En direct
Best of
Best of du 7 au 13 septembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

ça vient d'être publié
pépites > Environnement
Emploi du temps
Ségolène Royal, ambassadrice des pôles, n'aurait pas assisté aux réunions du Conseil de l'Arctique
il y a 4 min 41 sec
light > Justice
Butin important
Les propriétaires du château de Vaux-le-Vicomte ont été séquestrés
il y a 1 heure 42 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"LECTURES D'ETE": Notre sélection des meilleurs livres des 10 derniers mois, "L'amour est aveugle" de William Boyd

il y a 3 heures 9 min
pépites > Politique
Victoire ?
Procès de Jean-Luc Mélenchon : le renvoi du parquet a été refusé
il y a 3 heures 59 min
décryptage > Sport
LDC

PSG - REAL : 3 - 0 Sans ses stars mais avec un Idrissa Gueye impérial, Paris surclasse le Real de Zidane

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Economie
Vie professionnelle

Le management vertical a tendance à fatiguer de plus en plus les salariés

il y a 7 heures 19 min
décryptage > France
Riposte

Recrudescence des mites mangeuses de vêtements à cause des fibres naturelles et du lavage à basse température

il y a 7 heures 51 min
décryptage > Politique
Langue de bois s'abstenir

Une étude des universités de Harvard et de Berkeley démontre qu’en politique les propos clivants et politiquement incorrects paient

il y a 8 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

il y a 9 heures 6 min
pépites > Europe
Brexit
Il pourrait y avoir une alternative au "backstop" pour Boris Johnson
il y a 23 heures 31 sec
light > Société
Vocation
Traverser la rue pour trouver un emploi : la nouvelle vie de Jonathan
il y a 52 min 51 sec
pépite vidéo > International
Campagne
"Blackface" : Justin Trudeau présente ses excuses après la diffusion d'une photo polémique
il y a 2 heures 44 min
pépites > Santé
Mesures
Un rapport parlementaire dévoile la prise en charge "catastrophique" des patients en psychiatrie
il y a 3 heures 20 min
décryptage > High-tech
Le monde d’après Snowden

Mémoires de Snowden : mais où en est-on de la surveillance mondiale à l’heure actuelle ?

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Santé
Santé

L’imposture psychosomatique comme prétendu diagnostic (de secours) de maladies complexes

il y a 6 heures 55 min
décryptage > Economie
Epargne

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

il y a 7 heures 39 min
décryptage > Politique
Évaporation du domaine de la lutte

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

il y a 8 heures 11 min
décryptage > Défense
La guerre à l’heure des ennemis non identifiés

La France est-elle menacée par des attaques "non-attribuables" comme en a connues l’Arabie saoudite sur ses champs de pétrole ?

il y a 8 heures 43 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales
il y a 9 heures 17 min
pépite vidéo > Insolite
record
Une américaine traverse la Manche à la nage quatre fois d'affilée
il y a 23 heures 17 min
© Reuters
© Reuters
THE DAILY BEAST

Voilà comment la Chine et la Russie vont tester Donald Trump

Publié le 18 novembre 2016
Malgré des engagements non-interventionnistes en matière de politique étrangère, Donald Trump risque de ne pas avoir le choix lors de ses premiers mandats : Chine et Russie sont bien décidées à le tester, et il pourrait avoir besoin d'alliés.
Gordon G. Chang est journaliste pour The Daily Beast.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gordon G. Chang
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gordon G. Chang est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Malgré des engagements non-interventionnistes en matière de politique étrangère, Donald Trump risque de ne pas avoir le choix lors de ses premiers mandats : Chine et Russie sont bien décidées à le tester, et il pourrait avoir besoin d'alliés.

La politique étrangère de Donald Trump, surtout dans ses premiers mois au pouvoir, sera probablement sans rapport avec ce tout qu'il a dit. Ou pensé.

Pourquoi ? Il est peu probable que Trump conduise la politique américaine. Regardez plutôt du côté de Pékin ou Moscou. Washington dans les premiers mois seront probablement amené à réagir face à ces deux grands Etats autoritaires, qui semblent coordonner les défis qu’ils lancent à l'Amérique, illustrés, entre autres choses, par leurs exercices navals conjoints dans la partie méridionale de la mer de Chine et leur coalition informelle au plus fort de la guerre civile syrienne.

Trump lors de sa campagne a critiqué l’organisation internationale mise en place, après la guerre, par Washington alors qu'elle fait la quasi unanimité aux États-Unis. En juillet, il a stupéfié l'Europe quand il a suggéré que le traité de l'OTAN n’oblige pas les États-Unis à défendre ses membres attaqués. Il a choqué l'Asie en mars, quand il a remis en cause les alliances de l'Amérique avec le Japon et la Corée du Sud, puis enterré plus de sept décennies de non-prolifération, en suggérant qu'ils pourraient développer leurs propres arsenaux nucléaires.

Son accord quasi-total avec Kremlin, évident tout au long de la campagne, est une répudiation de décennies de politique américaine, à la fois pendant et après la Guerre Froide.

Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que sa victoire ait inquiété.

Pourtant, il a également été célébré par Pékin et Moscou. La Douma de Russie, par exemple, a applaudi et le champagne a été débouché au cours d'une session plénière, lorsqu’Hillary Clinton a reconnu sa défaite.

A Moscou, on se dit que Washington ne sera plus opposée à l'expansionnisme russe. Vladimir Poutine a, derrière les murs du Kremlin, préparé sa campagne contre l'Ukraine, annexé la Crimée en 2014 et déstabilisé le Donbass, dans le cadre de ce qu'il appelle hardiment  la "Nouvelle Russie". Certains pensent que la première réaction de Poutine à la victoire de Trump sera une nouvelle offensive de la Syrie, puis une nouvelle poussée contre l'Ukraine.

La Russie pourrait également menacer directement les intérêts américains parce que Poutine vise les trois Etats baltes. Estonie, la Lettonie et Lituanie qui sont membres de l'OTAN. Alors que conformément à l'article 5 du Traité de l'Atlantique Nord, une attaque contre l'un d'eux est considérée comme une attaque contre les États-Unis. Si Trump devait hésiter en cas de crise, les chars russes y entreraient en quelques jours. Une étude de la Rand, cette année, a estimé que les forces russes pourraient atteindre la périphérie de Tallinn et Riga, les capitales de l'Estonie et de la Lettonie, en moins de 60 heures.

Au moins, le système politique russe semble relativement stable. Son nouveau partenaire, la Chine, ne l’est évidemment pas. Cette semaine, le gouvernement central chinois a surpris à peu près tous les observateurs en remplaçant le réformateur Lou Jiwei, le très respecté ministre chinois des Finances.

Le mouvement, largement interprété comme le résultat de tensions politiques, intervient après des mois de luttes intestines au sommet du Parti communiste. Ces luttes s’intensifient alors que chef du Parti, Xi Jinping, agit de manière encore plus audacieuse en violent les règles fixées pour limiter les problèmes lors des changements au sein du pouvoir. Comme il "désinstitutionnalise" le système politique, le tumulte au sommet se traduit par une politique extérieure plus provocante.

Cette nouvelle agressivité est en partie le résultat de querelles entre personnalités civiles qui cherchent le soutien des officiers généraux chinois. Comme les principaux généraux et amiraux deviennent des acteurs puissants au sein du parti, ils obtiennent la possibilité d’intervenir dans la politique étrangère du pays.

Dans l'incertitude politique actuelle, aucun responsable civil n’est en mesure, ou disposé à prendre le risque, de dire aux chefs de l’armée ce qu’ils ont à faire. Dans une culture politique où les Etats-Unis sont considérés comme l’adversaire principal  de la Chine, seules les attitudes les plus hostiles sont maintenant considérées comme politiquement acceptable. Les partisans de la ligne dure contrôlent presque certainement la situation.

Nous ne connaissons pas l’étendue des tensions internes à Pékin, mais ces différends surviennent à un moment où la Chine pourrait passer à l’action. Depuis plus de trois décennies, la principale base de la légitimité du Parti communiste a été la prospérité continue, mais alors que l'économie marque le pas, la seule base restante de cette légitimité est le nationalisme.

Trump menace la prospérité de la Chine. Il a proposé une taxe de 45% sur des produits chinois, il a promis de relocaliser des usines aux Etats-Unis, il a parlé d’inciter au retour les liquidités placées à l'étranger. Son scepticisme face aux accords commerciaux fait que le Bilateral Investment Treaty, dont les négociations entre Washington et Pékin étaient en train de se terminer, ne sera probablement jamais ratifié.

Même la politique économique globale de Trump pourrait nuire à la Chine. Ses baisses d’impôt et les grands travaux de réparation des infrastructures, par exemple, pourraient créer un boom en Amérique, ce qui conduirait à une augmentation des taux d'intérêt. La hausse des taux à son tour va attirer encore plus d'argent alors que la Chine manque déjà d’espèces, peut-être à raison d’un trillion par an. Comme on le voit, Trump menace l'économie chinoise, fragile à bien des égards.

Le Parti communiste, est donc incité à tester Trump rapidement. Même dans des périodes plus calmes, les dirigeants chinois ont testé les deux derniers présidents américains au début de leur premier mandat, George W. Bush en avril 2001 (avec la collision entre un avion d’espionnage militaire américain et un chasseur chinois dont le pilote a été tué près de l’île d’Hainan), et Barack Obama dans une série de dangereux face-à-face entre navires de guerre, en mer de Chine du Sud au début de mars 2009.

Et pour rendre les choses encore plus dangereuses, Pékin pense que c’est maintenant qu’il faut agir. "Les Chinois apprécient que Trump parle de plus en plus de politique intérieure" dit Paul Haenle du Carnegie-Tsinghua Center for Global Policy, au Time . "Trump dit que nous devons nous retirer. Tout cela paraît idéal aux yeux des Chinois."

Les Chinois, nous le savons, en veulent beaucoup. Ils veulent expulser les Etats-Unis hors d'Asie, ils veulent que d'autres pays reconnaissent la suprématie chinoise, ils veulent contrôler les mers qui les entourent, et ils veulent annexer des territoires dans un arc qui va de l'Inde à la frontière sud de la Corée du Sud.

Désormais, Pékin et Moscou voient des opportunités historiques pour redessiner leurs frontières vers l'extérieur parce qu'ils pensent que Trump, va quitter les alliances en abandonnant ses amis, et qu’il pourrait se retirer des zones que les Chinois veulent contrôler.

Pourtant, même si l’intention de Trump est de réduire les engagements américains de manière aussi dramatique - Pékin et Moscou pourraient facilement mal l’interprêter – ce sera difficile pour lui de le faire.

Deux grands océans n'ont pas protégé l'Amérique dans les années 1940, et il est peu probable qu’ils le fassent maintenant, à une époque beaucoup plus globalisée et interconnectée. Trump, et le public américain, vont bientôt réaliser que le système d'alliance américaine comporte des devoirs pour les Etats-Unis mais il les protège aussi en maintenant leurs adversaires loin de ses frontières.

Et ces adversaires ne s’arrêteront pas avant qu’on ne les stoppe. En fait, la Chine et la Russie, après les succès de cette décennie, ont des ambitions qui grandissent.

Les États-Unis, par conséquent, pourraient se trouver en face des Etats chinois et russe qui ont l'intention de tester l’Amérique du nouveau président Trump. Donc, quoiqu’il qu'il pense maintenant, le nouveau leader américain va, bientôt avoir besoin d'amis et d’alliés.

Copyright The Daily Beast - Gordon G. Chang

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

02.

600 milliards perdus pour cause de mauvais investissements : mais au fait, quels sont les placements intelligents simples à mettre en place ?

03.

Jerôme Fourquet mesure l'empreinte grandissante de l'Islam sur le quotidien; Valeurs Actuelles tente de mesurer le lien entre fraude sociale et immigration; Chez LR on ne veut pas de primaire ouverte (sauf Retailleau); Chez LREM on redoute les municipales

04.

Brexit : petit rappel des prédictions apocalyptiques prédites au Royaume-Uni lorsqu’il choisit de garder la Livre sterling plutôt que d’adopter l’Euro

05.

Alerte mondiale : cette déconnexion croissante (et inquiétante) de l’économie réelle et des marchés financiers

06.

Un oiseau attaque et tue un cycliste

07.

L’autre gros problème de Jean-Luc Mélenchon

01.

Patrick Bruel : une deuxième masseuse l'accuse ; Adieu Sebastien Farran, bonjour Pascal, Laeticia Hallyday retrouve enfin l’amour ! ; Lily-Rose Depp & Timothée Chalamet squelettiques mais heureux, Céline Dion juste maigre...;

02.

Retraites : ces trois questions pièges souvent oubliées des grands discours

03.

Laeticia Hallyday aurait retrouvé l’amour

04.

Les avantages et les bienfaits d'une éducation conservatrice pour nos enfants face à la faillite éducative contemporaine

05.

L'Ifop révèle une enquête sur la population musulmane en France

06.

L’étonnante persistance du soutien des Français aux Gilets jaunes

01.

Patatras : l’étude phare qui niait l’existence de notre libre arbitre à son tour remise en question

02.

Selon le président la Conférence des Évêques de France, les citoyens "inquiets" du projet de loi bioéthique ont le "devoir" de manifester le 6 octobre

03.

Ces 3 questions pièges de tout débat sur l’immigration en France

04.

Pourquoi LREM pourra difficilement échapper à son destin de “parti bourgeois” quels que soient ses efforts

05.

PMA / GPA : la guerre idéologique est-elle perdue ?

06.

Marine Le Pen : retour aux fondamentaux (et au plafond de verre)

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 14/11/2016 - 11:16
Réactions de la Chine et de la Russie envers Trump
Ah bon, l'auteur de cet article aurait-il pénétré les cerveaux de W. Poutine et Xi Jing Ping
ikaris
- 14/11/2016 - 11:04
Daliy Beast, la référence de l'unilatéralisme
Encore un article qui fait qu'on se demande ce que fait cette source sur Atlantico. Pathétique de chauvinisme et d'excès partisan. D'autant plus remarquable que l'auteur n'a pas un mot pour commenter les "grandes réussites" de Obama en politique étrangère. Article vraiment sans intérêt.
Cervières
- 13/11/2016 - 18:11
Obama
Obama s'est tellement bien débrouillé (et embrouillé) que depuis 2 ans, il est quasiment sans pouvoir extérieur diplomatique et militaire, les Chinois et Russes en profitant allègrement. Clinton était ouvertement belliqueuse. Trump envisage les choses différemment, plutôt en faveur de la Paix et du développement économique avec la Russie dont tout le monde pourrait bénéficier. Mais s'ils bougent dans un autre sens, c'est un pragmatique et le retour de bâton ne se fera pas attendre. Pour les Chinois, les luttes intestines rendent les choses plus complexes mais les Chinois de la rue commencent à peser sur le Parti et ne souhaiterons pas la guerre longtemps. Les différences technologiques dans l'armement ne laissent pas beaucoup de doutes.