En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

ça vient d'être publié
Very bad trip
Etats-Unis : à 5 ans il amène de la cocaïne à l'école
il y a 12 heures 45 min
pépites > Justice
Aucun remord
Bilal Taghi, le premier homme à avoir fomenté un attentat djihadiste en prison, jugé dès ce mardi
il y a 13 heures 53 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Un dimanche à Ville d'Avray" de Dominique Barbéris : Une Madame Bovary des temps modernes, un roman à l’humour mordant

il y a 16 heures 3 min
light > People
The Big bucks
Kylie Jenner vend sa marque de cosmétiques pour la somme de... 600 millions de dollars
il y a 17 heures 44 min
pépite vidéo > Politique
Décentralisation
François Baroin : "la fédération des volontés locales" plus importante "qu'un pouvoir très centralisé"
il y a 18 heures 8 min
décryptage > Justice
Je baise la France jusqu'à l'agonie

Pourquoi il faut laisser s'exprimer Nick Conrad

il y a 18 heures 28 min
décryptage > Politique
Adieu Jupiter!

Hollande c'était "moi je " : Macron c'est "bibi"

il y a 18 heures 38 min
décryptage > Société
Bonne solution ?

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

il y a 18 heures 48 min
décryptage > Politique
Libéralisation ?

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

il y a 21 heures 3 min
décryptage > Science
Etrange...

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

il y a 23 heures 53 sec
pépites > Politique
Sauvetage
Congrès des maires de France: Emmanuel Macron dit avoir "tant appris" des élus
il y a 13 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Théâtre : Perrine Perrez "Celle qui a dit non" : Nous on dit "oui" sans hésiter !

il y a 15 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Livre : "Encre sympathique" de Patrick Modiano : Modiano en détective, une délicieuse partition sur l’écriture et l’oubli

il y a 16 heures 13 min
Couette tueuse
Le mystère de la couette tueuse enfin élucidé !
il y a 17 heures 49 min
décryptage > Politique
Perte d'autorité

L’autorité de l’Etat ne sera pas restaurée par la violence

il y a 18 heures 19 min
décryptage > Economie
La traque

Mais pourquoi traquer la fraude fiscale ?

il y a 18 heures 33 min
décryptage > Science
Kesako ?

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

il y a 18 heures 42 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 18 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 19 heures 45 min
décryptage > Economie
Tout ça pour ça

Vote du PLF 2020 : 3 mois de débats pour presque rien (de nouveau)

il y a 21 heures 7 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

il y a 23 heures 18 min
© CHANDRA X-RAY OBSERVATORY CENTER / NASA
La réduction vient d'une baisse du budget de la NASA après Apollo, mais aussi du fait de mener des projets plus complexes, donc plus chers. L'agence américaine garde un avenir prometteur à condition que la volonté politique soit toujours là.
© CHANDRA X-RAY OBSERVATORY CENTER / NASA
La réduction vient d'une baisse du budget de la NASA après Apollo, mais aussi du fait de mener des projets plus complexes, donc plus chers. L'agence américaine garde un avenir prometteur à condition que la volonté politique soit toujours là.
Vers l'infini et au delà

Comment la Nasa se bat pour sauvegarder le peu de vaisseaux qu'il lui reste

Publié le 18 novembre 2016
Si la NASA a connu des années de gloire dans les années 70-90, elle est désormais en difficulté. Les missions qu'elle continue de mener sont de moins en moins nombreuses et sont réduites en terme de temps.
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Sanguy est spécialiste de l’astronautique et rédacteur en chef du site d’actualités spatiales de la Cité de l’espace à Toulouse.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si la NASA a connu des années de gloire dans les années 70-90, elle est désormais en difficulté. Les missions qu'elle continue de mener sont de moins en moins nombreuses et sont réduites en terme de temps.

Atlantico : Les vaisseaux lancés par la NASA dans l’espace sont de moins en moins nombreux et leurs missions se réduisent d’année en année. Où en est le géant spatial dans sa conquête du ciel ? Les heures de gloire de l’agence sont elles passées ou l’avenir est encore prometteur ?

Olivier Sanguy : Ce que vous appelez les heures de gloire correspondent à la période de la course à l'espace où la guerre froide entre les Etats-Unis et l'URSS fut un puissant moteur puisque ces deux blocs utilisaient le spatial pour démontrer leur dominance en plus de faire de la science. Sur l'élan d'Apollo, de nombreuses missions d'exploration furent menées. La réduction vient d'une baisse du budget de la NASA après Apollo, mais aussi du fait de mener des projets plus complexes, donc plus chers. L'agence américaine garde un avenir prometteur à condition que la volonté politique soit toujours là : en tant qu'agence fédérale, son budget est voté par le Congrès américain. Pour l'instant, la NASA reste le plus gros budget spatial civil.

Est-ce que le budget de la NASA est utilisé de la même manière qu’il y a 30 ans ? Est-ce que ça peut expliquer la baisse du nombre de missions spatiales ?

Non, l'ère Apollo où l'essentiel était pour le programme lunaire habité est révolu. La NASA s'occupe aussi d'observation de la Terre avec la surveillance du changement climatique comme une des priorités. Avec un budget baissé, mais stabilisé depuis quelques années, il a fallu arbitrer pour financer tous les programmes. Ceci dit comme évoqué, si on fait moins de missions qu'au début, ce n'est pas qu'une question budgétaire : les missions sont moins nombreuses mais plus complexes et aussi, étant donné qu'il y en a moins qui échouent, cela induit moins de sondes ou satellites à renvoyer. Mais il est vrai que le nombre de missions d'exploration des planètes, Mars mis à part, est en baisse.

La diminution du nombre de vaisseaux spatiaux envoyés par la NASA dans l’espace a-t-elle un impact sur la recherche scientifique ? 

Forcément puisqu'il y a moins de données pour les scientifiques avec moins de sondes. Attention toutefois, les engins modernes récoltent considérablement plus de données qu'avant. Par exemple, avec la mission Rosetta de l'ESA pour la comète 67P, les scientifiques estiment qu'ils ont 10 ans de travail devant eux ! C'est encore un choix politique. Financer moins de missions, c'est prendre le risque de moins irriguer en recherche de pointe le circuit universitaire et scientifique et donc de diminuer un moteur d'excellence pourtant reconnu.

Dans ces circonstances de diminution des missions spatiales de la NASA, est-elle en danger de perte de sa première place mondiale ? Quels sont ses concurrents ?

La NASA garde une place de leader pour le moment. L'ESA sait faire beaucoup avec un budget 5 fois moindre. La Russie garde son importance, mais resté limitée par un budget restreint. En revanche, la Chine affiche des ambitions qui vont des lancements de satellites aux vols habités avec station spatiale en passant par des robots lunaires et bientôt martiens. S'agissant d'agences spatiales, le terme concurrence est peut-être un peu trop à connotation commerciale. Une émulation certes, mais avec une indéniable composante géopolitique. Et ce même s'il y a coopération, car le pays qui possède une avance spatiale est en position de force lorsqu'il s'agit de définir les termes de cette coopération.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

La NASA développe la plus grande arme à feu au monde pour gérer un problème majeur de l’espace

03.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

04.

Les Misérables : et si Emmanuel Macron permettait enfin aux banlieues d’être libérales

05.

Education : Plusieurs études convergent pour dire que mieux payer les enseignants est le meilleur moyen d'améliorer la situation des jeunes enfants

06.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

07.

Les éoliennes produisent-elles une énergie "écologique” ?

01.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

02.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

03.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

04.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Tous les chemins mènent à Rome : mais celui de Zemmour est quand même un peu tortueux...

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires