En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

02.

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

07.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

06.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

06.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

ça vient d'être publié
pépites > International
Drame
Beyrouth : 158 morts et toujours 21 personnes portées disparues, selon un nouveau bilan
il y a 3 heures 35 min
light > Culture
C'est dans les vieux pots...
"Dirty Dancing" va avoir une suite, avec Jennifer Grey reprenant son rôle de "Bébé"
il y a 4 heures 31 min
pépite vidéo > Société
Minute choupi
Journée internationale du chat : dix choses que vous ne savez peut-être pas sur votre compagnon à quatre pattes
il y a 5 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Lectures d'été" : "Surface" d'Olivier Norek, quand la découverte d’un corps disparu depuis 25 ans relance "une affaire classée"

il y a 6 heures 56 min
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 9 heures 9 min
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 10 heures 1 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 10 heures 19 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 10 heures 38 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 1 jour 5 min
pépites > International
Deuil
Covid-19 : l'Amérique latine est désormais la région avec le plus de morts dans le monde
il y a 3 heures 53 min
pépite vidéo > Media
Grand retour
Koh-Lanta : découvrez les portraits des 24 candidats de la nouvelle saison
il y a 4 heures 59 min
pépite vidéo > Environnement
Alerte rouge
Canicule : un immense morceau d'un glacier des Alpes menace de s’effondrer
il y a 6 heures 27 min
pépites > International
Drame
Inde : au moins 17 morts après la sortie de piste d'un avion qui s'est cassé en deux
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 9 heures 54 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles s’expose Emmanuel Macron

il y a 10 heures 7 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 10 heures 25 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

il y a 10 heures 37 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 10 heures 38 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 1 jour 44 min
© Reuters
© Reuters
Economie

Pourquoi la hausse des taux américains ne devrait pas étrangler la croissance européenne

Publié le 17 mars 2017
Lors de sa dernière réunion, la Réserve fédérale des Etats Unis a choisi de relever une nouvelle fois ses taux directeurs de 0.25 point, pour les porter à 1%. Mais cette décision n'est pas celle qui est le plus à redouter.
Frederik Ducrozet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frederik Ducrozet est économiste senior chez Pictet Wealth Management, en charge de l'Europe, depuis septembre 2015. Auparavant, il était économiste chez Credit Agricole CIB entre 2005 et 2015. Spécialiste de l'économie européenne, et de la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lors de sa dernière réunion, la Réserve fédérale des Etats Unis a choisi de relever une nouvelle fois ses taux directeurs de 0.25 point, pour les porter à 1%. Mais cette décision n'est pas celle qui est le plus à redouter.

Atlantico : Lors de sa dernière réunion, la Réserve fédérale des Etats Unis a choisi de relever une nouvelle fois ses taux directeurs de 0.25 point, pour les porter à 1%. Quelles seront les conséquences d'une telle décision sur l'économie européenne ? Peut-on envisager également des variations de la valeur de la monnaie européenne suite à cette décision ?

Frédérik Ducrozet : Les conséquences directes de cette hausse de taux de la Fed sur l’économie européenne seront minimes dans la mesure où ce geste était largement anticipé et que la communication de la banque centrale n’a pas créé de surprise majeure. La réaction immédiate des marchés a d’ailleurs été quelque peu contre-intuitive, avec une baisse du dollar et des taux d’intérêt à long terme. Non seulement la hausse de taux était anticipée, mais la Fed n’a pas beaucoup révisé ses prévisions (les fameux « dots ») et a également insisté sur le caractère symétrique de sa cible d’inflation, alimentant l’idée selon laquelle elle pourrait tolérer une certaine surchauffe de l’économie. En un mot, la Fed a délivré une hausse de taux « dovish » dont l’effet a été largement compensé par l’assouplissement des conditions de marchés qui en a résulté.

Deux éléments devraient compter davantage pour les économies américaines et européennes dans les mois à venir. Concernant la Fed, la gestion de son bilan reste très incertaine, et tout signe allant dans le sens d’une plus grande pro-activité de la banque centrale en vue d’influencer la taille et/ou la composition de ses portefeuilles de titres pourrait avoir un effet significatif sur les taux d’intérêt et le taux de change.

Concernant la politique budgétaire, l’incertitude et les enjeux sont également énormes. Si l’administration Trump parvient à mettre en œuvre au moins une partie de son programme de dépenses publiques et de baisses d’impôts tout en limitant les risques liés aux mesures protectionnistes, alors une accélération de la croissance américaine serait évidemment très favorable au vieux continent.

Alors que la Fed semble inscrire sa politique dans une logique de hausse de taux, débutée depuis déjà de nombreux mois, la BCE suit une logique différente en conservant ses taux au plus bas. Cette différence de cycle entre Europe et Etats Unis est elle tenable à terme ? Quels sont les risques d'une telle divergence ?

Dans l’optique de la BCE, cette divergence est « subie » dans la mesure où elle a pour origine des facteurs hors du contrôle de la banque centrale. Elle crée également une force de rappel, notamment via le taux de change, même si cet argument est moins puissant aujourd’hui. La BCE a d’ailleurs longtemps insisté sur l’importance de cette divergence afin d’ancrer les anticipations de taux et de renforcer sa forward guidance.

Le risque principal est celui d’un décrochage qui ne serait plus cyclique, mais structurel, lié notamment à des écarts durables en matière de dépenses d’investissement productif, de recherche et développement, et donc de productivité.

Quels seraient les moyens, pour la BCE, permettant de revenir à une unité de cycle avec les Etats Unis ? La BCE peut elle encore en faire plus pour rattraper son retard en termes de chômage et de croissance pour en arriver au même stade que les Etats Unis ?

La position de la BCE est en train d’évoluer, et elle pourrait profiter de l’amélioration des conditions économiques globales pour tenter de normaliser une partie de sa politique monétaire, du moins les mesures les plus radicales qui ne semblent plus indispensables. Une réflexion est d’ores et déjà amorcée sur la séquence d’une telle normalisation : une (petite) hausse du taux de dépôt de la BCE, aujourd’hui à -0,40%, pourrait ainsi précéder la fin du programme d’assouplissement quantitatif en 2018. En d’autres termes, une Fed plus déterminée à monter les taux offre une fenêtre d'opportunité à la BCE, non pas tant pour réaligner les cycles économiques mais pour commencer à revenir sur une partie des mesures exceptionnelles prises au plus fort de la crise européenne.

Les décisions monétaires à venir restent évidemment conditionnées au scénario macroéconomique et si un accident survient aux Etats-Unis, en Chine, ou dans un pays européen qui pourrait céder aux sirènes du populisme, alors les espoirs de retour à la normale de la BCE seront immédiatement douchés.

Enfin, rattraper durable les Etats-Unis en matière de chômage ou de croissance potentielle implique un « saut quantique » au plan des réformes structurelles et de la volonté politique, y compris au niveau européen. On pense notamment aux propositions de la Commission européenne qui seront suivies au mois de mai d’une feuille de route plus détaillée pour une union monétaire plus intégrée et plus efficace, d’une capacité budgétaire commune ou encore d’un programme d’investissement plus ambitieux que le plan Juncker. Tout ceci reste, à ce stade, très hypothétique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires