En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

04.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

05.

Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement

06.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

07.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

03.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Grand nettoyage
Islamisme : Yannick Jadot demande la fin de "toutes les complaisances" dans les mairies et au gouvernement
il y a 11 heures 6 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Une galaxie naine est entrée en collision frontale avec la Voie lactée ; Osiris-Rex : la Nasa inquiète de perdre son précieux chargement prélevé sur l’astéroïde Bennu
il y a 13 heures 37 min
pépites > International
Tensions
Macron a rappelé à Paris l'ambassadeur de France en Turquie après l'insulte d'Erdogan
il y a 15 heures 39 min
décryptage > Economie
Les lignes bougent

Etats-Unis, Chine, Europe : quelle remondialisation ?

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Hélène Cixous ou l’empire des nuances

il y a 17 heures 23 min
décryptage > Education
Signes de faiblesses et de lucidité

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

il y a 17 heures 45 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Intégration et inégalités : comment la pensée décoloniale s’est propagée au sein des banlieues

il y a 18 heures 2 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Survivre : la quête de l’espèce humaine face aux multiples menaces

il y a 18 heures 5 min
décryptage > Politique
LFI (La France Islamiste)

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Société
Dangers du siècle

Pascal Bruckner : « Le rire et la moquerie peuvent suffire face aux guérilleros de la justice sociale, pas face à la menace islamiste »

il y a 18 heures 10 min
pépites > Société
Les affaires ont repris
Paris : la délinquance a explosé depuis le déconfinement
il y a 11 heures 33 min
pépites > Politique
Menace qui pèse sur la France
Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"
il y a 15 heures 24 min
décryptage > Politique
Non-débat

Pourquoi l’usage abusif de la honte comme argument politique est en train d’asphyxier notre démocratie

il y a 16 heures 59 min
décryptage > International
Coup diplomatique

Du blé contre la reconnaissance d’Israël par le Soudan

il y a 17 heures 19 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Climatisation à moindre impact : de nouvelles peintures pour bâtiments pourraient permettre de rafraîchir les immeubles
il y a 17 heures 30 min
décryptage > Histoire
Latrines

Des archéologues fouillent les restes de toilettes médiévales afin de mieux comprendre l'impact de notre régime alimentaire sur notre santé

il y a 17 heures 51 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

il y a 18 heures 4 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’absence de débouché politique face à la colère du peuple

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Emmanuel Macron : de la réforme à la transformation

il y a 18 heures 6 min
décryptage > Société
Etat profond

QAnon contre Antifas : pour de plus en plus de gens, la vérité est ailleurs. Et le problème est qu’ils ont partiellement raison…

il y a 18 heures 10 min
© Reuters
© Reuters
Rupture

Quand Obama et Trump bousculent tous les deux le statu quo du conflit israélo-palestinien (mais est-ce vraiment une mauvaise nouvelle ?)

Publié le 29 décembre 2016
Alors qu'aucun avancée significative dans le règlement du conflit israélo-palestinien n'a eu lieu au cours des dernières années, les récentes prises de position de Barack Obama et Donald Trump, bien que s'inscrivant dans des logiques opposées, rompent le statu quo en vigueur.
Frédéric Encel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Frédéric Encel est Docteur HDR en géopolitique, maître de conférences à Sciences-Po Paris, Grand prix de la Société de Géographie et membre du Comité de rédaction d'Hérodote, l'auteur a fondé et anime chaque année les Rencontres internationales...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors qu'aucun avancée significative dans le règlement du conflit israélo-palestinien n'a eu lieu au cours des dernières années, les récentes prises de position de Barack Obama et Donald Trump, bien que s'inscrivant dans des logiques opposées, rompent le statu quo en vigueur.

Atlantico : Alors que Barack Obama s'est abstenu lors du vote de la résolution onusienne condamnant la colonisation israélienne, Donald Trump a nommé David Friedman, un extrémiste juif qui souhaite reconnaître Jérusalem comme capitale de l'Etat hébreu, au poste d'ambassadeur des Etats-Unis en Israël. Dans quelle mesure les décisions de Trump et Obama, bien que s'inscrivant dans des logiques contraires, peuvent-elles "raviver" le conflit israélo-palestinien ? Les Etats-Unis sont-ils en train de rompre avec le statu quo qui prévalait jusqu'alors ?

Frédéric Encel : Je vous dirais qu'en dépit de leur caractère assez spectaculaire, ces deux prises de position ne me semblent pas de nature à raviver le conflit, pour deux raisons. D'abord, la résolution onusienne irrite certes les Israéliens mais, votée au titre du Chapitre VI de la Charte des Nations unies, elle ne prévoit pas de sanctions (tout en étant en principe contraignante) ; donc le gouvernement Netanyahou serait mal inspiré d'aller au-delà des simples condamnations verbales et autres convocations d'ambassadeurs, puisqu'il apparaîtrait comme provoquant l'intégralité de la communauté internationale en risquant même à terme une condamnation au titre du Chapitre VII. Quant à la nomination décidée par Trump, il n'est pas sûr qu'elle soit suivie d'effet ; je rappellerais volontiers que tous les présidents, depuis 1995, avaient promis au cours de leurs campagnes électorales respectives de déplacer l'ambassade américaine de Tel Aviv à Jérusalem sans jamais s'exécuter par la suite ! Ensuite, deuxième raison qui me fait douter d'un "réchauffement" du conflit : le contexte proche et moyen-oriental lui-même. Depuis au moins le Printemps arabe de 2011, le conflit israélo-palestinien est ravalé au rang de simple contentieux et ne suscite qu'indifférence, non seulement de la part des grandes puissances (France exceptée) mais aussi des régimes arabes eux-mêmes, qui parfois sont très concrètement alliés d'Israël face aux djihadistes ou à l'Iran ! Et il en va ainsi dans les opinions publiques, plus interpellées aujourd'hui par une guerre en Syrie d'une cruauté inouïe ayant déjà fait en cinq ans trois fois plus de tués et dix fois plus de réfugiés qu'en soixante-dix ans de confrontation israélo-arabe ! Sans parler de la dangereuse montée de tension entre Occidentaux et Russes, du fossé chiites/sunnites dans le monde musulman, ou de ce que j'appelle la balkanisation du monde arabe, de la Somalie à la Syrie et de l'Irak au Yémen... Vous voyez, par rapport à ce schéma général de chaos, même les deux faits - importants et que vous mentionnez à juste titre - paraissent bien secondaires.  

Comment appréhender cette rupture avec le statu quo ? Dans quelle mesure peut-elle permettre de faire avancer un dossier qui semblait bloqué depuis des années ? 

Je ne suis pas certain qu'on puisse parler de "rupture du statu quo". Certes, Washington ne s'était pas abstenue depuis 1979 et 1988 sur des choix onusiens aussi importants liés à Israël, mais au fond, la diplomatie US a toujours considéré très officiellement, et cela dès 1967, que les implantations étaient illégales et constituaient un "obstacle à la paix". D'ailleurs, même Barack Obama a poursuivi et jusqu'à ces toute dernières semaines un étroit partenariat militaire et un soutien économique sans faille en faveur de l'Etat hébreu. Surtout, cette "rupture" risque d'être bien éphémère ; si le président élu Donald Trump décide en effet d'être cohérent après sa prise de fonction du 20 janvier prochain, il condamnera la résolution onusienne mais cette fois ès-qualité de président. Un poste qu'il occupera quatre années au moins...      

Néanmoins, que laissent présager les décisions et déclarations de Donald Trump ? Alors que les Etats Unis avaient traditionnellement un rôle de médiateur dans la région du Proche-Orient, la présidence Trump peut-elle enterrer définitivement toute solution à deux Etats ?

Grande question ! La vérité, c'est qu'au regard de ses prises de position de campagne extrêmement contradictoires, on éprouve bien des difficultés à tracer des perspectives claires. Cela dit, ses nominations aux principaux postes diplomatiques et militaires laissent entrevoir la poursuite du soutien à Israël. Mais quand on a dit cela, on n'a pas dit grand chose : à quelle condition ce soutien se poursuivrait-il ? Quelles seraient les exigences de Trump en contrepartie ? Jouera-t-il un rôle de médiateur à la façon d'un George Bush (père) en 1991 à Madrid ou d'un George Bush (fils) en 2007 à Annapolis ? Seule certitude à mes yeux : les Etats-Unis ne devraient pas abandonner la solution des deux Etats ; c'est à terme la seule crédible et acceptable...

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 29/12/2016 - 18:46
Conflit
Ca fait combien d'années qu'on parle du règlement du conflit?
On dirait que quand les diplomates n'ont plus rien à dire ils se penchent à nouveau sur le problème qui n'en est peut-être pas un.
ikaris
- 29/12/2016 - 17:31
L'heure du "vivre ensemble"
En tant que français on ne peut qu'être assez distant de ce conflit qui ne nous regarde pas dans un région où nous n'avons été guère actifs depuis les croisades. Une solution à 2 états n'est pas viable pour un futur état palestinien : séparé en 2, surpeuplé, sans ressources, amoindri de zones de sécurité israëliennes, avec des axes de communication à rajouter en doublon de ceux des palestiniens c'est une blague. Pourquoi ne pas faire bénéficier Israël de tous les théoriciens du vivre ensemble d'origine juive dont nous disposons en France ? BHL, Bernard Kouchner, Askolovitch les membres du CRIF et de la LICRA ... ils transposeront sans problème au contexte d'un état multiconfessionnel israelo-palestinnien leur belles idées ... et ceux qui ne seront pas d'accord seront qualifié de fascisto-populistes.
Marie Esther
- 29/12/2016 - 14:19
Le problème c'est que l'AP
ne veut pas négocier : Taba, les propositions d'Olmert.... Toujours plus. Non, Israël n'est pas obligé, il a gagné les guerres contre la Jordanie et l'Egypte qui se sont déssaisies des territoires.
Et puis il y a eu gel total des implantations pendant 10 mois sous le premier mandat d'Obama. Et puis il y a eu le simulacre du gouvernement de réconciliation entre Fatah et Hamas car on ne parle pas du tout de Gaza dans ces nouvelles déclarations.
Bref de l'esbrouffe d'Obama pour ennuyer Netanyahou et Trump et mettre de l'huile sur le feu.
Heureusement la résolution est prise sous chapitre 6, donc non contraignantes
pour finir un conseil aux lecteurs : lire le remarquable article sur le blog de Michel Gurfinkiel sur l'Onu et le droit international.
Bref j'espère en Trump, qu'il sera au minimum pour une solution juste et équilibrée en faveur de 2 états mais en pensant à limiter la capacité de nuisance de certains (et si le Hamas remportait les élections si un jour elles ont lieu en Judée Samarie) et à consolider la défense de l'Etat d'Israël vu l'exiguïté de son territoire et la nécessité impérieuse de se défendre car la mentalité de ses voisins ne changera pas demain.