au Yemen, la position de l'Iran s'est indéniablement renforcée au Moyen-Orient.

Suite à la décision prise par Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, le président des Etats Unis a pu être accusé de renforcer la position de Téhéran dans la région. Selon un article publié le 21 novembre dernier par Foreign Policy "Téhéran est en train de gagner la guerre pour le contrôle du Moyen Orient". Cette situation d'hégémonie régionale se traduit-elle dans les faits ? En quoi l'Iran afficherait aujourd’hui une position "d'encerclement" de la région ? Quelles sont ces positions ? 

Thierry Coville : Je pense qu'il est faux de parler d'hégémonie régionale de l'Iran. Ce qui est une réalité est que la position régionale de l'Iran s'est renforcée ces dernières semaines avec les victoires des armées gouvernementales syriennes et irakiennes. L'Iran a été un acteur décisif dans ces deux conflits. 

En Irak, les Iraniens ont envoyé des groupes de Pasdaran qui ont encadré les milices chiites qui ont joué un rôle décisif dans la lutte contre Daech. En Syrie, les Pasdaran ont également encadré les milices chiites qui ont également, avec le Hezbollah, été un acteur déterminant (avec l'aviation russe) dans les victoires contre les groupes d'opposition, et notamment Al Nosra et Daesh. Cela signifie-t-il que l'Iran contrôle la région ? Il est vrai que les Iraniens tiennent à développer une influence en Irak parce qu’ils veulent absolument qu'un pouvoir chiite gouverne ce pays. Les Iraniens n'ont pas oublié les huit ans de guerre avec l'Irak de Saddam Hussein. Par ailleurs, les autorités irakiennes savent ce qu'elles doivent à l'Iran dont l'aide, on vient de le dire, a été décisive dans la lutte contre Daesh. Mais, d'un autre côté, il existe un nationalisme irakien. Les sunnites irakiens (près de 25 % de la population) vont rester opposés à la présence iranienne mais même chez les chiites Irakiens, on peut penser qu'il y a une réticence à une trop grande présence iranienne. Il faut noter également que le chef religieux des chiites irakiens, l'Ayatollah Sistani, s'est toujours ainsi opposé au principe de velayat-e faqih qui, en Iran, légitime la supériorité du religieux sur le politique. Les iraniens savent qu'également, à terme, l'Irak devra également développer des relations économiques et politiques avec l'Arabie Saoudite. On voit donc que même si les chiites représentent la majorité de la population irakienne (plus de 50 %), il est faux de dire que l'Iran contrôle l'Irak. L'Irak est donc important pour l'Iran car les Iraniens veulent qu'un gouvernement chiite contrôle l'Irak. L'Irak est également devenu le deuxième marché de l'Iran pour ses exportations non pétrolières, ce qui signifie que l'Iran, qui doit développer ses exportations non pétrolières, a besoin de stabilité dans la région. Donc, il y a une influence iranienne en Irak, qui a ses limites et se réduira à terme.

Très clairement, l'aide iranienne a été décisive dans la victoire des forces gouvernementales en Syrie. Que va faire l'Iran de cette victoire ? Il est trop tôt pour le dire. Les autorités iraniennes et notamment le ministre des affaires étrangères, Mohammad Djavad Zarif, répètent que ce sera à la population syrienne de décider à terme qui seront ses dirigeants. Néanmoins, on sait également que les Iraniens  voient la Syrie comme un pays clé pour soutenir le Hezbollah. On sait également que les Pasdaran veulent établir des bases militaires en Syrie. Quelle va être l'influence iranienne en Syrie ? Elle sera sûrement importante mais tout dépendra du déroulement des négociations futures pour la mise en place d'un nouveau pouvoir en Syrie. Par ailleurs, il faudra voir quelles seront les relations à terme entre le "nouveau" pouvoir syrien et l'Iran. 

Enfin, au Yémen, si l'Iran soutient officiellement les Houthis, cette aide reste a priori, très limitée. Le soutien aux Houthis est pour les Iraniens un moyen de faire pression sur l'Arabie Saoudite. Mais très clairement, il n'existe pas de plan iranien de contrôler à terme le Yémen.

Plutôt qu'une prise de contrôle du Moyen-Orient par l'Iran, il faut plutôt parler d'échec de la stratégie saoudienne dans leur affrontement géopolitique avec l'Iran. Plus particulièrement, le soutien saoudien aux groupes salafistes comme Al Nosra en Syrie a conduit à une impasse du fait de la résistance militaire sur le terrain mais aussi de la prise en compte du côté occidental (un peu tard il est vrai) des dangers induits à terme par la victoire en Syrie de groupes de ce type.

Comment cette position hégémonie a-t-elle été acquise par Téhéran ? S'agit-il plus du résultat d'une politique en ce sens, ou plutôt du résultat de circonstances particulières en place depuis la guerre d'Irak de 2003 ?

Effectivement, il n'y a jamais eu de plan iranien préparé à l'avance. En 2003, il faut rappeler que même si l'Iran était le pays dans la région qui avait le plus souffert du régime de Saddam Hussein, les autorités iraniennes étaient opposées à l'attaque américaine. Par contre, ils ont vu dans la chute de Saddam Hussein une occasion unique de développer leur influence dans ce pays. Plusieurs partis politiques chiites opposés à Saddam Hussein s'étaient réfugiés en Iran après la révolution iranienne. Ses dirigeants ont noué des relations de confiance avec les autorités iraniennes. L'un de ses dirigeants irakiens, l'Ayatollah Shahroudi, est même, devenu ministre de la justice en Iran et on parlait de lui récemment comme d'un possible successeur du Guide iranien, Ali Khameini. Il était évident que suite à la chute de Saddam Hussein, les autorités iraniennes allaient tout faire pour développer leur influence en Irak par l'intermédiaire de ces partis. Plus récemment, l'Iran a été obligé d'intervenir militairement en Irak pour éviter que ce pays ne tombe aux mains de l'Etat Islamique à partir de l'été 2014. L'Iran, compte tenu de l'importance stratégique de l'Irak, était alors obligé d'intervenir et ne pouvait pas laisser s'établir l'Etat Islamique dans un pays voisin.

En Syrie, le narratif iranien est qu'ils ont été obligés d'intervenir pour plusieurs raisons. Tout d'abord, la Syrie était le seul allié arabe qu'ils avaient pendant la guerre avec l'Irak. Par ailleurs, la Syrie avec le Liban fait partie pour le régime iranien de l'axe de résistance contre Israël et la Syrie est un donc un pays clé pour acheminer de l'aide au Hezbollah. Enfin, les autorités iraniennes étaient obligées d'intervenir pour éviter que des groupes extrémistes comme l'Etat islamique ou Al Nosra prennent le pouvoir en Syrie. Par contre, le discours est différent en Iran quant à la crise syrienne dans les camps modérés et radicaux. Les modérés vont insister sur le caractère dictatorial du régime de Bachar El Assad et sur son incapacité à répondre aux premières manifestations autrement que par la répression alors que les radicaux sont silencieux sur ces thèmes. L'ensemble des groupes politiques en Iran s'accordent toutefois sur le danger que représentent pour les chiites et la stabilité dans la région des groupes comme l'Etat Islamique et Al Nosra.

On voit donc que ces deux interventions iraniennes résultaient de la nécessité de défendre des objectifs stratégiques. Quand ces objectifs stratégiques ne sont pas présents et que les risques sont trop grands, les Iraniens vont plutôt éviter l'intervention militaire comme en 1998, où le choix a été fait de na pas intervenir militairement en Afghanistan alors que les Talibans venaient d'assassiner plusieurs diplomates iraniens à Mazar El Sharif.

Que peut-on anticiper pour l'avenir ? Doit-on s'attendre plus à une tentative de conciliation entre Etats Unis et Iran, notamment sur des bases économiques et pétrolières, ou faut-il s'attendre à une prolongation et une intensification d'un conflit larvé entre Téhéran et Riyad ? 

On sait bien que si l'on raisonne en termes économiques, les autorités américaines auraient plutôt intérêt à commencer à négocier avec l'Iran pour que leurs entreprises soient présentes sur le marché iranien. Malheureusement; les signaux donnés par l'administration Trump vont plutôt dans le sens d'une diabolisation de l'Iran et d'un soutien aveugle à l'Arabie Saoudite. Par ailleurs, les dernières semaines et l'épisode Hariri ont plutôt conduit à une montée des tensions entre l'Iran et l'Arabie Saoudite. Pourtant, il existe un camp modéré en Iran sous la direction du président Rohani qui, dans la continuité de la politique de rapprochement avec les monarchies arabes du Golfe Persique de l'ancien président iranien Rafsandjani, est prêt à négocier avec l'Arabie Saoudite. Le problème est que les dirigeants saoudiens semblent privilégier une politique de montée des tensions dans toute la région. Par ailleurs, la politique anti-iranienne de Trump et le caractère disruptif de sa politique moyen-orientale (comme la reconnaissance de Jérusalem comme capitale d'Israël) ont plutôt tendance à renforcer le camp des radicaux en Iran. Et ces derniers sont plutôt partisans de répondre par la force à ce qu'ils estiment être une stratégie d'agression saoudienne. Dans un tel contexte, l'Union européenne et la France doivent absolument jouer un rôle visant à diminuer les tensions entre l'Arabie Saoudite et l'Iran.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
04.
Dear Melania : pourquoi les médias se trompent (aussi) sur la First Lady
05.
Cet autre mea culpa que devrait envisager Emmanuel Macron pour préserver la fin de son quinquennat
06.
Kim Kardashian veut 7 enfants, Laura Smet en attend un, Alain Delon attend des siens qu’ils ne se déchirent pas à la Johnny; Voici voit Laeticia Hallyday & Sébastien Farran réconciliés, Closer les voit tendus; Victoria Beckham s’est fait gonfler les joues
07.
L'association WWF accusée de stériliser des populations aux abords de parcs nationaux en Afrique et en Inde
01.
Pourquoi les entretiens d’évaluation annuels sont inutiles pour la plupart des salariés
02.
Aveuglement ? Un dîner caritatif est organisé à Saint-Denis au profit d’un Centre de formation des Oulémas soupçonné d’entretenir de troubles liens avec les dhijadistes anti-occidentaux
03.
Derrières les ors et les artifices, pourquoi le Qatar est toujours un dangereux émirat moyenâgeux
04.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
05.
L'OPA du néo-sultan Erdogan sur la diaspora turque de France et d’Europe via les écoles et les mosquées
06.
Ce que les experts de l’OMS recommandent pour réduire les risques de démence sénile
01.
“Droite Trocadéro” contre “droite mercato” : ce que cache la querelle entre LR et ex LR ralliés au macronisme
02.
Pétition anti-Delon : l’erreur psychologique majeure commise par ceux qui croient que le bonheur serait garanti dans un monde 100% bon sentiment
03.
Le glyphosate, le dernier débat hystérique de tous ceux qui se méfient de l’Europe et du progrès
04.
De l'art d'utiliser les morts : et Nathalie Loiseau enrôla Simone Veil dans sa campagne
05.
Emmanuel Macron, l’Europe, le RN et les Gilets jaunes : un cocktail détonnant de vérités et d’erreurs intellectuelles ou politiques majeures
06.
Gilets jaunes, six mois déjà et ces questions restées sans réponse sur les défis auxquels fait face notre démocratie
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 09/12/2017 - 09:28
Non ! L'Iran n'a aucun moyen
Non ! L'Iran n'a aucun moyen, ni la volonté d'encrcler Israël.... L'Iran se fout d'Israël ! Seul le débouché d'un gazoduc en méditerranée l'intéresse. C'est déjà presque gagné, et c'est ça qui emmerde l'Arabie saoudite.
Ganesha
- 09/12/2017 - 06:42
Impressions personnelles
Il semble que dans la guerre chiites-sunnites, ce sont pour l'instant les chiites qui ont le dessus. Il semble aussi, quand on compare la vie quotidienne en Iran et dans l'État Islamique, qu'ils sont nettement plus raisonnables.
Marie-E
- 08/12/2017 - 16:47
Coville
et l'Iris. Mauvais souvenir de ses 2 interventions à I24. Pour moi la solution pour un Iran tranquille : 1/ les mollahs ont une révélation divine et adorent Israël et tous les pays du Proche Orient + l'Occident .... 2/ il y a une révolution en Iran et les modérés (les vrais pas Rohani) gagnent). 3/ les mollahs se calment et s'occupent de leurs oignons, de leur population (qui ne les mérite pas) et essayent de construire avec des normes dignes en sismologie et en cat nat ... 4/ ils obligent les gentils à s'occuper d'eux avant qu'ils soient porches du point de non retour .... et là je ne suis pas pour eux