En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Contrairement aux opinions publiques, les marchés boursiers ne cèdent pas à la panique… car ils ne croient pas à la ruine de l‘économie

02.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

03.

Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans

07.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 7 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 9 heures 23 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 13 heures 17 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 14 heures 21 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 14 heures 58 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 15 heures 24 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 16 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 7 heures 41 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 8 heures 41 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 10 heures 29 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 13 heures 49 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 14 heures 27 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 14 heures 56 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 15 heures 19 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 16 heures 3 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 16 heures 32 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 17 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Idéologie et énergie

Comment la France a renoncé à sa vision pour suivre une vision et une politique énergétique européenne qui la dessert

Publié le 01 mai 2017
Dans son livre "La France dans le NOIR", Hervé Machenaud, ancien directeur de la branche Asie-Pacifique d'EDF, plaide pour la nécessité de continuer à produire sa propre énergie en France. Entretien.
Hervé Machenaud
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hervé Machenaud, X Ponts et IEP Paris, a mené toute sa carrière professionnelle au cœur des questions industrielles liées à l’énergie, tant en France qu’à l’étranger. Il réside actuellement en Chine où il a participé durant plus de trente ans au...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans son livre "La France dans le NOIR", Hervé Machenaud, ancien directeur de la branche Asie-Pacifique d'EDF, plaide pour la nécessité de continuer à produire sa propre énergie en France. Entretien.

Atlantico : Aujourd'hui selon vous, est-ce que la capacité à produire de l'énergie de la France est mise en danger ? Quelles en sont les causes et le degré de responsabilité de la politique énergétique du pays ?

Hervé Machenaud : Oui, la France et l'Europe toute entière sont menacées d'être dans le noir, et ce par le fait de politiques énergétiques incohérentes.

La mise en service de nouvelles capacités de production subventionnées dans un marché déjà sur-capacitaire, fait tomber les prix de marché de l'électricité en-dessous des coûts de production. Les électriciens, qui produisent à partir de moyens conventionnels non subventionnés, sont tous en très grande difficulté financière, y compris EDF qui a pourtant les coûts de production parmi les plus bas d'Europe. Ces électriciens sont conduits à fermer, et ferment, les centrales les moins rentables de leur parc. C'est ainsi que ces dernières années, 60 GW (équivalent du parc nucléaire français) ont été fermés en Europe. Or, aux moments des pointes, qui ont lieu le soir dans les périodes de grands froids où il n'y a ni vent, ni soleil, ces moyens manqueront et l'Europe sera dans le noir.

La cause principale réside dans le développement inconsidéré de moyens de production inefficaces, dans la mesure où ils ne peuvent pas contribuer à satisfaire la demande de pointe. L'exemple de l'Allemagne, qui a construit 50 GW d'énergies renouvelables et produit plus de CO2 qu'il y a dix ans, ne semble pas avoir servi. Pas plus que celui de l'Australie qui, après s'être donnée en exemple au motif d'avoir dépassé les 35% d'énergies renouvelables dans son mix énergétique, vient de connaître cinq black-out en moins de deux mois, conduisant le gouvernement à décider la construction en urgence (avant les élections de 2018 !) de 10 GW de turbines à gaz, qui vont coûter 15 milliards de dollars aux contribuables. 

Oui, les politiques sont responsables, et responsables aussi des milliards qui sont transférés chaque années du public vers des intérêts particuliers au détriment de l'intérêt général. 

Pour autant, la transition énergétique revêt un caractère impérieux. Comment alors concilier intelligemment les deux sans sacrifier l'un à l'autre pour préserver au mieux les intérêts de la France ?

Qu'est-ce que la transition énergétique? Officiellement, il s'agit de réduire la production de CO2. Or, la France produit près de 95% de son électricité sans production de CO2. C'est pourtant l'électricité qui doit montrer l'exemple de la transition énergétique, en développant les énergies renouvelables intermittentes qui ont conduit l'Allemagne et l'Australie à augmenter leur production de CO2. C'est, en revanche, le transport et le chauffage résidentiel au fuel et au gaz qui, en France, sont les principales source d'émission de CO2. Mais c'est la part de l'électricité dans le chauffage résidentiel, responsable en France de la pointe de consommation, qui est stigmatisée. Jusqu'où poussera-t-on l'incohérence? Est-ce par conviction, incompétence, aveuglement, ou y aurait-il d'autres intérêts en jeu? 

Si la transition énergétique en France correspond à la volonté de réduire la part de la production nucléaire, à l'instar de l'Allemagne, il faudra qu'on dise si on choisit le charbon ou le gaz pour la remplacer car ce ne sera pas par les énergies renouvelables.

Il y a un grand enjeu de transition énergétique. D'abord, dans les transports, l'habitat et l'industrie. Outre les nécessaires mesures d'isolation de l'habitat, il s'agit d'utiliser tous les moyens qu'apportent aujourd'hui le "big data" et la numérisation pour optimiser l'efficacité énergétique. D'énormes gains sont possibles , et déjà largement engagés dans de nombreux domaines. L'électricité en France est "propre" et n'est donc pas la priorité, mais si l'on décide de changer le mode de production, ce ne peut être qu'à partir d'un bilan objectif de l'efficacité, du coût et de la "propreté" des moyens disponibles.

En quoi la dérégulation du secteur énergétique, dogme voulu par la Commission européenne, peut être une catastrophe pour la France ?

La dérégulation devait apporter une saine concurrence au bénéfice des consommateurs. Elle a conduit à une fausse concurrence à leur détriment. Le prix de l'électricité, qui n'a cessé de baisser pendant trente ans, n'a fait qu'augmenter, et de plus en plus vite, depuis la mise en œuvre de la dérégulation.

Au nom d'une concurrence sacralisée, la dérégulation imposée par l'Europe a consisté à démanteler l'électricien le plus efficace d'Europe (trop bien placé dans la concurrence ?), à imposer des producteurs d'énergies intermittentes massivement subventionnés et des "fournisseurs alternatifs" qui, ne produisant pas d’électricité, bénéficient de la déprime des marchés pour réaliser des profits exponentiels.  

La France, jadis connue pour sa vision et son indépendance, suit docilement une politique européenne qui n'en n'est pas une et qui la dessert. 

La politique énergétique européenne conduit la France et l'Europe dans le noir et, au réveil, l'électricité coûtera, comme en Australie et en Allemagne, beaucoup plus cher.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 01/05/2017 - 22:21
Excellent article qui corrobore les craintes des patriotes FN!
depuis la déregulation et l'ultra-capitalisme de connivence gauchiste, l'électricité coûte plus chère et fait courir des risques de pénurie...c'est le cas pour l’électricité, soumise aux dogmes écolo-réactionnaires d'une ultra-minorité de fellés, mais c'est aussi le cas dans tous les domaines dé-régulés. Finalement, les gogos qui voteront Macron-Rothschild s'apercevront, mais un peu tard, que leur héros de roman-photo est nul, et sera obliger de re-réguler ce qui a été dé-régulé par les gauchistes (sens large), avec d'immenses pertes et d'immenses coûts. Ben oui, Macron! s'il y a eu une régulation, et une mainmise de l'état, , c'est qu'il y avait une raison...
Hilario
- 01/05/2017 - 09:47
Pour renforcer la France
Si la France a le bon sens de maintenir et d'augmenter sa capacité nucléaire alors que l'Allemagne est paralysée par les problèmes qui surviennent avec l'arrêt nucléaire, la France va bientôt apparaître comme leader industriel européen.