En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépites > People
Urgence
Patrick Balkany hospitalisé pour d'importantes douleurs au dos
il y a 6 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
Cohue
Grève : couloirs bondés et scènes improbables dans les transports parisiens
il y a 8 heures 55 min
décryptage > Politique
L'ART DE LA PUNCHLINE

Un 11 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 44 min
décryptage > Santé
(Art)thérapie

Comment la danse peut aider à lutter contre la dépression, Parkinson et autres troubles neurologiques

il y a 11 heures 33 min
décryptage > Faits divers
Accroche : Ça s'est passé chez nous…

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

il y a 14 heures 43 min
décryptage > Politique
Techno-suicide

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

il y a 14 heures 54 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

il y a 15 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 3 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Société
Ville de demain

Bâtiment, immobilier, transports : ces vraies initiatives pour une ville plus durable

il y a 8 heures 49 min
décryptage > Economie
Nouvelle ère ?

Première réunion de l’ère Lagarde : la BCE peut-elle se saisir des problèmes structurels qui minent la zone euro ?

il y a 9 heures 43 min
décryptage > Politique
1979 all over again

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

il y a 11 heures 29 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?
il y a 13 heures 23 min
décryptage > Sport
Formule magique

PSG/ Galatasaray : Neymar, M’Bappé et les millions : les Parisiens trouvent leur formule magique

il y a 14 heures 48 min
décryptage > Politique
Erreurs de stratégie

Quand LR se transforme en machine à fabriquer des orphelins politiques

il y a 15 heures 5 min
décryptage > Economie
Impact au long cours

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

il y a 15 heures 7 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 1 jour 4 heures
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 1 jour 6 heures
© Reuters
© Reuters
Bonnes feuilles

Comment la France a nié la réalité politique, historique et sociétale de la guerre, sans se rapprocher pour autant de la paix

Publié le 14 novembre 2016
Devant l'incapacité des diplomaties contemporaines à penser les questions de sécurité collective autrement qu'à court terme, et sous l'angle étroit d'intérêts nationaux ou régionaux, ce manuel se propose d'ébaucher les pistes concrètes d'une nouvelle approche de la paix. Extrait de "Mémoire de paix pour temps de guerre", de Dominique de Villepin, aux éditions Grasset 1/2
Dominique de Villepin est diplomate de formation, ancien Ministre des Affaires Etrangères (2002-2004), Ministre de l’Intérieur (2004-2005) et Premier Ministre (2005-2007). Dans ce voyage à travers un monde en feu, à contre-courant de l’esprit du temps...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique de Villepin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dominique de Villepin est diplomate de formation, ancien Ministre des Affaires Etrangères (2002-2004), Ministre de l’Intérieur (2004-2005) et Premier Ministre (2005-2007). Dans ce voyage à travers un monde en feu, à contre-courant de l’esprit du temps...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Devant l'incapacité des diplomaties contemporaines à penser les questions de sécurité collective autrement qu'à court terme, et sous l'angle étroit d'intérêts nationaux ou régionaux, ce manuel se propose d'ébaucher les pistes concrètes d'une nouvelle approche de la paix. Extrait de "Mémoire de paix pour temps de guerre", de Dominique de Villepin, aux éditions Grasset 1/2

Le XXIe siècle en « stress post-traumatique »

La Première Guerre mondiale a révélé aux yeux de tous la vérité de la guerre, l’horreur absolue des corps déchiquetés dans des no man’s land de barbelés et de trous d’obus. Pour la première fois, la guerre a concerné directement une fraction significative de la population. Une génération d’hommes a fait l’expérience du combat, de la peur, de l’absurdité. La photographie, la presse de masse et même, modestement, le cinématographe, commencent à relayer une image brute, sans l’intermédiaire de tableaux ou de gravures aux accents héroïques. Après l’armistice de 1918, la culture européenne s’efforce de digérer et d’assimiler le traumatisme à travers une littérature de guerre allant du Feu d’Henri Barbusse et des Croix de Bois de Dorgelès au Voyage au bout de la nuit de Céline, en passant par À l’ouest, rien de nouveau d’Erich Maria Remarque. La condamnation de la guerre se sécularise, se généralise et se concrétise. S’impose peu à peu la conviction d’Antoine de Saint-­Exupéry : « La guerre n’est pas une aventure. La guerre est une maladie. Comme le typhus. »

En France, le choc moral de la débâcle de 1940 est peut-être plus vif encore du fait de la vitesse éclair de la défaite et de la collaboration d’une partie des Français. Elle pre‑ nait au dépourvu une génération qui avait cru possible la fin de la guerre, qui avait grandi dans la foi pacifiste et la mémoire de la « der des ders ». Cette guerre qu’il fallait bien faire, pourquoi a-­t‑elle été perdue ? Sans doute la formation des armées n’avait-­elle pas été adéquate et les choix des années 1930 erronés, se contentant, sur le papier, du statut de première armée terrestre d’Europe, sans faire ni l’effort de pensée stratégique, ni l’effort de modernisation technique qui lui aurait permis de contrer l’avancée fulgurante des troupes allemandes à la fin de la « drôle de guerre ». La guerre, paradoxalement, n’avait pas été sérieusement envisagée. Seules les exigences de la puissance et de ses apparences avaient été prises en compte, tandis que l’empire colonial à son apogée dévorait les énergies.

Notre traumatisme guerrier nous a éloignés de la guerre sans toutefois nous rapprocher de la paix. Nous avons subi le danger extérieur, fermé portes et volets de l’Europe et refusé de prendre en considération les exigences du monde. Malheureusement, il a écarté la tentation de la guerre sans permettre le travail de la paix. La décolonisation, indispen‑ sable, apparaît avec le recul comme une longue retraite désor‑ donnée, laissant derrière elle des champs de ruines et des haines recuites. France, Belgique ou Pays-­Bas ont réagi avec le même désarroi. Des armées vaincues en Europe partaient se battre au loin, soit pour reconquérir leur fierté perdue au risque d’une violence terrifiante, soit pour sauver l’hon‑ neur. Nous n’avons fait qu’ajouter la défaite à la défaite, le syndrome de Dien Bien Phû à celui de la débâcle, les revers spectaculaires aux victoires en trompe l’œil, comme celle de la bataille d’Alger. Par aveuglement aux change‑ ments du monde, nous avons accepté une guerre impossible. Nous avons rapatrié dans nos bagages la violence coloniale et l’avons importée en métropole, conservant à l’égard des populations immigrées, souvent originaires de l’ancien empire, une attitude teintée de mémoire coloniale, pour une large part involontaire, affichant une préférence pour une ségrégation de fait qui n’est pas dans la culture nationale. La reprise du terme d’« assimilation » dans le débat public sur l’immigration n’est pas anodine, elle renvoie à des usages anciens et souvent douloureux. Ce qui perdure d’esprit de guerre en France nous vient en droite ligne de la guerre d’Algérie, guerre fondatrice de notre identité, qu’on le veuille ou non. 

Au fond, nous avons refoulé la guerre en ne cessant d’en parler, en la rejetant dans l’incompréhensible ou dans l’inima‑ ginable. Nous en avons fait un au-­delà de nos sociétés, une réalité psychologique à explorer. Mais nous avons nié avec constance sa dimension politique, refusant de voir qu’elle avait façonné nos vies collectives et qu’elle était encore bien présente en leur centre, comme une étoile morte. Notre rapport au monde restait fondé sur une logique de guerre dont nous ne voulions pas. Notre tâche aujourd’hui est de nous débarrasser de la guerre en nous y confrontant avec lucidité.

La guerre n’est pas l’antichambre de la paix, ni sa condition. Nous avons appris, au XXe siècle, à nous défier de la guerre, mais n’avons pas assez pris conscience de son enracinement, de sa capacité à irradier la violence à travers l’espace et le temps. La fin des hostilités en un lieu n’est souvent que la préparation d’un conflit dans un autre.

Ainsi le régime khmer rouge au Kampuchéa démocratique est-­il le résultat à la fois de la guerre du Vietnam et de sa fin précipitée ; partie intégrante de l’Indochine française, mais politiquement et économiquement distinct, le Cambodge, indépendant depuis 1953, sous le roi Norodom Sihanouk, est soumis aux tensions de la guerre froide. Il sert de base arrière pour les combattants Viêt-­Cong face aux troupes du Sud-­Vietnam et des États-­Unis, mais maintient un fragile équilibre jusqu’en 1975. Le départ des Américains de Saïgon bouleverse la donne dans toute l’Asie du Sud-­Est. À Phnom Penh, les Khmers rouges sous la direction de Pol Pot entrent dans la ville et y instaurent un régime de terreur. Un cinquième de la population est assassiné dans un déchaînement de violences, de tortures et de camps meurtriers.

Une telle barbarie pourchassant tous les signes de « bour‑ geoisie », depuis la connaissance d’une langue étrangère jusqu’au simple port de lunettes, ne peut être comprise qu’en l’inscrivant dans la séquence d’un demi-­siècle de brutalisation du Sud-­Est asiatique. L’occupation japonaise pendant la guerre mondiale a affaibli et chassé les puissances coloniales et initié les guerres de décolonisation en Indochine ou en Indonésie. La guerre du Vietnam de 1964 à 1975 a introduit le ferment de la guerre froide. La violence continue jusqu’en 1979, au Cambodge comme au Laos, où le régime du Pathet Lao persécute systématiquement le peuple hmong, accusé de collusion avec l’ennemi. L’intervention militaire chinoise en 1979 instaure un ordre précaire qui dure jusqu’à maintenant.

Cet enracinement du mal dans la civilisation, son inscrip‑ tion dans nos histoires et nos mémoires appellent, plus que jamais, un réveil de la conscience. Les urgences d’aujourd’hui nous somment d’imaginer des réponses nouvelles, mais encore faut-­il tirer les leçons de l’expérience.

Extrait de "Mémoire de paix pour temps de guerre", de Dominique de Villepin, aux éditions Grasset, novembre 2016. Pour acheter  ce livre, cliquez ici

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

03.

Jean-Paul Delevoye avale des couleuvres, Marine Le Pen perd cadres et militants, Arnaud Lagardere se fait attaquer par des financiers britanniques, Rachida Dati se rebelle contre Gerard Larcher; Le Qatar derrière les listes communautaires ?

04.

Royaume-Uni : des législatives parties pour marquer l’histoire

05.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

07.

Retraites : le techno-suicide du gouvernement

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

03.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

04.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

L'Insoumis (Jean-Luc Mélenchon) veut se pacser avec l'Insoumise (Marine Le Pen). Et l'Humanité s'étrangle d'indignation

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

03.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
moneo
- 13/11/2016 - 19:42
HUM
la guerre, la violence, fait partie de l'humanité depuis toujours.Regadez nos "pacifistes" c'est fou comme ils sont habiles avec des cocktails molotov,nos démocrates américains verts /gauches qui refusent l'élection deTrump ( je ne parle pas de nos intellectuels et personnels de médias qui sont soit sidérés soit demandent à ce que le Peuple soit changé)
Dans les propos de Mr De Villepin,il y'a un petit relent de culpabilité vis à vis de la colonisation;sans doute un décalage entre les idées de la gauche du 19eme siècle pro colonialiste et puis ensuite le lavage de cerveaux marxiste sur le nécessaire désarmement moral pour faire tomber les dominos ...
Par contre nos anciennes possessions que nous avons martyrisées parait il ;sont indépendante depuis le début des années 60 /Question stupide mais pourquoi ne restent ils pas chez eux ?ils sont masochistes ? et nos hommes politique abrutis?
Deudeuche
- 13/11/2016 - 10:28
Bon, la guerre c'est moche, mais
c'est toujours là, et.....et il faut s'y préparer!