En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Flickr
Bonne question
Mais au fait, être de droite aujourd'hui, c'est quoi ?
Publié le 17 mai 2017
En ces temps de recomposition politique, où le "ni pour, ni contre, bien au contraire" semble le nouveau mantra des gouvernants, le nouveau Premier ministre, et une partie importante de ceux qui aspirent à rejoindre le nouveau pouvoir, croit utile d’affirmer "être de droite". Etre ou ne pas être de droite, dans bruit et la fureur du drame qui secoue les partis du centre et de la droite, est bien la question centrale.
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les Arvernes sont un groupe de hauts fonctionnaires, de professeurs, d’essayistes et d’entrepreneurs. Ils ont vocation à intervenir régulièrement, désormais, dans le débat public.Composé de personnalités préférant rester anonymes, ce groupe se veut l...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En ces temps de recomposition politique, où le "ni pour, ni contre, bien au contraire" semble le nouveau mantra des gouvernants, le nouveau Premier ministre, et une partie importante de ceux qui aspirent à rejoindre le nouveau pouvoir, croit utile d’affirmer "être de droite". Etre ou ne pas être de droite, dans bruit et la fureur du drame qui secoue les partis du centre et de la droite, est bien la question centrale.

Disons-le tout net : être de droite, quand on a sollicité et obtenu le suffrage des électeurs de droite, c’est d’abord et avant tout rendre des comptes à ceux et celles qui vous ont élu. Cela signifie les respecter, et comprendre qu’il n’est de pouvoir que consenti par les citoyens. En ce sens, la précipitation avec laquelle Edouard Philippe et d’autres, ont rallié le pouvoir Macron, a quelque chose de profondément indécent. Si Edouard Philippe est en désaccord avec son parti, ce qui est éminemment respectable, les partis n’étant pas des prisons mais des organismes vivants, qu’il quitte ce parti et rejoigne séance tenante le parti En Marche. Son ralliement sera légitimement profondément mal vécu par un électeur de droite qui est le grand blessé d’un printemps politique qui devait ramener ses convictions au centre du jeu politique.

Ajoutons à cela qu’être droite ne doit pas non plus forcément donner raison à Alain Juppé, quand celui-ci, dans une fulgurance politique rare pour un technocrate, a qualifié la droite comme étant « la plus bête du monde ». Existe-t-il plus grande bêtise en effet, de rallier Emmanuel Macron aussi tôt, alors que toute la logique politique, telle qu’elle prévaut dans les accords de coalition – hier de la 4em république, aujourd’hui de l’Allemagne- impose d’établir le rapport de force, c’est à dire de faire le plus gros score à l’élection législative, pour ensuite négocier ? Par sa précipitation, Edouard Philippe et ceux qui s’apprêtent à prendre le même chemin commettent plus qu’un crime vis-à-vis de la droite et du pays : une erreur.

Dans un tel contexte, est-il permis de tenter de définir ce que signifie « être de droite », ce qu’Edouard Philippe n’est manifestement plus, et ce que le Front National, irrigué de chevènementisme ranci par Florien Philippot et par les scories d’extrême droite n’est pas non plus ?

Etre de droite c’est d’abord considérer que les questions de la Cité, du vouloir-vivre ensemble priment sur les questions économiques. Ceci emporte un certain nombre de conséquences dans la détermination des politiques publiques, qu’elles concernent le respect de la loi, le rapport à la culture française, la place de la méritocratie dans le système éducatif, le refus d’une immigration autre que librement choisie dans le seul intérêt des français.  A ce titre, la France a besoin d’ordre, elle a besoin d’un pouvoir fort, qui fasse respecter la loi et défende notre façon de vivre.

Etre de droite, c’est ensuite, en matière économique, faire évoluer en profondeur – et non pas marginalement comme le propose Emmanuel Macron le curseur des politiques publiques, qui s’est égaré dans le mantra néo keynésien, vers l’offre, la réduction de la dépense publique, l’investissement dans les questions économiques de souveraineté.


Etre de droite, enfin, c’est considérer que la France prime, et la protection de ses intérêts vitaux.  En un mot, c’est comprendre que le multilatéralisme, notamment européen, est un moyen, et non une fin. C’est refuser l’allégeance à l’Allemagne qui est l’ADN du macronisme.

A cette aune, on peut estimer sans excès que le programme du candidat de centre droit à la présidentielle était de droite. La trahison de ces idées, par les personnes, ou par l’affadissement du programme des législatives, perdra la droite au lieu de la sauver. Si elle veut survivre à la recomposition du système politique, elle doit clairement expliquer aux français en quoi elle est profondément différente du hollandisme modernisé qu’Emmanuel Macron s’apprête à infliger à la France, pour son malheur. Nous demandons également que ceux et celles qui sont membres des Républicains et qui rejoindront le gouvernement démissionnent du parti ou en soient exclus, au nom du respect des électeurs.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 17/05/2017 - 17:40
il manque une notion essentielle
être de Droite c'est être pour la liberté individuelle en matière économique cad la fin du socialo colbertisme dont notre pays crève,ça suppose messieurs les hauts fonctionnaires que vous acceptiez de perdre du pouvoir et de laisser les individus assumer leurs choix et....leurs responsabilités....
qu'en pensez vous, ????sinon je ne suis pas de Droite ...moi qui croyait l'être depuis toujours
jurgio
- 17/05/2017 - 15:58
Être de droite...
...c'est d'abord être malade de la Gauche.
Gordion
- 17/05/2017 - 15:17
Pas un mot sur..
...les origines celto-gréco-romano-mérové-carolingienne, les fondements du royaume de France, de certains grands rois, de la Renaissance, etc..

Les Français de droite ont envie qu'on leur rappelle leur histoire, et qu'on leur propose de continuer à en écrire la suite - si c'est encore possible - et pas qu'on leur parle uniquement de conservatisme de droite, qui n'est que la conséquence institutionnelle de l'organisation politique qui sert l'intérêt national et sa continuation.
Les Arvernes, vous ne savez pas faire rêver, votre langage n'et que trop technocratique.