En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

02.

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

03.

Et si la nouvelle la plus importante pour l’avenir du climat de la planète venait de passer quasi inaperçue

04.

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

05.

Covid : les épargnants devront payer la facture; Bayrou trouble la coordination gouvernementale; Les bonnes affaires d’Édouard Philippe : payé 50 000€ pour se former au numérique...; La fraude sociale sert (aussi) à financer le terrorisme islamiste

06.

La France, paradis des squatteurs et qui entend bien le rester

07.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

01.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

02.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

03.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

04.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

05.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

06.

Non, les adhérents de LREM ne méritent pas Macron ! Il est trop grand, trop beau, trop génial pour eux.

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

06.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

ça vient d'être publié
décryptage > Media
Le journalisme est un foutu métier

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : ouf, l'Agence France Presse ne risque rien

il y a 4 heures 9 min
pépite vidéo > Politique
Enquête en cours
Jean Castex confirme qu'une attaque s'est produite "à proximité" des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 6 heures 30 min
pépites > France
Onzième arrondissement
Paris : attaque à l'arme blanche près des anciens locaux de Charlie Hebdo
il y a 8 heures 22 min
pépites > Santé
Politique
Le Premier ministre n'a pas téléchargé l'application «StopCovid» comme la quasi totalité des Français
il y a 10 heures 11 min
light > Economie
Economie
La Chine va lancer la version numérique de sa monnaie officielle le yuan
il y a 10 heures 44 min
décryptage > France
Faut voir

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

il y a 11 heures 5 min
pépites > Société
Politique
Louis Aliot maire RN de Perpignan protégé par trois gardes du corps
il y a 11 heures 20 min
décryptage > Société
Angoisse face au Covid-19

Petits conseils pour rester un parent serein quand la pandémie fait flamber votre stress

il y a 11 heures 58 min
light > Santé
Sport
Pas plus de 1.000 spectateurs par jour pour le tournoi de Roland Garros
il y a 13 heures 55 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Comédies françaises" de Eric Reinhardt : un magnifique roman d’initiation, itinéraire d’un millénial gâté

il y a 1 jour 3 heures
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand la ballerine pousse quelques notes et quand on doit se replonger dans la dolce vita : c’est l’actualité automnale des montres
il y a 6 heures 20 min
Environnement
Pendant le confinement les oiseaux ont chanté de manière différente
il y a 8 heures 17 min
pépites > Politique
Justice
Le Rassemblement National face à un ex-salarié devant le tribunal de Nanterre
il y a 9 heures 43 min
décryptage > Société
Impact pour les entreprises

Un congé paternité à côté de la plaque ?

il y a 10 heures 29 min
décryptage > Politique
Mesures concrètes ?

Sauver la Seine-Saint-Denis, mission impossible ? Non... mais l’Etat n’est pas le "héros" qu’il pense être

il y a 10 heures 54 min
décryptage > High-tech
Plaque tournante des trafics

Arrestations massives sur le DarkWeb à travers la planète : coup d’arrêt... ou d’épée dans l’eau ?

il y a 11 heures 16 min
décryptage > Justice
Succession de Ruth Bader Ginsburg

Cour suprême : ce que la démocratie et l’état de droit américains doivent aussi aux juges conservateurs

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Economie
Crise sanitaire

COVID-19 : et maintenant, quel impact économique ?

il y a 12 heures 46 min
light > Santé
Des propos "à l'emporte-pièce"
Olivier Véran répond à Nicolas Bedos suite à son appel sur l'arrêt du port du masque et des gestes barrières
il y a 1 jour 3 heures
pépites > Santé
Désengorger les SERVICES
Covid-19 : les Hôpitaux de Paris vont reporter 20% des opérations chirurgicales dès ce week-end
il y a 1 jour 5 heures
© Luc Roux
L'évolution des rôles au sein du foyer n’est pas générationnelle : elle a été apportée par les classes moyennes quand les milieux plus populaires et bourgeois étaient fixés sur un modèle traditionnel.
© Luc Roux
L'évolution des rôles au sein du foyer n’est pas générationnelle : elle a été apportée par les classes moyennes quand les milieux plus populaires et bourgeois étaient fixés sur un modèle traditionnel.
Gagner plus pour faire le ménage plus

Les hommes qui gagnent moins que leur femme participent moins aux tâches ménagères… Et autres obstacles sur le chemin du paradis artificiel de l’effacement des rôles traditionnels

Publié le 08 décembre 2016
D'après une étude, les hommes dont les salaires sont inférieurs à ceux de leurs femmes refusent de faire le ménage. Un constat qui montre qu'en dépit de certaines avancées, les rôles au sein du couple n'ont pas autant évolué que ce que nous imaginions.
Gérard Neyrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Neyrand est sociologue, est professeur à l’université de Toulouse), directeur du Centre interdisciplinaire méditerranéen d’études et recherches en sciences sociales (CIMERSS, laboratoire associatif) à Bouc-Bel-Air. Il a publié de nombreux...
Voir la bio
Pascal Anger
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal Anger est psychologue, psychanalyste, psychothérapeute, sexothérapeute, systémicien et médiateur familial.Il est également chargé de cours à Paris VII. Il est l'auteur de Le couple et l'autre, livre publié aux éditions l'Harmattan.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
D'après une étude, les hommes dont les salaires sont inférieurs à ceux de leurs femmes refusent de faire le ménage. Un constat qui montre qu'en dépit de certaines avancées, les rôles au sein du couple n'ont pas autant évolué que ce que nous imaginions.

Atlantico : D’après une étude de chercheurs des universités Montclair et Fairleigh Dickinson, les hommes sont moins disposée à gérer les tâches domestiques lorsque leurs femmes gagnent plus d’argent qu’eux. Néanmoins, dans quelle mesure assiste-t-on à une inversion des rôles traditionnels au sein des foyers ? Existe-t-il, dans le domaine du partage des tâches domestiques, des écarts générationnels ?

Gérard Neyrand : Traditionnellement, les femmes s’occupaient de tout ce qui concerne l’intérieur, c’est-à-dire les enfants, le foyer, les tâches domestiques. L’homme quant à lui se chargeait du travail afin de faire vivre la famille. Il était le lien entre la famille et l’espace public quand la mère se réservait à l’espace privé. Avant, lorsque la femme travaillait, il s’agissait d'un salaire d’appoint. En 1960 le taux d’activité des femmes était de 40% et celui des hommes de 86%, aujourd’hui les deux chiffres se rejoignent et sont équivalent. L'émancipation des femmes et leur désir de travailler, l’accès à la contraception, aux études supérieures permis par les révolutions de mai 68 ont fait évoluer les rôles.

L'évolution des rôles au sein du foyer n’est pas générationnelle : elle a été apportée par les classes moyennes quand les milieux plus populaires et bourgeois étaient fixés sur un modèle traditionnel. Ces changements dépendent plus des classes sociales que des générations. Aujourd’hui la relation que nous avons avec nos enfants est revalorisée, ce qui encourage les deux parents à plus s’occuper de leurs enfants. Les rôles du père, qui représente l’autorité et de la mère, qui représente l’affection n’ont quant à eux pas particulièrement changé. Néanmoins, chaque couple a ses références et un changement au sein du foyer peut modifier la façon de voir les rôles, les recompositions sont désormais un fait commun.

Pascal Anger : Il me semble que l’évolution des tâches ménagères du côté des hommes est beaucoup moins importante que ce que nous pouvons imaginer. Malgré les différentes évolutions, les femmes font toujours beaucoup de tâches domestiques et s’occupent plus des enfants que les hommes. Les rôles au sein du foyer ont tendance à évoluer mais pas de manière aussi radicale que nous l’imaginons. Nous restons relativement dans les mêmes fonctions. Même si la société évolue malgré tout au niveau éducatif nous avons toujours les mêmes modèles. Ceux qui veulent faire évoluer les modèles sont souvent catalogués comme étant trop féminins.  

Qui sont ces femmes qui préfèrent les rôles traditionnels ? Qu’est-ce que cela révèle de la société ? A partir de quand pouvons nous observer ce phénomène ?

Pascal Anger : On constate un retour aux traditions, à une certaine volonté de ne pas être dans une course après l’argent et tout ce qui représente une forme de pouvoir. Il existe, chez certaines femmes, un désir de sagesse et de rester au foyer. A partir du moment où ce n’est pas une contrainte mais un choix personnel c’est positif. Ce phénomène est assez négativement perçu dans notre société : le fait qu'une femme souhaite rester au foyer serait archaïque ou représentatif des valeurs du Front national. Les femmes qui font ce choix sont jugées par leurs proches et par leurs collègues. Pourtant, le plaisir et la reconnaissance de la femme peuvent être autres que ceux acceptés par la société. Une mère au foyer c’est aussi beaucoup de travail. Certaines personnes revisitent leur choix vers la trentaine-quarantaine ou après des moments clés de la vie. Parfois les femmes osent faire ce choix qu’elles n'avaient jamais pleinement assumé et prennent la décision de changer de vie. Par ailleurs, les femmes ne sont pas obligées d’être mère au foyer à vie. Bien sûr après il est difficile de retrouver du travail. Parfois les femmes font ce choix pour des raisons économique et découvrent un nouveau sens à leur vie qu’elles n’imaginaient pas.

Comment expliquer que les hommes dont les femmes gagnent plus d'argent qu'eux soient moins enclins à s'occuper des tâches domestiques ?

Pascal Anger : Les tâches ménagères sont dans ce cas dévalorisées par les hommes et les femmes et aucun des deux ne veut y participer. Ils veulent du temps pour s’occuper de leur loisir, rester ensemble, avoir des activités valorisantes. Lorsques les femmes travaillent plus ou au moins gagnent plus, les hommes font moins et laissent un personnel faire les tâches pour eux. Il ne faut pas oublier que peu importe notre classe sociale, les tâches ménagères sont dévalorisantes et personnes ne veut réellement s’y atteler. Lorsqu'un couple à les moyens, ils embauchent une personne pour s’en occuper à leur place.

De toutes les tâches domestiques, la plus acceptée par les hommes est la cuisine. Pourquoi selon-vous les hommes acceptent-ils davantage de s'occuper de la cuisine que du repassage ? De façon générale peut-on considérer que les hommes préfèrent s'occuper des tâches les moins ingrates et les plus valorisables socialement ?

Pascal Anger : La cuisine est un moment de convivialité, de partage familial, c’est presque romantique, c’est une forme de créativité. L’homme peut chercher à faire plaisir ou à se faire plaisir via la cuisine. Par ailleurs, en société c’est assez bien perçu d'être un homme doué en cuisine, plus qu’un homme qui passe l’aspirateur. Pour certains, faire les carreaux ou la vaisselle n’est pas gênant. Chacun a des prédispositions et il est important que le couple communique pour éviter les frustrations. Bien sûr et heureusement des femmes veulent rester à la maison et s’occuper de leurs enfants et de leur foyer. L’important est que cela reste un choix et pas une contrainte. Si c’est une décision assumée avec laquelle la personne est heureuse alors c’est très bien.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 08/12/2016 - 16:15
RESTER AU FOYER
"Un choix et non une contrainte, un décision assumée" et patati et patata. Hélas, je crains fort que ce choix n'entraine directement la plongée dans la misère le jour où, Julot la cinquantaine arrivant, se tire avec une jeunette et le jour où Madame se retrouvera avec une retraite misérable pour vivre...... Il faudrait bien qu'un jour, on reconnaisse que s'occuper de son foyer est un vrai travail à 70+ heures par semaine et en tirer les conséquences en offrant à ses femmes ou à ses messieurs (qui sait) un salaire décent qui sécurise sérieusement leur avenir. Mais même ainsi, c'est généralement un choix suicidaire sur tous les plans.
MIMINE 95
- 08/12/2016 - 16:02
RESTER AU FOYER
un choix et non une ciontrainte , une décision asumée et pat
MIMINE 95
- 08/12/2016 - 16:02
RESTER AU FOYER
un choix et non une ciontrainte , une décision asumée et pat