En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Netflix
Deux des femmes assises à côté de moi sont les épouses de deux terroristes qui viennent de se faire exploser accidentellement dans leur salon, emprisonnées parce que soupçonnées d'être des membres d'Al-Qaïda.
THE DAILY BEAST
Midnight express : emprisonnée en Turquie avec les femmes d’Al Qaida et de l’Etat Islamique
Publié le 02 décembre 2016
Le témoignage d’une journaliste américaine emprisonnée en Turquie sur les gens qu'elle y a rencontrés y compris une membre du soi-disant Etat Islamique
Lindsey Snell est journaliste pour le site The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lindsey Snell
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lindsey Snell est journaliste pour le site The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le témoignage d’une journaliste américaine emprisonnée en Turquie sur les gens qu'elle y a rencontrés y compris une membre du soi-disant Etat Islamique

The Daily Beast par Lindsey Snell

Journaliste basée en Turquie, j’ai été enlevée par Al Qaida en Syrie, j’ai réussi à m’échapper, puis j’ai été arrêtée par la police turque, le 6 août dernier à la frontière avec la Syrie. Dix-sept jours plus tard, deux avocats et un traducteur (embauché par le Committee to Protect Journalists) viennent me voir. "Ils semblent vraiment croire que vous êtes un agent de la CIA" dit le traducteur "C’est délicat de vous le demander, maisvous avez des liens avec la CIA ? Le FBI ? Le Mossad ?"

Je ris. "Non" dis-je. "Jamais."

"Ok," dit-il "Ne vous inquiétez pas. Nous venons juste de commencer à travailler sur votre cas. Nous irons parler au juge ".

Je demande s’ils ont des nouvelles de mon mari.

Le traducteur baisse les yeux. "Votre mari était en Turquie. Eh bien, il est en Turquie. La police a fouillé votre appartement et l'a retourné. Ils ont pris tous vos appareils électroniques. Et ils ont arrêté votre mari. "

J’ai le souffle coupé. "Quoi ? Pourquoi ?!"

"Parce qu'ils ont trouvé quelques billets d'un dollar dans un tiroir. Je pense qu'il a probablement été libéré, mais nous vous enverrons nouvelles dès que nous en obtenons" promet le traducteur.

Je suis ramené à ma cellule. Au bout de quelques heures, quatre gardes ouvrent la porte : "Prenez vos affaires. Vous changez de prison" dit l'un d’eux.

Je jette mes quelques affaires dans un sac poubelle et j’attends dans le couloir avec les gardes. 

"Trois femmes vont venir avec vous". Quelques minutes plus tard, trois femmes arrivent. Elles étaient dans la cellule directement en face de la mienne. Nous évitons de nous regarder pendant l'épreuve pénible de la fouille à nu.


Nous sommes conduites vers un petit véhicule de transport de prisonniers. Les femmes parlent arabe entre elles. Quand j'entends l'une dire "Reyhanli" le nom d'un village turc directement sur la frontière avec la Syrie, mon sang se glace. J'ai le sentiment que je sais qui sont ces femmes.

Début juillet, quelques semaines avant mon malheureux voyage en Syrie, il y a eu une explosion à Reyhanli, en Turquie. Deux hommes fabriquaient une bombe dans leur salon quand ils l’ont accidentellement fait exploser, ce qui les a tués. Les hommes sont soupçonnés de faire partie du groupe Jabhat Fateh al-Sham, anciennement Jabhat al-Nusra, la filiale d'Al-Qaïda en Syrie qui m'a enlevé . L'histoire a fait de gros titres en Turquie.

Deux des femmes assises à côté de moi sont leurs épouses, emprisonnées parce que soupçonnées d'être des membres d'Al-Qaïda. 


L'une de ces femmes, que nous appellerons Khadijah, parle bien anglais. A 25 ans, elle est enceinte depuis neuf mois. Un autre, que nous appellerons Safa, 23 ans est mariée à l'autre homme et elle est enceinte de sept mois. La troisième femme, 46 ans, "Amina", est la mère de Khadijah, et a été arrêtée parce qu'elle était dans la maison de Khadijah quand elle a été fouillée.

"Pourquoi prendre ma mère ?" dit Khadijah. "Nous, ok, je comprends. Nous sommes les épouses. Mais ma mère ? Elle a un fils de huit ans. Quand nous l’avons dit à la police, ils nous ont dit que nous pourrions le prendre et l'amener à la prison avec nous ".

Khadijah avait rendu visite à son oncle dans un quartier différent. Son mari et Safa étaient dans sa maison. Elle cuisinait quand elle a entendu l'explosion. Elle a couru dans le salon, où elle a trouvé les deux hommes en sang. Elle a couru dans la rue, en hurlant, et a été rapidement arrêtée par des policiers turcs.

"Ils nous ont interrogés pendant quatre jours. Mais nous ne savons rien. Nous leur avons dit que nous ne savions pas ce que nos maris faisaient, ou s'ils étaient avec Al-Qaïda " dit Khadijah.

Ayant passé du temps avec des hommes et des femmes d'Al-Qaïda quand j’ai été enlevée en Syrie, cela me paraît vrai. Il y a eu beaucoup d’information sur les brigades féminines du soit disant Etat Islamique, des femmes qui appliquent la charia aux femmes de la population, mais Jabhat fonctionne différemment. Les femmes ne participent pas aux opérations. Lorsque j'ai été enlevée en Syrie, Jabhat m'a bandé les yeux parce qu'il n'y avait pas de femmes disponibles pour le faire. 


Avec ces autres détenues en Turquie, j’arrive dans une nouvelle prison à Antakya, où encore une fois nous sommes fouillées à nu, et après quelques heures d'attente dans une sorte de placard fermé à clé, nous sommes emmenées dans une grande cellule sale. Il y a deux étages, avec un dortoir en haut, et une zone pour manger en bas. Il y a un trou dans la porte en acier par lequel les gardes passent des plateaux métalliques de nourriture.  


Sur nos matelas à l'étage, je me tourne vers Khadijah : "C’est drôle. Ils pensent que je suis un agent de la CIA, alors que j’ai tout simplement été enlevée par Al-Qaïda. Ils pensent que vous êtes d’Al-Qaïda. Pourquoi nous ont-ils mis ensemble dans une cellule ? "

Khadijah traduit pour les autres et tout le monde rit.

"C’est une cellule importante pour eux" dit  Khadijah sarcastiquement. "Al-Qaïda et la CIA ! "

Quelques jours après, des représentants du consulat américain viennent me voir. Je demande des nouvelles de mon mari. "Il n’est pas en garde à vue. Mais il lui est interdit de voyager, et il doit se présenter chaque semaine à la police."

"Donc, il est coincé en Turquie ?" Dis-je. Ils confirment. "La police a dévasté mon appartement et arrêté mon mari pour quelques billets d'un dollar. Et vous me dites que je suis en prison parce que j’ai passé la frontière ? "

"Nous sommes juste ici pour une visite consulaire de routine" dit une visiteuse. « Nous ne disposons d'aucune autre information » Je leur demande d'apporter des vêtements et des livres.

La réunion se termine, l'une des femmes du consulat me sourit et me dit: « Au moins, nous vous avons sortie de Syrie ! Nous savons où vous êtes, et vous êtes  relativement en sécurité ! Vous n'êtes pas avec Al-Qaïda ! "

Je ricane. "Le gouvernement américain ne m’a pas récupéré. Je me suis échappée moi-même. Je suis arrivé à la frontière par mes propres moyens, puis j’ai accepté l'aide de l'Amérique pour passer car on m’a obligé à le faire. La seule chose que l'Amérique a fait pour moi a été me conduire directement dans une prison turque ".

***

Une semaine après notre arrivée, Khadijah est emmenée à l'hôpital pour accoucher. Moins d'un jour plus tard, elle revient dans notre sordide cellule avec un nouveau-né et un visage légèrement meurtri. Elle fond en larmes au moment où la porte de la cellule se ferme.

Pendant qu’Amina et Safa installent le bébé à l'étage, Khadijah s’assied en face de moi. «Je ne veux pas bouleverser ma mère et Safa. Surtout que Safa subira le même sort, quand son bébé naîtra ... et elle n’est pas aussi forte que moi. "

Khadijah dit qu'elle a été emmenée à l'hôpital avec quatre gardes. Ils ont gardé menottée tout le temps. Peu de temps après, le travail a commencé (sous l’effet des médicaments), l'une des infirmières l’a frappée au visage alors qu'elle se tordait de douleur. Elle a été forcée de subir une épisiotomie pour que le bébé naisse aussi rapidement que possible et qu’on puisse la remettre en prison. Peu de temps après que le bébé soit né, une autre infirmière lui  dit: «Ce bébé est Shaytan (satan). Il ne devrait pas être né ".

Les larmes coulent sur le visage de Khadijah «Je n'oublierai jamais" dit-elle. "Cela va rester avec moi pour le reste de ma vie."

Le bébé dort sur un matelas de la prison. Safa a renoncé à son oreiller afin qu'il puisse être placé dessus. Il y a un seul vêtement fourni pour le bébé et une serviette miteuse.

Les semaines passent. Certains jours, je suis trop déprimée pour manger. Heureusement, les femmes dans ma cellule sont incroyablement attentionnées et cela m'encourage.

***

Une nuit, je me suis assis en bas en train de parler avec Khadijah, la porte de la cellule s’ouvre. Un gardien pousse une jeune fille avec niqab et abaya dans notre cellule et ferme la porte. Ekin a 19 ans. Elle est Turque. Elle a été arrêtée quelques jours plus tôt, après avoir traversé la frontière de la Syrie, où elle a été membre d'ISIS.

J’ai rencontré et interviewé plusieurs membres d'ISIS en Syrie et en Tunisie, je ne me suis jamais sentie en danger. Mais l’idée de cohabiter avec une de ses membres me met mal à l'aise.

Ekin parle un peu arabe (ISISlui  a offert des cours de langue), ce qui me permet de communiquer avec elle en utilisant Khadijah comme traducteur. Après avoir appris que j'étais Américaine, elle a dit Khadijah que le 11 Septembre était super, parce qu'ils ont tué tant de kafir (incroyants).

Je contiens ma rage, parce que je veux l'interviewer. Prison ou non, peu de journalistes ont eu l'occasion d'interviewer une membre d’ISIS.

Ekin est kurde, d'un village près de Batman. Elle a découvert le "djihad" en Syrie sur Facebook, et a commencé à communiquer régulièrement avec un homme de son village qui a prévu d’emmener sa femme à Raqqah pour rejoindre ISIS. L'homme a encouragé Ekin à les accompagner, et au bout de quelques mois, elle a accepté.

Quand elle est arrivée à Raqqah, Ekin a été séparée du couple et placée avec d'autres femmes turques célibataires. Elle a commencé à suivre des leçons sur la charia. "Ils étaient censés nous enseigner" dit-elle, "mais ils nous posaient des questions sur le Coran, et quand nous avions une mauvaise réponse, ils menaçaient de nous tuer." Heureusement pour elle, elle avait été élevée par un musulman pieux et connaissait toutes les réponses.

Elle n'a pas aimé ce qu'elle a vu à Raqqah. Un jour, elle a été forcée d'assister à l'exécution publique d'un garçon de 12 ans, condamné simplement parce que son frère aîné était un membre de l’armée syrienne libre.

Elle a également eu l'impression qu'elle allait bientôt être mariée. « Je ne voulais pas je suis trop jeune. Donc, j’ai décidé de quitter ISIS et d’aller à Jabhat."

Elle a convaincu l'un des responsables de laisser deux femmes d’ISIS l’emmener faire des courses, et alors qu'elle était censée essayer des vêtements, elle s’est échappée du magasin et a couru vers la maison d'un passeur. Le contrebandier l'a emmenée à Jabhat Fateh al-Sham près d'Alep dans le même quartier où j’ai été retenue prisonnière lors de mon enlèvement.

A Jabhat, ils lui ont demandé si elle voulait se marier, et quand elle a refusé, ils n’ont pas insisté. Ils lui ont donné une maison et une petite allocation pour vivre.

Au bout de six mois, Ekin a réalisé que sa famille lui manquait trop. Elle ne voulait pas quitter Jabhat, mais leur faire une petite visite en Turquie. Elle a obtenu la permission du groupe pour faire un voyage en Turquie, mais ils l'ont mis en garde contre les dangers à la frontière. Elle est passée près de Bab al-Hawa, un point de passage officiel contrôlé du côté syrien par Ahrar al-Sham, une faction islamiste étroitement liée à Jabhat.

"Je pensais que les moudjahidin allaient m’aider" dit - elle. "Mais ils m’ont retenue et ont appelé la police turque." Je lui demande si elle regrettait d'avoir été en Syrie. "Non. Ce fut pour le djihad. Pour Allah".

Après 24 jours sans visites ou nouvelles, le personnel du consulat américain me rend visite une dernière fois. Ils évoquent des commentaires faits par un «porte-parole» qui dit que la presse turque a publié contre moi une série d'articles négatifs.

Le gouverneur turc de la région a tenu une conférence de presse dans laquelle il a dit qu'ils me gardaient parce qu'ils ne savaient pas si j'étais un espion.

Plus tard dans la semaine, mes avocats viennent me voir. « Vous devez voir la situation du point de vue turc. Si vous étiez passée seule, comme journaliste ... cela serait simple."

Je réponds. "Oui je sais. Ils ont envoyé deux hélicoptères pour moi, donc je dois être un espion. "Tous les trois hochent la tête. Le traducteur se racle la gorge.

"Les commentaires de John Kirby n'ont pas aidé" dit-il en se référant au porte-parole du ministère américain de la de la Défense.

"Un journaliste lors d'une conférence de presse lui a demandé pourquoi vous êtes allé à la Syrie. Et il leur a dit, en gros, qu'il ne pouvait pas dire pourquoi vous êtes allée à la Syrie ".

Après les remarques de Kirby, les médias pour lesquels j’ai travaillé pendant des années ont fait des déclarations style : «Nous avons pas travaillé avec elle depuis un certain temps, et nous ne savons pas grand-chose à son sujet."

Même un média où j’ai passé deux ans à raison de 70 heures par semaine, un média pour lequelj ‘ai fais six voyages en Syrie, quatre voyages en Irak, et d'innombrables autres au Moyen-Orient et en Afrique a réagi comme si j'étais radioactive.

Une grande partie de la communauté journalistique se dit que peut-être je suis vraiment un agent de la CIA.

En prison, isolée du reste du monde, j'imagine que mes collègues journalistes se battent pour ma libération. Je suis contente de ne pas avoir connu la vérité avant ma sortie.

Je tiens à souligner, cependant, que je suis éternellement reconnaissante envers les quelques journalistes qui m’ont soutenue.

***

Mes avocats ne semblent pas particulièrement optimistes.

"Nous essayons toujours de vous sortir d'ici. Mais la Turquie n'a pas terminé son enquête, et ils ne vous ont pas encore inculpée. Cela pourrait prendre trois mois avant qu'ils ne le fassent".

Je ne suis pas surprise. À ce stade, près de 4 000 juges et procureurs ont été licenciés, soupçonnés d'être impliqués dans la tentative de coup d'Etat contre le gouvernement turc. Beaucoup d'avocats ont été emprisonnés. Le système de justice en Turquie est pratiquement au point mort.

Mais plus tard ce soir-là, à ma grande surprise, un de mes avocats revient à la prison et me dit que je vais être libérée.

Je suis dis adieu à mes compagnes de cellule. Khadijah, Safa et Amina pleurent des larmes de joie pour moi. (Au moment de ma libération, ces femmes avaient déjà été détenues pendant 90 jours sans accusations formelles déposées contre elles. J’ai contacté un ami de leur famille qui dit c’est toujours le cas.)

On me sort de la prison et je suis placée dans un centre de détention. C’est la pire partie de ma captivité de loin. Je passe près d'une semaine dans le centre, en grande partie peuplé par des réfugiés irakiens en attente d'expulsion. L'administration du centre n'a pas voulu me placer avec eux, je suis dans une pièce vide.

Le personnel affiche son mépris pour moi et pour le gouvernement américain. Lors de ma première nuit là-bas, l'un des membres du personnel vient s'asseoir en face de moi, et il me dit que nous sommes responsables du 11 septembre. Puis, il sort son téléphone et fait une recherche Google sur mon nom.

«Pourquoi John Kirby a dit ces choses sur vous ?»

Puis il me demande qui va gagner l’élection. "J’espère que c’est Trump" dit-il «Parce que je  déteste l'Amérique»

Toute la nuit, tous les soirs, les gardes assis près de ma cellule discutent d’Obama à haute voix, de l'Amérique, et de la CIA, pour m’intimider. Chaque fois que je m’endors, un gardien entre dans la pièce et prend des photos de moi.

Personne dans le centre ne peut me dire quand je vais être expulsée, et je ne suis pas autorisée à parler avec le consulat ou mes avocats. Après presque une semaine, on me dit que le gouvernement américain m'a réservé un vol pour le lendemain. En prime, la gendarmerie turque, me rend le matériel qui m’avait été confisqué à la frontière.

Je remarque quelque chose d'étrange. En plus de mon équipement, on me donne six disques durs externes. Chaque porte un autocollant avec mon nom et mon numéro de dossier. Je dit au personnel du centre qu'ils ne sont pas à moi.

"Emportez-les c’est un don de la Turquie!"

Je refuse, craignant de me faire arrêter avec à l'aéroport d'Istanbul.

Je suis finalement expulsée le 12 octobre, après deux mois d'emprisonnement. Mon affaire est toujours en cours, et je vais être jugée en Turquie par contumace. Je vivais à Istanbul avant ce cauchemar, donc quand j’ai été expulsée, j'ai perdu ma maison. J'ai eu beaucoup d'amis syriens proches en Turquie, et je vais probablement ne jamais les revoir. Ma vie a été détruite.

Travaillant comme journaliste en Syrie, je savais que je risquai d’être enlevée. La tentative de coup d'Etat en Turquie alors que j'étais en Syrie, la Turquie qui accuse les Etats-Unis, je suis arrêtée et accusée d'être un agent de la CIA après avoir réussi à échapper à al-Qaïda ... ce sont des circonstances imprévues.

Malgré tout, j’ai de la chance ; 145 journalistes sont en prison en Turquie, plus que dans tout autre pays. Plus de 37 000 personnes ont été arrêtées en Turquie dans la purge  qui a suivi la tentative de coup d'Etat.

Mon mari, qui est Afghan, est coincé à Istanbul. Les avocats ont peur de prendre les affaires liées de près ou de loin à la tentative de coup d'Etat, et il a appelé plus d'une centaine d’entre eux avant d’en trouver un prêt à le défendre. Nous ne savons pas quand il sera autorisé à quitter le pays. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Cash investigation : poursuivi par Elise Lucet, un patron s'enfuit en courant
02.
Prime exceptionnelle de fin d’année : comment Emmanuel à Macron a (nettement) privilégié son électorat sans le vouloir
03.
Grand débat : ce vent de bêtise qui siffle sur nos têtes
04.
Iran-États-Unis : la tension est à son comble
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
07.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
02.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
03.
La Belle au bois dormant est un "conte sexiste" : supprimé dans certaines écoles!
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
06.
De #GaspardGlanz au passé de Nathalie Loiseau, ces clashs qui soulignent la mentalité de guerre civile qui gagne les esprits français
01.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Pourquoi les erreurs européennes dans le traitement de la crise financière de 2008 sont les racines de la guerre commerciale entre les Etats-Unis et l’UE
04.
Brûler l’ENA ? Pour la reconstruire plus belle encore?
05.
Névroses nationales : et la France de demain, vous la voulez à l’identique ou conscientisée ?
06.
Et rien ne se passa comme prévu (par les progressistes)... : 2019 ou l’effondrement des promesses du monde de 1968
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
VV1792
- 30/11/2016 - 22:28
Je suis d' accord avec vous
Je suis d' accord avec vous vangog. Il y a aussi au moins une chose de sur a tirer de toute cette histoire, c'est que la Turquie, comme tous les Pays qui lui ressemble, est vraiment un pays de m...
vangog
- 30/11/2016 - 01:09
Difficile de démêler le vrai du faux...
Ce Daily Beast nous a tellement habitués aux ficelles grossières de la manipulation gauchiste, qu'on ne sait plus si c'est du lard ou du cochon...
Paulquiroulenamassepasmousse
- 29/11/2016 - 16:54
Sans commentaire....
.....sinon que quand on veut jouer au petit soldat, on n'appelle pas maman au premier problème.