En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 24 min 32 sec
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 2 heures 31 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 4 heures 21 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 5 heures 32 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 6 heures 36 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 7 heures 14 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 8 heures 40 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 9 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 20 heures 28 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 49 min 20 sec
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 3 heures 27 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 4 heures 55 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 5 heures 55 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 6 heures 49 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 8 heures 9 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 8 heures 59 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 9 heures 26 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 20 heures 3 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 20 heures 52 min
Bonnes feuilles

Mondial 1982, la planète football découvre un prodige : Socrates, fumeur, buveur et qui avait "l'air de se foutre de tout"

Publié le 01 novembre 2017
Socrates fut un footballeur hors-pair et un acteur politique de la construction démocratique brésilienne. Ancien milieu de terrain, il fut le meilleur joueur sud-américain du tournant des années 1980. Extrait du livre "Docteur Socrates", d'Andrew Downie chez Solar Editions (1/2).
Andrew Downie est un journaliste écossais, auteur du livre "Docteur Socrates", chez Solar Editions.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Andrew Downie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Andrew Downie est un journaliste écossais, auteur du livre "Docteur Socrates", chez Solar Editions.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Socrates fut un footballeur hors-pair et un acteur politique de la construction démocratique brésilienne. Ancien milieu de terrain, il fut le meilleur joueur sud-américain du tournant des années 1980. Extrait du livre "Docteur Socrates", d'Andrew Downie chez Solar Editions (1/2).

Les supporters du Corinthians sont, après ceux de Flamengo, les plus nombreux du Brésil, mais leur passion va au-delà des chiffres. Pour eux, les beaux gosses sont suspects et ils préféreront toujours un arrière droit hargneux qui fait une course de 50 mètres pour tacler qu’un ailier élégant qui dribble cinq joueurs… Bien que des stars comme Rivelino, Socrates et Ronaldo y aient vécu des années glorieuses, le club ne reste pas identifié ou associé à une seule grosse individualité qui effacerait toutes les autres, comme Zico à Flamengo, Pelé à Santos ou Garrincha à Botafogo.

Leur conscience d’être différents des autres prit ses racines un jour de 1976 où 60 000 personnes se rendirent au Maracana pour assister à une demi-finale de championnat face à Fluminense. Si le Corinthians n’avait plus gagné de trophée majeur depuis 1954, pour ses supporters, son heure était revenue. Ils avaient fait, en masse, les 430 kilomètres entre Sao Paulo et Rio pour voir leur équipe se qualifier aux tirs au but. Si elle perdit la finale contre l’Internacional une semaine plus tard, cet afflux massif reste gravé, dans l’histoire du Corinthians, comme « l’invasion corinthienne ». Leur patience était inversement proportionnelle à leur passion. Quand leurs joueurs avaient le ballon, les tambours résonnaient dans les tribunes, à un rythme de samba très rapide, comme un appel à accélérer le jeu. Quand ils le perdaient, les tambours ralentissaient et ne jouaient plus les notes qu’une à une, un rythme funèbre qui mettait une pression incroyable à la fois sur les locaux et sur les visiteurs. Et ils semblaient infatigables.

C’est lors du Mondial 1982 que la planète découvrit Socrates. Le Brésil était l’équipe la plus cool du monde et lui le capitaine de l’équipe la plus cool du monde. Ce « Docteur Socrates socialiste » était largement inconnu des téléspectateurs étrangers et n’avait pas encore acquis ce statut de champion des pauvres. Les commentateurs racontaient qu’il était médecin, fumait comme un pompier et buvait de la bière, mais ce qui paraissait le plus « cool » tenait à son attitude. Alors que ses 21 coéquipiers se battaient comme si leur vie en dépendait, lui promenait cette allure détachée et ne se démenait vraiment que quand il y était contraint. En gros, il avait l’air de se foutre de tout…

« Le Docteur » avait une bonne raison d’apparaître ainsi. Pendant toute la première partie de sa carrière, ses huit années à Botafogo et une au Corinthians, il jouait au foot « comme ça »… En 1979, tout à sa lutte contre les exigences du professionnalisme et pas encore très convaincu par sa décision d’avoir abandonné la médecine, il considérait toujours le football comme un jeu. Il savait ses supporters exigeants, mais n’allait pas changer son style du tout au tout, même pour quelques millions de fans. Décider de la façon dont l’équipe devait jouer était une rude bataille. Il se mit alors dans la tête de changer les mentalités, même si celles-ci étaient très ancrées.

Le football brésilien, après les Coupes du monde 1974 et 1978, était dans l’ornière. Des voix s’étaient élevées contre une tendance à un jeu lent, stylé, incarné notamment par Socrates. Rondinelli, le milieu de Flamengo, se prononça en faveur d’un jeu plus musclé et Bufalo Gil, un joueur de Botafogo, s’en prit aux joueurs issus de la classe moyenne, lesquels, selon lui, manquaient de la hargne qui habitait leurs homologues d’origine modeste.

Socrates ne voulait pas avoir à s’excuser de ses origines et faisait remarquer que l’impassibilité de Björn Borg se révélait tout aussi efficace que les simagrées de John McEnroe. Il se comparait au Suédois et arguait que, en contrôlant le ballon au milieu et avec la classe d’Amaral en défense, le Corinthians était parfaitement armé pour jouer un football équilibré, pas seulement fondé sur le « tout ou rien ». Si le football était une musique, le Corinthians jouait du heavy metal et Socrates rêvait d’une mélodie plus douce à l’oreille.

Extrait du livre "Docteur Socrates", d'Andrew Downie chez Solar Editions

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires