En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 1 heure 38 min
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 2 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 5 heures 38 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 6 heures 39 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 7 heures 50 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 9 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 9 heures 38 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 11 heures 38 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 2 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 5 heures 19 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 5 heures 52 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 7 heures 17 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 10 heures 51 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 11 heures 34 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 12 heures 30 min
© Reuters
© Reuters
En défense

Bernard-Henri Levy : mais pourquoi tant d’animosité ?

Publié le 16 novembre 2017
Réponse à Eric Dupond-Moretti et à tous les crânes rasés de la pensée.
Nathan Naccache a 19 ans. Élève à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, il est co-organisateur d'un séminaire d'élèves portant sur Heidegger. Il travaille également sur la métaphysique et la religion.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathan Naccache
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathan Naccache a 19 ans. Élève à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm, il est co-organisateur d'un séminaire d'élèves portant sur Heidegger. Il travaille également sur la métaphysique et la religion.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réponse à Eric Dupond-Moretti et à tous les crânes rasés de la pensée.

La lettre indigne, insultante et ordurière, que Eric Dupond-Moretti a écrite à Bernard-Henri Lévy, et le soutien unanime que celle-ci reçut sur les réseaux sociaux - c'est-à-dire, globalement, auprès des femmes et des hommes de ma génération - ont l'unique vertu de réactiver un problème qui secoue la France depuis de nombreuses années, de porter au jour un constat désormais ancien : à savoir que la haine suscitée par Bernard-Henri Lévy est la passion folle du siècle, partagée aussi bien par une grande partie des universitaires que par les membres de l'extrême gauche, les antisémites, les antisionistes, et les supposés « dissidents ». Bernard-Henri Lévy avait publié, dans Le Point, une chronique cultivée, nuancée et respectueuse, au sujet de celui qu'il qualifiait de « ténor du barreau », voilà que Dupond-Moretti, avec l'élégance qu'on lui connaît, répondait à travers le prisme d'insultes grossières, de divagations au sujet de chemises Charvet ainsi que de Rolls-Royce. A l'argumentation intellectuelle répondait la haine à l'état pur, plébiscitée par l'infamie des réseaux sociaux. Et cette haine revêt une spécificité insigne : contrairement à bien des haines (la passion nationaliste, l'antisémitisme - songeons aux nazis qui, pour certains, connaissaient sur le bout des doigts la littérature talmudique -, l'islamophobie...), elle se nourrit de sa propre ignorance. J'avais fait l'expérience de ce constat lorsque j'enquêtais sur Dieudonné, sous une fausse identité politique, époque durant laquelle je dialoguais souvent avec des spectateurs du théâtre de la Main d'Or qui, entre une cigarette et un cocktail (boissons nommées, dignement, «  Chaud Ananas »), me livraient leurs principaux démons. Je remarquais alors qu'avant le « complot sioniste », qu'avant « la corruption des hommes politiques livrés à la mainmise des Rothschild », ces derniers évoquaient toujours, au premier rang de leurs haines, la figure de Bernard-Henri Lévy : « BHL, me disaient-ils, le problème, c'est qu'il est mauvais, c'est qu'il ne connaît rien, c'est qu'il dit des conneries ». « Ah bon, rétorquais-je alors, et toi, qu'as-tu lu, parmi ses bouquins ? » A cette question, je les voyais fuir, prendre la poudre d'escampette, retourner écouter les hallucinantes logorrhées de leur idole au sujet des Juifs-colons, des chambres-à-gaz-qui-n'ont-jamais-existé, des sionistes-qui-gouvernent-la-France, des médias-qui-sucent-la-****-des-Juifs...

Et j'en déduisis, à ce jour, que le procès intenté à de multiples reprises à Bernard-Henri Lévy repose non sur une erreur de lecture, non sur un malentendu philosophique, non sur une bévue herméneutique, non sur un désaccord politique - mais, paradoxalement, sur une absence radicale de lecture, sur le règne absolu de la dérision dans nos sociétés, sur une mesquinerie généralisée, et sur un refus de la grandeur humaine. D'où la volonté, ancienne pour ma part, de dissiper cette caverne abracadabrantesque, et de mettre fin, une fois pour toutes, au procès intenté à Bernard-Henri Lévy. De dissocier, en un mot, la critique, légitime et enrichissante, de la haine, répandue à travers les réseaux sociaux et les comptoirs d'ivrognes. De distinguer radicalement l'objection, qui fait partie de la vie intellectuelle et que j'admets pleinement, des déversements de fiel - qui ont, pour propriété première, de dénigrer Bernard-Henri Lévy sans l'avoir jamais lu.

Que reproche-t-on, au juste, à Bernard-Henri Lévy ?

- D'être un faux intellectuel, un philosophe imposteur, un charlatan de la pensée. Nombreux sont ceux, en effet qui, de Zemmour à Soral, désignent « BHL » comme « le philosophe pour les nuls » ou comme un nul en philosophie. Que les choses soient claires. Sachez que le « faux intellectuel » en question, après avoir été reçu 7e à l'Ecole Normale Supérieure de la rue d'Ulm (classement identique à celui de Sartre), et 8e à l'agrégation de philosophie, a été reconnu comme talentueux par Althusser et l'ensemble de ses maîtres. Apprenez qu'il a également reçu l'appui de Michel Foucault, de Roland Barthes, d'Emmanuel Lévinas. Qu'il a été, en outre, publié par Jean-Paul Sartre dans Les Temps Modernes. Que ceux qui le vomissent en fassent de même, qu'ils obtiennent de pareilles garanties de sérieux, et nous daignerons peut-être les écouter...

- D'être riche et, par voie de conséquence, d'incarner le défenseur principal des riches, du capitalisme débridé, de la « mondialisation sauvage » (citation partagée par Mélenchon et Ruffin). Relisez donc, âmes ignorantes, La Barbarie à Visage Humain où Bernard-Henri Lévy, faisant l'énumération des différentes figures de la barbarie, mentionnait la « barbarie économique ». Pourquoi, vous entêterez-vous, n'a-t-il jamais fait de cette barbarie l'objet d'un seul de ses ouvrages ? Pour un simple motif d'humilité : c'est qu'il refuse la posture complaisante et confortable du sophiste, c'est qu'il ne se plaît pas dans l'éclat facile d'un Gorgias ou d'un Calliclès, et c'est qu'il reconnaît ne pas s'y connaître assez en économie, faute d'une formation suffisamment conséquente.

Dupond-Moretti, à vrai dire, ne retient que ce chef d'accusation : à lire les époustouflantes productions de sa plume, le principal tort de Bernard-Henri Lévy est de porter des chemises onéreuses et de conduire des Rolls (s'il avait lu, cet ignorant, American Vertigo, il aurait appris que Bernard-Henri Lévy n'a jamais passé le permis de conduire et qu'il n'est jamais monté au volant d'une voiture....). Dupond-Moretti veut-il nous faire sombrer dans les degrés ultimes de la vilenie ? Suivons-le donc dans les affres de la médiocrité, puisque nous n'avons rien à y perdre ! Bernard-Henri Lévy est certes riche, et alors, rétorquerons-nous ? Jean-Claude Milner a brillamment décrit les vicissitudes de la « petite bourgeoisie intellectuelle » qui, tiraillée entre son absence de capital et sa mégalomanie intellectuelle, plonge dans un « zénonisme politique » sans fin. Quand il m'est arrivé de rencontrer Bernard-Henri Lévy, j'ai remarqué que, du fait même de son aisance matérielle, j'avais affaire à un homme qui n'était nullement animé du désir de plaire à travers ses livres, que je me confrontais à un individu qui se foutait bien de savoir si ses écrits allaient « se vendre ». A un des rares écrivains qui, en somme, échappait à la tentation de la prostitution, dont Baudelaire disait qu'elle était la pire de toutes. A un intellectuel, en un mot, dont la pensée était autotélique et fondamentalement désintéressée. Et, en effet, à la différence de l'avocat d'Abdelkader Merah, Bernard-Henri Lévy n'a nul besoin de s'ancrer dans la logique victimaire du martyr, de rappeler qu'il est menacé de mort, pour exister. Il n'a nul besoin, autrement dit encore, de se prostituer en défendant des apôtres du terrorisme pour se faire apprécier de l'opinion publique. Ainsi son aisance matérielle n'est-elle qu'une manière de transcender les « miasmes morbides » dont parlait, toujours, Baudelaire.

- D'être un homme totalement dépourvu d'autodérision. J'avais entendu cette critique lorsque, déjeunant en présence de certains intellectuels, j'entendis l'un d'entre eux expliquer que « BHL » n'aimait ni la danse ni rire de lui-même - ce qui en faisait un homme de mauvaise foi. Lisez donc, esprits avides de votre propre insignifiante, Comédie, où l'auteur retrace, non sans humour, ses propres maladresses, ses propres égarements, notamment avec Derrida. Et apprenez, par la même occasion, à distinguer humour juif et humour antisémite...

- De manquer pleinement de rigueur : on cite essentiellement à ce sujet l'affaire Botul, et Dupond-Moretti n'a manqué de le faire, bien évidemment. Inutile de se voiler la face à propos de cet événement, dont se délectèrent tous les célibataires de l'art, et tous les misérables de la pensée. La fameuse fausse citation de Botul provient du livre De la guerre en philosophie où Bernard-Henri Lévy commentait sa propre manière d'être philosophe. Il y faisait l'apologie de ce qu'il nommait le « philosophe voyou », et critiquait la manière qu'ont les universitaires de lire les œuvres aussi lentement qu'elles ont été écrites, de ne penser que par citations, et d'être à ce point scrupuleux dans leurs références qu'ils en viennent à se castrer eux-mêmes. Bernard-Henri Lévy faisait à cette occasion l'éloge de la « lecture pirate », qui ne cherche dans les œuvres que les idées destinées à être des sources d'inspiration. Dans ce contexte, il en venait à citer un philosophe inconnu qui n'avait jamais existé et qui demeurait, de fait, un canular. Qu'on ne donne pas naissance à un malentendu : il est tout à fait possible de contredire la méthode louée par Bernard-Henri Lévy. A titre personnel, par exemple, je ne suis pas du tout adepte de la lecture pirate, prônant plutôt la rigueur académique, les lectures aussi longues que l'écriture. Cela fait ainsi cinq ans que je lis Heidegger sans relâche, tourmenté par quelques marottes qui ne me délaissent pas. Il n'en demeure pas moins que l'erreur factuelle commise par Bernard-Henri Lévy n'est nullement disqualifiante, et ce pour deux raisons : elle est tout d'abord entièrement cohérente avec les thèses affirmées dans De la guerre en philosophie, ce qui rend l'application intellectuelle fidèle à la méthode ; et tous les grands intellectuels ont commis, d'autre part, de pareilles erreurs académiques (Spinoza au sujet de Descartes, Sartre à propos de Heidegger ou de Laporte, Lévinas à propos de Heidegger et de tant d'autres, Nietzsche commentant Platon, Heidegger écrivant sur Descartes et j'en passe...).

- D'être l'assassin de Kadhafi. Cette critique perverse se répand partout, notamment à travers les médias. Encore une fois, la réponse est la même : lisez les écrits de Bernard-Henri Lévy, au lieu de vous contenter d'aller consulter la « réinformation » proposée par Soral sur Egalité et réconciliation ! (Re)lisez donc ce qu'écrivit Bernard-Henri Lévy au lendemain de la mort de Khadafi ! Relisez les lignes rédigées par le premier intellectuel français qui condamna son lynchage : « Il y a, dans cette scène de lynchage, une sauvagerie qui me révolte et que rien n'excuse.

Pire : l'image de cette agonie filmée, puis montrée, complaisamment répercutée sur toutes les télévisions du monde, transformée en fond d'écran, atteint, techniques aidant, une sorte de sommet dans l'art de la profanation. »1

- D'avoir été massacré (disent certains de mes  camarades...) par Deleuze dans un entretien resté fameux, cité en permanence par Michel Onfray... Sur cet entretien, aussi, il faut rétablir la vérité - une vérité purement factuelle, mais d'autant plus nécessaire : Deleuze, dans ce texte, se contenta de répondre à des attaques émises dans la Barbarie à Visage humain ! Son incisivité, sa virulence, se comprennent uniquement dans cette optique.

- D'être un sioniste invétéré : cette attaque provient essentiellement des antisémites ainsi que des dieudonnistes (que je m'applique, pour ma part, à distinguer, pour des raisons qui sont trop longues pour être exposées dans cet article). Dois-je rappeler que, longtemps, Bernard-Henri Lévy a été partisan de la « paix sèche », à savoir d'une paix sans conditions ? Dois-je rappeler qu'il a plaidé auprès d'Ariel Sharon la restitution de Gaza aux Palestiniens ? Que les pro-palestiniens en fassent autant, et nous accepterons de les écouter ! Que les minables aient le courage de parler en faveur des Palestiniens auprès du Premier Ministre israélien, et nous leur offrirons une oreille attentive !

- Qu'il est un infâme juif d'affirmation : attaque partagée par les antisémites (Soral), les ordures d'extrême droite (Lesquen), et les incultes idiots utiles (Zemmour). La morale se fait répétitive : lisez-le ! Consentez donc à lire celui que vous prétendez « détruire » ! Qu'est-ce que le judaïsme pour Bernard-Henri Lévy ? Non une affaire religieuse (dans ses deux livres Le Testament de Dieu et le Génie du judaïsme, il commence par évacuer la question de l'existence de Dieu, et donc de la croyance), mais une porte philosophique.

La morale de cette affaire est d'une simplicité absolue, et c'est une honte absolue que j'aie eu à perdre une nuit de travail pour évoquer cette affaire : critiquez Bernard-Henri Lévy, pour peu que vous le lisiez ! Autrement dit encore : il y a une différence sensible entre les objections apportées d'une part par Régis Debray, que je respecte infiniment (même s'il a, il y a quelques années, qualifié Bernard-Henri Lévy de « fanatique »), ou Alain Badiou, et de l'autre les déferlements jaloux de passions tristes des fascistes ainsi que des misérables de l'esprit. Qu'on le veuille ou non, qu'on s'en réjouisse ou qu'on s'en lamente, Bernard-Henri Lévy aura été, indubitablement, le dernier héritier de Sartre. Ses idées, comme celles, auparavant, de Malraux, auront façonné notre siècle. Qu'on s'en lamente ou qu'on s'en réjouisse, Bernard Henri Lévy est à peu près le seul véritable intellectuel (stricto sensu) de notre génération. Nombreux sont ceux qui aimeraient être à sa place, et ne se l'avouent pas. En le dénigrant en permanence, c'est de leur propre faiblesse qu'ils se moquent. Ils délaissent ainsi la seule véritable question qu'il est nécessaire, aujourd'hui, de poser : un intellectuel a-t-il sa place dans le monde contemporain ?

PS : Je précise que je suis en désaccord - partiel ou ample, méthodologique ou politique - avec Bernard Henri Lévy sur plusieurs dossiers, ce qui ne m'empêche pas de le tenir pour le plus grand intellectuel de notre temps. Ces dossiers sont : le conflit israélo-palestinien, l'affaire Dieudonné (au sujet de laquelle je publierai, dans deux ou trois ans, un livre), le rapport de Sartre à ses sources, la place de Heidegger dans l'histoire de la philosophie, le cas de Régis Debray.

1http://www.lepoint.fr/editos-du-point/bernard-henri-levy/la-mort-de-kadhafi-27-10-2011-1389809_69.php

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

07.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Beredan
- 18/11/2017 - 23:36
Au thuriféraire Nakkache :
Il est des circonstances où la chemise blanche au col largement échancré évoque irrésistiblement le bas de soie ...et c.est l.avis d.un franchouillard comme les aime votre mentor .
Alain Briens
- 18/11/2017 - 10:22
Il y a du vrai dans cet article...
...à commencer par la hideur de la lettre de Dupond-Moretti. Franchement, un pareil étalage de haine écrit d’une plume sans aucun talent donne envie de se ranger direct du côté de BHL alors que je n’avais pas aimé son édito du Point. La dénonciation des éructeurs qui n’ont jamais lu une ligne de l’écrivain est tout aussi recevable. Il y a mille reproches argumentés à faire à BHL, nul besoin de se discréditer en braillant à l’unisson des rétrécis du bulbe qui sévissent sur la toile.
vangog
- 17/11/2017 - 22:23
En réalité, BHL est un maître de guerre...
qui cache ses ambitions guerrières derrière un masque de vertu outragée et compatissante...un faux-cul, quoi!