En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 13 heures 3 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 13 heures 41 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 16 heures 24 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 17 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 18 heures 25 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 21 heures 21 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 21 heures 42 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 22 heures 21 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 22 heures 27 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 13 heures 23 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 15 heures 25 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 16 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 18 heures 19 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 21 heures 3 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 21 heures 18 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 21 heures 32 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 21 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 22 heures 24 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 22 heures 28 min
Réchauffement

Pourquoi il faut en finir avec la catastrophisme climatique (et en revenir à la raison)

Publié le 27 août 2017
Pour Jean Jouzel, climatologue et glaciologue français, le réchauffement climatique s'accompagnera de glissements d'incendies ravageurs, de coulées de boue destructrice... Une perspective effrayante que ne partagent pas tous les experts.
Frédéric Decker
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Météorologue - Climatologue à MeteoNews et Lameteo.org
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour Jean Jouzel, climatologue et glaciologue français, le réchauffement climatique s'accompagnera de glissements d'incendies ravageurs, de coulées de boue destructrice... Une perspective effrayante que ne partagent pas tous les experts.

Atlantico : Vous déclarez que Jean Jouzel se trompe quand il dit avec un "catastrophisme démeusuré" que nous devons nous attendre à des inondation et des coulées de boue, des incendies ravageurs et des vagues de chaleurs faisant grimper le thermomètre entre 50 et 55 degrés. Pourquoi est-ce que cela est improbable scientifiquement selon vous ? Quelles sont les raisons qui vous poussent à penser le contraire ? Jean Jouzel n'essaye-t-il pas d'intéresser les gens à des problématiques qu'ils ignorent ? 

Frédéric Decker : Pas forcément qu’il se trompe, mais qu’il tombe dans l’excès, au même titre que le GIEC ou que Al Gore pour exprimer les effets du réchauffement climatique. Pour moi, il s’agit d’une grosse erreur de communication de sa part. Entendons-nous bien. Je ne nie pas le réchauffement climatique, bien au contraire. J’insiste sur le fait qu’il existe, qu’il est mesuré à l’échelle globale depuis une quarantaine d’années quasiment en continu (mais avec un net ralentissement sur ces 15-20 dernières années en dehors de 2015 et 2016 réchauffées par El Nino), et de façon discontinue depuis le début du 20e siècle, avec même une phase de rafraichissement, jamais mise en avant, de la fin des années 40 à la fin des années 70. Depuis, ça s’est réchauffé rapidement et fortement. Les quelques énergumènes qui pensent qu’il n’y a pas de réchauffement du tout vivent avec des oeillères…

Concernant les dires de Jean Jouzel, il n’a pas faux sur toute la ligne. Les inondations et coulées de boue notamment risquent encore de s’aggraver. Mais cela n’a rien à voir avec le « changement climatique » ou les gaz à effet de serre émis par l’homme. C’est à cause de l’homme : le bétonnage intensif des agglomérations un peu partout dans le monde aggrave forcément ces phénomènes, l’eau ou la boue ne pouvant plus s’infiltrer naturellement dans le sol. Idem avec les feux de forêts : outre les causes naturelles telles que la foudre, les causes humaines sont toujours plus nombreuses avec une démographie qui s’emballe : plus de monde pour plus de négligences (mégots ou allumettes jetées dans une végétation desséchée), plus de feux accidentels (étincelles émises par des machines agricoles par exemple) et bien évidemment plus de feux intentionnels, déclenchés par des pyromanes.

Climat, climatologie et météorologie sont des matières différentes, mais elles sont évidemment intimement liées. Les dires de Jean Jouzel me semblent improbables car la climatologie des 40 dernières années, et ce malgré une très nette et rapide hausse du thermomètre mondial, ne collent pas aux prédictions catastrophiques, ni même aux annonces faites à la fin des années 80 ou dans les années 90 pour aujourd’hui.

En dehors des inondations aggravées par le bétonnage, les phénomènes violents tels que les cyclones, les tempêtes ou encore les tornades n’augmentent pas en nombre dans le monde. Les statistiques sur 50 à 100 ans ne montrent pas de hausse particulière, mais quelques variations faiblardes à la hausse ou à la baisse. Les typhons sont plus nombreux dans notre monde réchauffé en Asie du Sud-est, le nombre de cyclones est plus ou moins stable dans l’Atlantique, en baisse dans l’océan Indien. Le nombre de tornades aux Etats-Unis est stable également. Les deux dernières années, très chaudes dans le monde, ont été étonnamment calmes dans ce domaine, notamment aux Etats-Unis, cible privilégiée des tornades.

Quant aux 50 à 55 degrés annoncés par Jean Jouzel chez nous en France dans un laps de temps aussi court (d’ici 30 à 60 ans seulement), cela ressemble plus à de la science fiction qu’à de la science. En dépit du réchauffement climatique, les extrêmes de températures varient peu. Bien sûr, des records de chaleur tombent plus souvent que des records de froid. Mais les extrêmes absolus finalement n’explosent pas comme le GIEC et même le « commun des mortels » pourrait l’imaginer. Les pics de froid sont un peu moins bas de nos jours, les pics de chaleur quant à eux sont plutôt stables, un peu à l’image de ceux des années 40 (décennie chaude) ou du début du siècle dernier ou encore de la fin du 19e siècle. Puisque Jean Jouzel parle de la France, un exemple concret : les 40 degrés restent difficilement atteignables sur le tiers nord, y compris à Paris. D’après les données météo de Météo-France, ce seuil a été atteint et légèrement dépassé en 1947 seulement (frôlé en 2003 et 2015), tandis que l’observatoire de Paris (bien avant Météo-France) avait vu le thermomètre atteindre ce seuil deux fois seulement, en 1720 et 1765. Avec un telle régularité sur 300 ans, il parait extrêmement peu probable que le record parisien prenne 10 degrés en seulement 30 à 60 ans.

Concernant cette problématique du climat à inculquer à la population, les présenter uniquement en tombant dans le catastrophisme comme l’a fait Jean Jouzel, c’est très anxiogène et largement exagéré dans un environnement déjà difficile dans d’autres domaines. Pourquoi en faire des tonnes en annonçant le pire, alors que les précédentes périodes chaudes de l’histoire ont plutôt apporté du mieux à l’être humain, que ce soit durant l’Optimum médiéval (entre 800 et 1300), durant l’âge de bronze… Même en admettant que le thermomètre grimpe de 2 degrés d’ici 2100, les effets ne seront pas que négatifs, loin de là. L’homme et la nature s’adapteront, comme ils l’ont toujours fait malgré des bouleversements climatiques parfois brutaux et importants. Notre mode de vie actuel, sédentaire et connecté risque peut-être de perturber ces adaptations futures, quels que soient les changements climatiques à venir. Accuser la population du réchauffement climatique, c’est un peu fort. Il y a en revanche d’autres problématiques environnementales à traiter de toute urgence, notamment en terme de pollution maritime, fluviale, terrestre, entre autres nombreux exemples, totalement indépendantes du phénomène de réchauffement climatique.

Vous évoquez le cas de Philippe Verdier, ancien présentateur de la météo sur France 2 qui a été évincé suite à la publication de son livre "Climat Investigation". La position du GIEC est-elle si fragile qu'il ne faut pas laisser s'exprimer ceux qui vont à son encontre ? Pour quelles autres raisons, toutes formes de débats sur le climat sont éludés en France ? Est-ce le cas à l'étranger ? 

La position du GIEC est claire et nette depuis maintenant près de 30 ans, depuis sa création. « Le monde se réchauffe, le réchauffement s’emballe, c’est une catastrophe ». Le GIEC a été créé en 1988 sous la pression de Margaret Thatcher et Ronald Reagan pour établir un consensus mondial sur l’expertise climatique. Déjà des enjeux politiques et économiques… Ce fut rapidement chose-faite… Ce consensus me parait aberrant, alors que la science appelle forcément au débat. Dans le cas du climat, c’est aujourd’hui impossible. Il y a d’un côté la « vérité absolue » du GIEC et les « mensonges » de tous les autres. Leur position est-elle fragile ? Non, pas jusqu’à présent puisque la phase de réchauffement se poursuit, malgré un net ralentissement depuis 15-20 ans en dehors du pic de chaleur de 2015 et 2016 sous El Nino.

On l’a vu, le livre de Philippe Verdier a dérangé jusqu’aux plus hautes sphères politiques françaises. Suite à cela et au fameux « connards » attribué aux climato-sceptiques par Nathalie Kosciusko-Morizet, une liste des climato-sceptiques aurait été « commandée » et réalisée pour leur interdire l’accès aux médias. Nous sommes pourtant dans le pays de la « liberté, égalité, fraternité » où l’on peut tout dire haut et fort. Cela ne s’attribue visiblement pas du tout à la science du climat.

Je ne suis sûr de rien et pas assez informé à ce sujet, mais cela doit être le cas également dans d’autres pays.

Cette phase de réchauffement peut-elle encore être réversible ? L'argument qui dit que le développement économique lié à l'essor de l'industrie dans les XIXe et XXe siècle qui a aggravé la phase de réchauffement climatique tient-il toujours ? 

Je n’ai pas la prétention de dire que je détiens la vérité, loin de là. Il y a énormément d’inconnues dans la machine climatique terrestre qui expliquent d’ailleurs les échecs des modèles climatiques du GIEC et d’ailleurs. Le ralentissement des 15 à 20 dernières années n’était absolument pas prévu. Heureusement que le phénomène El Nino a « sauvé les meubles » en quelque sorte pour le GIEC, permettant au réchauffement récent de redémarrer temporairement…

Je ne sais pas si le réchauffement actuel va perdurer ou non. Il peut se poursuivre, ou stagner comme en ce moment sous forme d’un « plateau ». Le thermomètre mondial pourrait même repartir à la baisse, en raison de phénomènes naturels complexes susceptibles de rafraîchir l’atmosphère, tels que l’activité solaire, irrégulière, des cycles océaniques complexes qui n’ont pas encore livré tous leurs secrets… sans compter d’éventuelles et imprévisibles éruptions volcaniques de très grande ampleur, pouvant faire chuter brutalement le thermostat mondial.

Concernant le parallèle entre l’essor démographique, économique, industriel et le réchauffement climatique, c’est compliqué. Après un pic de chaleur assez remarquable dans les années 40, le thermomètre a perdu 0,3 à 0,4 degrés les 30 années suivantes, jusqu’en 1980, avant de repartir à la hausse. Ces trente années correspondent pourtant au « boum » démographique et industriel. Et le temps de latence de l’atmosphère est rapide, il n’est pas de trois décennies…

L’homme a probablement un rôle dans le réchauffement moderne (1980 à aujourd’hui), mais il est extrêmement difficile à quantifier. Cela fait ou devrait faire débat d’ailleurs dans le monde scientifique. Le GIEC a d’ailleurs fini par admettre qu’il y avait une petite part naturelle. Un progrès ! Pour ma part, je n’ai aucune certitude à ce sujet. Le doute fait partie de la science et doit, de ce fait, amener au débat. C’est ce débat qui doit être ré-instauré dans la recherche climatique. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (28)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
kelenborn
- 29/08/2017 - 17:41
pour info (fin)
, ce qu'est l'hypocrisie, à moins bien sûr, que la censure ne craque d'ici ce temps la Messieurs les censeurs, je vous salue avait dit un certain resté célèbre, Messieurs le Causeurs je vous plaint Martin Kelenborn
kelenborn
- 29/08/2017 - 17:40
pour info (suite)
Ace compte, le grand Reiser aurait été trainé devant les tribunaux, lui qui illustrant des poivrots attablés à un comptoir écrivait: "s'ils étaient bien s.....ils n'iraient pas dépenser l'argent du ménage au bistrot"
Mais madame Kouatar a un master de droit, qu'on se le dise!!! Lequel master ne lui a pas été délivré par Vichinsky, procureur de Staline !!!Et pour cause, madame Kouatar ne sait pas qui était ce charmant procureur, qui donnait des tickets aux accusés pour se faire tirer une balle dans la nuque!!! Le niveau baisse dirait Brighelli!
Il parait que, aux dires de madame Kouatar, on peut écrire les mêmes choses mais sans la vulgarité! Je vous conseille donc de faire vérifier vos post par madame Riocreux car il est probable qu'une bonne moitié des intervenants ici tomberaient sous le coup de la censure Cette censure fera plaisir à ceux, ici , qui n'ayant pas la capacité de clouer le bec à leur contradicteur apprécient que d'autres s'en chargent Pour ma part, il doit me rester un peu moins d'un mois d'abonnement, que je vais mettre à profit pour exprimer, dans le langage le plus chatié
kelenborn
- 29/08/2017 - 17:38
pour info

J'en suis presque tombé de ma chaise mais, fort heureusement, je n'étais pas ivre.
J'ai été appelé il y a quelques instants par une certaine madame Kaoutar, travaillant à Causeur, laquelle m'a expliqué que certains de mes propos tombaient sous le coup de la loi sur la presse, qu'ils étaient sexistes et je ne sais plus quoi encore
Il n'est pas indifférent de savoir que , faire observer à un commentateur , qui trouve que madame Portelli a un joli minois qu'il met son nez sous les jupes est un propos sexiste de même que dire que l'on peut lui tailler ... .....
On pensait être à Causeur, le journal où l'on vient surtout si on n'est pas d'accord, on est à l'Osservatore Romano
On pensait qu'Elisabeth Levy , peu soupçonnable de politiquement correct , était directrice de Causeur! et bien non , c'est Caroline de Haas qui préside aux destinées du journal désormais
Il semble même que Madame Schiappa , qui avait pensé s'abonner , devrait y réfléchir à deux fois puisqu' affirmer que "les filles bien n'avalent pas" est une formulation sexiste inacceptable