En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

03.

Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne

04.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

07.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

ça vient d'être publié
pépites > Société
Exode
Un Français sur dix a quitté sa résidence principale à l'occasion du deuxième confinement, un million de plus que lors du premier confinement
il y a 45 min 22 sec
pépites > Justice
Police
Un des policiers qui suspectent, à tort, 6 jeunes dans une voiture, tire, sans raison, deux coups de feu sur eux, il n'a pas fait l'objet de sanction
il y a 1 heure 53 min
décryptage > Economie
Perte de pouvoir d'achat

La crise du Covid pourrait faire perdre aux Britanniques 1350 euros sur leur rémunération annuelle d’ici 2025. Quid des Français ?

il y a 2 heures 33 min
décryptage > Santé
Protocole ultra-renforcé

Delta Airlines lance un programme pour réduire le risque de contamination Covid à 1 sur 1 million sur ses vols transatlantiques. Pourquoi ne pas s'en inspirer pour des Noëls en famille sans risque ?

il y a 3 heures 6 min
pépite vidéo > Justice
Jour J
Le procès de Nicolas Sarkozy pour corruption dans "l'affaire des écoutes" reprend aujourd'hui
il y a 3 heures 32 min
décryptage > Politique
Janus

Ce qui se cache vraiment derrière le paradoxe Macron

il y a 4 heures 48 min
pépites > Justice
Bavure
4 policiers mis en examen dont 2 ont été écroués dans l'affaire Michel Zecler
il y a 4 heures 56 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Huit jeux auxquels vous pouvez jouer en famille par écran interposés pendant le confinement
il y a 5 heures 20 min
décryptage > Economie
Début de renaissance italienne

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

il y a 5 heures 22 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 21 heures 13 min
décryptage > Economie
LES ENTREPRENEURS PARLENT AUX FRANÇAIS

La France et l’Allemagne tentent de rallier l’Europe à sa folie. Ils résistent pour protéger l’économie. Tant mieux 

il y a 49 min 54 sec
décryptage > Economie
Panorama

COVID-19, vaccins, politique et vérités

il y a 2 heures 11 min
pépites > Politique
Dilemme
Emmanuel Macron pris au piège de la loi sur la sécurité globale et de l'article 24, Darmanin sur le grill
il y a 2 heures 43 min
pépites > Santé
Covid-19
Coronavirus : la Haute Autorité de Santé recommande de vacciner en 5 phases avec priorité aux Ehpad
il y a 3 heures 24 min
décryptage > Politique
Surprise Surprise

Comment la gauche a subitement découvert les vertus de la vidéosurveillance

il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Union de la colère

La France n’est-elle plus qu’une somme de colères dirigée par un gouvernement incapable de les comprendre ?

il y a 4 heures 55 min
décryptage > France
Glottophobie

Il faut sauver l'accent de Jean Castex !

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
ATLANTICO BUSINESS

Le Covid touche les plus vieux mais les jeunes vont en payer les factures

il y a 5 heures 21 min
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 20 heures 48 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 21 heures 32 min
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Pourquoi cacher sa tristesse est nuisible pour l'éducation de son enfant

Publié le 20 mai 2017
Aujourd’hui, de nombreux parents se sentent démunis face aux comportements de leur enfant et se demandent comment l'éduquer de manière bienveillante et sécurisante. Car vouloir conditionner les enfants, en leur donnant des ordres, en leur faisant des reproches, en les culpabilisant ou en leur demandant « pourquoi » ils ne font pas ce qu’on voudrait qu’ils fassent génère souvent des conflits, parfois de la violence... Pour autant, on ne peut pas « tout laisser faire » sans intervenir : un vrai casse-tête ! (Extrait de "Parents bienveillants, enfants éveillés" de Laurence Dudek, publié aux éditions First 2/2)
Laurence Dudek
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurence Dudek est psychothérapeute.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aujourd’hui, de nombreux parents se sentent démunis face aux comportements de leur enfant et se demandent comment l'éduquer de manière bienveillante et sécurisante. Car vouloir conditionner les enfants, en leur donnant des ordres, en leur faisant des reproches, en les culpabilisant ou en leur demandant « pourquoi » ils ne font pas ce qu’on voudrait qu’ils fassent génère souvent des conflits, parfois de la violence... Pour autant, on ne peut pas « tout laisser faire » sans intervenir : un vrai casse-tête ! (Extrait de "Parents bienveillants, enfants éveillés" de Laurence Dudek, publié aux éditions First 2/2)

La tristesse est une émotion nécessaire à l’enfant. Pourtant, elle est souvent difficile à admettre pour l’adulte qui la reçoit. Les toutes premières tristesses apparaissent au moment des séparations d’avec la maman : l’enfant a besoin d’être triste pour comprendre la séparation. Je ne parle pas de l’angoisse de séparation au moment où la maman s’en va, ni des effusions qui l’accompagnent (les pleurs ne sont pas toujours l’expression d’une tristesse), mais de ce qui se produit une fois qu’elle est partie et que l’enfant se retrouve dans l’expérience de son individualité et de la solitude. Sans acceptation de la tristesse, pas de consolation possible. Il convient donc que l’adulte accueille la tristesse de l’enfant1, comme toute autre émotion, même si elle peut sembler inquiétante, indésirable et qu’on a souvent envie d’en limiter l’expression. La tristesse est une émotion silencieuse. Elle entre facilement, car elle suit généralement une autre émotion qui a « ouvert la porte ». Une fois à l’intérieur, elle a tendance à rester plus longtemps que d’autres émotions : ce qu’elle vient faire bouger est lourd et le mouvement est une course de fond, en endurance. Elle s’exprime d’abord à l’intérieur, par un repli sur soi. C’est pourquoi on peut passer à côté de la tristesse d’un enfant. C’est une phase délicate de l’émotion, car il convient de l’accompagner tout en respectant le besoin de l’enfant de ressentir la tristesse. Comme il a été dit plus haut, l’exemple facilite l’apprentissage : si l’adulte a pris l’habitude de ne pas dissimuler sa propre tristesse quand elle survient, l’enfant aura plus de facilité à reconnaître la sienne et à la vivre.

Quand un parent est triste, il est plus efficace de ne pas faire semblant d’être gai – contrairement aux idées reçues, qui prétendent que cacher sa tristesse permet d’en protéger l’enfant. Bien sûr, il ne s’agit pas de lui transmettre sa tristesse en lui racontant par le menu l’événement qui l’a provoquée, mais on peut lui dire : « J’ai besoin d’être triste, tu vois, j’ai besoin de pleurer, je vais me retirer un moment, j’ai besoin de laisser passer ma tristesse, et puis ça va aller. »1 Lors d’un événement qui affecte durablement la vie, un deuil ou une séparation des parents, un déménagement ou un changement de situation sociale, les enfants perçoivent inconsciemment la tristesse des adultes, sans en être informés et sans pouvoir confier leur propre tristesse. Car si l’adulte est occupé à essayer de cacher sa tristesse, il n’y a pas d’espace pour celle de l’enfant. Or dire sa tristesse à un enfant, c’est lui apprendre à vivre sans crainte de lui-même. Le contexte social dans lequel nous vivons n’autorise ni de se replier sur soi, ni de prendre le temps de souffrir.

C’est pourquoi nous devons l’imposer lorsque c’est nécessaire. Nous avons la responsabilité de créer des espaces d’assimilation pour nos enfants : la tristesse prend du temps, elle demande de s’arrêter un moment sur le changement, sur le manque, sur la vie et sur la mort. J’ai dit plus haut que la colère donne la force d’agir sur soi et sur son environnement. La tristesse, au contraire, empêche d’agir : elle conditionne l’acceptation de ce que l’on ne peut pas changer. C’est un point crucial de l’apprentissage des émotions : savoir qu’un enfant qui est triste est en train d’assimiler une situation douloureuse, donc de se préparer à s’en relever. La tristesse accompagne toutes les prises de conscience existentielles de l’enfant, en particulier la conscience que ses proches sont mortels et que lui aussi l’est. Une fois qu’il a pu ressentir et exprimer sa tristesse, on constate que l’angoisse existentielle disparaît pour faire place à l’acceptation. Bien sûr, cela ne se fait pas en un jour – rappelez-vous que sa lenteur de cheminement est inhérente à la tristesse –, mais cela doit être fait pour passer cette étape existentielle. Si cela ne se fait pas, ou pas suffisamment, une mélancolie risque de s’installer durablement, se répercutant parfois sur le caractère du sujet (imprégnant son identité). 

En consultation, certains enfants me disent qu’ils « aiment être tristes ». En réalité, ce qu’ils aiment, c’est exprimer leur tristesse : la faire sortir en provoquant les larmes. Pour cela, ils imaginent des histoires dans lesquelles ils perdent leurs proches, d’où le succès des Malheurs de Sophie, de Jane Eyre ou encore de Sans famille. Cela ne doit pas affecter les parents : c’est un phénomène normal et sain, qui révèle simplement qu’une émotion réelle est en train de s’évacuer par le jeu. Les émotions dites « négatives » sont donc loin d’être aussi indésirables, en matière d’éducation, qu’on pourrait le croire en observant leur manifestation parfois violente et les états de détresse qu’elles peuvent engendrer chez les enfants. Car non seulement elles sont utiles pour l’enfant, mais elles permettent aussi au parent de comprendre ce qui se passe en lui et servent à repérer les besoins qu’elles révèlent. Ce qu’il faut retenir de cette clé n° 2, c’est d’une part que l’apprentissage des émotions permet à l’enfant de maîtriser son environnement et d’agir lui-même pour son bien-être, d’autre part qu’il est fondamental, en matière d’éducation, de laisser plus de place au ressenti qu’à l’analyse et au jugement. C’est la raison pour laquelle, quel que soit le problème, on posera toujours la question « quoi ? », qui permet de comprendre vraiment ce qui se passe, plutôt qu’un « pourquoi ? », qui favorise l’interprétation et non l’observation et la description des faits.

Extrait de "Parents bienveillants, enfants éveillés" de Laurence Dudek, publié aux éditions First

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires