En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 10 min 11 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 3 heures 14 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 4 heures 16 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 5 heures 26 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 6 heures 43 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 7 heures 14 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 8 heures 2 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 8 heures 57 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 9 heures 14 min
décryptage > France
Question prioritaire

La sécurité, bien partie pour être la clé de 2022… et certains prennent une longueur d’avance

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 2 heures 56 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 3 heures 29 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 4 heures 54 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 6 heures 26 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 6 heures 58 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 8 heures 27 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 10 heures 6 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 24 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 13 min
© PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP
© PIERRE-PHILIPPE MARCOU / AFP
Disraeli Scanner

Pourquoi l'union monétaire n'engendrera pas plus une union politique en 2017 qu'en 1997

Publié le 02 octobre 2017
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Disraeli Scanner
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benjamin Disraeli (1804-1881), fondateur du parti conservateur britannique moderne, a été Premier Ministre de Sa Majesté en 1868 puis entre 1874 et 1880.  Aussi avons-nous été quelque peu surpris de recevoir, depuis quelques semaines, des "lettres de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lettre de Londres mise en forme par Edouard Husson. Nous recevons régulièrement des textes rédigés par un certain Benjamin Disraeli, homonyme du grand homme politique britannique du XIXè siècle.

Londres,

Le 1er ocotobre 2017

Mon cher ami,

En regardant l'autre soir l'enregistrement du discours de votre président consacré à l'Europe, je me suis rappelé l'année où nous avons fait connaissance, sur les bancs de la Sorbonne. Nous partagions la même impression sur la forteresse académique juchée sur les pentes de la Montagne Sainte Geneviève. Ce bâtiment a quelque chose d'étouffant; il est fermé sur lui-même. N'y a-t-il pas une vision potentiellement terrifiante derrière l'idée d'enfermer tous les savoirs dans un seul bâtiment? N'est-ce pas une tentation totalitaire? Je ne peux m'empêcher, chaque fois que je revois la vieille bâtisse, de songer à Oxford ou à Cambridge et à leur chapelet de collèges à taille humaine. N'est-ce pas, d'ailleurs, l'apparence qu'avait le Quartier Latin avant 1789? Et il est heureux qu'aujourd'hui une multiplicité de bâtiments, d'écoles et d'universités couvrent à nouveau le territoire parisien. La vie a repris ses droits. On n'enclôt pas le savoir comme le pensaient vos pères de la fin du XIXè siècle.

Vous avez dit la Sorbonne?

Je ne voudrais pas, pour autant, dénigrer le choix du lieu effectué par votre président pour prononcer un discours-fleuve sur l'Europe. La Sorbonne est connue dans le monde entier. Et puis comment ne pas apprécier qu'un homme politique commence par rendre hommage aux gens d'esprit, aux universitaires en commençant une allocution sur la crise que traverse votre Union Européenne et sur les moyens de la surmonter. On ne pouvait, d'ailleurs, s'empêcher de sourire en entendant Emmanuel Macron proclamer la prééminence des idées, la préexistence des visions. Ce jeune homme né en 1978 n'a semble-t-il jamais entendu parler du marxisme ni de l'aura qu'eut celui-ci en Sorbonne précisément au milieu du XXè siècle. Lui qui n'aime pas le "monde d'avant", il se projette dans "le monde d'encore auparavant", celui des grands professeurs de philosophie idéalistes dont la voix sonore emplissait les amphis de la Sorbonne vers 1900.

Peut-être les historiens seront-ils frappés, un jour, par le côté décalé du président français élu en 2017. Cet homme qui aime tant parler de la transition numérique est aussi capable de s'enfermer dans de vieilles balivernes. Comment un homme aussi intelligent peut-il continuer à affirmer que c'est la construction européenne qui a suscité l'esprit de paix alors que c'est la victoire de l'esprit de paix, après 1945, qui a rendu possible la coopération sur le continent? Comment un homme qui accorde tant d'importance à la culture comme ciment de l'Europe peut-il faire comme s'il avait fallu attendre 1950 pour voir naître un esprit européen? Ne parlait-il pas dans un lieu qui manifeste plus que d'autres que l'Europe existe depuis longtemps, qu'elle préexiste à la volonté des peuples: au Moyen-Age, il existait déjà une Europe des universités. Et ce n'est d'ailleurs pas un hasard si, depuis les années 1980, l'une des plus belles réussites européennes se situe dans le même secteur: Erasmus, le processus de Bologne, le European Research Council ont construit et construisent encore une Europe concrète et rayonnante.

Je ne limiterai pas les aspects positifs du discours de votre président à son plaidoyer vigoureux pour la création d'universités européennes. Mais on sentait bien qu'il s'appuyait en l'occurrence sur une réalité déjà bien développée et qu'il sait, dans ce domaine, où aller. Je n'en dirai pas autant de l'ensemble de ses propositions. Avant même de m'arrêter sur trois points très contestables de sa vision de l'Europe, je voudrais vous faire part de la stupeur dans laquelle m'a plongé la performance de mardi dernier. J'ai retrouvé l'impression que j'avais eue la première fois que j'ai rencontré Emmanuel Macron, à l'automne 2015: cet homme est doué d'une énergie peu commune; on comprend vite pourquoi il a écrasé toute la classe politique française ces deux dernières années. Et pourtant, on se dit au bout d'un moment que les contenus professés sont loin d'alimenter l'énergie du personnage. C'est sans doute la raison pour laquelle il a tendance à vouloir embrasser toujours plus: dans la partie de son discours consacrée à la démocratie européenne nous avons vu soudain surgir la perspective d'un mouvement politique transnational qui s'appellerait "l'Europe en marche". Comme s'il s'était par avance résigné à ne pas maîtriser cette France qui lui échappe déjà en partie et, du coup, décidait de multiplier la mise, en se promettant de rejouer le même coup à l'échelle de l'Union européenne.  Maois votre président ne semble pas voir que les problèmes non surmontés en France sont, précisément, démultipliés à l'échelle européenne. J'en donnerai trois exemples.

La souveraineté n'est pas la puissance

Emmanuel Macron a été élevé dans la tradition récente de la philosophie continentale européenne, largement dominée par la pensée allemande et il répète le contresens si répandu, que ne commettrait jamais un penseur de culture anglophone - pas plus qu'un esprit resté fidèle au droit romain: il confond souveraineté et puissance. Lorsque le président français parle de la souveraineté européenne, il veut désigner en fait la capacité de l'Europe à agir. Cela s'appelle la maîtrise, le pouvoir de faire.. La souveraineté, c'est autre chose, c'est une affaire de juridiction. Le souverain c'est celui qui dit le droit en dernier ressort sur un territoire délimité par des frontières. La souveraineté n'est pas une question de taille. Monaco ou le Vatican sont des Etats souverains. L'Autriche, moins peuplée que la Bavière, est un Etat souverain alors que la Bavière ne l'est pas puisqu'elle fait partie de la République Fédérale d'Allemagne.

L'Europe a fonctionné tant que l'on n'a pas confondu la souveraineté et la puissance. Des Etats souverains peuvent décider de conjuguer leurs forces pour maîtriser un problème qui dépasse leurs frontières respectives. C'est l'Europe selon De Gaulle. Cela ne veut pas dire que l'on crée alors une "souveraineté européenne".  Cette dernière demanderait une union politique complète, une vision claire de ce qui fonde une juridiction européenne. Et contrairement à ce que croit toute un courant de pensée issu de Carl Schmitt et de Hans Kelsen, la souveraineté est mieux garantie par des unités territoriales de petite ou de moyenne taille: pour rester légitime, la souveraineté doit être tangible.... Ceci est d'autant plus vrai à l'époque numérique, où l'accès quasi-gratuit à une information illimitée, rend viable les petites entités sur le plan économique.

L'union monétaire n'engendrera pas plus une union politique en 2017 qu'en 1997

Le deuxième point éminemment criticable du discours de la Sorbonne tient à ce que le président françajs continue à faire comme si le renforcement de l'union économique et monétaire allait bien finir par engendrer une union politique. Or, historiquement, c'est toujours le contraire qui se passe. Les Etats unifiés rendent une monnaie viable; mais on n'a jamais vu une monnaie créer un Etat.  Pour mettre en place un budget européen représentant 4% du PIB total, il faudrait qu'il y ait une volonté politique de le créer. Et cela veut dire, en particulier, que l'Allemagne y consentirait. Or toute l'histoire de l'union économique et monétaire nous indique le contraire: déjà François Mitterrand, au début des années 1990, avait souhaité un gouvernement économique de la zone où serait introduite la monnaie européenne en gestation; ses interlocuteurs allemands, Helmut Kohl en tête, l'avaient refusé; et le président français de l'époque avait néanmoins décidé de faire l'Union Economique et Monétaire. Emmanuel Macron se retrouve, en quelque manière, vingt-cinq ans plus tard, dans une situation assez semblable.

Je ne me prononcerai pas sur la question de savoir si 4% du PIB suffiraient pour assurer une politique de redistribution à l'échelle de l'Union Européenne. Peut-être, si tous les Etats étaient prêts à dire que l'Union est un véritable Etat, véritablement fondé sur un sentiment d'appartenance commune. Mais on sait que plusieurs Etats, en particulier en Europe du Nord, refusent, comme l'Allemagne, d'entrer dans une logique de redistribution. Tant que la disposition à la "solidarité" que le président français appelle de ses voeux ne sera pas là, à quoi bon avancer vers plus d'Europe? Les mêmes causes produisant les mêmes effets, une avancée des mécanismes régissant l'euro ne fera qu'accroître la distance entre la monnaie européenne et l'économie réelle.

Un discours qui ne parle pas une seule fois de la crise catalane

Que la question des transferts financiers soit au coeur de tout, rien ne le montre mieux que la crise catalane. Ce qui se joue en ce moment entre Barcelone et Madrid est profondément enraciné dans la crise de la dette européenne.  En cette fin d'année 2017, l'Espagne a encore 18% de chômeurs. Le chômage représentait naguère 25% de la population active; il a baissé à 18% - principalement parce que de nombreux travailleurs étrangers du bâtiment sont repartis et parce que les "petits boulots", CDD à 900 euros bruts,  se sont multipliés. Le revenu cumulé des 20% les plus riches est sept fois et demi celui des 20% les plus pauvres. L'Espagne n'arrive pas à se sortir de la crise car la productivité y est la plus basse de tout l'OCDE. La dette représente pratiquement 100% du PIB. En 2007, elle ne représentait que 35% du PIB. Mais la nécessité pour l'Etat de renflouer la dette des banques et les règles d'austérité imposées par l'appartenance à la zone euro ont acculé l'Espagne.

La Catalogne est la région la plus prospère d'Espagne. Son PIB représente environ 20% du PIB espagnol. Chaque année, presque 15 milliards d'euros sont transférés, au nom de la solidarité nationale, vers les autres régions espagnoles. Pour Barcelone, l'addition est d'autant plus lourde que la nécessité de revenir en-deça des 3% de déficit a conduit l'Etat espagnol à  supprimer une partie des transferts financiers vers la Catalogne. La dette catalane représente environ 30% du PIB. Si la Catalogne devenait indépendante, elle pourrait avoir l'intention de ne pas honorer ses dettes vis-à-vis du reste de l'Espagne. Cela ferait grimper la dette espagnole à 115% du PIB.

Que le président de la République n'ait pas voulu s'immiscer dans la dispute espagnole est une chose; mais qu'il n'ait pas saisi l'occasion de l'imminence d'une confrontation autour de l'organisation d'un référendum se comprend moins. Il serait si efficace d' évoquer une illustration concrète des conséquences en chaîne de la dette européenne et du refus allemand de procéder à quelque transfert financier que ce soit - malgré les surplus commerciaux allemands.

L'idée d'Europe

Au fond, le discours de la Sorbonne  était encadré par deux événements politiques majeurs en Europe: l'élection législative allemande; et le référendum illégal en Catalogne. Le président français n'a évoqué ni l'un ni l'autre. Alors que l'on sait très bien que le probable retour des libéraux dans le gouvernement de Madame Merkel, amènera l'Allemagne a écarter encore plus résolument qu'elle n'a l'habitude de le faire la moindre demande de transfert financier. Le referendum en Catalogne ne supposait pas que le président français se mêle des éléments politiques. En revanche, évoquer la crise catalane sous l'angle de la dette européenne aurait pu permettre à la fois d'amorcer une médiation française discrète; et de dramatiser les enjeux.

Mais Emmanuel macron voulait-il cette dramatisation? Ce n'est pas seulement qu'il craignait la polémique. Il était tout à l'idée de l'Europe. En Sorbonne, le président français a plus parlé d'un rêve magnifique que de la brutale réalité européenne d'aujourd'hui, telle que l'illustrent l'affrontement entre la police espagnole et des Catalans bravant l'interdiction de tenir le référendum  ce dimanche; la montée de l'hostilité à l'euro en Italie ou....les 13% d'Allemands qui ont voté pour l'Alternative für Deutschland.

Permettez-moi une remarque depuis la perfide Albion pour finir. Emmanuel Macron n'a pas annoncé que le retrait des députés britanniques après le Brexit servirait à faire des économies en supprimant les 73 postes de députés concernés. Non! Il veut les pourvoir.  Vous comprendrez que le Gouvernement de Sa Majesté soit réservé sur l'idée de payer des "frais de Brexit" très élevés quand on remarque qu'un Européiste convaincu comme l'actuel président français a tendance à multiplier les propositions de créations d'agences européennes dans tous les secteurs. Qui paiera les salaires de leurs employés?

Avec mon plus fidèle souvenir

Votre très dévoué Benjamin Disraëli

 

 
Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

La réaction de la femme de Griveaux

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 02/10/2017 - 10:55
pas d'Europe politique ?
malgré union monétaire, eh bien c'est pour cela que l'UE a intérêt à dissoudre les nations . On notera le silence assourdissant de la France et de l'Allemagne, au sujet de la Catalogne indépendante ,