En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

05.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

06.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

07.

Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 8 heures 3 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 10 heures 5 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 11 heures 36 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 13 heures 41 sec
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 15 heures 33 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 16 heures 22 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 18 heures 7 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 8 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 9 heures 42 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 11 heures 7 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 12 heures 24 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 15 heures 23 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 15 heures 43 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 17 heures 6 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 18 heures 11 min
© AFP
© AFP
Bonnes feuilles

Comment les Croisades ont permis la diffusion du savon dans toute l'Europe

Publié le 04 novembre 2017
Dès l’aube de la civilisation, les matières premières, sources de richesse et de bien-être, ont été un ressort essentiel du développement de nos sociétés. Elles ont aussi alimenté des guerres féroces, des actions d’espionnage et une contrebande sans merci : marchands et banquiers, espions et scientifiques, explorateurs et marins ; tous se battent depuis toujours pour acquérir les secrets de fabrication et contrôler l’offre. Extrait de "Nouvelles Histoires extraordinaires des matières premières" d'Alessandro Giraudo, publié aux Editions François Bourin. (1/2)
Alessandro Giraudo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alessandro Giraudo est Chief Economist du groupe international Viel Tradition. Il enseigne la finance et l’histoire économique de la finance à l’Institut Supérieur de Gestion (ISG). 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dès l’aube de la civilisation, les matières premières, sources de richesse et de bien-être, ont été un ressort essentiel du développement de nos sociétés. Elles ont aussi alimenté des guerres féroces, des actions d’espionnage et une contrebande sans merci : marchands et banquiers, espions et scientifiques, explorateurs et marins ; tous se battent depuis toujours pour acquérir les secrets de fabrication et contrôler l’offre. Extrait de "Nouvelles Histoires extraordinaires des matières premières" d'Alessandro Giraudo, publié aux Editions François Bourin. (1/2)

On trouve des traces du savon à partir de 2800 av. J.-C. en Mésopotamie, dans la région de Babylone (surtout pour traiter la laine et le coton) et une tablette sumérienne (datée de 2200 av. J.-C.) indique la recette : eau, alcalis et huile de cassia. Le papyrus Ebers (XVIIIe dynastie égyptienne, environ 1550 av. J.-C.), qui comporte de nombreuses prescriptions médicales, précise que les Égyptiens se lavaient avec du savon préparé avec du gras d’animaux et des huiles végétales mélangés à un minerai (le trona, un carbonate de sodium qui se trouve dans les régions proches de lacs salés). La Bible (Jérémie, Malachie) mentionne un produit semblable à celui que nous connaissons. Les Romains, eux, n’utilisent pas de savon, mais des poudres très fines (pierre ponce et argile) ; elles exercent une délicate action abrasive sur la peau qui, ensuite, est enduite d’huile. Pline cite un produit très proche du savon actuel : il le nomme cepo galliarum car il arrive de Gaule, (probablement de Marseille) ; ce produit est employé comme teinture rouge pour les cheveux. On dispose également des informations sur les barils de savon liquide distribués aux galères avant la bataille. Les marins déversent du savon sur le pont ; en cas d’abordage, l’ennemi glisse et tombe sur le pont... L’équipage de la galère, évidemment informé de la ruse, profite ainsi de l’effet de surprise.

Et les Croisades importèrent le savon en Europe

Le vrai savon vient du monde arabe ; vers la fin du premier millénaire, la production de savons fins se diffuse à Alep et dans le bassin méditerranéen, qui dispose d’une importante production d’huile d’olive et de soude. Le savon d’Alep est préparé avec de l’huile d’olive de très bonne qualité à laquelle on ajoute de l’eau et de la soude, et que l’on fait bouillir dans des chaudrons de cuivre, avant d’y ajouter des cendres de laurier qui lui confèrent une couleur ambrée. Les pièces de savon sont exposées au soleil pendant douze mois et la chlorophylle du laurier change la coloration du produit. Un document manuscrit d’al-Razi (scientifique pluridisciplinaire iranien, qui a travaillé sur la médecine, la chimie et la philosophie ; 865-925) précise les détails de la fabrication. Les contacts très denses du monde arabe avec l’Espagne et la Sicile, au début du deuxième millénaire, permettent à ces deux régions de disposer de savons de grande qualité. Les croisades facilitent la diffusion du savon dans toute l’Europe médiévale. Toutefois, la production d’Alep est fortement pénalisée par une série d’épidémies et de famines qui se développent au cours du xiiie siècle et par l’arrivée des Mamelucks circassiens (peuplade du Nord du Caucase) qui imposent une fiscalité contraignante. Les principaux centres de productions sont alors situés dans les régions disposant d’huile d’olive (Espagne, Sud de la France, Italie et îles grecques) ; Alicante, Marseille, Gênes, Venise et Savone figurent parmi les principaux producteurs. Au xve siècle, Venise devient le principal centre de fabrication de savon en Europe. La ville profite du boom de la lingerie féminine et des relations commerciales avec les ports levantins de la Méditerranée, d’où la Sérénissime importe les cendres, composante alcaline essentielle dans la fabrication du savon. La production de Venise est de grande qualité et la ville détient presque le monopole d’achat de produits alcalins provenant de Syrie et d’Égypte. L’encyclopédiste Tommaso Garzoni dans son livre Piazza universale di tutte le professioni del mondo (Venise, 1587) parle des savons de Venise qui sont parfumés avec des essences et des extraits d’herbes. La forte concurrence des savonniers d’Ancône, Raguse, Savone et Marseille et la lente décadence industrielle de Venise au milieu du xviie siècle affectent la production de savon de la ville, qui doit importer la matière première alors que les fabricants marseillais disposent de l’huile provençale. Une légende affirme que la technique de fabrication du savon de Savone (à l’ouest de Gênes), a été découverte par pur hasard (encore un cas de sérendipité !) par l’épouse d’un pêcheur qui faisait bouillir de l’huile avec de la soude. Cette histoire peut être vraie ou fausse, mais l’industrie du savon de Savone et Gênes a été très prospère, ainsi que celle du Sud de l’Espagne, surtout à Séville dont le savon est vendu par les apothicaires. Il s’agit d’un savon blanc produit avec de l’huile d’olive et de la barilla (les cendres de l’erba kali, la soude commune, qui pousse dans les terrains secs et dans des prés salés).

Le savon de Marseille, Colbert et les forçats des galères

La grande disponibilité d’huile de Provence permet à Marseille, Salon-de-Provence et Toulon de devenir de grands centres de production dès la fin du Moyen Âge. Des documents signalent la présence d’un savonnier en 1371 à Marseille ; mais la première fabrique dépassant le stade artisanal est fondée en 1593 par Georges Prunemoyr. Les guerres du xviie siècle, en particulier la guerre de Trente Ans, coupent les approvisionnements de matières premières. Au début de chaque conflit, la demande de savon explose et la production marseillaise augmente. En 1668, un édit de Colbert fixe les règles de la production du « savon de Marseille » : il doit être fabriqué dans de grandes chaudières avec de l’huile d’olive et le produit final doit contenir 72 % d’huile, le reste étant de l’eau ; toute autre huile est interdite. Le produit est vendu en pains de vingt kilos et en barres de cinq kilos. En 1786, quarante-neuf savonneries produisent à Marseille 76 000 tonnes, employant 600 ouvriers. Pour faire face à une demande spéciale, l’arsenal des galères peut prêter aux producteurs jusqu’à 1 500 forçats. Les guerres napoléoniennes compliquent la situation et entraînent une chute de l’exportation. Mais, en 1813, Nicolas Leblanc invente un procédé chimique qui permet d’obtenir du carbonate de sodium à partir du sel marin – l’Académie des Sciences a créé en 1783 un prix allant au savant capable de produire ce composant chimique, qu’il faut importer après la grande déforestation de la France au xviiie siècle.

 

On peut appliquer cette technique à l’industrie du savon, du verre, du textile et du papier, mais elle a deux inconvénients : elle consomme beaucoup d’énergie et pollue du fait de la production d’acide chlorhydrique, souvent jeté dans l’eau des rivières et de la mer. En 1870, la technique de Leblanc est remplacée par le procédé Solvay, chimiste belge qui est parvenu à synthétiser le carbonate de sodium. Finalement, en 1906, François Merklen fixe la nouvelle formule du savon de Marseille : 63 % d’huile de coprah ou de palme, 9 % de soude ou sel marin, 28 % d’eau. L’objectif est de limiter la fraude, de nombreux producteurs utilisant du gras de mauvaise qualité. Après les deux guerres mondiales, l’industrie du savon périclite, un déclin dû à plusieurs causes, parmi lesquelles l’apparition des détergents de synthèse, la diffusion de la machine à laver, le développement des grandes surfaces, la création de nouvelles savonneries, enfin la chute de l’Empire colonial français, grand consommateur de savon. La Chine et la Turquie sont aujourd’hui les plus gros fabricants de savon de Marseille.

Extrait de "Nouvelles Histoires extraordinaires des matières premières" d'Alessandro Giraudo, publié aux Editions François Bourin

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
tapio
- 06/11/2017 - 00:16
Je n'achète plus de savon d'Alep
Depuis quelques temps on y trouve plein d'éclats d'obus ...