En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

02.

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

03.

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

04.

Et si l’Univers ne s’expliquait pas par un Big Bang originel mais par un Grand Rebondissement ?

05.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

06.

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

07.

Plusieurs départs au sein du magazine Paris Match dont Valérie Trierweiler

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

03.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

04.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

05.

Liban : Emmanuel Macron lance un appel à un "profond changement" auprès de la classe politique

06.

Beyrouth : le rêve éveillé de l'Elysée sur l'Orient

ça vient d'être publié
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 14 min 42 sec
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 heure 16 min
pépites > Environnement
Pollution
Une plainte a été déposée contre Nestlé pour pollution après la mort de milliers de poissons dans les Ardennes
il y a 3 heures 12 min
pépites > International
Bras de fer diplomatique
Recep Tayyip Erdogan accuse Emmanuel Macron de "colonialisme" et de "spectacle" pour sa visite au Liban
il y a 5 heures 37 min
pépites > Santé
Démasquée
Une médecin du Bas-Rhin a été suspendue pour avoir délivré de faux certificats médicaux contre le port du masque
il y a 6 heures 28 min
décryptage > Santé
Evolution de la pandémie

Coronavirus : l’automne de toutes les inconnues

il y a 8 heures 25 min
décryptage > Santé
Lutte contre le virus

Vous avez dit "cluster" ?

il y a 9 heures 46 min
décryptage > Politique
Gestion des crises

Insécurité : mais pourquoi l'Etat s'apprête-t-il à tuer le seul outil statistique un peu fiable ?

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Europe
Molle Union

L’Europe a-t-elle déjà perdu face à la Turquie ?

il y a 11 heures 56 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Amazonia" de Patrick Deville, exploration littéraire au coeur du pays d'Aguirre

il y a 23 heures 30 min
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 59 min 22 sec
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 2 heures 39 min
pépites > Economie
Monde d'après
Plan de relance : Bruno Le Maire annonce le déblocage d’un milliard d'euros en faveur des relocalisations
il y a 4 heures 46 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Islamistes et liberté d’expression : ça empire depuis Charlie; Affaire Girard : Anne Hidalgo se venge des Verts; BHL, Justine Lévy, Carla Bruni : Raphaël Enthoven prend sa (sacrée) revanche; Le MoDem lorgne sur les députés LREM à la dérive
il y a 6 heures 12 min
pépite vidéo > Santé
Protection contre le virus
Port du masque : Olivier Véran présente la règle "ABCD"
il y a 7 heures 20 min
décryptage > Culture
Et "Le bateau ivre" ça se prononce comment en wesh wesh ?

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Economie
Réorientation

Mais à quoi va servir l’épargne accumulée par les Français depuis le confinement ?

il y a 10 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La pandémie a transformé les champs de pétrole en champs de ruines

il y a 10 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Roumeli - Voyages en Grèce du Nord" de Patrick Leigh Fermor, vagabondage dans une Grèce inconnue des touristes

il y a 23 heures 24 min
light > Culture
Secteur menacé par la crise ?
La fréquentation "s'écroule" au château de Versailles face à l’absence de touristes étrangers
il y a 23 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Qui perd gagne ?

Cette guerre des nerfs entre Washington et Téhéran sur la question du nucléaire

Publié le 22 août 2017
Le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rouhani, a menacé Donald Trump mardi dernier de reprendre son programme nucléaire si les Etats-Unis venaient à sanctionner l'Iran une nouvelle fois.
Thierry Coville
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Thierry Coville est chercheur à l’IRIS, spécialiste de l’Iran. Il est professeur à Novancia où il enseigne la macroéconomie, l’économie internationale et le risque-pays. Docteur en sciences économiques, il effectue depuis près de 20 ans des recherches...
Voir la bio
Milad Jokar
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Milad Jokar, chercheur associé à l'IPSE (Institut Prospective et Sécurité en Europe), enseigne la géopolitique moyen-orientale à l'EM Normandie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rouhani, a menacé Donald Trump mardi dernier de reprendre son programme nucléaire si les Etats-Unis venaient à sanctionner l'Iran une nouvelle fois.

Atlantico : Le Président de la République Islamique d'Iran, Hassan Rouhani, a menacé Donald Trump mardi dernier de reprendre son programme nucléaire si les Etats-Unis venaient à sanctionner l'Iran une nouvelle fois. Le président iranien a affirmé que son homologue américain Donald Trump n'était « pas un bon partenaire ». De son côté Ali Khameney, Guide suprême de la révolution islamique a déclaré "Ceux qui sont au pouvoir aux Etats Unis (...) souffrent encore de l'illusion de diriger le monde. Ils parlent comme s'ils étaient les dictateurs du monde !" (...) "mais si vous êtes un état puissant, alors allez diriger votre propre pays", en référence aux événements de Charlottesville. Assiste-t-on à une nouvelle étape dans l'opposition entre Iran et Etats Unis ? 

Thierry Coville : Je crois que l’Iran tient toujours à l’accord sur le nucléaire. Mais on voit que c’est une réponse des dirigeants iraniens aux nouvelles sanctions. Ces derniers respectent l’accord, et tout le monde - dont l’agence internationale de l’énergie atomique - le confirme. Tous signataires et partenaires reconnaissent l’action de l’Iran. Mais l’idée est - et on voit bien la stratégie des Etats-Unis - de pousser l’Iran à la faute, et de sortir à l’accord. En fait, l’Iran rappelle que si il n’y a pas d’accord, il y aura des radicaux voudront aller vers un Iran nucléaire. C’est une réponse aux nouvelles sanctions des Etats-Unis, mais c’est également une réponse coordonnées car on voit très bien, avec le nouveau gouvernement de Rohani, il y a une stratégie de la part de ce dernier de renforcer ses relations avec les religieux et notamment le guide suprême Ali Khamenei. Donc l’idée de l’Iran est de montrer que ses dirigeants tiennent à l’accord, mais de dire aux Etats-Unis qu’il y a des limites aux sanctions qu’ils peuvent supporter. Il faut quand même rappeler que l’esprit de juillet 2015 était que l’Iran réduise son programme nucléaire, en échange d’une levée des sanctions.

Milad Jokar : Ce qu’a dit Rohani n’est rien de nouveau. C’est une réponse aux multiples attaques de Donald Trump par rapport à l’accord sur le nucléaire, qu’il menace de déchirer depuis le début de sa campagne. Ce qu’a dit Rohani, dans le contexte d’un discours au parlement, dans le cadre du vote de confiance des ministres, a effectivement rappelé que le président Trump accuse l’Iran d’avoir violé l’esprit de l’accord, malgré que l’AIEA a confirmé que l’Iran respectait l’accord. Ce que fait Rohani est qu’il adresse un discours fort, comme n’importe quel autre président, où il dit que si les Etats-Unis veulent sortir de l’accord, l’Iran est prêt à reprendre son programme nucléaire en très peu de temps. Ce qu’il dit n’est vraiment pas nouveau. Je pense qu’il y a eu quelques erreurs d’interprétation de ce que Rohani a réellement dit. Celui-ci a utilisé le conditionnel.

Quels sont les véritables moteurs de ce retour à une menace nucléaire ? S'agit il d'une simple provocation, ou faut il y voir une véritable intention, pouvant être guidée aussi bien par l'hostilité de l'administration Trump à l'égard de Téhéran, que par l'aboutissement du programme nord coréen ?

Thierry Coville : Non, c’est juste une réponse aux nouvelles sanctions. L’Iran tient à rester dans le cadre de l’accord sur le nucléaire, mais rappelle que, sans, rien n’empêchera le pays à reprendre son programme nucléaire. Ils sont toujours signataires du traité de non-prolifération. Mais il faut se rappeler que lors de la signature de cette accord, il y avait des radicaux qui étaient contre et qui pensaient que c’était faire trop de concession aux occidentaux. Il n’y a pas de changement de stratégie de l’Iran, mais c’est une réponse adaptée aux nouvelles sanctions américaines.
 
Milad Jokar : Je n’utiliserai pas le terme de menace. C’est vraiment de la rhétorique pour faire passer le message que personne n’a intérêt à ce que Donald Trump sorte de l’accord sur le nucléaire. Le message est également adressé à l’Union Européenne qui a des intérêts et qui a affiché sa volonté de rester dans le nucléaire tout comme l’Iran. Cependant Donald Trump a en permanence menacé de déchirer le “pire accord qu’il n’ait jamais vu”, pour le citer. Dans ce contexte là, Rohani répond qu'il n’y a aucun intérêt à sortir de l’accord, et que si ça se passe l’Iran reprendrait son programme nucléaire. Aujourd’hui, Rohani cherche à attirer les investisseurs étrangers pour faire en sorte de redresser davantage l’économie iranienne tout en respectant l’accord sur le nucléaire.
 

Quelles sont les réactions à attendre de la part de Washington ? Jusqu’où peut aller cette séquence ? Avec quelles conséquences pour les équilibres régionaux ? 

Thierry Coville : C’est la grande question. On ne voit pas trop la stratégie des Etats-Unis. A part de dire que l’Iran est méchant, et qu’il est à l’origine de tous les problèmes. La décision de Trump de s’allier derrière l’Arabie Saoudite ne fait qu’augmenter les tensions dans la région. Il n’y qu’à voir les problèmes entre l’Arabie Saoudite et le Qatar. L’Iran est quand même présent sur toutes les théâtres d’opérations de la région : en Irak, en Syrie, en Afghanistan. Quel va être le résultat de cette stratégie de diabolisation extrême? Car dès qu’on attaque l’Iran, il y a un réflexe nationaliste où tous les courants s’allient face à une menace extérieure.
 
Milad Jokar : Il y a une deadline qui approche. En octobre, le président Trump va devoir, à nouveau, confirmer que l’Iran est en accord ou pas sur le nucléaire. Il est vraisemblable que l’Iran respectera une 8ème fois l’accord selon l’AIEA. Maintenant, ce qui en ressort, c’est que Trump veut faire en sorte que l’Iran sorte de l’accord sur le nucléaire. Chose à laquelle les Iraniens ont répondu “nous ne tomberons pas dans le piège, et nous resterons fidèles à l’accord”. Si Donald Trump veut sortir de l’accord, le tort sera sur les épaules des Etats-Unis. Par rapport à la politique régionale dans le Moyen-Orient. Il est essentiel de maintenir des relations économiques et diplomatiques avec l’Iran pour faire en sorte de restructurer une région qui a besoin de se solidifier d’un point de vue économique. Par rapport à sa position géostratégique, l’Iran reste un pilier car elle est au centre de la route de la Soie, qui est la stratégie de la Chine, et a toujours été, historiquement, un moteur économique de la région.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2017 - 21:51
Et va falloir s'y faire car
Et va falloir s'y faire car la Chine veut sa part de gâteau et se sert de la marionnette cooréene...... Mais les USA ne sont pas dupes ! Pour l'Iran c'est la doctrine diviser pour régner.... Trump aide les saoudiens et ramasse 400 milliards de contrats....... Après demain il reprendra les discussions avec l'Iran pour refaire du business avec eux...
L'argent n'a jamais eu d'odeur !
vangog
- 22/08/2017 - 21:31
L'Iran est un semeur de merde tous azimuts...
terrorisme exporté, chiisme, Qatar, Afrique musulmane...il n'y a pas que le nucléaire! Et Trump s'irrite à bon escient, d'un élément perturbateur avec qui, tous ceux qui ont des revendications territoriales ou de pouvoir, veulent s'allier...comme par hasard! Car ils savent que l'Iran, comme la Corée, sont les pitbulls qu'ils tiennent en bout de laisse, pour obtenir le maximum de leur adversaire. L'UE de la bécasse Moguerrini et de papa Schultz est complètement out, dans le nouvel équilibre mondial qui se dessine. La GB, plus fidèle allié des USA, est plombée par ses dettes européiste...l'Amerique du sud est contaminée par le marxisme le plus rétrograde. Les USA sont très seuls et très affaiblis, après les deux mandats d'Obama-l'islamophile. Trump a besoin de temps pour rendre aux USA son identité détruite par la gauche. Voilà pourquoi il montre les muscles, face aux deux pitbulls (Corée et Iran) nourris et excités par ceux qui veulent la souveraineté monétaire et militaire, Chine en tête (mais beaucoup y ont intérêt)...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 22/08/2017 - 15:27
Oui l'iran réagit à Trump qui
Oui l'iran réagit à Trump qui en a beaucoup trop laché aux saoudiens pour 400miliards de contrats .... .... En annonçant le risque de suspension de l'accIld, Il encourrage les Européens à calmer papy Trump ...
Mais ça va se calmer tout seul, dès que les américains auront rempli leur carnet de commande d'armes dans le secteur .