En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Au secours, les Chiraquiens sont de retour !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 7 heures 52 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 10 heures 34 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 12 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 14 heures 1 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 15 heures 19 sec
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 17 heures 10 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 17 heures 42 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 18 heures 15 min
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 10 heures 14 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 11 heures 20 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 13 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 13 heures 51 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 14 heures 13 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 15 heures 25 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 17 heures 41 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 18 heures 1 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 18 heures 47 min
© Reuters
© Reuters
Tu peux toujours rêver...

Pourquoi Hollande se shoote à l’espoir Fillon

Publié le 25 novembre 2016
Les proches de François Hollande se disent ravis à l'idée que François Fillon puisse être le candidat de la droite à la présidentielle. Ils y voient le signe que l'on peut faire mentir les sondages. Mais surtout son programme économique et social ouvre un espace à l'actuel chef de l’État. Ils craignent cependant qu'une candidature de François Bayrou aspire ce réservoir de voix.
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christelle Bertrand, journaliste politique à Atlantico, suit la vie politique française depuis 1999 pour le quotidien France-Soir, puis pour le magazine VSD, participant à de nombreux déplacements avec Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande,...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les proches de François Hollande se disent ravis à l'idée que François Fillon puisse être le candidat de la droite à la présidentielle. Ils y voient le signe que l'on peut faire mentir les sondages. Mais surtout son programme économique et social ouvre un espace à l'actuel chef de l’État. Ils craignent cependant qu'une candidature de François Bayrou aspire ce réservoir de voix.

Il a passé la soirée de dimanche dans son bureau à échafauder des scénarios. Le président de la République rêvait d'un match retour. Un nouveau Hollande Sarkozy qui, selon lui, était le seul duel dont l'issue n'était pas écrite d'avance. Lui offrant une maigre, très maigre chance, de réélection. Mais rien n'y a fait. Même les coups de pouce des hollandais. Les électeurs de droite ont préféré Alain Juppé et, contre toute attente, François Fillon.

 

François Hollande, pourtant observateur averti de la vie politique, n'a pas vu venir l'ancien premier ministre. Il lui a donc fallu se faire à l'idée, réfléchir aux forces et aux faiblesses de cet adversaire inattendu. Et passé l'effet surprise, le voilà qui respire à nouveau. Le choix des électeurs de droite, s'il se confirmait dimanche prochain, lui rapporterait une véritable bol d'air, lui ont soufflé ses conseillers. Un espace, pour une nouvelle candidature.

 

Car le problème de François Hollande, de son propre point de vue, ça n'est pas la primaire. L'idée qu'il pourrait y être éliminé comme Nicolas Sarkozy, car les français ont envie de sortir les sortants, ne l'inquiète pas vraiment. Bien sur, il ressent la tentation d'une partie de ses électeurs mais il observe aussi ses adversaires de gauche. Et que voit-il ? Un Manuel Valls qui ne sera pas déloyal. Un Montebourg qui, certes le talonne dans les sondages, mais mène une campagne sans envie qui n'imprime pas. Il voit aussi quelques petits candidats dans l'incapacité de le concurrencer sérieusement. Parmi les non déclarés, pas de grand danger non plus. De Ségolène Royal à Martine Aubry en passant par Christiane Taubira, aucun ne se présentera contre lui pense-t-il.

 

Son problème, c'est la présidentielle. Donné absent du second tour dans tous les cas de figure, François Hollande hésitait, jusqu'ici, à s'imposer cette humiliation. Avant de prendre sa décision, il souhaitait connaître le résultat de la primaire de la droite car il estimait qu'il n'avait aucune chance face à Alain Juppé. La victoire désormais fort probable de François Fillon rebat entièrement les cartes. Et, du point de vue des hollandais ouvre un espace au président de la République.

 

Tout d’abord en terme de modèle.

 

Les proches du Chef de l’État estiment, en effet, que la forte progression de l'ancien premier Ministre, qui était à 8% d'intention de vote fin septembre, prouve que rien n’est figé. Et que tout est toujours possible. François Fillon représente aussi la preuve, selon les hollandais, qu'avoir été aux commandes du pays n'est pas rédhibitoire. "Vous dites que les français veulent sortir les sortants mais François Fillon est le candidat de droite qui a été élu depuis le plus longtemps, depuis 1981, observe Frédérique Espagnac, l'un des portes-paroles de l'actuel chef de l’État qui ajoute : Pour sortir les sortants, il aurait fallu voter NKM ou Le Maire".

Au-delà des symboles, les proches du chef de l’État observent surtout le programme du candidat de droite et se frottent les mains. Là où Alain Juppé empiétait sur le positionnement très centriste du chef de l’État, François Fillon laisse un espace immense. "On a oublié, depuis l’époque de Jacques Chirac, qu'il y avait un véritable clivage gauche droite. Avec Fillon, on revient à du conservatisme pur et du libéralisme pur", sourit Frédérique Espagnac. En matière économique, le programme très dur de l'ancien locataire de Matignon donne, au bilan de François Hollande, un coté social. Face à son positionnement pro Poutine et pro Bachar El Assad, le chef de l’État s'imagine déjà défendre la politique internationale menée par la France depuis 5 ans. Enfin, face à un candidat qui, il y a quelques temps, défendait l'idée d'appliquer la préférence nationale aux aides sociales, François Hollande se dit qu'il sera moins compliqué de mobiliser la gauche. Et peut-être même la droite. "Il n’est pas certain que tous les électeurs adhérent à son programme, il se peut que certains juppéistes se reportent sur nous", explique un conseiller du Chef de l’État.

Reste un caillou dans la chaussure de François Hollande qui se nomme François Bayrou. Le troisième François de l'histoire. L'entourage du président de la République s’inquiétait, ce soir : "que va-t-il faire ?", tentaient-ils de savoir. Se présenter, soutenir François Fillon ? Sa candidature pourrait aspirer le centre. Occuper ce créneau idéologique laissé libre par François Fillon et que François Hollande convoite désormais. Un créneau sur lequel lorgne aussi Emmanuel Macron. Bref, quelque soit le candidat désigné dimanche, la tache ne serra pas facile. Et François Hollande va encore prendre le temps de la réflexion. Il annoncera sa décision mi décembre.   

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

05.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

06.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

07.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

01.

Au secours, les Chiraquiens sont de retour !

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

04.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

05.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (19)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
jurgio
- 22/11/2016 - 18:36
Du Hollande pur sucre !
Cinq ans pour échafauder une stratégie pour en gagner cinq autres qui serviront à préparer sa retraite.
Stargate53
- 22/11/2016 - 13:53
Pauvre d'esprit !
F Hollande n'a pas encore compris que les françaises et Français en ont plus qu'assez des solutions inéfficaces et coupées de la réalité économiques de la gauche ! Il est grillé et il refuse de le voir, tant pis pour lui et cette cohorte d'illusionnistes de gauche !
ikaris
- 22/11/2016 - 10:35
Broderie féminine
Tout ce billet n'est à mon sens qu'une broderie donc on ne peut pas attribuer tout ce qui est dit à Hollande et à ses conseillers. Le ton volontairement polémique ne doit donc pas trop nous agasser. Il n'en reste pas moins que au delà de Hollande, le candidat Fillon réouvre un fossé entre le programme de la gauche et de la droite ce qui est bon pour le candidat socialo : son électorat (fonctionnaires) se mobilisera plus facilement que contre Juppé. Mais bon ça c'est pour la galerie : les socialos font du libéral shooté aux subventions pour leur électorat et Fillon fait du libéral qui n'attaquera pas de face l'électorat socialo : verre à moitié vide et à moitié plein en fait.