En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 7 heures 18 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 7 heures 51 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 8 heures 55 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 10 heures 36 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 13 heures 21 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 13 heures 45 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 14 heures 8 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 14 heures 31 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 14 heures 34 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 7 heures 34 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 8 heures 18 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 12 heures 42 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 13 heures 38 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 13 heures 57 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 14 heures 15 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 14 heures 33 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 14 heures 35 min
© Reuters
© Reuters
Les pieds dans l’emoji

SMS piégés : ces raisons pour lesquelles nos conversations digitales dérapent souvent à notre insu

Publié le 29 avril 2017
Les nouvelles technologies de communication se sont développées ces dernières années. Avec l'apparition d'applications comme Whatsapp, Instagram ou Facebook Messenger, il est de moins en moins évident d'adopter les bonnes conversations à ces nouvelles modes. Les conséquences peuvent être très dommageables sur les relations.
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël Dandrieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les nouvelles technologies de communication se sont développées ces dernières années. Avec l'apparition d'applications comme Whatsapp, Instagram ou Facebook Messenger, il est de moins en moins évident d'adopter les bonnes conversations à ces nouvelles modes. Les conséquences peuvent être très dommageables sur les relations.

Atlantico : Les plateformes numériques de communication se sont développées ces dernières années avec l'apparition des messageries comme Whatsapp, Messenger... Ces messagerie ont vu se développer de nouvelles façons de communiquer avec les emojis, les emoticones. Quels sont les messages cachés que l'on peut passer dans les messages que l'on s'envoie sur ces plateformes ? Les silences ont autant d'importance que les réponses. Pourquoi ?  

Michael Dandrieux : Nos manières de communiquer les uns avec les autres sont en nombre infini. Deux, cependant, se sont accaparées la plus grande partie de nos échanges : la parole d’un côté ; et de l’autre l’écrit. Nous reconnaissons une place bien moins importante à d’autres formes de communication : ce que nous disons ne nous ressemble pas toujours. Certaines sont conscientes comme le contact des corps, et d’autres sont involontaires comme la grammaire gestuelle. Elles ne nous engagent pas comme la “parole” donnée ou l’ “engagement” écrit. La sagesse populaire rappelle que “cochon qui s’en dédit” ; on ne peut pas se dédire d’un clin d’oeil ou d’un rouge aux joues.

Mais ces modes de communication n’en sont pas moins fondateurs des rapports que nous entretenons avec nos prochains. Et c’est par eux que passent d’ailleurs toutes les subtilités de la communication, comme les degrés de sincérité, les sous-entendus, et l’implicite. Cependant nous considérons toujours que la parole et le verbe possèdent un contenu dont on ne peut se dédire. Moins peut-être la parole, qui est volant (temporaire et volatile) que l’écriture qui est manent. Et ainsi l’écrit reste le support des contrats les plus sûrs, car on peut prouver ce que vous avez dit.

Dès lors, les “meilleurs” systèmes de communication devraient être ceux qui acheminent les mots écrits sans les corrompre, de l’émetteur au récepteur. Et pourtant, lorsque SnapChat s’est frayé une première réputation, c’était en permettant de diffuser des messages qui disparaissaient. C’est à dire que, d’un point de vue ingénieurial, l’app était moins performante que tous ces concurrents, parce qu’elle ne permettait pas l’archivage ou la recherche par exemple. Elle était donc une version dégradée de ce qui se faisait sur le marché en terme de fonctionnalités. Mais c’est justement ce changement du contexte de communication qui a produit de nouveaux usages. Les images vouées à demeurer sur Facebook et Instagram devaient être léchées, travaillées, cadrées. Mais soudain, une photo qui vivrait 5 ou 7 secondes avait le droit d'être impulsive, expérimentale, risquée, craft. C’est un premier exemple que vous pouvez comprendre comme ça : SnapChat a recréé les conditions de l’oralité dans un media essentiellement écrit. On pouvait envoyer n’importe quoi puisque même les mots étaient volants, volatiles, comme dans la conversation de tous les jours. Et cela déliait les langues et les pratiques - Snapchat était aussi une plateforme erotico-ludique très commode.

D’autres exemples montrent que notre vieille fascination pour le contenu est chahutée, notamment les emojis que vous citez. Si je vous demande de venir à 19h00 et que vous me répondez par un smiley qui sourit puis le petit poulpe, et qu’à 19h00 je ne vois personne venir, je ne peux pas vous dire “mais pourtant tu m’avais bien dit smiley qui sourit et petit poulpe”. Cette communication est essentiellement émotionnelle, et donc moins compromettante. L’intensité du message est forte, mais son contenu est faible, voir nul.
Il n’est pas rare, Notamment en Corée, de s’envoyer des SMS vides, qui veulent dire un peu ce que vous voulez : le message vous laisse inférer tout son contenu en fonction du contexte émotionnel (“je pense à toi”, “je t’aime”…), d’un état de mémoire commune (“n’oublie pas de prendre le kimchi”, “réponds à mon message précédent”…), ou encore de l’heure de la journée (“je ne dors pas, et toi”, “je suis arrivé à notre rendez-vous”…). On peut parler ici de communication essentiellement symbolique puisque aucun dictionnaire ne vient valider le contenu du message. Le message n’est alors évalué que par les parties qui se le partagent, en vertu d’une relation intime, d’une sorte de clef privée.

Tout le monde n'est pas réceptif de la même manière à ces services de communications. Certains préfèrent les mails, les appels, d'autres ne sont réceptifs qu'à ces nouvelles plateformes. Il devient presque difficile d'échanger malgré ces nouvelles technologies faites pour faciliter les échanges. Comment l'expliquer ? 

Vous soulevez deux problèmes. Le premier est un problème d’usage : nous trouvons un peu à tâtons comment utiliser ces plateformes qui, de plus, évoluent rapidement. Dès lors, une dimension ludique apparaît. On n’est plus sûr de ce que trouvera notre destinataire dans un message essentiellement composé d’acronymes, d’un langage vernaculaire (c’est à dire propre à telle ou telle communauté) dont on ignore s’il le comprendra, et de GIFS animés de Leonardo Di Caprio. Mais on s’amuse à s’envoyer toutes ces couleurs, et la communication perd de sa dimension fonctionnelle. On s’envoie des messages mais “c’était pour dire : rien du tout”. Toute une partie de nos communications, sans que nous ne voulions le reconnaître, repose déjà sur ces échanges discrets, et les réseaux sociaux tentent tout un tas de choses pour nous permettre de réchauffer les échanges dont le corps est absent.

Le second problème est un problème de culture : il peut sembler tout à fait suffisant de compter sur nos grammaires, ou les phrases articulées d’une conversation face à face, plutôt que d’envoyer des étiquettes de chat, ou le rythme des battements de son coeurs. Si vous considérez que la seule raison pour laquelle vous communiquez est de vous faire comprendre, ou qu’après Shakespeare ou Mallarmé les langues ont rendu inutile tout autre moyen d’expression, alors oui, ces services de communication peuvent paraître dégradés et révoltant de pauvreté. En particulier si une compétence de communication par la “story” ou les emoji se développe au dépend de la maitrise de l’orthographe des Académiciens.

Je vais vous dire quelque chose qui ne me réjouit pas mais qui me semble pourtant assez juste. Nous employons très peu en français le subjonctif imparfait, parce qu’il est difficile. Il sonne étrange et immensément vieux. Pourtant c’est le mode de l’irréel, c’est-a-dire qu’il vous permet de penser et de décrire un monde qui n’existe pas, au sein d’une hypothèse probable. Donc si vous ne l’employez pas, ce pas qu’une perte de grammaire, c’est toute une manière d’imaginer à laquelle vous n’avez pas accès. En ce sens, tous les moyens dont vous parlez peuvent paraître pauvres, ils n’en témoignent pas moins aussi de réalités relationnelles entières : de modes de vie qui échappent dans leur totalité à ceux qui ne les pratiquent pas.

Quelles peuvent-être les limites à ne se reposer que sur ces technologies pour communiquer ? 

C’est une question très engageante. Je voudrais donc me risquer à vous répondre que 🙏😱🐙.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

02.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

03.

Corinna Betsch, la femme de Michael Schumacher, évoque l'état de santé de l'ancien champion de Formule 1

04.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

05.

Emmanuel Macron en passe d’entériner la victoire posthume des Gilets jaunes

06.

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

07.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires