En direct
Best of
Best of du 4 au 10 juillet
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

02.

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

03.

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

04.

La France des caïds : l’inquiétante porosité du grand banditisme

05.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

06.

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

07.

Donald Trump veut-il mettre en faillite Xi Jinping et la Chine ?

01.

Hydroxychloroquine et remdésivir : petits repères pour tenter d’y voir plus clair dans le "match" des traitements contre le coronavirus

02.

EPR / éoliennes : le match des dépenses incontrôlées entre la filière nucléaire et les énergies renouvelables

03.

Le graphique qui fait peur: de moins en moins de Français travaillent depuis 1975

04.

Après avoir massivement accepté le télétravail, les Français commencent à en ressentir les perversions...

05.

Jacqueline Eustache-Brinio : "La France est confrontée à une pression de l’Islam Politique"

06.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

01.

Islam politique : nouveau gouvernement, vieilles lâchetés

02.

Ces dénis grandissants de réalité qui asphyxient nos libertés

03.

Et le ministre (Dupond-Moretti) brûla ce que l'avocat (Dupond-Moretti) avait adoré !

04.

Reformator ? Quitte à jouer à l’éléphant dans un magasin de porcelaine, que changer pour une justice plus efficace ET plus respectueuse des libertés ?

05.

"Qu’on est bien dans les bras d’une personne du sexe opposé" : on n’a plus le droit de chanter ça !

06.

Un commissariat au plan, c’est la cerise sur le gâteau... Pour les chefs d’entreprise, le comble du ridicule

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Loisirs
Ouverture du Royaume
Après 4 mois de fermeture, Disneyland Paris réouvre ses portes ce mercredi
il y a 4 heures 29 min
pépites > Santé
Santé
Que contient l'accord du Ségur de la Santé signé aujourd'hui ?
il y a 6 heures 6 min
light > France
After Party
Les participants de la rave-party dans la Nièvre pourront aller se faire dépister gratuitement
il y a 7 heures 37 min
pépites > Economie
Tax-free
83 millionaires réclament plus de taxes pour lutter contre la crise du coronavirus
il y a 9 heures 45 min
décryptage > International
Que fait la France - trop souvent et encore seule - au Sahel ?

De sommets en sommets : un même constat d’indéniables résultats opérationnels mais inachevés et perturbés par l’absence de cohésion politique

il y a 11 heures 32 min
décryptage > Culture
Disraeli Scanner

La vérité nous rendra la liberté

il y a 11 heures 59 min
décryptage > Politique
La menace droite

La droite, seule menace aux yeux d’Emmanuel Macron

il y a 12 heures 51 min
décryptage > Politique
La voie du nord

Cette autre France qu’entend incarner Xavier Bertrand pour ne pas se laisser asphyxier par Emmanuel Macron

il y a 13 heures 34 min
light > Religion
Religion
Transformation de Sainte-Sophie : le pape François se dit "très affligé"
il y a 22 heures 41 min
pépite vidéo > Culture
Indignation sur les réseaux sociaux
Relâchement ? : des milliers de personnes réunies pour le concert du DJ The Avener à Nice
il y a 23 heures 56 min
light > Justice
Sérial-équidé
Depuis novembre 2018, rien n'arrête le gang des tueurs de chevaux
il y a 5 heures 13 min
light > Insolite
Bal mortel au Texas
Invité à une "Covid party", un trentenaire meurt du virus
il y a 6 heures 53 min
pépites > France
Le retour du masque
Jean Castex : le port du masque dans les lieux clos est "à l'étude"
il y a 8 heures 1 min
pépite vidéo > Europe
Sur le fil du rasoir
Pologne : Le conservateur Andrzej Duda réélu président de justesse
il y a 10 heures 36 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

La seule chose à relocaliser d’urgence ? C’est une intelligence de la proximité

il y a 11 heures 44 min
décryptage > Consommation
"Végécovid"

Coronavirus : la pandémie entraîne une chute de la consommation de viande sans précédent depuis des décennies

il y a 12 heures 15 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Emmanuel Macron osera-t-il annoncer l’obligation du port du masque dans les lieux publics ?

il y a 13 heures 17 min
décryptage > Politique
Pour une meilleure action publique

Plan de relance : ces erreurs de la stratégie gouvernementale qui risquent de nous coûter cher

il y a 13 heures 44 min
pépites > France
Sentiment d'abandon
Carlos Ghosn critique l’attitude de la France et estime avoir été "abandonné"
il y a 23 heures 9 min
pépite vidéo > Santé
Geste symbolique
Coronavirus : Donald Trump porte un masque en public pour la première fois
il y a 1 jour 25 min
© GEORGE OURFALIAN / AFP
Si Alep est reconquise, cela constituera une victoire psychologique importante pour le régime et Moscou mais ne signifie en aucun cas la fin des violences.
© GEORGE OURFALIAN / AFP
Si Alep est reconquise, cela constituera une victoire psychologique importante pour le régime et Moscou mais ne signifie en aucun cas la fin des violences.
Ne crions pas victoire...

Guerre sans fin : Pourquoi la chute d'Alep ne signifie pas du tout la fin des violences en Syrie

Publié le 16 décembre 2016
Quelle que soit l'évolution de la situation en Syrie, le pays n'est pas prêt de connaître un arrêt des violences de sitôt. La guerre entre les forces armées et la rébellion pourrait se transformer en guérilla, avec une redistribution générale des cartes tenant compte notamment du rôle joué par la Russie et l'Iran dans leur soutien apporté au régime de Bachar al-Assad.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Quelle que soit l'évolution de la situation en Syrie, le pays n'est pas prêt de connaître un arrêt des violences de sitôt. La guerre entre les forces armées et la rébellion pourrait se transformer en guérilla, avec une redistribution générale des cartes tenant compte notamment du rôle joué par la Russie et l'Iran dans leur soutien apporté au régime de Bachar al-Assad.

Atlantico : Au regard de la situation sur le terrain, Bachar al-Assad pourrait reprendre très prochainement le contrôle intégral d'Alep. Quelles seraient les conséquences d'une telle reprise ? Pour quelles raisons ne peut-on pas considérer la fin des violences à Alep comme la fin des violences en Syrie ?

Alain Rodier : Attention, la bataille d’Alep n’est pas encore gagnée par les forces gouvernementales syriennes appuyées par les Russes (qui sont même présents à terre, un colonel ayant été annoncé tué par Moscou), les pasdarans iraniens, le Hezbollah libanais et des miliciens chiites irakiens et afghans. Le combat dans les localités est l’un des plus compliqué (et meurtrier) à mener. Et, bien que les mouvements rebelles qui combattent à Alep ne soient pas liés à Daech, ce dernier mène depuis trois jours une vigoureuse offensive dans la région de Palmyre risquant même d’encercler la garnison russo-syrienne qui y est installée depuis sa reconquête en mars 2016. En conséquence, les forces gouvernementales ont été obligées de dépêcher en catastrophe des unités qui participaient à l’assaut d’Alep pour renforcer la région de Palmyre. Cela dégarnit d’autant le front d’Alep et devrait retarder les opérations.

Par ailleurs, les forces gouvernementales syriennes résistent à de violentes attaques à Deir ez-Zor (situé à l’est de Palmyre), ville assiégée par Daech depuis deux ans. Quoiqu’en dise la désinformation diffusée très largement sur les ondes, le régime de Damas se bat férocement contre Daech depuis l’apparition de ce mouvement même s’il est vrai que le régime a libéré de ses geôles de nombreux islamistes dans les années 2012-2013. A tenter de jouer au plus fin, cela finit parfois par se retourner contre l’initiateur (demander conseil à Washington qui a l’habitude de ce processus).

Toutefois, il est bien possible qu’Alep tombe dans les semaines à venir. Comme cela a déjà été le cas dans la région de Damas cette année, après accord, les activistes islamistes seront alors exfiltrés vers la province d’Idlib située au nord-ouest de la ville. Elle est déjà tenue par le Fateh al-Cham, l’ancien Front Al-Nosra (qui a théoriquement rompu ses liens avec Al-Qaida central) et ses alliés.

Le régime a exprimé sa volonté de reprendre cette province mais il n’en a tout simplement pas les moyens tactiques. A savoir que s’il parvient à reprendre Alep, c’est avec l’accord tacite de la Turquie qui a rapatrié un certain nombre de mouvements rebelles qui combattaient à Alep pour les faire participer à son opération "bouclier de l’Euphrate" destinée à créer une zone tampon entre Jarablus (sur l’Euphrate) et le corridor d’Azaz situé à 90 kilomètre plus à l’ouest. Par contre, Ankara ne laissera pas tomber les rebelles qui tiennent la province d’Idlib - frontalière avec la Turquie ce qui facilite la logistique - même si ces derniers ont de nombreuses accointances avec Al-Qaida "canal historique". Il faut se rappeler que ce mouvement - en dehors de quelques incidents créés par des individus isolés qui se revendiquaient de la nébuleuse pour se faire reconnaître -, n’a jamais mené d’opération hostile en Turquie. Le président Erdoğan ne la considère donc pas comme "ennemie" même si elle est inscrite sur toutes les listes internationales comme une organisation terroriste (tout de même responsable des attentats du 11/09, de Madrid, de Londres et contre Charlie Hebdo - entre autres -).

Si Alep est reconquise, cela constituera une victoire psychologique importante pour le régime et Moscou mais ne signifie en aucun cas la fin des violences.

Une fois la ville d'Alep entièrement aux mains du régime syrien, quel pourrait être l'avenir de la rébellion ? Dans quelle mesure cela pourrait-il constituer une source d'instabilité chronique pour le régime de Bachar al-Assad ?

La rébellion va poursuivre le combat. Les mouvements favorables à Al-Qaida "canal historique" depuis la province d’Idlib et Daech depuis tout l’est du pays où il navigue encore comme un poisson dans l’eau. Il est aussi probable que ces formations connaissant un certain repli feront comme ailleurs, elles repasseront au niveau des actions de guérilla et du terrorisme. A savoir qu’il existe trois niveaux dans la guerre asymétrique :

  • Le terrorisme lorsque les insurgés ont peu de moyens ;

  • La guérilla quand ils montent en puissance ;

  • La guerre conventionnelle quand un certain équilibre des forces a été trouvé.

En Syrie, les insurgés en sont indubitablement au troisième niveau mais rencontrant des revers tactiques au niveau conventionnel, ils vont vraisemblablement faire un effort sur les deux autres plus accessibles. Il convient tout de même de faire une distinction : si Daech massacre tout ce qui bouge, les groupes affiliés officiellement ou non à Al-Qaida "canal historique" tentent, dans la mesure du possible, d’éviter les victimes "innocentes". Ce n’est pas la conséquence d’un réflexe humanitaire à l’occidentale mais un retour d’expérience (RETEX) d’autres conflits, particulièrement les années noires en Algérie au début des années 1990. Les stratèges d’Al-Qaida se sont aperçus que la violence gratuite était contre-productive car elle éloignait les populations de "la cause". Elle est donc à proscrire.

La reprise en mains des principales villes syriennes par le régime de Damas n'aurait jamais pu être possible sans le soutien de la Russie, ni de l'Iran. Quel rôle régional ces deux puissances pourraient-elles être amenées à jouer à l'avenir ? Quel serait l'impact d'un désengagement régional encore plus poussé de Washington suite à l'élection de Donald Trump ? 

Si la Russie est revenue en force en Syrie, c’est pour y rester. C’est pour elle un point d’ancrage stratégique au Proche-Orient où Moscou souhaite rejouer un rôle majeur dans les années à venir. Les facilités maritimes vers les "mers chaudes" offertes par le port de Tartous sont souvent mises en avant mais il convient d’agrandir considérablement les infrastructures portuaires pour qu’elles soient vraiment significatives. Un projet serait d’ailleurs en cours mais, comme l’on dit dans l’armée, cela prendra un "certain temps".

Le plus important pour l’instant reste la base aérienne de Hmeimim dont une partie est devenue territoire russe. Cela signifie que l’attaquer est presque équivalent à s’en prendre au territoire russe…

A noter en passant qu’un lien est en train de se créer entre le Caire, Damas et Moscou au détriment de Riyad et Washington. Affaire à suivre !

L’Iran songe également à implanter une base navale en Syrie (et aussi au Yémen). Damas ne s’y opposera vraisemblablement pas car la Syrie entretient une importante dette de sang vis-à-vis de Téhéran. A savoir que des centaines de pasdarans dont de nombreux officiers généraux ont perdu la vie dans la guerre civile qui s’y déroule. Bien sûr, Téhéran y a trouvé un intérêt majeur : s’opposer à l’influence de Riyad (et dans une moindre mesure de Doha) au Proche Orient. De plus, maintenir la liaison ouverte avec le Liban, berceau du Hezbollah, est considéré par Téhéran comme vital.

Beaucoup de questions se posent sur la politique étrangère envisagée par le président élu Donald Trump qui ne prendra ses fonctions que le 20 janvier 2017. Certes, il a fait des déclarations de campagne favorables à la Russie et à un certain repli militaire des Etats-Unis mais il est actuellement l’objet de multiples pressions venant du lobby neocon qui souhaite lui faire entendre raison. Sa position semble en outre très opposée à un réchauffement des relations avec l’Iran. Tout le monde militaro-industriel américain est aujourd’hui arque bouté sur l’importance de la menace (la Russie est désignée comme l’ennemi numéro un, bien avant Daech). Le Congrès vient d’ailleurs d’accepter un budget de 619 milliards de dollars pour l’année 2017 pour la défense comparés aux 44 milliards de dollars prévus pour la même période par la Russie - pays belliciste s’il en est - (1). Il est hors de question pour les généraux et amiraux américains de perdre une partie de cette manne financière. 

Donc, attendons d’en savoir plus sur un éventuel "désengagement" des Etats-Unis dans la zone.

(1) Il est vrai que les Etats-Unis ont à faire face à de multiples menaces potentielles dont celle de la Chine dans le Pacifique.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (5)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Gordion
- 11/12/2016 - 17:53
Constante géopolitique de la Perse...
...devenue Iran, pour simplifier, et qui annonce le retour de la puissance perse au Moyen-Orient, après qu'ils en furent chassés par Alexandre.

La Perse, nation et civilisation millénaire, est de retour dans l'Histoire. La comparaison avec des créations artificielles, telles Irak, Syrie, est édifiante....Les alliances ont certes changé, d'autres puissances ont émergé, mais ils sont toujours là.
La grande perdante de l'affrontement des volontés au P-O et M-O sera la Turquie, héritière mortifère de la désagrégation de l'empire ottoman.
valencia77
- 11/12/2016 - 03:35
comment arreter une guerre
Arreter son financement et son armement. Pour commencer, nuke Saudi Arabia, Riyad, Mecca et Medina. Cela calmera la Turquie.
Anouman
- 10/12/2016 - 18:08
Syrie
Il est clair que les "rebelles" même s'ils ne sont plus en mesure de prendre le pouvoir ne vont pas s'arrêter pour autant et cela risque de durer. Contrairement à ce qui se dit parfois ce sont eux les responsables des 250000 morts en Syrie et pas le pouvoir. Je doute que quelques milliers de morts en plus les émeuvent beaucoup.