En direct
Best of
Best Of
En direct
© Tobias SCHWARZ AFP
Une idée derrière la tête ?
Réformer le marché du travail pour nous attirer les bonnes grâces allemandes : ce qu’on peut vraiment attendre du pari central du début du quinquennat Macron
Publié le 13 juin 2017
La préparation de la Loi Travail par La République en Marche semble avoir pour objectif de négocier une évolution de la politique européenne avec l'Allemagne. Conscient de la difficulté de négocier avant les échéances électroales allemandes, Emmanuel Macron compterait sur la mise en place de la loi travail en France pour obtenir un assouplissement de la politique européenne.
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint-Paul
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Saint- Paul est un économiste spécialiste du marché du travail.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La préparation de la Loi Travail par La République en Marche semble avoir pour objectif de négocier une évolution de la politique européenne avec l'Allemagne. Conscient de la difficulté de négocier avant les échéances électroales allemandes, Emmanuel Macron compterait sur la mise en place de la loi travail en France pour obtenir un assouplissement de la politique européenne.

Atlantico : Qu'est-ce que la France pourrait obtenir de l'Allemagne dans la perspective d'un assouplissement de la politique européenne ? 

Gilles Saint-Paul : La France pourrait obtenir de l’Allemagne une continuation du modus vivendi qui prévalait déjà sous Hollande, c’est-à-dire un assouplissement temporaire des règles de discipline budgétaire en échange de réformes structurelles. En revanche, je ne crois pas que les Allemands soient prêts à aller plus loin en matière d’assouplissement monétaire. Leurs retraités et épargnants voient d’un mauvais œil la dépréciation qu’a connue l’Euro et ne comprennent pas pourquoi, en le laissant se déprécier encore, ils devraient endurer des pertes supplémentaires de pouvoir d’achat et le risque d’un retour de l’inflation. De même, ils mettront leur veto à toute forme de mutualisation des dettes (eurobonds, etc), d’autant que cela serait mal accueilli par les marchés. Enfin, il est peu probable qu’ils acceptent de relancer leur économie par des mesures keynésiennes, afin de résorber les déséquilibres commerciaux au sein de l’Europe, étant donné leur faible taux de chômage et leurs bonnes performances en matière de croissance.

 

Est-ce qu'il n'y a pas une forme d'illusion sur la volonté de changement réel de la part de Berlin ? Les changements espérés par Paris ont ils sérieusement une chance d'être acceptés ? 

Le pouvoir de marchandage de Paris sur les déficits est plus élevé qu’on le croit. Berlin et Bruxelles craignent qu’une hausse des taux et/ou des spreads ne réaniment la crise de la dette souveraine. Imposer à la France une procédure de déficit excessif, c’est attirer l’attention sur la mauvaise santé latente de nos finances publiques et risquer que les spreads s’envolent, avec la possibilité de contagion à d’autres pays de la zone Euro. Les autorités européennes seront donc tenter de fermer les yeux sur les déficits français en se contentant, comme contrepartie, de l’alibi des réformes structurelles.

Quelles seraient les conséquences dans les deux cas ? Si Berlin refuse "d'obtempérer" aux demandes françaises, Paris aura-t-il encore des marges de négociations ? Et si Berlin fait un pas en avant, que pourrait espérer l'économie française ? 

Si une procédure de déficit excessif est engagée, les taux monteront et la France peut rapidement se retrouver dans une situation où elle devra s’imposer une nouvelle cure d’austérité afin de contenir la hausse de sa dette et d’éviter qu’elle ne dégénère en crise. Si Berlin et Bruxelles nous laissent faire des déficits, le scénario le plus favorable serait celui où les dépenses publiques seraient utilisées pour compenser les perdants et adoucir la période de transition après des réformes structurelles réellement ambitieuses. Mais de la part d’un gouvernement résolument ancré au centre, je n’y crois guère. Et compte tenu du niveau de la dette publique, même en l’absence de contraintes imposées de l’extérieur, la marge de manœuvre reste faible.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
05.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
06.
Emploi record et hausse des salaires au Royaume-Uni... Mais que se passe-t-il à 9 jours du Brexit ?
07.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
02.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
03.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
04.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
05.
Et Marine Le Pen éclata de rire…
06.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
01.
Philippe de Villiers : « Mon livre n’est pas complotiste, c’est la construction européenne qui est ontologiquement conspirationniste »
02.
Révolution, le retour : le scénario d’un vrai dérapage insurrectionnel est-il en train de devenir possible en France ?
03.
Grand Débat, la suite : petite géographie des intellectuels français que reçoit Emmanuel Macron ce lundi (ainsi que de ceux qu’il ne reçoit pas)
04.
Christchurch : de la théorie du Grand Remplacement à ses travaux pratiques
05.
Grève mondiale des élèves pour le climat : 5 éléments pour déterminer s’il faut s’en réjouir ou... s’en inquiéter sérieusement
06.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires