En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Vol de 4 tableaux dans un musée corse

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 31 min 47 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 45 min 52 sec
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 2 heures 22 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 2 heures 52 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 3 heures 6 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 3 heures 15 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 4 heures 18 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 7 heures 50 min
light > Justice
Et golouglouglou
Pernod Ricard : des employés dénoncent une culture de la consommation de l'alcool
il y a 21 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 36 min 42 sec
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 2 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 2 heures 40 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 3 heures 48 sec
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 3 heures 11 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Politique
Info ou intox ?

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

il y a 7 heures 55 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 17 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Victoire à la Pyrrhus pour le UKIP ? Après le Brexit, le parti joue sa survie...

Publié le 27 août 2017
Le Brexit a claqué comme un coup de tonnerre dans une Europe qui ne soupçonnait pas le rejet dont elle pouvait faire l’objet. Pourtant, en 2014, à l’issue d’une campagne axée sur les « dangers » de l’immigration, le UK Independence Party et son tonitruant leader Nigel Farage avaient déjà fait parler d’eux. Deux ans plus tard, le UKIP a pu apparaître comme l’artisan majeur du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Révélant aux yeux du monde l’existence en Grande-Bretagne d’une fracture sociale, économique et géographique sans précédent. La première analyse sociologique et électorale en français, qui met en lumière les points communs et les différences avec les autres mouvements populistes européens, notamment le Front national. Car, qualifié d’« extrême droite en costume cravate », le UKIP, nouveau venu original dans un système politique qui mettait volontiers en avant sa modération, est désormais un élément clé de la vie démocratique du Royaume-Uni. Extrait de "Prendre le large - Le UKIP et le choix du Brexit" de Karine Tournier-Sol, publié aux Editions Vendémiaire (1/2).
Karine Tournier-Sol est maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Toulon. Ses travaux portent sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Elle est spécialiste du UK Independence Party, sur lequel elle a publié...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karine Tournier-Sol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Karine Tournier-Sol est maître de conférences en civilisation britannique à l’Université de Toulon. Ses travaux portent sur les relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne. Elle est spécialiste du UK Independence Party, sur lequel elle a publié...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Brexit a claqué comme un coup de tonnerre dans une Europe qui ne soupçonnait pas le rejet dont elle pouvait faire l’objet. Pourtant, en 2014, à l’issue d’une campagne axée sur les « dangers » de l’immigration, le UK Independence Party et son tonitruant leader Nigel Farage avaient déjà fait parler d’eux. Deux ans plus tard, le UKIP a pu apparaître comme l’artisan majeur du retrait du Royaume-Uni de l’Union européenne. Révélant aux yeux du monde l’existence en Grande-Bretagne d’une fracture sociale, économique et géographique sans précédent. La première analyse sociologique et électorale en français, qui met en lumière les points communs et les différences avec les autres mouvements populistes européens, notamment le Front national. Car, qualifié d’« extrême droite en costume cravate », le UKIP, nouveau venu original dans un système politique qui mettait volontiers en avant sa modération, est désormais un élément clé de la vie démocratique du Royaume-Uni. Extrait de "Prendre le large - Le UKIP et le choix du Brexit" de Karine Tournier-Sol, publié aux Editions Vendémiaire (1/2).

Face au gouvernement conservateur de Theresa May, le nouveau leader du UKIP présente son parti comme le seul garant du Brexit, appelant à un retrait immédiat du Royaume-Uni de l’Union européenne, sans même le déclenchement de l’article 50 du traité de Lisbonne, mais par un vote à Westminster pour abroger la loi de 1972 qui entérine l’adhésion britannique à la CEE. C’est une façon pour lui de tenter de récupérer un peu de l’espace politique qui lui a été confisqué par Theresa May et son slogan «Brexit means Brexit », assorti d’un durcissement du dis- cours conservateur sur l’immigration. Cependant, pour Paul Nuttall, la clé de l’avenir du UKIP est ailleurs, dans les bastions travaillistes du nord de l’Angleterre. C’est d’ailleurs l’un des premiers à avoir préconisé sous le leadership de Nigel Farage le glissement stratégique du parti vers cet électorat. Il entend à présent franchir une nouvelle étape, et affiche son ambition première :

« Je veux remplacer le parti travailliste et faire du UKIP la voix patriotique des travailleurs. »

Fort de ses origines, il se veut le porte-voix de la classe ouvrière du nord de l’Angleterre, dont il estime qu’elle n’est plus représentée par le parti travailliste. À l’instar de son prédécesseur, il fustige la « petite clique métropolitaine » totalement dé- connectée des électeurs. Si ce positionnement offre potentielle- ment de nouvelles opportunités au parti, il ne va pas non plus sans difficultés. Le nouveau leader du UKIP devra réussir à attirer les déçus du travaillisme dans le nord de l’Angleterre tout en préservant les bastions traditionnels du parti dans le sud. Réconcilier ces deux types d’électorat pourrait s’avérer un pari périlleux. Une enquête sur les adhérents du UKIP effectuée par YouGov montre que si 73% d’entre eux sont favorables à ce que leur parti cible le vote travailliste aux prochaines législatives, 60% ne sont pas pour autant prêts à des compromis politiques dans le seul but d’attirer de nouveaux électeurs166. La tâche de Paul Nuttall s’annonce donc difficile.

Enfin, autre changement stratégique important de la part du nouveau leader: tout en réaffirmant l’attachement du UKIP à l’unité du Royaume-Uni, il a ouvertement positionné son parti comme le défenseur de l’anglicité (Englishness), qu’il considère comme le prochain enjeu politique majeur après le Brexit. Nuttall reconnaît ainsi la dimension anglaise du UKIP, qui a toujours été inhérente au discours du parti mais qui avait été volontairement minimisée de crainte de le voir réduit au statut de parti nationaliste anglais. Il y a sans doute là une vraie opportunité pour le UKIP sur le plan électoral. On ajoutera qu’en termes de positionnement politique, la vision du nouveau leader du UKIP est autoritaire sur le plan des valeurs : très ferme sur les questions de criminalité, il défend le retour à la peine de mort pour les assassins d’enfants; il est également contre l’avortement.

En matière d’environnement, il est résolument climato-septique. En outre, il s’est par le passé exprimé en faveur d’une privatisation du NHS, avant d’effectuer un rétropédalage en raison du caractère polémique de cette prise de position. Enfin, on ne s’étonnera pas que lui aussi prône une forte restriction de l’immigration, et ceci dans un souci de défense des travailleurs britanniques – car c’est là sa nouvelle cible. Le troisième obstacle sur la route du parti est d’ordre financier. Suite au résultat du référendum et à la démission de Nigel Farage, le principal donateur du UKIP, Arron Banks, a envisagé de se retirer pour créer un nouveau mouvement, plus vaste, à partir de la mobilisation autour de Leave EU pendant la cam- pagne référendaire. Très réservé sur les capacités de leadership de Nuttall, il a critiqué son rapprochement avec Suzanne Evans et Douglas Carswell (dont il a demandé l’expulsion pure et simple), tous deux membres selon lui d’une « cinquième colonne » dont le but serait de détruire le UKIP. Après avoir maintenu le sus- pense, et donc aussi la pression, il a finalement claqué la porte du parti en mars 2017. Ce départ est un coup dur pour le UKIP, qu’Arron Banks avait financé à hauteur de 1,3 million de livres sterling, auxquels s’ajoutent 7,5 millions dépensés pour soutenir la campagne de Nigel Farage au sein de Leave EU. De surcroît, le nombre d’adhérents du UKIP est en baisse constante depuis le référendum, ce qui a également une incidence sur les ressources financières du parti. Les rumeurs de faillite imminente se sont succédé depuis les législatives de 2015. Plus fondamentalement, le Brexit implique la fin de la représentation du UKIP au Parlement européen d’ici fin mars 2019, privant de fait le parti de sa principale source de financement. Tel est le paradoxe de beaucoup de partis eurosceptiques européens : ils sont financés par l’institution même qu’ils combattent. C’est là une autre conséquence de la victoire du Brexit, qui menace potentiellement la survie même du parti pour lequel elle pourrait finalement se révéler être une victoire à la Pyrrhus.

L’avenir du UKIP reste donc très incertain, et dépend de différents facteurs qui illustrent bien sa principale faiblesse, c’est- à-dire son amateurisme. Les premiers mois de Paul Nuttall à la tête du parti se sont révélés peu convaincants, à commencer par sa défaite lors d’une élection législative partielle à Stoke Central le 23 février 2017. Le nouveau leader espérait capitaliser sur le vote Brexit qui a atteint 67,5% dans ce bastion travailliste qualifié de « capitale du Brexit ». Ce premier test de sa nouvelle stratégie de conquête de l’électorat travailliste a tourné à l’échec puisque Nuttall est arrivé près de 13 points derrière le candidat du Labour. Un mois plus tard, le parti a perdu son unique représentant à la Chambre des communes après la décision de Douglas Carswell de quitter le UKIP – une décision qui n’a fait qu’acter une prise de distance déjà ancienne avec le parti. Dix jours plus tard, un autre transfuge du parti conservateur lui a emboîté le pas : Mark Reckless, élu UKIP à l’Assemblée galloise, a annoncé qu’il rejoignait le groupe conservateur.

Le nouveau leader du UKIP en est ressorti fragilisé, à la tête d’un parti affaibli. Le UKIP est aujourd’hui à un nouveau moment charnière de son existence. Plus que jamais, il va devoir faire appel à sa nature de parti populiste caméléonesque. Sa survie dépendra de sa capacité à s’adapter et à se transformer pour pérenniser sa présence dans le paysage politique britannique. La demande, on l’a vu, existe bel et bien pour une offre politique différente de celle des grands partis traditionnels, qui mobilisent de moins en moins l’électorat dont ils se sont même aliéné une partie, ce qui s’est vu confirmé par le résultat du référendum du 23 juin 2016. Il y a là une opportunité à saisir pour le UKIP, un défi essentiel à relever, pour éviter que « la bulle UKIP» n’éclate avec le Brexit.

Extrait de "Prendre le large - Le UKIP et le choix du Brexit" de Karine Tournier-Sol, publié aux Editions Vendémiaire

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

04.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

07.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Vol de 4 tableaux dans un musée corse

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

03.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

04.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

06.

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 27/08/2017 - 11:15
Le UKIP fait comme le Front National!
Si les Englishs n'étaient pas manipulés par des journaux confondant les résistants patriotes avec des fascistes (qui, rappelons-le aux aveugles et sourds, étaient socialistes et collabos du socialisme allemand...) ("Daily Mail getting excited over fascists again", écrivent l'Observer, Le Guardian, politiciens News, This is London (sic)), alors les Anglais auraient une vision plus saine et sincère de la politique française...d'ailleurs, Le UKIP suit l'exacte stratégie du Front National, qui estime que les patriotes n'ont pas de couleur politique, et que le nouveau fascisme est le mondialisme immigrationniste, collabo de l'islamisme..."