En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Victimes indirectes
Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé
il y a 7 heures 58 min
pépite vidéo > International
Embrasement
Mort de George Floyd : Des manifestations éclatent dans tous les Etats-Unis
il y a 8 heures 56 min
light > People
Recherche
Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"
il y a 9 heures 36 min
pépite vidéo > Politique
Débat
Eric Zemmour face à Michel Onfray : retrouvez leur débat sur l'avenir de la gauche en France
il y a 10 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Jonas Fink, le libraire de Prague" : romance dérisoire, triste printemps, mais très bonne BD

il y a 11 heures 43 min
décryptage > Environnement
Transition

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Politique
Monde d'après

Le "rebranding" de la "marque"Macron, opération à risque

il y a 13 heures 53 min
décryptage > High-tech
Bienfaits

Pourquoi les jeux vidéo sont (aussi) un moyen essentiel pour les enfants de garder des liens sociaux

il y a 14 heures 23 min
décryptage > Economie
Etat stratège

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

il y a 14 heures 50 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

il y a 15 heures 13 min
pépites > Société
Fin de vie
Meurthe-et-Moselle : une centenaire en grève de la faim pour obtenir "le droit de mourir"
il y a 8 heures 29 min
pépites > Société
Fin de l'accalmie
Déconfinement : la Sécurité routière s'inquiète d'une surmortalité "alarmante"
il y a 9 heures 17 min
light > People
Rétrogradage
Kylie Jenner accusée d'avoir menti sur sa fortune : "Forbes" la retire de sa liste des milliardaires
il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

"Sapiens", un livre formidablement intéressant et enrichissant

il y a 11 heures 40 min
décryptage > Economie
Rien ne change

L’épuisement du petit patron français devant la relance de l’activité…

il y a 13 heures 8 min
décryptage > International
Civilisation des algorithmes

Trump contre la Silicon Valley : la guerre culturelle féroce qui nous concerne beaucoup plus qu’on ne le croit

il y a 13 heures 40 min
décryptage > Politique
Angles morts

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

il y a 14 heures 8 min
décryptage > International
Nouvelle guerre froide ?

Le plan secret de la Chine pour tenter de restaurer son image (et gagner la bataille de la propagande)

il y a 14 heures 37 min
décryptage > Santé
Équation à inconnues multiples

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

il y a 15 heures 2 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Madonna s’exhibe sur Insta; Re-trompée ? Jenifer Aniston furieuse contre Brad; Olivier Sarkozy trop français pour Mary-Kate Olsen; Marc Lavoine bientôt marié; Harry & Meghan rois des radins malgré 49 millions flambés en 2 ans; Panique à la Cour d’Espagne
il y a 15 heures 14 min
Tyran ?

Fidel Castro, un leader impulsif et désorganisé

Publié le 25 mars 2012
Le livre "Mon associé Fidel Castro" retrace le parcours d'un entrepreneur français à la Havane contraint de faire de Fidel Castro son associé pour créer une chaîne de boulangeries françaises à Cuba. Extrait 2/2.
Michel Villand est un homme d'affaires.Francis Matéo est journaliste indépendant. Il est correspondant à Barcelone pour des journaux français.Ils ont co-écrit le livre "Mon associé Fidel Castro - Récit de l'incroyable aventure d'un Français...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Villand et Francis Matéo
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Villand est un homme d'affaires.Francis Matéo est journaliste indépendant. Il est correspondant à Barcelone pour des journaux français.Ils ont co-écrit le livre "Mon associé Fidel Castro - Récit de l'incroyable aventure d'un Français...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le livre "Mon associé Fidel Castro" retrace le parcours d'un entrepreneur français à la Havane contraint de faire de Fidel Castro son associé pour créer une chaîne de boulangeries françaises à Cuba. Extrait 2/2.

- Mais dis-moi, pour bien faire du pain français, il y a un secret?

- Non ! il y en a plusieurs. Ce qui est certain, c'est que personne ne sait faire le pain comme les Français. Les Espagnols ont la paella, les Italiens les pâtes, mais le pain, c'est français.

- Et c'est quoi ces secrets de fabrication?

- Ça, il faut le demander aux professionnels. Ils ne sont pas là ce soir, mais je vais essayer de vous expliquer.

(…) Et là, je ne sais ce qui me prend, mais après être passé sans m'en apercevoir au tutoiement, je m'enhardis davantage et lui lance comme une boutade :

- Si tu crois que Pompon a laissé filer Pomponnette par amour du libertinage, tu te trompes : c'est qu'il fallait que quelqu'un reste pour surveiller la fournée!

- Ah! Pagnol!

Fidel et son Premier ministre, aussi bons connaisseurs de la culture populaire que de l'Histoire de France, éclatent de rire. Mais dans les yeux du vieux stratège, je vois une lueur qui n'avait pas de rapport avec Pagnol. Je crois entendre les pensées de Fidel à cet instant : "Quand j'en saurai assez, j'inventerai le pain cubain à la Française, une sorte de super baguette, la meilleure du monde!". C'est soudain le tyran qui surgit, celui qui prend des décisions à l'emporte-pièce et les impose coûte que coûte. Ce Fidel, c'est celui qui a changé les graines des bananes  pour faire une banane "du peuple" : il a obligé ses ingénieurs agronomes à faire des mélanges qui ont totalement dénaturé le fruit, qui l'ont rendu mauvais, et qui ont contaminé toute la culture qui faisait la richesse de Santiago de Cuba. Résultat : on ne trouve plus aujourd'hui de bonnes bananes à Santiago, c'est-à-dire des bananes naturelles. (…)

La liste des échecs est longue, et lourde pour le peuple cubain, qui au final paye toujours l'addition, parce que Fidel est fondamentalement un impulsif, totalement désorganisé, dont les prises de position sont souvent très affectives, et malheureusement irréfutables. Sa stratégie, c'est de laisser faire pour corriger ensuite les errements qu'il a suscités, et remettre le cap avec davantage de conviction vers son idéal de communisme égotiste. Tel fut le cas lorsque Carlos Lage donna l'autorisation à quelques promoteurs immobiliers étrangers -dont le petit fils Pastor de Monaco- de construire des immeubles en accession à la propriété à La Havane.

C'est ainsi que fut érigé le Monte Carlo Palace sur la Cinquième Avenue, ou l'immobilière la Cecilia sur la Troisième : au total 700 appartements de luxe. Une vraie gageure dans cette économie communiste! Puis un jour, Fidel se rend compte de l'énormité de l'erreur commise, mais il est trop tard; la majorité des réservataires ont signé leurs actes authentiques devant notaire. Le gouvernement cubain ne peut pas revenir en arrière, sous peine de mettre en péril sa crédibilité internationale. Alors Fidel entre dans une de ces colères noires qui ont fait sa réputation. Il invective tout le monde, traite d' "incapables" tous les dirigeants impliqués dans cette opération  et leur fait la leçon comme à des enfants : "Ce montage immobilier est une pure imbécillité! Si j'avais été Cubain de Miami, j'aurais acheté tous les appartements légalement, et cela m'aurait servi de Cheval de Troie pour noyauter la Révolution cubaine. Même moi je n'aurais rien pu faire! Vous n'êtes que des incapables!"

Puis Fidel se tourne vers son Premier ministre : "Carlos, te rends-tu compte de l'erreur politique que vous avez commise? Arrêtez tout, et tout de suite."

Carlos Lage a évidemment immédiatement obtempéré. Mais les actes notariés persistent : des étrangers sont bel et bien propriétaires à Cuba, et leurs appartements dans ce "Paris des Caraïbes" vaudront un jour une fortune, car ils sont généralement très bien situés, la plupart avec vue sur mer.

__________________________________________________________________________________________________________

Extrait de Mon associé Fidel Castro - Récit de l'incroyable aventure d'un Français à Cuba, Max Milo Editions (1er mars 2012)

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
castrofidel
- 26/03/2012 - 08:41
@Peinoudore
Ah ! Pardon ! J'avais pas pensé à ça. Merci de l'information. Quoique je n'ai pas rencontré beaucoup de médecins cubains "blancs" en Afrique, mais enfin … Heureux d'apprendre que Cuba a une "élite blanche". Je pensais que les castristes avaient découpé en morceaux tous les Blancs.
Peinoudore
- 26/03/2012 - 07:36
@Castrofidel lobo bobo caviardé
Si Cuba est mieux lotie qu'Haiti c'est qu'elle a une élite blanche. Haiti n'a pas d'élite digne de ce nom.
castrofidel
- 26/03/2012 - 06:20
Evidemment que Cuba, c'est la ruine
Évidemment que Cuba, c'est la ruine. Si seulement Castro avait suivi le modèle Haïtien voisin, soutenu et guidé pendant 50 ans par la France et les Etats-Unis, Cuba sera aussi développé qu'Haïti. Au moins, à Port au Prince, même si on a un peu de mal à se soigner et qu'il n'y a pas d'écoles, au moins, il y a la baguette parisienne ! Merci Michel Villand pour votre contribution à l'enrichissement intellectuel des peuples et à l'éducation des masses. D'ailleurs, il serait bon que vous fassiez un recensement des pays où l'on trouve la baguette parisienne. Cela pourrait faire un bon sujet de cours en géopolitique.