En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Reuters
Mirages européens
Euro-pessimisme : ces bonnes nouvelles qui ne sont qu’une embellie en trompe-l’œil pour l’Union
Publié le 30 novembre 2017
Entre le règlement probable du Brexit, la perspective d’une coalition entre la CDU et le SPD en Allemagne ou encore les listes transnationales aux européennes, les "heureuses" nouvelles semblent s'accumuler pour l'UE ces derniers jours. Mais ces évolutions peinent en réalité à dissimuler la crise de fond traversée par l'Europe, et la multiplication des lignes de fracture.
Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.   
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bertoncini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves Bertoncini est Président du Mouvement Européen – France et consultant en Affaires européennes.   
Voir la bio
Rémi Bourgeot
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rémi Bourgeot est économiste, chercheur associé à l’IRIS et spécialiste des marchés de capitaux. Il a poursuivi une double carrière de stratégiste de marché dans le secteur financier et d’expert économique sur la zone euro et les marchés émergents pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Entre le règlement probable du Brexit, la perspective d’une coalition entre la CDU et le SPD en Allemagne ou encore les listes transnationales aux européennes, les "heureuses" nouvelles semblent s'accumuler pour l'UE ces derniers jours. Mais ces évolutions peinent en réalité à dissimuler la crise de fond traversée par l'Europe, et la multiplication des lignes de fracture.

Modification du mode scrutin en France pour une plus grande lisibilité des élections européennes, ouverture du SPD à des négociations en Allemagne en vue de la formation d'une nouvelle grande coalition, accord probable sur le montant du Brexit… Les "bonnes" nouvelles européennes semblent s'accumuler au cours de cette semaine. Peut-on réellement partager cet optimisme qui se dégage de cette conjoncture ? En quoi les problématiques soulevées ici pourraient être plus profondes qu'il n'y paraît ?

Yves Bertoncini : Le contexte européen est sans nul doute meilleur qu’il y a deux ans, mais les « nouvelles » que vous évoquez ne sont pas toutes aussi bonnes qu’annoncées pour l’UE.

La perspective d’une coalition pro-européenne en Allemagne est assurément la plus décisive : le retour de la grande coalition CDU/CSU-SPD ou la  formation d’une coalition minoritaire CDU/CSU-Verts soutenue par le SPD permettraient à la France et à ses partenaires de trouver à Berlin des interlocuteurs clairement engagés dans la poursuite de la construction européenne. Attention cependant à ne pas surestimer leur dynamisme européen : l’Allemagne a déjà beaucoup concédé dans la période récente, notamment pour tout ce qui relève de la zone euro, et il lui faudra du temps pour s’engager pleinement en matière de sécurité et de défense.

L’accord qui se dessine pour acter le divorce entre le Royaume-Uni et l’UE est une condition minimum pour commencer les négociations sur le futur partenariat entre ce pays et le continent. Et c’est là que les vraies difficultés vont commencer, y compris du point de vue de la cohésion des 27 autres Etats-membres, qui n’ont pas tous les mêmes intérêts et aspirations.

Quant à la renationalisation annoncée du scrutin européen en France, il ne s’agit pas d’une « bonne nouvelle » mais d’un retour en arrière : des élus hors sol, coupés de tout ancrage territorial ; une plus grande fragmentation de notre représentation parlementaire à Strasbourg, positive en termes de pluralisme partisan mais très négative pour l’influence française ; des élections qui vont encore plus faire office d’élections intermédiaires nationales, centrées sur l’approbation ou non du pouvoir en place… Mieux vaudrait régionaliser le mode de scrutin en s’appuyant sur les nouvelles collectivités à « dimension européenne » récemment créées : la France n’est pas une circonscription, les Hauts de France et l’Ile de France ont vocation à l’être.

Rémi Bourgeot : On peut en premier lieu rester circonspect face à la tendance générale à déceler des inflexions importantes d’une semaine à l’autre, si ce n’est jour après jour, dans les évolutions aussi bien politiques qu’économiques. Quelque soit l’inspiration qui la guide, cette approche suit les travers de l’analyse de marché, alimentée par un flot de nouvelles et de surprises pas toujours si surprenantes...

On peut difficilement dire que les nouvelles évoquées constituent un début de nouvelle donne positive pour l’Europe. L’ouverture du SPD à une nouvelle grande coalition est dictée par l’impasse qui règne en Allemagne dans les négociations en vue de former un gouvernement et les craintes d’une donne similaire en cas de nouvelles élections. Au soir de l’élection, face à la déroute de son parti, Martin Schulz n’avait eu d’autre choix que d’affirmer qu’il siégerait dans l’opposition, fermant la porte à un nouvel accord avec le bloc conservateur CDU-CSU d’Angela Merkel. Sous la pression du Président fédéral Frank-Walter Steinmeier, lui-même issu du SPD (et ministre jusqu’à récemment d’Angela Merkel), les sociaux-démocrates s’ouvrent à des négociations. Cela peut permettre d’aboutir à la formation d’un gouvernement, mais ne règle rien au fond de la crise politique qui affecte l’Allemagne. Et il serait léger de se réjouir d’un nouvel accord bancal, de nature technique. Le fond du problème réside dans la crise de représentativité démocratique, avec la confusion qui domine le positionnement des partis et en particulier d’Angela Merkel qui prend des idées un peu partout et n’a pas dessiné de programme cohérent. L’entrée massive de l’extrême droite au Bundestag est un symptôme de cette crise de fond, à laquelle un nouvel arrangement entre les principaux partis n’apportera pas de solution véritable.

Il est périlleux pour l’Europe, face à la lame de fond de la crise de représentativité qui la traverse de s’adonner à une attitude de spectateur de crise en crise, en multipliant les expressions de soulagement de faible durée sur le mode de la « gestion de crise », logique qui domine le paysage institutionnel et étouffe les débats de fond.

En ce qui concerne le Brexit, on ne peut que constater une volonté ancrée des deux côtés d’aboutir à une relation approfondie qui ne remette pas en cause le fond des échanges commerciaux. Les négociations sont bel et bien chaotiques et les sujets de désaccord, notamment financiers, difficiles à résoudre, mais cela ne signifie guère que quiconque souhaite une issue sans accord et nous avons donc à faire, à divers égards, à une forme de mise en scène. Au final, les Européens voudront s’assurer que le Royaume-Uni paye le prix de l’affront, en devant sacrifier certaines activités financières en particulier. Mais le Brexit représente une menace de fond pour une Union européenne traversée par une multitude de crises. Une rupture véritable serait inadmissible pour un certain nombre de pays d’Europe du Nord sur le plan économique et, politiquement, un véritable échec des négociations serait désastreux pour l’Union européenne dans son ensemble. Les négociations sont chaotiques du fait du marasme politique auquel Theresa May est confrontée à Westminster et du cadre de négociation invraisemblable qui a été fixé par la partie européenne, avec un négociateur, Michel Barnier qui n’a pas de véritable mandat pour négocier et doit se contenter d’encadrer les différentes étapes par la production de rapports d’avancement.

Brexit, Europe centrale, fragilité des partis socio-démocrates, élections italiennes etc... Quels sont les points de blocage les plus importants pour avancer dans cette "nouvelle" Europe ? Ces points ne sont-ils pas sous-estimés par les différentes parties en présence ?

Yves Bertoncini : Laissons l’exception britannique de côté : les autres peuples de l’UE ne veulent pas la quitter. Nombre de citoyens sont eurosceptiques mais il n’y a nulle part ailleurs de majorité europhobe, y compris en Europe centrale.

Pour autant, les crises de copropriétaires qui secouent l’UE depuis plus d’une décennie sont loin d’être surmontées : les tensions et clivages liés à la crise de la zone euro et à la crise des réfugiés sont toujours vivaces – on le voit bien en Italie par exemple. Et d’autres crises de copropriétaires sont en germe, notamment autour du respect de l’Etat de droit et des valeurs européennes, mais aussi en vue de la refonte du budget européen – sans oublier la gestion du marché unique, comme l’illustrent les crispations sur le travail détaché ou l’autorisation du glyphosate…

Ces clivages ne divisent pas seulement les Etats mais les peuples de l’UE : ils ne doivent donc pas être sous-estimés et ne pourront être surmontés que si les Européens regardent davantage par les fenêtres de leur maison commune, s’ils se tournent davantage vers le monde extérieur pour y affirmer leurs intérêts communs, s’ils passent de l’introversion à l’extraversion – vaste programme

Rémi Bourgeot : Nous assistons à la multiplication des lignes de fracture en Europe au fur et à mesure que les partis en place sont remis en cause et que les déséquilibres entre pays européens se retrouvent à nu. La crise politique allemande est une donnée fondamentale, car elle invalide l’idée, somme toute curieuse, que l’Union européenne représenterait un havre de stabilité en étant centrée sur une Allemagne vue comme phare de l’ordre mondial libéral. La mythologie que l’Europe s’est construite a atteint le stade d’un déni particulièrement préoccupant alors que partout, à l’échelle nationale, le statu quo politique s’érode, voire s’effondre. La vague populiste ne s’est pas évanouie sur les rives de l’Europe continentale ; elle y fait plutôt l’objet d’un déni que les « accidents électoraux » allemand, tchèque, autrichien et autres mettent à mal mois après mois. L’effondrement du statu quo politique se manifeste par la dégringolade particulièrement manifeste des sociaux-démocrates, mais le phénomène touche l’ensemble des partis traditionnels.

Le rebond de la conjoncture européenne est appréciable mais bute sur des failles et divergences économiques en tout genre qui repose en particulier sur les déséquilibres entre pays européens. Le déni quant à la crise politique qui secoue l’Europe retarde un véritable rééquilibrage.

Quelles sont encore les sources d'optimisme pouvant permettre un réel retour européen ?

Yves Bertoncini : Le contexte géopolitique actuel est porteur pour la construction européenne, car nous devons affronter de nombreux défis face auxquels « l’union fait la force » (changement climatique, terrorisme islamiste, guerres et crises dans notre voisinage, migrations incontrôlées etc.) Et le comportement erratique de Donald Trump  pousse les Européens à « prendre leur destin en main » comme l’a souligné Angela Merkel. Un tel contexte géopolitique est propice à une relance de la construction européenne, notamment en matière de sécurité collective, à l’heure où le Brexit débloque lui aussi les choses en matière de défense européenne.

L’élection d’Emmanuel Macron a  par ailleurs un impact très favorable, d’autant plus qu’il a exposé une vision ambitieuse et de long terme pour la construction européenne. A lui de mettre toute son énergie dans la promotion d’initiatives incluant l’ensemble des Etats de l’UE, faute de quoi le tropisme français pour une « Europe à géométrie variable » reprendra le dessus, au risque d’aggraver les tensions avec les pays se sentant exclus. Last but not least, il lui reste aussi à ne pas laisser croire que l’Europe pourrait être une « France en plus grand » et à obtenir des résultats concrets en termes de redressement national pour conserver tout son crédit auprès de ses partenaires - là aussi, vaste programme.

Rémi Bourgeot : Alors que le discours européen s’est focalisé sur les questions de bond en avant institutionnel, les crises politiques tous azimuts et les blocages fondamentaux qui s’expriment à ce sujet en Allemagne obligent à une approche beaucoup plus concrète de la coopération européenne. La zone euro en particulier ne peut connaître un parachèvement institutionnel dans le contexte politique que connait l’Europe. Nous pourrions voir une source d’espoir dans le développement d’une approche moins abstraite qui se concentre sur une coordination véritable et une sortie de la logique de la compression à tout va, en particulier sur le plan des investissements et des politiques technologiques. Il est encore probablement tôt pour voir une ligne réaliste prendre corps, mais l’option du déni à tendance euphorique ne cesse de perdre en crédibilité. Une brèche est peut-être en train de s’ouvrir, bien que l’inertie institutionnelle soit telle que les moyens humains pour une réorientation réelle font défaut.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
02.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Et si le Rassemblement National était en train de faire un bien mauvais coup à l’euro en renonçant à exiger que nous en sortions ?
05.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
06.
Iran, pourquoi la menace d’une intervention militaire brandie par John Bolton pourrait marcher
07.
Gérard Larcher, l'Homme qui tient tête à Emmanuel Macron et ...à Laurent Wauquiez
01.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
02.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
03.
Le Royaume-Uni se prépare à un Brexit sans accord et ne voit plus comment arrêter cette chronique d’un chaos annoncé
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Littéralement explosif : le sondage exclusif qui montre que la condamnation de la violence par les Français... baisse (et que le nombre de ceux qui disent la comprendre augmente)
06.
Inégalités : la France est allée au maximum de ce que la redistribution fiscale permettait. Voilà ce qui pourrait être fait désormais
07.
Robots payeurs : mais que s’est-il vraiment passé sur la cagnotte de soutien aux policiers ?
01.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Patrick Bruel aime une nouvelle femme de (bien) moins de 50 ans; Vincent Cassel : entre sa (très) jeune épouse & sa fille aînée, c’est tendu; Sophie Marceau s’occupe de son fils, René-Charles Angélil-Dion de ses frères, Anouchka Delon de toute la famille
04.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
05.
Ce à quoi se condamnent lentement mais sûrement les Gilets jaunes
06.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
01.
Grand débat national : l’équation impossible d’Emmanuel Macron
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Pourquoi Macron, les populistes et les gilets jaunes sont tous le produit de la même vague (et pourquoi ils seraient bien inspirés de le comprendre réciproquement)
04.
Ce sondage dévastateur qui fait le procès de Macron le condamne sans appel
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Si la France vit un moment révolutionnaire (et voilà pourquoi c’en est bien un), quelle stratégie politique pour éviter le chaos et en sortir par le haut ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 30/11/2017 - 19:04
J'accuse
Oui Oui bonne idée!!! On peut même charger Vangode de l'organiser! succès garanti !
J'accuse
- 30/11/2017 - 18:08
Imposons le référendum qu'on nous refuse
Faisons des prochaines élections au parlement de l'UE un pré-référendum: les abstentions, les votes nuls et les voix pour des partis anti-UE seront l'expression d'un refus. S'il y a moins de 50% des inscrits en suffrages exprimés pro-UE, le pays devra organiser un référendum sur son appartenance. Ce scrutin aura ainsi un véritable enjeu politique, ce que doit avoir toute élection dans une démocratie.
kelenborn
- 30/11/2017 - 11:30
ah ouais
"Laissons l’exception britannique de côté : les autres peuples de l’UE ne veulent pas la quitter. Nombre de citoyens sont eurosceptiques mais il n’y a nulle part ailleurs de majorité europhobe, y compris en Europe centrale."
Ben tiens, pourquoi ne fait-on pas de référendum pour s'en assurer si c'est si évident? Ce Bertoncini est au moins aussi bête que Sylvestre lequel est en train de lancer une chaloupe à la mer pour sauver les anglais du naufrage de leur inconduite! L'un et l'autre font penser à ce canard qui dans un film avec Lio (si quelqu'un peut m'aider) s'est fait couper le cou par une mère Thénardier de service et continue à courir !