En direct
Best of
Best of du 12 au 18 janvier
En direct
© Wikipédia commons
C'est raté
Et pan pour la France : quand les confidences du ministre espagnol des Finances révèlent la dernière déroute européenne en date de François Hollande
Publié le 23 décembre 2016
Le ministre des Finances espagnol Luis de Guindos a révélé comment l'Espagne a été exclue du directoire de la BCE à la fin de l'année 2012. L'échec des manœuvres tentées à cette occasion par François Hollande n'a fait que sceller sa perte d'influence au niveau européen.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre des Finances espagnol Luis de Guindos a révélé comment l'Espagne a été exclue du directoire de la BCE à la fin de l'année 2012. L'échec des manœuvres tentées à cette occasion par François Hollande n'a fait que sceller sa perte d'influence au niveau européen.

Atlantico : Ce mardi 20 décembre, le ministre des Finances espagnol a déclaré "Ils m'ont dit que l'Espagne n'aurait pas de représentant à la BCE, c'est la réalité", revenant ainsi sur une nomination ayant eu lieu en 2012. Comment expliquer l'éviction de l'Espagne de la BCE, et son remplacement par un membre luxembourgeois ?

Nicolas Goetzmann : À la fin de l'année 2012, un siège était vacant au sein du directoire de la BCE. Dès l'été, l'Eurogroupe alors présidé par Jean-Claude Juncker proposait la nomination d'un Luxembourgeois, Yves Mersh, à cette place, ce qui permettait de remplacer un membre par une personnalité plus en ligne avec les "souhaits" de Berlin. Dans les faits, il s'agissait de remplacer le membre espagnol du directoire, José Manuel Gonzales-Paramo, alors que l'Allemagne ne voulait plus de l'Espagne au sein de la BCE, en raison de ses déboires économiques et de sa situation budgétaire. C'est ce qui est révélé par la déclaration de Luis de Guindos, le ministre des Finances espagnol. L'Espagne a protesté à cette occasion, notamment sur la base de son poids démographique au sein de la zone euro, et a tenté d'éviter son exclusion.

Le résultat de cette opposition a été un vote défavorable du Parlement européen à la nomination d'Yves Mersh, mais sur la base du fait qu'il n'était pas une femme, ce qui permettait peut-être de mobiliser un peu plus les parlementaires à cette question. C'est un point aberrant : le Parlement était dérangé par la masculinité du candidat, et non par son positionnement rigoriste au sein de la BCE, pas plus que par l'exclusion de l'Espagne du directoire. Le résultat a été de voir le Conseil européen passer outre l'avis défavorable du Parlement, pour nommer Yves Mersh à la BCE. Et ce, alors même qu'il existait un accord tacite sur une présence de l'Espagne au sein de l'institution de Francfort. Il s'agit une nouvelle fois d'un élément qui permet de mettre en évidence le changement de nature des institutions européennes au cours de ces dernières années.

Quelle a été la position de la France sur cette question ?

Cet épisode remonte à 2012. François Hollande est Président depuis peu. Malgré ses promesses de campagne concernant le pacte budgétaire européen (TSCG), le Parlement français adopte le texte le 11 octobre 2012, ce qui sera déjà perçu comme une défaite pour le Président. Cependant, il n'est pas du tout avéré que François Hollande ait tenté quoi que ce soit à ce sujet.

Mais c'est différent concernant les nominations. En l'espèce, François Hollande s'était initialement opposé à la proposition de placer Yves Mersch au sein de la BCE, pour faire traîner, et pour permettre une négociation à l'occasion du choix de la personne qui prendra la tête de l'Eurogroupe. À cette date, c'était Wolfgang Schäuble, le ministre des Finances allemand, qui tenait la corde pour ce poste. Et François Hollande s'y est opposé. Le résultat est que la négociation a abouti à ce que François Hollande accepte la nomination d'Yves Mersh au sein du directoire de la BCE ainsi que celle de Jeroen Dijsselbloem à la tête de l'Eurogroupe, qui représente pourtant exactement la même vision que Schäuble.

À partir de là, deux hypothèses. Soit François Hollande voulait tenter un coup politique en essayant d'assouplir les positions économiques européennes, et il a assez clairement échoué, soit cela n'était pas son intention et ses nominations ne lui ont pas posé de problème. La vérité est sans aucun doute entre les deux, François Hollande s'est contenté de cette situation. Parce que la "non nomination" de Wolfgang Schäuble n'est qu'une victoire de façade, elle ne change en rien l'orientation politique de l'Eurogroupe.<

/p>

Quelles ont été les conséquences de ces prises de position ?

La succession des évènements, entre Pacte de stabilité et nominations, a mis François Hollande hors-jeu au niveau européen. Il n'a jamais pu peser sérieusement sur les évènements. L'épisode de décembre 2012, raconté par le journaliste Jean Quatremer vient consolider le résultat de cette déroute :

"Alors que Van Rompuy insiste auprès d’une Angela Merkel inflexible, lors d’une trilatérale, Hollande le coupe brutalement : 'Herman, tu as entendu Angela : elle ne veut pas. Alors, arrête !' Le président du Conseil européen n’en est toujours pas revenu d’avoir ainsi été lâché en pleine campagne par celui qui voulait réorienter l’Europe…"

Ensuite, ces décisions ont eu des effets au niveau institutionnel. Parmi les six membres du directoire de la BCE, deux sont considérés comme des rigoristes, ce sont les deux dernières nominations, soit celles de Yves Mersch et de Sabine Lautenschläger. Or, la position du directoire est déterminante dans le vote final, elle offre une sorte de vote double aux pays représentés. Les nominations ont donc pu, au moins en partie, bloquer la relance souhaitée par Mario Draghi.

Les prochaines nominations arriveront en série en 2018 et en 2019, où les membres portugais (Vitor Constancio), français (Benoît Coeuré), italien (Mario Draghi) et belge (Peter Praet) seront remplacés. Outre les hommes qui seront choisis, ce sont les pays représentés qui seront également en question. Pour l'avenir de la zone euro, ces nominations seront essentielles parce qu'elles guideront le futur développement économique de la zone. L'Allemagne est parvenue à remporter les deux premières manches.

Quant à la prise de position de Jeroen Dijsselbleom à la tête de l'Eurogroupe, elle s'illustre avant tout par un positionnement ultra-rigoriste vis-à-vis de la Grèce. Le dernier exemple en date est révélateur. C'est Jeroen Dijsselbloem qui a annoncé la volonté de ne plus accepter un allègement de la dette du pays, au motif qu'Alexis Tsipras avait décidé de verser des primes de Noël aux retraités. Cette déclaration n'a pas été validée par l'ensemble des membres de l'Eurogroupe, mais simplement soufflée par Wolfgang Schäuble.  

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Changement climatique : Alexandria Ocasio-Cortez déclare que "le monde touchera à sa fin dans 12 ans"
02.
La tombe de Marc Antoine et Cléopâtre serait sur le point d'être découverte
03.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
04.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
05.
Les patrons américains préfèrent la France de Macron à l’Amérique de Donald Trump et l’idée du « grand débat » leur plait
06.
Pourquoi Oxfam se trompe de combat (et passe totalement à côté de ce qui se passe dans les pays développés)
07.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Comment le Canard Enchaîné a envoyé François Fillon, Jacques Chaban-Delmas et Valéry Giscard d'Estaing au cimetière des éléphants de la politique
03.
Jacques Chirac, ce soudard amateur de bières et de belles femmes qui s'est avéré être un excellent chef des armées
04.
Wauquiez pousse une colère contre la direction de LR, et Thierry Mariani contre Wauquiez ; L'Obs s'inquiète de la crise financière qui vient ; François-Xavier Bellamy en guerre contre le progressisme ; Ces députés LREM attaqués
05.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
06.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
07.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Gilets jaunes : un syndicat policier s’émeut des ordres de répression et du comptage des manifestants
03.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
04.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France ne vend pas l’Alsace à l’Allemagne mais les deux pays scellent la coupure entre les dirigeants et leurs peuples
05.
Sévère répression des gilets jaunes : la justice française est-elle en train de préfèrer l’ordre à la justice ?
06.
Elections européennes : La République en Marche détrône le Rassemblement national selon un nouveau sondage
01.
Glyphosate : l’incroyable manque de rigueur scientifique d’Envoyé Spécial
02.
Réponse à tout… sauf aux Gilets jaunes ? Pourquoi l’intelligence de Macron participe plus du problème que de la solution à la crise de défiance qui ébranle la société française
03.
Gilets jaunes : l’inexplicable (et énorme) échec des Républicains
04.
Radioscopie des dépenses de la France : ces nouvelles inégalités qui se cachent derrière la puissance apparente de l'État-providence
05.
Emmanuel Macron est brillant, mais il n’est pas le président qu’il faut à la France
06.
Traité d’Aix-la-Chapelle : la France est-elle en train de renouveler avec l’Allemagne l’erreur de François Mitterrand au moment de la réunification ?
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
superliberal
- 22/12/2016 - 12:52
Le non-président
Hollande n'a jamais été président, il voulait juste la place...
Qu'est ce qu'on peut bien attendre de positif d'un socialiste quoiqu'il en soit ? Résultat: La France est inaudible, les Allemands qui ont eu le courage de faire des réformes font la loi et c'est bien naturel car eux respectent les traités.Le faites ce que je dis mais pas ce que je fais à la mode Française ne fait plus illusion....
Paulquiroulenamassepasmousse
- 21/12/2016 - 17:09
Bof....
Ça ne fait que confirmer ce qu'on savait déjà
......C'est du même tonneau que son attitude vis à vis de Bachar '.... .mais ça fout quand-même la honte !!
Fredja
- 21/12/2016 - 16:27
Au-delà de la nullité de Mou Présigland
c'est le caractère dictatorial des institutions Européennes qui est inquiétant. Pas étonnant ensuite que les citoyens soient aussi remontés contre l'Europe. Déjà qu'en France les politiques sont complètement éloignés des préoccupations des citoyens "lambda", au niveau Européen cela paraît une maladie au stade terminal...