En direct
Best of
Best of du 27 juin au 3 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

02.

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

03.

L'autre remaniement dont la France aurait vraiment besoin (mais qu'Emmanuel Macron ne fera pas malgré ses promesses)

04.

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

05.

En Thaïlande, les singes font la loi dans la ville

06.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

07.

Plus fort qu’Ali Baba et les 40 voleurs : Anne Hidalgo et ses 37 adjoints !

01.

Ophélie Winter médite à la Réunion; Brigitte Macron se promène lugubre en baskets, Edith Philippe souriante en tongs, Catherine Deneuve cheveux au vent et souliers vernis; Melania Trump abuse de l’auto-bronzant; Benjamin Biolay a une fille cachée

02.

Sauver la planète ? Le faux-nez de ces "écologistes" qui détestent l'Homme. Et la liberté

03.

Tesla à 200 milliards de dollars, c’est le casse du siècle digital ou la promesse du monde d’après...

04.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

05.

L'éolien peut-il être une alternative verte crédible au nucléaire ?

06.

Pas de démocratie sans droit à offenser : ce capitalisme qui prend le risque de précipiter la guerre civile à trop vouloir montrer patte progressiste

01.

Jean Castex, une menace bien plus grande pour LR qu’Edouard Philippe ?

02.

Cet esprit de Munich qui affaiblit la démocratie face à une illusion d’efficacité écologique

03.

Le parti EELV va alerter le CSA après les propos d'Eric Zemmour sur CNEWS dans "Face à l'Info" sur la vague verte et l'islam

04.

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

05.

Nouvelle explosion des cas de Coronavirus : mais que se passe-t-il aux Etats-Unis ?

06.

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Ministres
Remaniement : retrouvez l’annonce de la composition du gouvernement de Jean Castex
il y a 10 heures 18 min
pépites > Faits divers
Violente agression
Bayonne : un conducteur de bus en état de mort cérébrale, cinq personnes placées en garde à vue
il y a 13 heures 37 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La vie mensongère des adultes" de Elena Ferrante : un roman d’apprentissage bien sombre et trop prévisible malgré des personnages campés avec talent

il y a 15 heures 58 min
pépites > Santé
Covid-19
239 chercheurs alertent l'OMS sur la transmission du coronavirus par voie aérienne
il y a 17 heures 8 sec
light > Culture
Pour une poignée… de bandes originales
Mort du compositeur italien Ennio Morricone, le "maestro" du cinéma
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Economie
Menace persistante du virus

Covid-19 : pendant que la pandémie s’étend, la finance regarde un risque de récidive aux États-Unis

il y a 20 heures 23 min
décryptage > High-tech
Piratage informatique

La guerre des codes : les cyberattaques redéfinissent les lignes de bataille des conflits mondiaux

il y a 21 heures 37 min
décryptage > Histoire
Encore un effort

Le président algérien réclame (encore) des excuses à la France. Quand sera-t-il rassasié ?

il y a 22 heures 11 min
décryptage > Société
Bien gérer son stress

Comment prendre des décisions importantes (sans se noyer... ni se tromper)

il y a 22 heures 55 min
décryptage > Politique
Tous les nouveaux chemins mènent à Rome... ou nulle part

Un nouveau Premier ministre pour rien ? Pourquoi la France a plus besoin d’une vision assumée que d’un En-Même-Temps au carré

il y a 23 heures 34 min
pépites > Politique
Nominations
Remaniement : retrouvez la liste du nouveau gouvernement de Jean Castex
il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le cottage aux oiseaux" de Eva Meijer : en pleine vague verte, c’est le moment ou jamais de déguster ce bijou !

il y a 15 heures 45 min
pépites > Santé
Bayannur
Chine : un cas de peste bubonique a été découvert en Mongolie intérieure
il y a 16 heures 17 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Gouvernement politicien ou gouvernement d’entrepreneurs ? Un choix entre un destin personnel et celui de l’économie

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Santé
Action gouvernementale

Deuxième vague du Coronavirus : Olivier Véran a un plan, pourquoi donc s’inquiéter ?

il y a 20 heures 3 min
pépite vidéo > France
Oeuvre ciblée
Stains : la fresque en hommage à George Floyd et Adama Traoré a été vandalisée
il y a 21 heures 8 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Petit best of des applications et gadgets tech à ne pas oublier avant de partir en vacances
il y a 21 heures 54 min
décryptage > Economie
Survie économique

Ce que nous apprend le top 100 des entreprises mondiales ayant le plus bénéficié de la crise du Coronavirus

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Economie
Transactions immobilières

Hausse ou baisse : quel impact redouter de la crise du coronavirus sur l’immobilier ?

il y a 23 heures 16 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Pour beaucoup de chefs d’entreprises, les écologistes peuvent faire capoter le plan de relance...

il y a 23 heures 56 min
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
© BORIS ROESSLER / DPA / AFP
BCE mon amour

Au secours, elle revient !!! Faut-il avoir peur du retour de l’inflation ?

Publié le 07 mars 2017
Du fait de l'aggravation de la pression fiscale et des coupes budgétaires (voir collectivités locales), la théorie classique enseigne qu'une pression à la baisse devrait s'exercer sur le niveau général des prix.
Jean-Yves Archer
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Archer est économiste, spécialisé en Finances publiques. Il dirige le cabinet Archer, et a fondé le think tank économique Archer 58 Research. Né en 1958, il est diplômé de Sciences-Po, de l'ENA (promotion de 1985), et est titulaire d'...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Du fait de l'aggravation de la pression fiscale et des coupes budgétaires (voir collectivités locales), la théorie classique enseigne qu'une pression à la baisse devrait s'exercer sur le niveau général des prix.

Or, en tant que consommateur lambda, nous sommes en mesure de relever (et de subir !) de nombreux foyers de hausses des prix qui posent par conséquent sérieusement question.

Dans un premier temps, nul ne saurait contester que bien des secteurs montrent une tendance très nette à la hausse des prix : produits alimentaires, produits transformés de première nécessité (lessive, etc…), produits pétroliers et dérivés (remontée récente des cours du Brent). Seuls semblent échapper à ces pressions inflationnistes les secteurs qui fournissent des produits d'investissement durable : automobile, produits numériques (écrans plats, etc…) où le taux d'importation explique souvent les prix contenus et les hausses limitées.

L'inflation est donc sur le point de reprendre une nouvelle vigueur : ainsi la BCE vient de communiquer que le taux de 2% était atteint pour la zone Euro ce qui est, en théorie, l'objectif optimal pour ce paramètre d'évolution nominale des prix.

En toute logique, la BCE devrait limiter ces achats de dettes et de titres divers (rythme ramené de 80 à 60 milliards d'Euros par mois) afin d'éviter le risque de survenue d'une inflation issue de la création monétaire. Mais cette logique prudente ne sera pas respectée par la BCE car les niveaux de croissance en zone Euro sont encore très limités.

Autant dire que les retraités allemands (soumis à 1,8% d'inflation) qui voient leur épargne rémunérée à des taux bien inférieurs vont encore faire pression sur leur gouvernement pour que la BCE modifie sa politique accommodante dite de QE : "quantitative easing".

Sur le fond, comme l'a finement observé l'économiste Serge Christopher Kolm dans les années 80, nous allons être confrontés à une inflation dite de productivité qui se définit par le fait que les entrepreneurs des secteurs où la productivité est faible restaurent leurs marges par une hausse des prix qui est supposée absorber les hausses salariales. Or il n'est pas absurde de poser pour hypothèse que le futur nouveau Président de la République et son équipe soient obligés de "donner du grain à moudre" (André Bergeron, FO) et de faire plus qu'un geste pour les salaires.

Parallèlement, les économistes de la régulation ont montré que bien des entrepreneurs ont un réflexe lié à la marge nette escomptée. Boyer et Mistral ont démontré l'existence de comportements de "mark-up" selon lesquels le prix est fixé par un coefficient de marge frontalement appliqué au prix de revient des produits fabriqués. En période où tout un chacun envisage une poursuite de la hausse des prélèvements obligatoires, il nous semble très réaliste de conclure que des anticipations rationnelles conduisent les entrepreneurs à alourdir leur "mark-up" pour être en bonne position sur leur future marge nette après pression fiscale alourdie.

Cette inflation par le "mark-up" va rejoindre une inflation dite de structure : c'est à dire la hausse des prix issue de structures à dominante oligopolistique. Ce phénomène existe avec clarté : il suffit de se reporter aux jurisprudences du droit de la concurrence : lessiviers, cimentiers, opérateurs de téléphonie, etc. Autant de secteurs lourds qui ont été démasqués dans des pratiques d'ententes illicites sur les prix.

L'inflation qui n'est pas un sujet de la campagne électorale (chacun peut le noter) sera pourtant bel et bien au menu du deuxième semestre 2017. Inexorablement de retour particulièrement dans l'immobilier, elle va déclencher des phénomènes d'anticipations " auto-réalisatrices " qui ne vont pas simplifier la lourde tâche des responsables de la politique économique de la France et de l'Union.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 07/03/2017 - 18:30
Que Le FN qui nous explique que l'inflation est une bonne chose
nous explique enfin que la devaluation du franc pourvoyeur d'une inflation très forte va enrichir les français et la France nous explique comment ça peut se passer ? Ganesha qui defend cette thèse à longueur d'intervention va nous expliquer ce processus. Porte parole du FN de gauche sera certainement très à l'aise.