En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

ça vient d'être publié
light > High-tech
Jeu de vilains
Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes
il y a 17 heures 14 min
light > Société
Transports
Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels
il y a 17 heures 47 min
pépites > France
Chaos
Gilets jaunes : en raison des violences, la préfecture a décidé d'interdire la manifestation prévue cet après-midi
il y a 18 heures 51 min
pépites > Environnement
Volte-face
Huile de palme : l'Assemblée vote finalement pour la suppression de l'avantage fiscal
il y a 19 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

La Fabrique des salauds : Un livre-choc, un roman-fleuve aussi dérangeant qu’indispensable sur l’histoire allemande du XXe siècle

il y a 20 heures 32 min
décryptage > France
Censure

Alerte météo sur la liberté d’expression

il y a 23 heures 17 min
décryptage > Société
Polémique

Culture du viol, polémiques et gadgétisation du débat public

il y a 23 heures 41 min
décryptage > France
Crise de foi (en l’avenir)

Vague à l’âme démocratique : 30 ans après la chute du mur de Berlin, la France et l’Europe de l’Ouest en plein désenchantement

il y a 1 jour 4 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Quand l'échange avec autri stimule notre cerveau : les atouts de l'intelligence collective décryptés

il y a 1 jour 27 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les principaux outils et les solutions médicales de demain pour lutter efficacement contre les maladies cardio-vasculaires

il y a 1 jour 30 min
Pas bien
Un tiers des Français avoue avoir déjà fraudé son assurance
il y a 17 heures 30 min
pépites > France
Enquête
Projet d'attentat contre Emmanuel Macron : deux hommes mis en examen
il y a 18 heures 14 min
pépites > France
Prudence
Pluies et inondations : des départements du sud-ouest en vigilance orange
il y a 19 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Orbital, tome 8 : contacts" : Orbital, une série qui tourne rond

il y a 20 heures 29 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 22 heures 38 min
décryptage > International
A l'écart

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

il y a 23 heures 34 min
décryptage > France
Soif de populisme

Mais que révèlent les attentes paradoxales des Français vis-à-vis des Gilets jaunes ?

il y a 23 heures 53 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement
il y a 1 jour 12 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Le jour où Howard Carter et Lord Carnarvon ont découvert les trésors cachés et les vestiges du tombeau de Toutankhamon

il y a 1 jour 30 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

Un virage libéral sauvera-t-il la France d'Emmanuel Macron ?

il y a 1 jour 31 min
© wikipédia
Les progrès dans le domaine de connaissance de l’ADN démontrent qu’il est impossible de dire qu’il est fiable à 100%. C’est la raison pour laquelle l’ADN ne doit pas constituer à lui seul un élément irréfutable de preuve.
© wikipédia
Les progrès dans le domaine de connaissance de l’ADN démontrent qu’il est impossible de dire qu’il est fiable à 100%. C’est la raison pour laquelle l’ADN ne doit pas constituer à lui seul un élément irréfutable de preuve.
Pas comme dans les films

Comment l'ADN en est venu à perdre son statut de preuve irréfutable dans les enquêtes policières

Publié le 25 novembre 2016
L'ADN est un outil précieux pour résoudre des affaires judiciaires. En France, le système d'analyses scientifiques des preuves fonctionne, mais des risques d'erreurs peuvent survenir. L'ADN ne permet alors pas de résoudre toutes les affaires, au contraire, il arrive qu'il les relance.
David Alberto est conseiller technique auprès de SYNERGIE-OFFICIERS, en charge de la Police Judiciaire. Il est également Capitaine de police et a officié notamment pendant 8 ans à la 3ème DPJ.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Alberto
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
David Alberto est conseiller technique auprès de SYNERGIE-OFFICIERS, en charge de la Police Judiciaire. Il est également Capitaine de police et a officié notamment pendant 8 ans à la 3ème DPJ.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'ADN est un outil précieux pour résoudre des affaires judiciaires. En France, le système d'analyses scientifiques des preuves fonctionne, mais des risques d'erreurs peuvent survenir. L'ADN ne permet alors pas de résoudre toutes les affaires, au contraire, il arrive qu'il les relance.

Atlantico : Différentes affaires judiciaires mettent en lumière les failles de l'ADN seule quand il s'agit de d'identifier le coupable d'un crime, comme ce fut le cas en novembre 2007 avec Amanda Knox. Sans faire de procès à ces techniques, quels sont les risques inhérents qui pèsent sur un trop gros recours à l'ADN dans le cadre d'enquêtes judiciaires ?

David Alb​erto : Le souci consisterait à ériger l’ADN en élément exclusif de preuve de la culpabilité d’un individu. Il est absolument nécessaire que le recueil et l’exploitation de l’ADN soient intégrés à un processus global d’enquête, dont les éléments mis bout à bout concourraient ensemble à forger une conviction forte.

Le risque d’un trop grand recours à l’ADN serait donc de négliger d’autres éléments (enquêtes de voisinage, constatations, recours aux caméras de surveillance, auditions…) tout aussi cruciaux à la résolution des enquêtes, et ainsi de ne plus être capable de mettre en perspective les indications apportées par l’ADN.

Face à ce constat, peut-on effectivement dire de l'ADN qu'il est fiable à 100%, comme pourraient nous le faire croire les différentes séries-télévisées, films, etc ? Quelles sont les affaires les plus connues où l'ADN a été source d'erreur ? 

Les progrès dans le domaine de connaissance de l’ADN démontrent qu’il est impossible de dire qu’il est fiable à 100%. C’est la raison pour laquelle l’ADN ne doit pas constituer à lui seul un élément irréfutable de preuve. Mais il faut reconnaitre que les probabilités d’erreur "biologiques" liées à l’ADN sont extrêmement faibles, du fait de techniques d’extractions extrêmement pointues. Le risque d’une erreur judiciaire directement liée à l’ADN pourrait davantage venir de l’éventuelle "pollution" du prélèvement, ou de sa conservation dans des conditions inadéquates. Le risque pourrait également venir de l’interprétation faite de la mise en évidence d’un ADN sur une scène de crime ou délit. Si dans une affaire de viol, une trace biologique était recueillie à proximité immédiate du lieu de commission des faits, sans pour autant qu’il puisse être établi un lien direct entre cet endroit et les circonstances du viol (une femme est violée sur le sol de la cuisine d’un restaurant, une trace biologique est retrouvée sur le plan de travail), le risque d’erreur proviendrait de la conclusion directe que la trace biologique appartient forcément à l’auteur des faits. Alors qu’il peut s’agir de faits distincts. C’est typiquement le cas où l’identification ADN doit être associée à la recherche d’autres éléments objectifs, afin de fonder une conviction fiable.

Quelles sont les différences entre une affaire où l'ADN est susceptible d'aider et une autre où l'ADN induit les chercheurs en erreur ? Comment expliquer les affaires évoquées précédemment ?

L’ADN est clairement un outil qui sert aux enquêteurs à charge et à décharge. On ne compte plus le nombre d’erreurs judiciaires qui ont été "rectifiées" par les comparaisons ADN, dont la technique est de plus en plus élaborée. Outre les enquêtes où la mise en évidence d’un ADN concourt à identifier l’auteur de faits délictuels (cas de l’ADN découvert sur des mégots de cigarettes disséminés à l’endroit où se tenait l’auteur des faits alors qu’il était filmé par une caméra de surveillance, ADN retrouvé sur le corps ou sous les ongles d’une victime…), l’ADN est également très utile pour, à contrario, discriminer un individu que des éléments factuels auraient rendu suspect. Les cas où la mise en évidence d’un ADN pourrait se révéler un "faux ami",  correspondent aux situations où de manière totalement hasardeuse un prélèvement biologique réalisé sur le lieu de commission des faits révélait le profil d’un individu connu pour des antécédents identiques, alors qu’il n’en serait pas l’auteur. La force probante de ces deux éléments combinés (ADN + individu connu pour des faits identiques) compliquerait la tâche des enquêteurs en les mettant sur une fausse piste. Un autre cas de complication serait constitué par la pollution par une personne présente aux alentours, au moment du recueil d’un prélèvement opéré sur une scène de crime ou délit. Le profil génétique mis en évidence, qui de facto ne serait pas celui de l’auteur des faits, serait vainement comparé à la base de données. L’opération pourrait durer des années, durant lesquelles les enquêteurs espéreraient obtenir une identification qui ne surviendrait jamais.

Néanmoins, au-delà des risques abordés, quelle elle l'efficacité globale de l'identification ADN ? Les erreurs évoquées constituent-elles un phénomène marginal ou, à l'inverse, quelque chose de plus récurrent ?

L’identification ADN est devenue au fil du temps une partie intégrante et essentielle du processus d’enquête. Les quelques erreurs ayant pu survenir dans l’obtention ou l’exploitation des résultats d’identification, si elles doivent être reconnues, ne doivent pas masquer l’efficacité réelle de cet outil. La conscience de l’existence d’erreurs possibles, extrêmement marginales, fonde le principe selon lequel l’identification ADN ne doit pas être considérée comme une valeur absolue. Son apport doit rester relatif. Mais couplée à d’autres éléments, elle constitue un outil fondamental, dont la portée apparaît autant utile à charge qu’à décharge.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

02.

Capucine Anav & Alain-Fabien victimes de la santé d'Alain Delon, les hebdos people très inquiets pour celle de Catherine Deneuve. Et pour la sécurité du bébé de Nabilla (aux mains d'UN baby sitter sorti de prison); Kate & Meghan s'ignorent ouvertement

03.

Retraites : le modèle suédois ne va pas si mal que ça, merci

04.

Nintendo Switch : l'UFC-Que choisir dénonce "l'obsolescence programmée" des manettes

05.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

06.

Le surprenant silence du Hamas dans l’affrontement entre Israël et djihad islamique palestinien

07.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

06.

Emmanuel Macron et sa névrose de l’ennemi

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires