En direct
Best of
Best of du 18 au 24 mai 2019
En direct
© Reuters
Qui perd gagne ?
Cette guerre des nerfs entre Washington et Téhéran sur la question du nucléaire
Publié le 22 août 2017
Le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rouhani, a menacé Donald Trump mardi dernier de reprendre son programme nucléaire si les Etats-Unis venaient à sanctionner l'Iran une nouvelle fois.
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Milad Jokar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rouhani, a menacé Donald Trump mardi dernier de reprendre son programme nucléaire si les Etats-Unis venaient à sanctionner l'Iran une nouvelle fois.

Atlantico : Le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rouhani, a menacé Donald Trump mardi dernier de reprendre son programme nucléaire si les Etats-Unis venaient à sanctionner l'Iran une nouvelle fois. Le président iranien a affirmé que son homologue américain Donald Trump n'était « pas un bon partenaire ». De son côté Ali Khameney, Guide suprême de la révolution islamique a déclaré "Ceux qui sont au pouvoir aux Etats Unis (...) souffrent encore de l'illusion de diriger le monde. Ils parlent comme s'ils étaient les dictateurs du monde !" (...) "mais si vous êtes un état puissant, alors allez diriger votre propre pays", en référence aux événements de Charlottesville. Assiste-t-on à une nouvelle étape dans l'opposition entre Iran et Etats Unis ? 

Thierry Coville : Je crois que l’Iran tient toujours à l’accord sur le nucléaire. Mais on voit que c’est une réponse des dirigeants iraniens aux nouvelles sanctions. Ces derniers respectent l’accord, et tout le monde - dont l’agence internationale de l’énergie atomique - le confirme. Tous signataires et partenaires reconnaissent l’action de l’Iran. Mais l’idée est - et on voit bien la stratégie des Etats-Unis - de pousser l’Iran à la faute, et de sortir à l’accord. En fait, l’Iran rappelle que si il n’y a pas d’accord, il y aura des radicaux voudront aller vers un Iran nucléaire. C’est une réponse aux nouvelles sanctions des Etats-Unis, mais c’est également une réponse coordonnées car on voit très bien, avec le nouveau gouvernement de Rohani, il y a une stratégie de la part de ce dernier de renforcer ses relations avec les religieux et notamment le guide suprême Ali Khamenei. Donc l’idée de l’Iran est de montrer que ses dirigeants tiennent à l’accord, mais de dire aux Etats-Unis qu’il y a des limites aux sanctions qu’ils peuvent supporter. Il faut quand même rappeler que l’esprit de juillet 2015 était que l’Iran réduise son programme nucléaire, en échange d’une levée des sanctions.

Milad Jokar : Ce qu’a dit Rohani n’est rien de nouveau. C’est une réponse aux multiples attaques de Donald Trump par rapport à l’accord sur le nucléaire, qu’il menace de déchirer depuis le début de sa campagne. Ce qu’a dit Rohani, dans le contexte d’un discours au parlement, dans le cadre du vote de confiance des ministres, a effectivement rappelé que le président Trump accuse l’Iran d’avoir violé l’esprit de l’accord, malgré que l’AIEA a confirmé que l’Iran respectait l’accord. Ce que fait Rohani est qu’il adresse un discours fort, comme n’importe quel autre président, où il dit que si les Etats-Unis veulent sortir de l’accord, l’Iran est prêt à reprendre son programme nucléaire en très peu de temps. Ce qu’il dit n’est vraiment pas nouveau. Je pense qu’il y a eu quelques erreurs d’interprétation de ce que Rohani a réellement dit. Celui-ci a utilisé le conditionnel.

Quels sont les véritables moteurs de ce retour à une menace nucléaire ? S'agit il d'une simple provocation, ou faut il y voir une véritable intention, pouvant être guidée aussi bien par l'hostilité de l'administration Trump à l'égard de Téhéran, que par l'aboutissement du programme nord coréen ?

Thierry Coville : Non, c’est juste une réponse aux nouvelles sanctions. L’Iran tient à rester dans le cadre de l’accord sur le nucléaire, mais rappelle que, sans, rien n’empêchera le pays à reprendre son programme nucléaire. Ils sont toujours signataires du traité de non-prolifération. Mais il faut se rappeler que lors de la signature de cette accord, il y avait des radicaux qui étaient contre et qui pensaient que c’était faire trop de concession aux occidentaux. Il n’y a pas de changement de stratégie de l’Iran, mais c’est une réponse adaptée aux nouvelles sanctions américaines.
 
Milad Jokar : Je n’utiliserai pas le terme de menace. C’est vraiment de la rhétorique pour faire passer le message que personne n’a intérêt à ce que Donald Trump sorte de l’accord sur le nucléaire. Le message est également adressé à l’Union Européenne qui a des intérêts et qui a affiché sa volonté de rester dans le nucléaire tout comme l’Iran. Cependant Donald Trump a en permanence menacé de déchirer le “pire accord qu’il n’ait jamais vu”, pour le citer. Dans ce contexte là, Rohani répond qu'il n’y a aucun intérêt à sortir de l’accord, et que si ça se passe l’Iran reprendrait son programme nucléaire. Aujourd’hui, Rohani cherche à attirer les investisseurs étrangers pour faire en sorte de redresser davantage l’économie iranienne tout en respectant l’accord sur le nucléaire.
 

Quelles sont les réactions à attendre de la part de Washington ? Jusqu’où peut aller cette séquence ? Avec quelles conséquences pour les équilibres régionaux ? 

Thierry Coville : C’est la grande question. On ne voit pas trop la stratégie des Etats-Unis. A part de dire que l’Iran est méchant, et qu’il est à l’origine de tous les problèmes. La décision de Trump de s’allier derrière l’Arabie Saoudite ne fait qu’augmenter les tensions dans la région. Il n’y qu’à voir les problèmes entre l’Arabie Saoudite et le Qatar. L’Iran est quand même présent sur toutes les théâtres d’opérations de la région : en Irak, en Syrie, en Afghanistan. Quel va être le résultat de cette stratégie de diabolisation extrême? Car dès qu’on attaque l’Iran, il y a un réflexe nationaliste où tous les courants s’allient face à une menace extérieure.
 
Milad Jokar : Il y a une deadline qui approche. En octobre, le président Trump va devoir, à nouveau, confirmer que l’Iran est en accord ou pas sur le nucléaire. Il est vraisemblable que l’Iran respectera une 8ème fois l’accord selon l’AIEA. Maintenant, ce qui en ressort, c’est que Trump veut faire en sorte que l’Iran sorte de l’accord sur le nucléaire. Chose à laquelle les Iraniens ont répondu “nous ne tomberons pas dans le piège, et nous resterons fidèles à l’accord”. Si Donald Trump veut sortir de l’accord, le tort sera sur les épaules des Etats-Unis. Par rapport à la politique régionale dans le Moyen-Orient. Il est essentiel de maintenir des relations économiques et diplomatiques avec l’Iran pour faire en sorte de restructurer une région qui a besoin de se solidifier d’un point de vue économique. Par rapport à sa position géostratégique, l’Iran reste un pilier car elle est au centre de la route de la Soie, qui est la stratégie de la Chine, et a toujours été, historiquement, un moteur économique de la région.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Après les trottinettes électriques, la prochaine mode pourrait bien être le bâton sauteur
02.
Rihanna éconduit Neymar, Charlotte Casiraghi & Gad Elmaleh s’ignorent, Anthony & Alain-Fabien Delon se vengent de leur père; Karine Ferri investit lourdement pour son mariage (et invite utile); Johnny Depp : c’est Amber qui l’aurait battu
03.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
04.
Colis piégé à Lyon : pourquoi la menace terroriste ne parviendra pas à prendre cette élection en otage
05.
LREM, UDI, LR ou abstention ? Petit guide pour ceux qui voudraient (vraiment) voter libéral aux Européennes…
06.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
07.
Ce qui explique la nouvelle vague d'eugénisme
01.
Pôle Emploi n’aime pas qu’on dise qu’il est peu efficace dans son accompagnement des chômeurs mais qu’en est-il concrètement ?
02.
Semaine à haut risque pour Emmanuel Macron : les trois erreurs qu’il risque de ne pas avoir le temps de corriger
03.
Burkini à la pisicine municipale : les périlleuses relations de la mairie de Grenoble avec les intégristes musulmans
04.
Cancer : cette découverte sur le cerveau qui ouvre de prometteuses voies de traitement
05.
Immobilier : l’idée folle de la mairie de Grenoble pour protéger les locataires mauvais payeurs
06.
Le nombre de cancers du côlon chez les jeunes adultes augmente nettement et voilà pourquoi
01.
Mondialisation, libre-échange et made in France : l’étrange confusion opérée par François-Xavier Bellamy
02.
Appel des personnes en situation de handicap ou familles concernées pour sauver Vincent Lambert d’une mort programmée
03.
La bombe juridique qui se cache derrière la décision de la Cour d’appel de Paris de sauver Vincent Lambert
04.
Chômage historiquement bas mais travailleurs pauvres : le match Royaume-Uni / Allemagne
05.
Des experts estiment dans un nouveau scénario que la hausse du niveau des océans pourrait dépasser deux mètres d'ici 2100
06.
Vidéo de Vincent Lambert : son épouse va porter plainte
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2017 - 21:51
Et va falloir s'y faire car
Et va falloir s'y faire car la Chine veut sa part de gâteau et se sert de la marionnette cooréene...... Mais les USA ne sont pas dupes ! Pour l'Iran c'est la doctrine diviser pour régner.... Trump aide les saoudiens et ramasse 400 milliards de contrats....... Après demain il reprendra les discussions avec l'Iran pour refaire du business avec eux...
L'argent n'a jamais eu d'odeur !
vangog
- 22/08/2017 - 21:31
L'Iran est un semeur de merde tous azimuts...
terrorisme exporté, chiisme, Qatar, Afrique musulmane...il n'y a pas que le nucléaire! Et Trump s'irrite à bon escient, d'un élément perturbateur avec qui, tous ceux qui ont des revendications territoriales ou de pouvoir, veulent s'allier...comme par hasard! Car ils savent que l'Iran, comme la Corée, sont les pitbulls qu'ils tiennent en bout de laisse, pour obtenir le maximum de leur adversaire. L'UE de la bécasse Moguerrini et de papa Schultz est complètement out, dans le nouvel équilibre mondial qui se dessine. La GB, plus fidèle allié des USA, est plombée par ses dettes européiste...l'Amerique du sud est contaminée par le marxisme le plus rétrograde. Les USA sont très seuls et très affaiblis, après les deux mandats d'Obama-l'islamophile. Trump a besoin de temps pour rendre aux USA son identité détruite par la gauche. Voilà pourquoi il montre les muscles, face aux deux pitbulls (Corée et Iran) nourris et excités par ceux qui veulent la souveraineté monétaire et militaire, Chine en tête (mais beaucoup y ont intérêt)...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2017 - 15:27
Oui l'iran réagit à Trump qui
Oui l'iran réagit à Trump qui en a beaucoup trop laché aux saoudiens pour 400miliards de contrats .... .... En annonçant le risque de suspension de l'accIld, Il encourrage les Européens à calmer papy Trump ...
Mais ça va se calmer tout seul, dès que les américains auront rempli leur carnet de commande d'armes dans le secteur .