En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 11 heures 31 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 14 heures 42 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 16 heures 18 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 18 heures 11 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 19 heures 19 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 19 heures 55 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 21 heures 40 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 11 heures 54 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 12 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 15 heures 11 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 17 heures 39 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 18 heures 55 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 19 heures 34 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 21 heures 13 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 12 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 13 heures
© Reuters
© Reuters
Attention, danger

Quels sont les médicaments qui peuvent rendre impuissant ?

Publié le 24 février 2017
Si les troubles érectiles sont souvent liés à des facteurs physiologiques ou psychologiques, certains médicaments peuvent aussi jouer un rôle néfaste.
François Chast est professeur de pharmacie, Université Paris Descartes – USPC
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Chast
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Chast est professeur de pharmacie, Université Paris Descartes – USPC
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si les troubles érectiles sont souvent liés à des facteurs physiologiques ou psychologiques, certains médicaments peuvent aussi jouer un rôle néfaste.
Quels sont les médicaments qui peuvent rendre impuissant ?

François Chast, Université Paris Descartes – USPC

Notre auteur, professeur de pharmacie, exerce à l’hôpital public. Dans son livre « Les médicaments en 100 questions » (Éditions Tallandier), dont l’article ci-dessous est une adaptation, il aborde sans tabou les effets secondaires de certains médicaments sur la sexualité masculine.


La sexualité, question centrale du bien-être, n’est pas assez souvent prise en compte quand il s’agit de suivre un traitement, pour le patient, ou de le prescrire, pour le médecin. Vaste sujet que l’on évoquera ici uniquement sous l’angle des médicaments qui induisent des « dysfonctionnements érectiles », autrement dit des problèmes d’érection chez les hommes.

L’érection est l’aboutissement d’un processus physiologique complexe conduisant à la relaxation des artères péniennes et au gonflement du pénis. À l’échelle cellulaire, la dernière étape est l’action du monoxyde d’azote (NO), un gaz libéré depuis l’endothélium (la paroi intérieure) des vaisseaux sanguins sous l’effet d’une stimulation sexuelle. Et tant que dure cette stimulation, l’érection peut être poursuivie, d’un point de vue physiologique.

L’action du NO, d’ailleurs, n’est pas propre au pénis. De manière plus générale, le système cardiovasculaire l’utilise comme molécule de signalisation pour permettre aux vaisseaux sanguins de se relâcher ou de se dilater – une découverte remontant à une trentaine d’années, qui valu à ses auteurs le prix Nobel de médecine en 1998.

Derrière ces troubles, des facteurs physiologiques, psychologiques…

Si des troubles de l’érection se présentent, ils peuvent être liés à des facteurs physiologiques, par exemple des troubles prostatiques, vasculaires ou neurologiques, le diabète, l’hypogonadisme (défaut de production de testostérone ou de sperme), ou des facteurs psychologiques comme le stress ou la dépression. Certains médicaments peuvent aussi être à l’origine de ces troubles. Il convient d’adapter les thérapeutiques si celles-ci viennent véritablement bouleverser la qualité de vie.

Ainsi, les causes médicamenteuses doivent être systématiquement examinées. D’abord parce qu’elles sont probablement plus fréquentes qu’on imagine. Ensuite, parce que ces causes sont plus simples à « gérer » que des troubles fonctionnels ou des maladies chroniques.

Quels médicaments peuvent être à l’origine de ces problèmes  ? Les psychotropes, avec les antidépresseurs tricycliques comme l’imipramine (Tofranil) et la clomipramine (Anafranil), ou les sérotoninergiques comme la paroxétine (Deroxat) ou la fluoxétine (Prozac), le citalopram (Seroplex), sont fréquemment mis en accusation. Tout comme les neuroleptiques (Largactil, Haldol, Abilify).

Un certain nombre de médicaments antiandrogènes (Androcur) sont néfastes au développement de la sexualité. Plus généralement, la plupart des médicaments utilisés pour traiter le cancer de la prostate ont ce même effet.

Parfois en cause, des traitements contre les maladies cardiaques

Parmi les médicaments à visée cardiovasculaire, les anti-hypertenseurs sont souvent en cause. Toutes les familles de médicaments prescrits pour le traitement de l’hypertension artérielle (HTA) peuvent avoir un effet négatif sur le fonctionnement érectile. Les diurétiques thiazidiques, toujours prescrits en cas d’HTA, au même titre que les bêtabloquants, sont souvent redoutés pour cette raison par les hypertendus. Mais les inhibiteurs de l’enzyme de conversion (IEC) et les antagonistes calciques sont également fauteurs de troubles. D’autres médicaments à visée cardiovasculaire comme la digoxine, l’amiodarone (Cordarone) et le disopyramide (Rythmodan), ainsi que les statines, le sont également.

Ainsi, certains médicaments présentent une facette nuisible à l’épanouissement de la sexualité, trop souvent cachée au malade par le médecin prescripteur.

En aucun cas le traitement antihypertenseur ne devra être arrêté. D’autant que l’hypertension artérielle peut être, en elle-même, une des causes du trouble érectile. Difficile, en somme, de distinguer l’effet éventuel du médicament de celui de la maladie. On peut proposer dans cette situation un traitement alternatif, ou bien adjoindre sans difficulté du sildénafil, plus connu sous le nom de Viagra, et ce chaque fois que le patient le jugera utile. Le Viagra ou ses analogues comme Levitra ou Cialis ne sont pas contre-indiqués en association avec les antihypertenseurs.

Le Viagra et ses analogues, un recours possible

La commercialisation du Viagra, il y a une vingtaine d’années maintenant, a singulièrement modifié la relation entre médicament et sexualité. On a beaucoup disserté sur son utilisation ou celle de ses analogues pour « sécuriser » la sexualité masculine, qui elle-même « fidéliserait » le bonheur féminin… Cette molécule constitue, en tout cas, un recours possible en cas de trouble érectile lié à la prise d’un médicament dont on ne peut se passer.

Utiliser le Viagra n’est cependant pas toujours possible. La contre-indication est absolue en cas de prise d’un dérivé nitré (Trinitrine, Risordan ou Monicor, etc.) utilisé dans l’angine de poitrine ou à un alpha-bloquant (type Xatral) utilisé dans le traitement de l’hypertrophie bénigne de la prostate. Dans ce cas, le risque d’hypotension est sévère et potentiellement mortel – il faut donc oublier le Viagra.

Couverture du livre, paru le 15 septembre 2016. Tallandier

Si l’abstinence devient un problème insurmontable, le patient peut toutefois tester l’effet d’une petite dose de Viagra sur sa tension artérielle en pratiquant une auto-mesure de sa tension une heure après l’absorption de Viagra ou de Levitra, deux heures après Cialis. Il doit alors vérifier que celle-ci n’est pas inférieure à 90/60 mm de mercure. Cette surveillance de la tension artérielle peut lui apprendre jusqu’où il ne doit pas aller en prenant deux médicaments séparément bien tolérés, mais dont l’association est potentiellement très dangereuse.

Parler de ses difficultés avec son médecin, ou échanger avec son pharmacien en choisissant un endroit discret de l’officine, est de nature à briser le tabou, comprendre la source de ses troubles et, le cas échéant, trouver comment contourner la difficulté.

The Conversation

François Chast, Professeur de pharmacie, Université Paris Descartes – USPC

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

02.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

03.

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

04.

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

05.

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

06.

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

07.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Mal nommer les choses : Emmanuel Macron en plein vertige camusien face aux députés LREM

03.

Le glyphosate : un coupable (trop) idéal

04.

Dissolution de l’ordre public : le vrai procès du siècle que les Français devraient intenter à l’Etat

05.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

06.

Pourquoi le GriveauxGate n’est pas qu’une question de sexe

01.

Les ébats sexuels de Griveaux ? Mais on s'en branle !

02.

Ce que la peur du candidat surprise pour 2022 nous dit de l’état de LREM et de la France

03.

Benjamin Griveaux retire sa candidature à la mairie de Paris après la diffusion de messages et de vidéos à caractère sexuel

04.

Bernard-Henri Lévy : “Les élites n’oublient pas les Français qui souffrent mais les Français, eux, oublient souvent ceux qui souffrent ailleurs dans le monde”

05.

Chantage à la vie privée : le vertige orwellien du monde contemporain

06.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires