En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Lazy Sam
Realpolitik
Ne soyez pas inquiets pour le Qatar, son gaz lui vaut encore de nombreux alliés
Publié le 11 juin 2017
Le premier risque pour le Qatar serait un blocage de ses exportations de pétrole et de gaz, mais les pays arabes seraient les premiers à en pâtir...
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Stephan Silvestre est ingénieur en optique physique et docteur en sciences économiques. Il est professeur à la Paris School of Business, membre de la chaire des risques énergétiques.Il est le co-auteur de Perspectives énergétiques (2013, Ellipses) et de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le premier risque pour le Qatar serait un blocage de ses exportations de pétrole et de gaz, mais les pays arabes seraient les premiers à en pâtir...

Atlantico : Les sanctions décidées à l'encontre du Qatar par l'Arabie Saoudite, les Émirats Arabes Unis, le Bahreïn et l'Égypte vont-elles avoir un impact réel sur la production économique du pays ?

Stephan Silvestre : Les sanctions prononcées brutalement contre le Qatar par ses voisins consistent essentiellement en un blocus terrestre et des interdictions de survol de leurs espaces aériens. L’émirat n’est donc pas totalement asphyxié. Les principaux effets se font ressentir sur les importations, dans le secteur du BTP, qui est approvisionné par voie terrestre, ainsi que sur les biens alimentaires : le Qatar importe 40% de ses denrées de l’Arabie Saoudite. Les prix de l’alimentation vont probablement subir des hausses. En dehors de ces secteurs, les échanges entre le Qatar et ses voisins sont assez limités. Le plus grand risque pour Doha serait un blocage de ses exportations de pétrole et de gaz. Mais pour l’heure, elles ne sont pas menacées. Les exportations de gaz (essentiellement à destination de l’Asie) se font par méthaniers via le détroit d’Ormuz. Pour l’heure, aucun blocage du Golfe arabo-persique n’est prévu : les pays arabes seraient les premiers à en pâtir. Quant au pétrole, il sort surtout par l’oléoduc Dolphin, qui relie le Qatar aux Émirats Arabes Unis. Là aussi, à cette heure, aucun blocage de cet oléoduc n’est envisagé. 

Toutefois, si ce blocus se prolongeait, le Qatar en souffrirait. Premièrement parce que le ralentissement du BTP pourrait remettre en cause l’organisation de la coupe du monde football 2022. Ensuite, parce que l’accès du pays au crédit se durcirait et les taux d’intérêt d’emballeraient. C’est pour prévenir ce risque que les Qataris ont d’ores et déjà entamé des négociations. 

On a l'impression que le Qatar est cerné par ses adversaires. Sur quels alliés le Qatar peut-il malgré tout encore compter ? 

Le Qatar est un petit pays qui n’a guère les moyens de s’opposer à l’Arabie Saoudite et ses alliés. Il cherche à entretenir de bonnes relations avec l’Iran, mais cette position va devenir intenable face à son puissant voisin saoudien et il devra faire des choix. Doha a tenté de se rapprocher de la Turquie en 2014 en signant un accord de coopération militaire. C’est pourquoi Erdoğan a proposé sa médiation dans cette crise. Cette initiative diplomatique devrait aider l’émirat. Quant à la France, depuis longtemps proche de Doha, elle devrait rester en réserve de cette affaire pour éviter de s’aliéner les autres monarchies du Golfe. 

Le Qatar est un producteur majeur de GNL. Pourquoi est-ce que les enjeux qui entourent un pays gazier sont finalement assez différents de ceux d'un pays pétrolier ?

Le gaz naturel liquéfié est un véritable enjeu pour le Qatar, qui en est le premier producteur mondial. Le principal gisement se trouve dans le Golfe persique dans des eaux partagées avec l’Iran. C’est ce qui explique la prédisposition de Doha à dialoguer avec Téhéran. Bien sûr, cette proximité diplomatique hérisse le poil des Saoudiens. Cependant, l’exploitation du gaz naturel n’entre pas, ou très peu, en concurrence avec les voisins arabes, positionnés sur le pétrole. Par ailleurs, le marché du gaz naturel n’a pas réussi à se carteliser, contrairement au pétrole, au sein de l’OPEP. Le Qatar, avec la Russie, l’Iran, l’Algérie et quelques autres producteurs, a bien tenté de monter une organisation similaire, le GasExporting Countries Forum, mais cet organisme n’a jamais réussi à prendre le contrôle du marché, comme a pu le faire l’OPEP dans les années 1970. Le principal obstacle est l’abondance des réserves mondiales, encore amplifiée par les découvertes de gaz de schiste. Si ce cartel annonçait des quotas de production, les consommateurs n’auraient aucun problème à trouver de l’offre ailleurs, voire à basculer sur une autre ressource, ce qui est presque impossible avec le pétrole. 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
L'étonnante proposition de Brigitte Macron à Valérie Trierweiler et Carla Bruni-Sarkozy
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
06.
Ce biais statistique qui explique pourquoi la redistribution en France est loin d’être aussi efficace qu’on le croyait pour corriger les inégalités
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Plus court mais mieux indemnisé : cette réforme de l’assurance chômage qui pourrait offrir une solution aux demandeurs d’emplois
03.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
04.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
05.
Connaissez vous Marie Kondo (la Japonaise qui a déclenché une folie du rangement dans le monde qui ne devrait pas tarder à atteindre la France) ?
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
07.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
04.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
05.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
06.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
01.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
02.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Aix-la-Chapelle ou la dernière illustration en date de l’intimidation morale qui asphyxie la démocratie française
05.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires