En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

04.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

05.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

06.

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

07.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 57 min 33 sec
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 1 heure 35 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 4 heures 18 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 5 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 9 heures 15 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 9 heures 36 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 10 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 1 heure 17 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 3 heures 19 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 4 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 6 heures 13 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 8 heures 56 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 9 heures 26 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 10 heures 18 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 10 heures 22 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Consommation "contrôlée" puis abusive : la complexe "géométrie psychique" du consommateur de cannabis

Publié le 15 octobre 2017
Les conduites addictives à l’adolescence présentent un enjeu majeur pour les parents. L’avancée des nouvelles technologies internet et jeux vidéo, la prolifération de l’offre de produits stupéfiants, une certaine banalisation des alcoolisations aiguës sont autant de défis pour l’adolescent, ses parents et toute la famille. Extrait de "Jeux vidéo, alcool, cannabis" d'Olivier Phan, chez Solar Editions (2/2).
Olivier Phan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Phan MD, PhD, est praticien hospitalier en pédopsychiatrie, docteur en neurosciences, spécialiste des addictions à l’adolescence. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les conduites addictives à l’adolescence présentent un enjeu majeur pour les parents. L’avancée des nouvelles technologies internet et jeux vidéo, la prolifération de l’offre de produits stupéfiants, une certaine banalisation des alcoolisations aiguës sont autant de défis pour l’adolescent, ses parents et toute la famille. Extrait de "Jeux vidéo, alcool, cannabis" d'Olivier Phan, chez Solar Editions (2/2).

Chez l’adolescent consommateur, deux états peuvent être distingués. Il y a l’état de la consommation contrôlée, récréative, épisodique, tel que Damien le décrit. À ce niveau, le plaisir s’inscrit dans une consommation occasionnelle. Les autres plaisirs de l’existence sont conservés. Il s’agit d’un plaisir parmi d’autres. Ne pas fumer n’est pas une difficulté, l’adolescent est en capacité de renoncer. Pour la majeure partie des adolescents, la possibilité du maintien d’une consommation récréative est possible, le refus de la sollicitation est de l’ordre du faisable. La consommation n’est pas source de conflits. Dans l’après-consommation, l’adolescent pourra se dire qu’il a apprécié de prendre un risque, mais que des limites sont nécessaires.

Pour d’autres cependant, comme dans l’illustration de Christobald, basculer dans l’abus et dans la dépendance sera inévitable, et ce d’autant qu’elle viendra faire fonction de régulation des émotions. Nous reviendrons plus tard sur cet aspect important. Ce basculement s’effectue peu à peu. Une fois le plaisir du joint disparu, d’autres processus s’installent. Pas tout de suite, pas d’entrée, pas après le premier ou le deuxième joint. Non. Petit à petit, l’adolescent va développer un désir sans limites, à l’image d’un paquet de marshmallows dans lequel on se surprend à ne pas pouvoir s’arrêter de piocher malgré l’écœurement. Petit à petit, insidieusement, le voile grisonnant d’une bulle va s’installer. Cette bulle ralentit, dissipe, rend confus, pèse sur l’esprit, le corps. La fatigue qui l’accompagne parfois encourage Christobald à ne rien faire, à attendre que cela passe. Cet état prédispose au sommeil, à l’inaction, et se confirme dans la durée par l’aboulie (la perte de volonté), et plus tard par la perte de motivation.

À terme, fumer débouche souvent sur une seule envie, celle d’un autre spliff. Cela seul permet de rester dans la bulle. Ce processus est celui de la consommation chronique avec dépendance. Elle implique, en fonction des individus, plusieurs joints par jour. Lorsqu’elle n’est pas satisfaite, cette forme de consommation s’accompagne de moments de craving, c’est-à-dire de moments plus ou moins longs de compulsion à la prise de produit (craving signifie littéralement « envie irrépressible »). Ces moments sont vécus comme irrésistibles et incontrôlables. Psychiquement, ce vécu s’illustre par le discours intérieur d’une partie de soi tyrannique ou dépendante qui domine par son exigence d’immédiateté : fumer maintenant. Le reste n’a plus aucune importance. Et si ce n’est pas possible, tout est envisageable, y compris l’éventualité d’un passage à l’acte. L’adolescent ne pense plus, il planifie comment et quand fumer. Il est son joint ! Dans ces moments-là, il s’enferme, panique parfois de ne plus rien pouvoir décider et d’être porté par lui-même jusqu’à la satisfaction de son urgence.

