En direct
Best of
Best of du 8 au 14 février
En direct
ça vient d'être publié
light > Insolite
L'habit ne fait pas le moine
Elle simule un voyage à Bali depuis Ikea
il y a 5 heures 38 min
pépites > International
La gestion politique du Coronavirus
Un avocat chinois arrêté pour avoir critiqué la gestion de l'épidémie par les autorités
il y a 6 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "Le fantôme d'Aziyade" de Pierre Loti : Quête initiatique, nostalgique et fascinante sur les rives de l'amour et du Bosphore

il y a 8 heures 50 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 17 février en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 10 heures 26 min
décryptage > Société
Engagez-vous qu'ils disaient

Piot Pavlenski : artiste, voyou, les deux ?

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Politique
Honneur au courage malheureux

Municipales : Agnès Buzyn meurt et ne se rend pas

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Economie
Jalousie

Pourquoi Renault n’a pas fini d’être jaloux de Tesla

il y a 13 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Santé, retraite : le secteur de l‘assurance fait le pari d’être moins cher et plus efficace que la sécurité sociale ...

il y a 14 heures 2 min
décryptage > Politique
Post Griveaux

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

il y a 15 heures 48 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Allemagne : Le gouvernement condamne des projets d’attentats « effrayants » contre plusieurs mosquées
il y a 1 jour 7 heures
pépites > International
Le Camp des saints
La population grecque redoute l'invasion migratoire
il y a 6 heures 1 min
pépites > Politique
Nouveau rebondissement
La compagne de Piotr Pavlenski mise en examen
il y a 6 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre : "Tu seras un homme, mon fils" de Pierre Assouline : Un portrait inattendu, saisissant et remarquable de Rudyard Kipling

il y a 9 heures 18 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Les mésaventures d’Erdogan en Syrie

il y a 11 heures 46 min
décryptage > Politique
A l'école du politique

Quatre leçons de l’affaire Griveaux : du narcissisme à la sécurité nationale en passant par la politique

il y a 12 heures 34 min
décryptage > Religion
Pas d'amalgames

Les Imams d'Europe se mobilisent contre la radicalisation… sans grandes perspectives de succès

il y a 13 heures 2 min
décryptage > Politique
Pas d'union à l'horizon

Municipales : Marine Le Pen maintient sa fervente opposition à l’union (locale) des droites

il y a 13 heures 41 min
décryptage > Société
Je t’aime moi non plus

Liaison fatale : avoir ou ne plus avoir un smartphone, telle est la question

il y a 15 heures 20 min
décryptage > Politique
Les entrepreneurs parlent aux Français

La vertu française, un puritanisme venu d’ailleurs ? Liberté française ubérisée ?

il y a 1 jour 6 heures
pépites > Société
Mobilisation
Appel des taxis parisiens à manifester vendredi devant la Gare de Lyon
il y a 1 jour 7 heures
THE DAILY BEAST

Mer de Chine : les propos de Tillerson, futur ministre des Affaires étrangères américain, risquent-ils de provoquer une guerre entre Pékin et Washington ?

Publié le 20 janvier 2017
La prise de position de Tillerson marque un changement radical dans la politique de Washington envers l'Empire du milieu. Mais jusqu'où chacun est-il prêt à aller ?
Gordon G. Chang est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gordon G. Chang
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gordon G. Chang est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La prise de position de Tillerson marque un changement radical dans la politique de Washington envers l'Empire du milieu. Mais jusqu'où chacun est-il prêt à aller ?

The Daily Beast par Gordon G. Chang

Vendredi 13 janvier, Pékin menace les Etats-Unis d’une "guerre à grande échelle" .

"Préparez-vous pour un affrontement militaire" écrit un quotidien chinois en anglais, le quasi officiel, Global Times dans un éditorial.

Pékin réagit, ainsi, durement après les remarques faites par Rex Tillerson (choisi par Donald Trump pour être son secrétaire d'Etat, le futur ministre des Affaires étrangères américain, qui devrait succéder à John Kerry) lors de son audition par les élus. "Nous allons devoir envoyer à la Chine un signal clair pour qu’elle stoppe la construction sur certaines îles et, deuxièmement, lui faire comprendre que nous ne l’autorisons pas, non plus, à accéder à ces îles," a-t-il déclaré devant la commission des Affaires étrangères du Sénat, le Senate Foreign Relations Committee, mercredi.

Tillerson a également dit que la militarisation de certaines îles par la Chine "ressemble à l’annexion de la Crimée par la Russie."

Les observateurs ont été surpris par les paroles de Tillerson, qui marquent un changement radical dans la politique américaine envers la Chine. Pourtant, son approche générale à l'égard de Pékin, malgré toutes les critiques de ces derniers jours, est la bonne.

La Chine a construit en posant du ciment sur les récifs de corail, un peu partout dans le sud de la mer de Chine, mais surtout dans les iles Spratleys et Paracel. Pékin a commencé au début de 2014 dans les Spratleys, dans la partie sud de cette zone, créant plus de 12 km2, sur et autour de sept récifs. L’amiral Harry Harris, commandant des forces américaines dans le Pacifique, parle de la création, par la Chine d’une "grande muraille de sable."

Ces installations, ainsi que d’autres possessions de Pékin, donnent à la marine chinoise et à son aviation, la capacité de contrôler cette zone de la mer de Chine.

Le dirigeant chinois Xi Jinping, debout à côté du président Barack Obama dans le Rose Garden de la Maison Blanche en septembre 2015, avait déclaré qu'il n'y avait pas l'intention de militariser ces nouvelles possessions.

Malgré la déclaration de M. Xi, Pékin a presque immédiatement commencé à fortifier les îles. James Fanell, qui a récemment pris sa retraite après avoir été directeur des "Intelligence and Information Operations" for the U.S. Pacific fleet, a déclaré au Daily Beast, qu’il prévoit une nouvelle accumulation de moyens militaires sur ces ilots, y compris "le déploiement de chasseurs et bombardiers sur au moins une des trois nouvelles bases aéronavales, qui sera suivie par les escales, dans ces ports en eau profonde, de navires de guerre et de sous-marins de la marine chinoise".

L’Armée Populaire de Libération allait le faire cela de toute manière, note Fanell, et les militaires vont probablement accélérer la construction de fortifications, en utilisant le témoignage de Tillerson et d'autres déclarations de l’entourage de Trump comme prétexte. Fanell soutient que Pékin considère ces déclarations comme une « menace pour la souveraineté de la Chine ».

Pékin utilise le terme « sol national bleu » pour qualifier cette zone de la mer de Chine. Les cartes officielles de la Chine revendiquent environ 85 pour cent de la mer de Chine méridionale. Par ailleurs, les médias d'Etat, y compris l'agence Xinhua, disent que ce sont des eaux territoriales chinoises.

Les États-Unis et d'autres pays sont en désaccord, affirmant que la quasi-totalité de la mer de Chine méridionale fait partie des biens publics mondiaux. Et La Cour permanente d'arbitrage de La Haye a désavoué Pékin en mer de Chine, le 12 Juillet , en rendant une décision incompatible avec la quasi-totalité des prétentions chinoises.

La décision Philippines contre Chine basée sur la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer, a non seulement invalidé les revendications de la Chine sur les zones maritimes situées à l’intérieur de la « ligne en neuf traits » mais a également estimé que les constructions réalisées par la Chine sur ces ilots violaient les droits souverains des Philippines.

Jusqu'à présent, aucun pays ne s’est montré disposé à prendre des mesures pour faire appliquer la décision au-delà des condamnations théoriques de l'attitude de Pékin. Tillerson, lui, a promis que l'administration Trump allait agir.

Et ce n’est peut-être pas trop tôt, parce que la Chine fait non seulement fi de ses obligations, minant ainsi le droit international, mais elle essaie aussi de spolier ses voisins.

Le geste le plus important et le plus agressif de ces dernières années, c'est l’annexion du récif de Scarborough par Pékin. Au début de 2012, les navires philippins et chinois fourmillaient dans la région, située à seulement 124 miles nautiques (220 km) de la principale île philippine de Luzon. Scarborough, ce sont quelques rochers qui émergent de l’eau, mais stratégiques car ils contrôlent l’accès aux baies de Manille et Subic.

Washington a demandé aux deux parties de retirer leurs navires, mais seules les Philippines l’ont fait, laissant ainsi, à la Chine le contrôle du récif et de cet atoll.

Pour éviter la confrontation, l'administration Obama n'a rien fait pour faire respecter l'accord qu'elle venait de négocier. Comme Arthur Waldron, le grand historien de la Chine, à l'Université de Pennsylvanie, m'a dit dimanche "Ce laisser-aller est très dangereux."

La Maison Blanche en ne faisant rien à propos de Scarborough a justifié la position des éléments les plus belliqueux au sein du pouvoir chinois en montrant à tout le monde, à Pékin, que l'agression était une méthode efficace.

Et Waldron a raison. Les dirigeants chinois, enhardis par leur succès à Scarborough, ont immédiatement fait pression sur Tokyo pour obtenir les îles Senkaku en mer de Chine orientale, en envoyant continuellement leurs navires et aéronefs dans les eaux territoriales japonaises. En outre, la Chine a intensifié ses efforts pour annexer le récif de Second Thomas, une autre île de la mer de Chine du Sud, appartenant, elle aussi, aux Philippines.

"Xi Jinping ne va pas immédiatement reculer face aux menaces publiques de Trump" a dit Anders Corr (Corr Analytics) au Daily Beast samedi. Bien que Corr, un observateur averti de la Chine, considère le discours guerrier de Pékin, après le témoignage de Tillerson devant le sénat, comme une « fanfaronnade », beaucoup sont néanmoins préoccupés par un éventuel conflit entre les Etats-Unis et la Chine, à ce propos.

Et à cause de cela, certains pensent que les États-Unis devraient céder le contrôle de la mer de Chine méridionale à Pékin. Pourtant, l'histoire suggère que ce serait une erreur. «Chaque fois que la paix, vue comme un moyen d’éviter une guerre, a été l'objectif principal d'une puissance ou d'un groupe de puissances, l’équilibre mondial s’est trouvé à la merci du membre le plus impitoyable de la communauté internationale», a écrit Henry Kissinger, en tirant les leçons de la situation en Europe au moment du Congrès de Vienne dans la deuxième décennie du 19e siècle.

Par contre « Chaque fois que l'ordre international a considéré que certains principes ne pouvaient pas être remis en cause, même pour le bien de la paix, et de la stabilité, cela a permis de montrer que l’équilibre des forces fonctionnait. »

Pendant des décennies, à de nombreuses reprises, Washington a tenté de gérer la montée en puissance de la Chine, en essayant d'éviter la confrontation dans l'espoir que les dirigeants de Pékin finiraient par accepter les règles, les traités et les conventions du système international.

Tillerson mercredi, a tout simplement dit que l'administration de Trump ne va pas continuer sur cette voie. Au lieu d'être à la merci de Pékin, la nouvelle équipe au pouvoir aux USA, veut faire respecter les principes du droit international, dans les mers qui entourent la Chine et ailleurs.

Donc, mercredi,  à Washington, au Sénat, vous avez assisté à la fin de plus de quatre décennies de la politique américaine face à la Chine, et à l'énonciation d'une nouvelle approche qui peut sembler provocatrice, mais qui est en fait destinée à maintenir la paix.

Traduction Gilles Klein

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
edac44
- 19/01/2017 - 11:29
USA VS Chine : que la fête commence !...
Il semble que le proverbe "il faut montrer sa force pour ne pas avoir à s'en servir" risque d'être prochainement démenti. Peut-être va t-on assister un plus grand combat naval de ce dernier siècle, dernier parce qu'effectivement, vu l'arsenal de ces deux puissances, les dommages collatéraux risquent de ne plus permettre à quiconque sur Terre de s'en relever. "Il y a deux choses qui sont infinies" avait dit le Grand Albert Einstein, "l'univers et la connerie humaine" puis il ajouta "quoi que pour l'univers, je ne suis pas encore sûr !..."
vangog
- 19/01/2017 - 00:58
Les Chinois font ce que faisaient les socialistes
allemands en 1938, lorsqu'ils annexaient la région des sudetes tchécoslovaques, posant ainsi les prémices de la seconde guerre mondiale...les socialistes allemands profitaient alors de la faiblesse et des autres nations occidentales, USA compris, et de la complicité des dirigeants du Front populaire français, notamment le radical-socialiste Édouard Daladier qui signa les accords de Munich avec le socialiste Hitler...comme avant toute guerre, il faut la convergence d'un faible et d'un prédateur pour qu'éclate une guerre: Le faible fut Obama (et l'UE suiveuse) et le prédateur est la Chine, que les dirigeants veules ont laissé exercer sa prédation économique, depuis 2001 et son entrée dans l'OMC, l'encourageant ainsi à une prédation géographique, qu'il n'a pas manqué d'exercer... La genèse de cette crise qui ne manquera pas d'éclater est celle de toutes les guerres...espérons que Donald saura réparer les dégâts provoqués par la soumission d'Obama...
Anguerrand
- 18/01/2017 - 16:46
Enfin le seul pays ( USA) qui peut arrêter l'expansionnisme des
chinois semble vouloir mettre en garde ceux ci. Il ne faut pas oublier que les chinois construisent des îles artificielles en mer de Chine afin d'augmenter leur limites maritimes et surtout y installer des bases aériennes. Sans compter leurs prochaines vues sur Taïwan, la Chine veut même désarmer Taïwan en interdisant les ventes d'arme à Taïwan et qu'ils ne veulent subir la dictature communiste de la Chine continentale, et pour cause. Le niveau de vie de Taiwan est autrement plus elevé qu'en Chine et celle ci est une démocratie. Le " hic " c'est qu'une bonne partie de la dette américaine est détenue par la Chine. La solution n'est pas simple. Courage Donald.