En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

05.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

06.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

07.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Covid-19 : l’Agence du médicament refuse d’autoriser massivement l’hydroxychloroquine

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
"Tester, alerter, protéger"

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

il y a 2 min 54 sec
décryptage > France
Non, non et non

La phrase terrible du président du CFCM : "il faut savoir renoncer à certains droits"...

il y a 41 min 15 sec
pépites > France
Coronavirus
La France et l'Europe débordées par le virus : l'Hexagone se reconfine mais laisse ses établissements scolaires ouverts, nouvelles restrictions en Allemagne pendant un mois
il y a 59 min 43 sec
pépite vidéo > France
Pays confiné jusqu’au 1er décembre
Reconfinement et nouvelles mesures : retrouvez l’intégralité de l’intervention d’Emmanuel Macron
il y a 11 heures 9 min
pépites > Economie
Impact de la crise
Celio va fermer 102 magasins en France, 383 emplois sont menacés
il y a 15 heures 12 min
light > Culture
Amoureux des mots
Mort d'Alain Rey à l'âge de 92 ans
il y a 17 heures 13 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"ADN" : Maïwenn en quête de ses racines algériennes dans une autofiction comique et volcanique...

il y a 18 heures 26 min
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 20 heures 24 min
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 20 heures 48 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 21 heures 20 min
décryptage > International
Mais qu'est-ce qu'ils allaient faire dans cette galère ?

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

il y a 40 min 18 sec
décryptage > Economie
Atlantico Business

Les investissements s’effondrent et signent la fin d’une mondialisation effrénée… Sauf pour la Chine, grande gagnante de la crise

il y a 43 min 16 sec
pépites > Europe
UE
L’eurodéputé Pierre Larrouturou débute une grève de la faim pour réclamer une taxe sur la spéculation financière
il y a 10 heures 57 min
pépites > Politique
"Tester, alerter, protéger"
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce l’instauration d’un reconfinement national dès vendredi
il y a 11 heures 56 min
light > France
Festivités annulées
Lyon : la Fête des Lumières 2020 n'aura pas lieu
il y a 16 heures 46 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Impossible" de Erri de Luca : huis-clos entre un accusé et son juge. Un roman puissant lu par deux comédiens talentueux

il y a 18 heures 5 min
pépites > France
Séparatisme
Gérald Darmanin annonce la dissolution de l'association BarakaCity
il y a 19 heures 27 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 20 heures 34 min
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 21 heures 1 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 21 heures 41 min
© Reuters
© Reuters
Tu peux toujours rêver...

Pourquoi Hollande se shoote à l’espoir Fillon

Publié le 25 novembre 2016
Les proches de François Hollande se disent ravis à l'idée que François Fillon puisse être le candidat de la droite à la présidentielle. Ils y voient le signe que l'on peut faire mentir les sondages. Mais surtout son programme économique et social ouvre un espace à l'actuel chef de l’État. Ils craignent cependant qu'une candidature de François Bayrou aspire ce réservoir de voix.
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les proches de François Hollande se disent ravis à l'idée que François Fillon puisse être le candidat de la droite à la présidentielle. Ils y voient le signe que l'on peut faire mentir les sondages. Mais surtout son programme économique et social ouvre un espace à l'actuel chef de l’État. Ils craignent cependant qu'une candidature de François Bayrou aspire ce réservoir de voix.

Il a passé la soirée de dimanche dans son bureau à échafauder des scénarios. Le président de la République rêvait d'un match retour. Un nouveau Hollande Sarkozy qui, selon lui, était le seul duel dont l'issue n'était pas écrite d'avance. Lui offrant une maigre, très maigre chance, de réélection. Mais rien n'y a fait. Même les coups de pouce des hollandais. Les électeurs de droite ont préféré Alain Juppé et, contre toute attente, François Fillon.

 

François Hollande, pourtant observateur averti de la vie politique, n'a pas vu venir l'ancien premier ministre. Il lui a donc fallu se faire à l'idée, réfléchir aux forces et aux faiblesses de cet adversaire inattendu. Et passé l'effet surprise, le voilà qui respire à nouveau. Le choix des électeurs de droite, s'il se confirmait dimanche prochain, lui rapporterait une véritable bol d'air, lui ont soufflé ses conseillers. Un espace, pour une nouvelle candidature.

 

Car le problème de François Hollande, de son propre point de vue, ça n'est pas la primaire. L'idée qu'il pourrait y être éliminé comme Nicolas Sarkozy, car les français ont envie de sortir les sortants, ne l'inquiète pas vraiment. Bien sur, il ressent la tentation d'une partie de ses électeurs mais il observe aussi ses adversaires de gauche. Et que voit-il ? Un Manuel Valls qui ne sera pas déloyal. Un Montebourg qui, certes le talonne dans les sondages, mais mène une campagne sans envie qui n'imprime pas. Il voit aussi quelques petits candidats dans l'incapacité de le concurrencer sérieusement. Parmi les non déclarés, pas de grand danger non plus. De Ségolène Royal à Martine Aubry en passant par Christiane Taubira, aucun ne se présentera contre lui pense-t-il.

 

Son problème, c'est la présidentielle. Donné absent du second tour dans tous les cas de figure, François Hollande hésitait, jusqu'ici, à s'imposer cette humiliation. Avant de prendre sa décision, il souhaitait connaître le résultat de la primaire de la droite car il estimait qu'il n'avait aucune chance face à Alain Juppé. La victoire désormais fort probable de François Fillon rebat entièrement les cartes. Et, du point de vue des hollandais ouvre un espace au président de la République.

 

Tout d’abord en terme de modèle.

 

Les proches du Chef de l’État estiment, en effet, que la forte progression de l'ancien premier Ministre, qui était à 8% d'intention de vote fin septembre, prouve que rien n’est figé. Et que tout est toujours possible. François Fillon représente aussi la preuve, selon les hollandais, qu'avoir été aux commandes du pays n'est pas rédhibitoire. "Vous dites que les français veulent sortir les sortants mais François Fillon est le candidat de droite qui a été élu depuis le plus longtemps, depuis 1981, observe Frédérique Espagnac, l'un des portes-paroles de l'actuel chef de l’État qui ajoute : Pour sortir les sortants, il aurait fallu voter NKM ou Le Maire".

Au-delà des symboles, les proches du chef de l’État observent surtout le programme du candidat de droite et se frottent les mains. Là où Alain Juppé empiétait sur le positionnement très centriste du chef de l’État, François Fillon laisse un espace immense. "On a oublié, depuis l’époque de Jacques Chirac, qu'il y avait un véritable clivage gauche droite. Avec Fillon, on revient à du conservatisme pur et du libéralisme pur", sourit Frédérique Espagnac. En matière économique, le programme très dur de l'ancien locataire de Matignon donne, au bilan de François Hollande, un coté social. Face à son positionnement pro Poutine et pro Bachar El Assad, le chef de l’État s'imagine déjà défendre la politique internationale menée par la France depuis 5 ans. Enfin, face à un candidat qui, il y a quelques temps, défendait l'idée d'appliquer la préférence nationale aux aides sociales, François Hollande se dit qu'il sera moins compliqué de mobiliser la gauche. Et peut-être même la droite. "Il n’est pas certain que tous les électeurs adhérent à son programme, il se peut que certains juppéistes se reportent sur nous", explique un conseiller du Chef de l’État.

Reste un caillou dans la chaussure de François Hollande qui se nomme François Bayrou. Le troisième François de l'histoire. L'entourage du président de la République s’inquiétait, ce soir : "que va-t-il faire ?", tentaient-ils de savoir. Se présenter, soutenir François Fillon ? Sa candidature pourrait aspirer le centre. Occuper ce créneau idéologique laissé libre par François Fillon et que François Hollande convoite désormais. Un créneau sur lequel lorgne aussi Emmanuel Macron. Bref, quelque soit le candidat désigné dimanche, la tache ne serra pas facile. Et François Hollande va encore prendre le temps de la réflexion. Il annoncera sa décision mi décembre.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 22/11/2016 - 18:36
Du Hollande pur sucre !
Cinq ans pour échafauder une stratégie pour en gagner cinq autres qui serviront à préparer sa retraite.
Stargate53
- 22/11/2016 - 13:53
Pauvre d'esprit !
F Hollande n'a pas encore compris que les françaises et Français en ont plus qu'assez des solutions inéfficaces et coupées de la réalité économiques de la gauche ! Il est grillé et il refuse de le voir, tant pis pour lui et cette cohorte d'illusionnistes de gauche !
ikaris
- 22/11/2016 - 10:35
Broderie féminine
Tout ce billet n'est à mon sens qu'une broderie donc on ne peut pas attribuer tout ce qui est dit à Hollande et à ses conseillers. Le ton volontairement polémique ne doit donc pas trop nous agasser. Il n'en reste pas moins que au delà de Hollande, le candidat Fillon réouvre un fossé entre le programme de la gauche et de la droite ce qui est bon pour le candidat socialo : son électorat (fonctionnaires) se mobilisera plus facilement que contre Juppé. Mais bon ça c'est pour la galerie : les socialos font du libéral shooté aux subventions pour leur électorat et Fillon fait du libéral qui n'attaquera pas de face l'électorat socialo : verre à moitié vide et à moitié plein en fait.