En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© JOE RAEDLE / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Latinos
Comment la croissance démographique de la minorité hispanique va transformer le visage des Etats Unis
Publié le 11 août 2017
Selon un résultat d'analyse de la démographie américaine réalisée par le Centre de Recherche PEW, la communauté hispanique représente près de 50% de la croissance de la population américaine en 2017. UN changement qui risque de changer le visage des Etats-Unis.
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Durpaire est historien et écrivain, spécialisé dans les questions relatives à la diversité culturelle aux Etats-Unis et en France. Il est également maître de conférences à l'université de Cergy-Pontoise.Il est président du mouvement...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon un résultat d'analyse de la démographie américaine réalisée par le Centre de Recherche PEW, la communauté hispanique représente près de 50% de la croissance de la population américaine en 2017. UN changement qui risque de changer le visage des Etats-Unis.

Atlantico : Selon un résultat d'analyse de la démographie américaine réalisée par le Centre de Recherche PEW, la communauté hispanique représente près de 50% de la croissance de la population américaine en 2017. Bien que cette population hispanique ne représente aujourd'hui que 17% du total, ces tendances auront elles pour effet de changer le visage du pays ou est-ce que l'abaissement du taux de natalité des minorités, au fil des ans, conduira à un tassement de cette tendance ?

François Durpaire : Sur le plan démographique, il y a un caractère inéluctable dans l'évolution à laquelle on est en train d'assister. On estime qu'en 2044, les blancs non hispaniques seront minoritaires aux Etats-Unis. Un tiers de cette population sera latino.  Par exemple, si aujourd'hui, on arrêtait tous les immigrants illégaux dans les 10 prochaines années, cette tendance serait de toute façon inévitable. Est-ce que cela va changer le visage de l'Amérique? On peut dire que la société a déjà changé. Il y a différents indicateurs : la religion catholique gagne du terrain. La langue espagnole aussi. Les plats – Tacos, Burritos – font partie de l'univers culinaire américain, à côté du hamburger. La bière mexicaine est quasiment autant vendue que la bière américaine.

Et puis, au niveau des services, vous pouvez payer votre facture d'électricité en espagnol. Aller au guichet bancaire et faire vos opérations en espagnol. Les services clientèles proposent de choisir l'espagnol. Au niveau des médias, vous pouvez choisir vos chaînes uniquement en espagnol. Au niveau économique, les entreprises latinos représentent plus de 3 milliards de dollars annuels.  Les polices de Los Angeles et de New York sont aujourd'hui à majorité hispanique. Tous ces indicateurs montrent qu'il y a bien une hispanisation de l'Amérique. La croissance de la population hispanique est continue. Il peut y avoir, politiquement, la volonté de freiner, de ralentir cette croissance. C'est un petit peu l'objectif de la victoire de Donald Trump. On a vu ce dernier sous le slogan Make America Great Again. Mais pour beaucoup de ses électeurs, ils ont entendu Make America White Again. Pour l'instant, on a fait peu de sujets dessus, mais la grande affaire de la rentrée sera la loi anti-immigration qui est initiée au Congrès. Ce qui est soutenu par Donald Trump, c'est le plan de division par deux de l'immigration d'ici 10 ans. Aujourd'hui, vous avez un million de cartes vertes qui sont distribuées.

 

Sur le plan qualitatif, le président des Etats-Unis souhaitent que ce soit une immigration très qualifiée, pour que les immigrés mexicains peu qualifiées ne concurrencent pas les ouvriers blancs qui sont le coeur de son électorat.  C'est la préférence nationale. Mais la moitié des immigrants qui arrivent aux Etats-Unis ont déjà des diplômes universitaires. L'évolution est déjà là.

Faut-il s’attendre, à terme, non pas à une domination d'une communauté, mais une fragmentation de la population en plusieurs minorités? Dans quelle mesure les USA se préparent à ça ?

Il y a trois scénarii possibles. Deux négatifs, et un positif. Le premier scénario est celui d'un éclatement qui produirait une société mosaïque. Les communautés vivent les unes à côté des autres sans se rencontrer, avec un poids de plus en plus grand de la communauté hispanique. Le deuxième scénario, c'est une sorte d'infusion de la culture latine. Les identitaires américains imaginent même une submersion hispanique. Ils sont le pendant de ceux qui en Europe mettent en avant l'idée d'un "grand remplacement". Pour illustrer cela, certaines villes reprennent leur prononciation hispanique, comme Los Angeles ou Miami. Troisième hypothèse, c'est une sorte une acculturation réciproque. Il y a bien une anglo-saxonisation de ces Hispaniques. La langue anglaise ne se perd pas. Les prénoms choisis par les hispaniques sont anglo-saxons (Jennifer Lopez...). Beaucoup d'Hispaniques de troisième génération ne parlent même plus espagnol. C'est le processus qu'ont connu les Etats-Unis au cours de son histoire qui se prolongerait : une interaction culturelle, économique et sociale entre les groupes qui sont déjà présents et les groupes qui arrivent.

La communauté blanche étant celle avec le taux de natalité le plus faible, faut-il voir ces tendances comme une cause des angoisses identitaires d'une partie de la population ?

 

Il y a une partie du vote Trump est qui est basée sur la peur d'une perte de l'identité anglo-saxonne.  Mais de même qu'il n'y a pas une communauté blanche homogène, sur le plan social et des origines (le livre de Karen Brodkin montre comment les Juifs américains sont "devenus blancs"...), la communauté hispanique est diverse : 20 nationalités, une diversité sociale etc.  La classification de cette communauté par le Census Bureau a d'ailleurs évolué : "non-blanc" en 1930, "blanc" à partir de 1940, l'hispanique américain a le droit de se choisir noir ou blanc depuis 1990...  Ces questions identitaires dépendent surtout du regard de l'autre, car, en eux-mêmes, ces communautés sont des groupes labiles. Ce qui est sûr, c'est si en 1960, 3/4 des migrants venaient de l'Europe. Aujourd'hui, la majorité viennent du continent américain. L'évolution à laquelle on assiste est bien au sens littérale une américanisation des Etats-Unis.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 13/08/2017 - 19:43
Quelques chiffres
Lorsque la guerre d'indépendance éclata, les Treize colonies mutinées (les "Vieux Etats") avaient une population de 2,5 millions de colons anglais (plus quelques hollandais de l'ancienne "Nouvelle Amsterdam", l'ancien nom de New York) auxquels il convient de rajouter 600.000 esclaves noirs. Les noirs sont donc bien de "vieux américains".
Les EUA s'ouvrirent à l'immigration européenne a/c de 1820 et ont reçu depuis près de 85 millions de migrants.
En 1846-48, lors de la guerre americano-mexicaine, la population américaine était montée à 21 millions d'habitants.
Lors de la Guerre Civile, cette population avait atteint le chiffre de 31 millions (USA et CSA) et les pertes de la guerre entre 1861 et 1865 se montent à 750.000 soldats et civils, soit la saignée de loin la plus importante subie par les EUA dans toute leur histoire: Seconde guerre 1941-1945: 406.000 morts sur une population de 133 millions d'habitants, pour mémoire, la Corée, 54.000 morts, le Vietnam 58.000.
On voit donc très bien que peu d'américains finalement ont des ancêtres ayant effectivement combattu dans l'armée de Washington ou même dans les armées d'Ulysses Grant et de Robert E. Lee
Leucate
- 12/08/2017 - 22:01
Trumpf est un immigré
Les EUA se sont construits sur l'immigration à partir de 1820, quand la seconde guerre anglo-américaine durant laquelle Washington fut incendiée par les tuniques rouges leur fit prendre conscience de leur grande faiblesse démographique. Aujourd'hui, très peu d'américains ont des ancêtres ayant fait la Guerre d'Indépendance, un peu plus la Guerre de Sécession, mais la plupart sont arrivés après. Il viennent de tous les pays européens et ont connaît précisément les pays d'où ils viennent. L'Allemagne en premier, les italiens ensuite ont constitué les plus forts contingents. Le grand père de Trumpf, garçon coiffeur né dans le royaume de Bavière fut à l'origine de la fortune de la famille comme patron de saloon et de bordel en suivant la dernière "ruée vers l'or" dans l'Etat de Washington et au Klondyke.
Les mexicains sont également fortement représentés dès l'origine avec l'annexion du Texas en combattant dans l'armée de Sam Houston en 1835 et après la guerre americano-mexicaine de 1846-1848 où le Mexique, qui avait à l'origine le territoire de la vice-royauté de Nouvelle Espagne perdit tout l'Ouest américain. Les descendants de Zorro et du sergent Garcia sont devenus américains.
Paulquiroulenamassepasmousse
- 12/08/2017 - 20:19
Tu l'as dit loukoum.....
Déjà à cette époque, les plus courageux faisaient vivre les feignasses, qui n'ayant rien d'autre à foutre passaient leur temps à cracher sur ceux qui les nourrissaient.........en sirotant une boisson fraîche dans l'ancêtre de nos cafés philosophiques .......Comme disait ma grand-mère, la philo, ça ne se mange pas en salade, par contre ça peut gâver !!!