À cette étape, généralement, le consommateur se raconte des histoires à propos de sa consommation. On dira qu’il rationalise dans le seul objectif de consommer. Ce sont ces mêmes histoires, ces scénarios qui justifieront de la difficulté, voire de l’impossibilité, à arrêter. Ils alimentent aussi le mouvement qui encourage le fumeur à remettre l’arrêt à plus tard : « Après celui-ci, je fais une pause… et je me mets à réviser le bac ! » Mais rien ne se passe. À terme, l’usager constatera sans réellement se l’avouer que, malgré les mille et une promesses faites à lui-même et aux autres, il n’arrive plus à réduire, plus comme avant. La dépendance, quand et lorsqu’elle se met en place, finit par modeler l’ensemble de l’activité psychique.

Le consommateur se trouve aux prises avec un dilemme paradoxal : plus il cherche à contrôler sa consommation, moins il y parvient. Dans sa tête, il s’imagine luttant, fort d’une récente résolution (réduire sa consommation), mais dans les faits la consommation augmente. Les moments sans « de quoi fumer » sont redoutés avec anxiété et évités à tout prix. Il faut récolter de l’argent, parfois en vendant des affaires personnelles, en volant les parents ou d’autres membres de la famille, en racontant des histoires, puis aller faire les courses auprès des dealers, ou à défaut se faire dépanner…

La recherche du plaisir et des sensations constitue un facteur essentiel qu’il est nécessaire de bien cerner, d’autant que le consommateur aura tendance à associer ce plaisir en réseau à de nombreuses activités. Fumer en jouant en ligne sur l’ordinateur, fumer en regardant un DVD pour mieux l’apprécier, fumer avec des copains en soirée, fumer avant la sortie pour la préparer, pour mieux la vivre, pour mieux s’en reposer, etc. Tous les prétextes sont de bonne guerre. Pour certains, la consommation devient la récompense attendue d’une journée de travail, de lycée ou de collège, la récompense de l’intercours. « C’est pour mieux lutter contre le stress de la sortie chez les grands-parents ! », nous confiait un adolescent. Cette réalité du « bonbon-joint » que l’on ne peut plus s’arrêter de « dévorer-fumer » devient aliénante. Du temps sera nécessaire avant de dénouer les liens paradoxaux qui lient d’une part la recherche de liberté et de l’autre l’aliénation que la consommation vient sceller. Il y a donc un joint pour toute chose et à tout moment dans la vie quotidienne. L’identification des fonctions du joint introduit un premier niveau de questionnement sur son utilisation : le joint antidépresseur, le joint anxiolytique, le joint ennui, le joint défonce, le joint somnifère, le joint social, les joints avant et après un rapport sexuel, le joint masturbation, le joint pour lire, pour se concentrer, pour mieux travailler, le joint du matin au petit déjeuner pour démarrer la journée, sans oublier celui des infos du soir ! Le joint du matin peut ainsi être associé à la motivation : « Je fume pour me motiver et passer la journée. »

La « géométrie psychique » du consommateur est complexe, évolutive. Elle ne s’organise pas dans une logique du tout ou rien, même si elle peut apparaître ainsi du point de vue de la relation adolescent-parent. L’adolescent, lorsqu’il donne l’impression d’être maître à bord, prosélyte d’une culture cannabis et revendicateur dans sa consommation, se questionne quand même… Pas ouvertement avec le parent, certes, mais en présence d’autres adultes ou dans son groupe de référence… de fumeurs ! Il n’y a pas de fumeur complètement heureux en dehors de la consommation.

Extrait de "Jeux vidéo, alcool, cannabis" d'Olivier Phan, chez Solar Editions 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires