En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants ?

02.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

03.

Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions

04.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

05.

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

06.

Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.

07.

Une arme de destruction massive contre l’écriture inclusive : le boycott

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

04.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

05.

Elon Musk affole la twittosphère en affirmant que les pyramides d’Egypte ont été construites par… des aliens

06.

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

01.

Les dangereux arguments employés par les soutiens de la PMA pour toutes

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

Marine Le Pen est bien partie pour devenir présidente des Républicains

05.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

06.

Relocaliser l’alimentation : une vraie bonne idée ?

ça vient d'être publié
décryptage > France
Ensauvagement

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

il y a 26 min 42 sec
décryptage > Santé
Sevrage

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

il y a 1 heure 18 min
décryptage > Europe
Business

Ces femmes qui, dans l’Histoire, ont changé le monde. Aujourd’hui, Margaret Thatcher

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Environnement
Un mal pour un bien ?

Le gouvernement veut réintroduire les néonicotinoïdes pour sauver les betteraves et voilà pourquoi il n’y a pas lieu de s’inquiéter pour les abeilles

il y a 1 heure 50 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

La France des caïds : le bandit qui murmurait à l’oreille du RSI

il y a 1 heure 55 min
pépites > International
Espoir pour les familles
Explosions à Beyrouth : un compte Instagram aide les habitants de la ville à retrouver les personnes disparues
il y a 15 heures 23 min
pépite vidéo > Environnement
Filière menacée
Pesticides : une dérogation accordée par le gouvernement pour sauver la culture de la betterave
il y a 16 heures 55 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le singe prend un bain et quand Mademoiselle souffle vingt bougies : c’est l’actualité aoûtienne des montres
il y a 18 heures 11 min
light > Culture
Disparition
Mort du philosophe Bernard Stiegler à l’âge de 68 ans
il y a 20 heures 47 min
pépite vidéo > Santé
Recommandations
Canicule et coronavirus : les bons gestes à adopter
il y a 21 heures 51 min
décryptage > Sport
Football

Juventus/Lyon : malgré sa défaite, l'Olympique Lyonnais arrache sa qualification et affrontera Manchester City en quarts de finale de la Ligue des Champions.

il y a 1 heure 11 min
décryptage > International
Ingérence ?

Ces répliques du Hezbollah et de l’Iran auxquelles pourrait s’exposer Emmanuel Macron

il y a 1 heure 24 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Emmanuel Macron exhibe son engin (à moteur) et Voici pense qu’il ne s’épile plus; Nicolas S. & Carla Bruni saluent leurs fans; Joey Starr, Cauet &Clara Luciani amoureux, Charlize Theron en couple avec elle-même; Justin Bieber veut sauver Kim K. & Kanye W.
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Société
Danger classé X

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants ?

il y a 1 heure 54 min
décryptage > International
Détresse psychologique

Voulez-vous savoir pourquoi Michelle Obama fait une dépression ? C’est à cause de Trump

il y a 1 heure 55 min
pépites > International
Liban
Explosions à Beyrouth : le président libanais Michel Aoun rejette l’organisation d’une enquête internationale
il y a 16 heures 1 min
Liban
Beyrouth : la maison de Carlos Ghosn a été détruite par les explosions
il y a 17 heures 39 min
pépites > France
Enquête
Incendie à Anglet : un mineur de 16 ans mis en examen pour "destruction volontaire"
il y a 20 heures 5 min
pépites > Santé
0.800.06.66.66
Canicule et vague de chaleur : le ministre de la Santé, Olivier Véran, annonce la création d’un numéro vert
il y a 21 heures 27 min
décryptage > Santé
Transport collectif

Train ou avion ? Le point sur les risques d’être contaminé par la Covid-19

il y a 1 jour 18 min
© Reuters
© Reuters
Réseaux sociaux

Rester en contact avec ses amis, c’est fini : comment Facebook n’a plus rien à voir avec ce qu’il était à sa création

Publié le 17 février 2017
Facebook n'a plus grand chose à voir avec ce qu'il était à l'origine. Il n'est désormais plus questions de garder contact avec ses "amis" mais d'utiliser le réseau social aussi à des fins professionnels.
Nathalie Nadaud-Albertini
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nathalie Nadaud-Albertini est docteure en sociologie de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales et correspondante au Centre de Recherche sur les Médiations de l’Université de Lorraine.  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Facebook n'a plus grand chose à voir avec ce qu'il était à l'origine. Il n'est désormais plus questions de garder contact avec ses "amis" mais d'utiliser le réseau social aussi à des fins professionnels.

Atlantico : Facebook va bientôt permettre à des entreprises de publier des offres d'emploi sur son réseau social. Une mesure qui concurrencera directement LinkedIn, ou son équivalent français Viadeo. Qu'est-ce que ce nouveau service nous révèle de l'utilisation que nous faisons du réseau social, et notamment de notre rapport à ce qui est privé sur internet, de la barrière entre vie intime et professionnelle en ligne ?

Nathalie Nadaud-Albertini : Le fait que Facebook rende bientôt possible la publication d’offres d’emploi montre une évolution. Lors de son appariation, on considérait que ce réseau fonctionnait en circuit clos en n’incluant que des proches. Une sorte de club privé numérique où l’on pouvait prendre plaisir à un entre-soi, sans regard extérieur. On pensait donc que l’on pouvait s’y comporter comme à une soirée entre amis, et y poster des contenus (écrits ou images) illustrant l’amitié et la complicité, y compris sous forme de « délires ». Puis, est arrivée la crainte qu’un éventuel employeur prenne connaissance de ces récréations numériques. On disait alors : « attention aux comptes Facebook à votre nom ! Les employeurs regardent ! Créez des comptes sous pseudos ! ». A partir de ce moment, on a pris conscience que Facebook n’était pas uniquement un entre-soi intime mais une véritable mise en scène publique de soi. Certains ont alors créé différents comptes : un public sous leur véritable nom, un privé sous pseudo.  Certains se sont contentés de créer un compte sous pseudo pour n’utiliser le réseau social qu’avec des proches. A l’heure actuelle, le Facebook sous pseudo n’est plus possible, ou du moins il restreint beaucoup l’usage du réseau, quand il n’est pas carrément suspect. Car aujourd’hui les employeurs disent : « vous n’avez pas de Facebook ? Qu’avez-vous donc à cacher ?! ». Et finalement la majorité des utilisateurs se sert de Facebook sous  son véritable nom. On fait tout sur un même compte, mais on ne le fait pas au même endroit.

En bref, on est passé d’une utilisation très personnelle, réservée à un cercle d’intimes, à une utilisation plus publique et plus protéiforme où l’on mélange vie privée et vie professionnelle.

Après l'engouement "indiscipliné" pour les réseaux sociaux au début des années 2 000, pensez-vous que les utilisateurs aient pu acquérir une certaine maturité en ligne ? Accès à l'information, vitrine professionnelle... Comment l'utilisation de Facebook par ses membres a-t-elle évolué ces dernières années ?

Disons que les utilisateurs se sont familiarisés avec Facebook et qu’ils ont appris à l’utiliser sur plusieurs niveaux allant de l’intime au professionnel. Il y a une sorte de topographie du compte Facebook qui aménage des lieux plus ou moins privés ou plus ou moins publics selon les cas. Bien sûr, on peut toujours paramétrer son compte pour le restreindre aux amis et ne rendre son contenu accessible uniquement par des amis. C’est possible,  mais dans les faits, c’est très contraignant. Car cela prive l’utilisateur de possibilités de rencontres potentiellement intéressantes qu’il ne pourrait pas faire grâce aux interactions de sa vie quotidienne. Donc la plupart des gens ont une utilisation similaire de Facebook, sur plusieurs niveaux.

Souvent, le « journal » (l’ancien « mur ») est pensé comme une sorte de lieu public où n’importe qui peut venir. On n’y postera que ce que l’on serait prêt à présenter de soi  sur une place publique, un peu comme on le ferait sur Twitter mais avec un nombre de caractères plus élevé. Les échanges à caractère plus personnel se font en messages privés via Messenger ou par la création de groupes qui prend part à tel ou tel événement, l’organisation d’un anniversaire ou le fait d’aller ensemble à un spectacle par exemple.  D’ailleurs, l’habitude d’utiliser d’autres réseaux sociaux comme Twitter considérés comme plus publics que Facebook a aidé à identifier le niveau de publicité ou d’intimité requis en fonction de l’endroit où on se trouve sur Facebook. Tout comme la panique suscitée par le « faux bug » de 2012. Vous savez, cette information qui avait circulé fin 2012 selon laquelle il y aurait eu un bug sur le réseau social qui aurait dévoilé publiquement certains messages privés. En fait, les utilisateurs pensaient avoir posté ces contenus de façon privée alors qu’elles l’avaient été sur leur « mur », c’est-à-dire publiquement. Et d’autant plus publiquement que le paramétrage de ce qui était privé ou public avait subi des modifications en 2009 et en 2010. C’est-à-dire qu’un utilisateur non attentif ou qui aurait suivi les recommandations de Facebook aurait vu devenir publics des contenus auparavant uniquement accessibles à ses amis. De tels « incidents » ont incité les utilisateurs à séparer vie privée et vie publique sur Facebook.

L’habitude de voir au fil du temps Facebook utilisé par des marques ou de personnes publiques a également contribué à amener les utilisateurs à naviguer entre la dimension privée et la dimension professionnelle/publique sur Facebook. Quitte à les mêler parfois. Par exemple, un ami vous invitant à aimer la page d’une marque de T-shirts est la traduction numérique d’une conversation que l’on aurait pu avoir en face-à-face à propos de cette marque. Sur le mode du : « J’aime bien ces T-shirts, tu connais ? 

-          Non. C’est quoi ?

-          Ce sont de T-shirts qui … etc. ».  

Le fait que son compte Facebook devienne de plus en plus une vitrine publique laisse-t-elle la place à d'autres réseaux sociaux qui eux proposeraient un vrai espace dédié à ses amis, à sa famille ? 

J’ai envie de vous répondre : oui et non… Oui, parce que l’envie d’un réseau qui serait un lieu numérique réserve aux intimes reste tentante. Mais, je me demande si cela ne relève pas de l’ordre du fantasme. Car, les gens ont pris l’habitude d’utiliser les réseaux sociaux y compris pour leur caractère public. Et puis, il y a aussi le fait que l’on se dit que plusieurs réseaux sont nés sous le signe d’un entre-soi en ligne, et ont ensuite évolué vers des usages plus publics et plus professionnels, Facebook ou MySpace notamment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires