En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

02.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

03.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

06.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

07.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

05.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Roses fauves" de Carole Martinez : les femmes attirent et piquent autant que les roses... un conte envoûtant, merveilleux et cruel

il y a 1 heure 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Aubrey Beardsley (1872-1898)" au Musée d'Orsay : 1re monographie en France de l’étrange et virtuose illustrateur

il y a 1 heure 56 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attentat à Nice : l'assaillant serait un Tunisien de 21 ans arrivé par Lampedusa
il y a 5 heures 22 min
pépites > International
Multiples attaques
Arabie saoudite : un vigile du consulat français à été blessé au couteau à Djeddah
il y a 6 heures 17 min
pépites > France
Vigilance des forces de l'ordre
Un islamiste radical armé d'un couteau a été interpellé dans le centre de Lyon
il y a 7 heures 3 min
light > Religion
Vatican
Attentat à Nice : le pape François "prie pour les victimes et leurs proches"
il y a 8 heures 1 min
décryptage > Environnement
Plan vélo

Et pendant ce temps-là se poursuivait joyeusement la guerre absurde contre la voiture

il y a 10 heures 16 min
pépite vidéo > France
Pensées aux victimes
Attaque à Nice : l’Assemblée nationale observe une minute de silence
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Société
Second Impact du Covid-19

Petits conseils pour gérer son anxiété face à une actualité déprimante et angoissante

il y a 11 heures 45 min
décryptage > Santé
Bis repetita

Isolement des cas positifs : le ratage massif qu’Emmanuel Macron feint de ne pas voir (et qui pourrait faire échouer le 2ème déconfinement)

il y a 12 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Avant la retraite" de Thomas Bernhard : il est encore fécond le ventre…

il y a 1 heure 44 min
pépites > Politique
Réalité du confinement
Jean Castex et les ministres du gouvernement ont dévoilé les différentes mesures et aménagements liés au reconfinement
il y a 2 heures 20 min
pépite vidéo > Religion
Emotion
Attaque à Nice : le glas a résonné dans les églises de France en hommage aux victimes
il y a 5 heures 44 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Macron s’inquiète de l’affaiblissement de Castex, les islamo-gauchistes refusent d’assumer leurs responsabilités; Le juteux business des ex-politiques; Olivier Véran, l’homme qui dit qu’on n’a pas voulu l’écouter sur la gravité du Covid
il y a 6 heures 38 min
pépites > France
Opération Sentinelle
Attentat à Nice : Emmanuel Macron réhausse de "3.000 à 7.000" le nombre de militaires déployés sur le sol français
il y a 7 heures 17 min
pépites > Terrorisme
Menace terroriste
Attentat à Nice : Jean Castex indique que le plan vigipirate a été réhaussé au niveau "urgence attentat" partout en France
il y a 8 heures 23 min
décryptage > Sport
Moïse prophète en son Paris

Basaksehir/PSG : Paris, sauvé des eaux par Moïse

il y a 10 heures 38 min
décryptage > Consommation
Leçons du 1er confinement

Pénuries de (re)confinement : voilà ce que vous devriez acheter pour affronter novembre (et non, on ne vous parle pas de papier toilette)

il y a 11 heures 29 min
décryptage > France
Pression sur l'exécutif

Meurtre de Samuel Paty, islam et liberté d’expression : réseaux sociaux arabes, élites anglo-saxonnes, l’étau fatal qui étrangle la France

il y a 12 heures 24 min
décryptage > Economie
"Quoi qu'il en coûte"

Reconfinement : le prix que nous sommes prêts à payer pour sauver une vie est-il en train de flamber ?

il y a 13 heures 23 min
© DON EMMERT / AFP
© DON EMMERT / AFP
Stratégie

Pourquoi Donald Trump risque de déchanter dans ses tentatives d’ouvrir une brèche entre la Russie et l’Iran

Publié le 14 avril 2017
Depuis son élection, Donald Trump tente de se rapprocher de la Russie pour, entre autre, affaiblir les relations du Kremlin avec Téhéran. Mais le chemin à parcourir est encore long et semé d'embuches.
Cyrille Bret
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cyrille Bret, ancien élève de l'Ecole Normale Supérieure, de Sciences-Po Paris et de l'ENA, et anciennement auditeur à l'institut des hautes études de défense nationale (IHEDN) est haut fonctionnaire et universitaire. Après avoir enseigné...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis son élection, Donald Trump tente de se rapprocher de la Russie pour, entre autre, affaiblir les relations du Kremlin avec Téhéran. Mais le chemin à parcourir est encore long et semé d'embuches.

Donald Trump depuis son accession à la présidence des Etat-Unis a voulu œuvrer dans le sens d'un rapprochement avec la Russie pour, entre autre, affaiblir les liens entre Téhéran et Moscou.  Est-ce que cette stratégie est réalisable ?

Cyrille Bret : L'axe Trump-Poutine annoncé en 2016 n'existera jamais. En effet, des affinités personnelles n'ont jamais fait une alliance géopolitique. Pas plus que des propos de campagne n'ont fait de politique extérieure. Le rapprochement avec la Russie n'est qu'un argument de campagne de Donald Trump. Pas sa politique étrangère. Je m'explique. Durant la campagne électorale 2016, le candidat Donald Trump a mis en évidence ses proximités avec le maître du Kremlin : scepticisme envers les organisations internationales fondées sur le multilatéralisme (ONU. OSCE, OTAN), goût de la provocation et refus du politiquement correct, culte de la force verbale, militaire et financière, etc. Mais c'était un positionnement de campagne destiné à distinguer l'offre politique de Donald Trump. Durant les primaires, Donald Trump devait absolument se démarquer de l'establishment républicain très hotile à la Russie. Laisser entrevoir une remise à plat de la relation russo-américaine était une façon d'apparaître clairement comme hors système et pragmatique. Ce fut un succès. Ensuite, il s'est agi, notamment durant la période de transition, de trancher avec la présidence Obama : celui-ci était accusé tout à la fois d'avoir été trop mou à l'égard de la Russie mais aussi de ne pas avoir réussi à établir une alliance anti-terroriste avec Moscou. Le "président élu" Trump, pas encore investi, s'est servi de Poutine comme d'un facteur de différenciation pour se crédibiliser. De nombreux analystes se sont engouffrés dans la rhétorique trumpienne, négligeant les facteurs de dissension structurels entre les Etats-Unis, quel que soit le président, et la Russie : l'Iran, l'Ukraine, la Baltique, l'Arctique ou encore l'OTAN.

Aujourd'hui, alors que les frappes américaines ont instillé une tension nouvelle avec la Russie, le nouveau Secrétaire d'Etat Rex Tillerson se rend à Moscou. C'est là le nouveau dispositif américain envers la Russie : d'un côté le bâton autrement dit des frappes imprévisibles, ciblées et massives sans grand souci de justification juridique, en Syrie notamment. De l'autre, la carotte autrement dit la perspective d'un démantèlement partiel des sanctions américaines.

La solidarité entre la Russie et l'Iran, en Syrie, dans la région et sur la scène internationale est effectivement une cible pour les Etats-Unis. Depuis le début de la campagne russe en Syrie, en octobre 2015, s'esquisse une alliance militaire reposant sur un axe politique Damas, Téhéran, Moscou. Ensemble, ils ont conduit de nombreuses opérations militaires contre les mouvements d'opposition et les troupes djihadistes en Syrie. Selon une division du travail assez nette : aux Russes la couverture aérienne, les transports aériens de troupe, les moyens de détections et d'interception, aux Iraniens appuyés par le Hezbollah libanais l'encadrement des troupes, les opérations commandos et la conduite des grandes batailles et à l'armée syrienne le reste, notamment des crimes de guerre et des massacres. Briser cette alliance serait donc le moyen pour les Etats-Unis de déterminer des convergences partielles dans la région avec la Russie. Mais, pour le moment, malgré les tensions entre Iraniens et Russes (sur le futur du régime, sur la conduite des opérations, etc.) Washington échoue. Mais les Etats-Unis n'ont pas encore brandi l'argument maître : la levée éventuelles des sanctions. Et les tensions endogènes entre l'Iran et la Russie sont encore implicites. Mais elles seront importantes quand la lutte pour le leadership régional s'engagera.

Depuis les bombardements des Etats-Unis la semaine dernière, au contraire, l'union semble se renforcer entre Téhéran Damas et Moscou, est-ce que ce bombardement  indique un point de rupture dans la stratégie de Trump ?

Dans la stratégie américaine, la réaction massive (59 missiles de croisière) au bombardement chimique est moins destinée à manifester une rupture dans la stratégie que de réétablir un rapport de force avec Moscou. Les frappes ont été massives mais circonscrites dans l'espace (une base aérienne) et dans le temps (pas de vague de bombardements). Leur effet est d'envoyer un message clair aux bélligérants : l'Amérique est de retour dans le rapport de force. L'administration Trump, débarrassée de ses éléments supposément les plus russophiles (Flynn, Bannon, etc.)  veut rétablir l'idée que la surprise tactique n'est pas le monopole de la Russie. Depuis qu'elle est engagée sur différents théâtres (Ukraine, Baltiques, Syrie, Libye), la Russie a réussi à exploiter un certain effet de surprise. Aujourd'hui, les Etats-Unis reprennent l'initiative, non pas en proposant une stratégie globale d'évolution de la région, mais en cessant d'être lisibles et prévisibles. Imprévisibilité tactique, rapport de force stratégique et coopération sectorielle avec la Russie, tels sont aujourd'hui les principes d'action qui semblent se dégager. Inutile de dire qu'ils sont bien plus compatibles avec les lignes structurelles de l'action extérieure des Etats-Unis.

D'après vous, comment sont susceptibles d'évoluer les alliances et les rapports de force dans la région ?  Si la stratégie de Donald Trump échoue quant à son rapprochement avec Moscou faut-il miser sur un retour en grâce de l'Arabie Saoudite ? 

Le candidat puis le président Trump ont progressivement réactivé certainses alliances et les lignes de tension traditionnelles de la diplomatie américaines. Ainsi, dans son attitude à l'égard de la Chine, il est revenu à une défense des alliés historiques des Etats-Unis face aux empiètements de la RPC dans son environnement maritime direct : Japon, Taiwan, Corée du Sud et Philippine sont soutenus par les Etats-Unis au moment même où les questions économiques sont un sujet de discussion avec Pékin. De même, au Moyen-Orient, le rapprochement avec Israël est net. Le contraste avec l'administration Obama est sensible : le rapprochement avec l'Iran n'est plus à l'ordre du jour et le soutien à la sécurité d'Israël reprend des couleurs. Les rapports de force dans la région sont aujourd'hui en défaveur des Etats-Unis mais l'administration Trump essaiera de reprendre la main en s'appuyant sur ses réseaux traditionnels : Israël, Arabie saoudite. Quant au rapprochement avec la Russie, il constitue encore une perspective lointaine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 13/04/2017 - 10:18
Une constante
de la Politique Etrangère Américaine depuis au moins 1996 ( ILSA Act ) , depuis Clinton et tous ses successeurs : faire tomber les Mollahs et reprendre la maîtrise du centre de l' échiquier mondial .