En direct
Best of
Best of du 23 au 29 mai
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

ça vient d'être publié
light > Culture
Une voix s'est tue
La cantatrice Mady Mesplé est décédée
il y a 1 heure 22 min
light > Science
Retour à l'envoyeur
Vol habité de SpaceX : Elon Musk répond à un tacle de l'agence spatiale russe, celle-ci réplique
il y a 2 heures 42 min
pépites > Société
Priorités
PMA pour toutes : des députés plaident l'urgence d'un retour du texte à l'Assemblée nationale
il y a 3 heures 57 min
light > Media
Accusé
Jean-Marc Morandini : un procès requis pour corruption de mineur
il y a 4 heures 34 min
pépite vidéo > Science
Starman
SpaceX : les meilleurs moments du lancement de la capsule habitée Crew Dragon
il y a 6 heures 53 min
décryptage > High-tech
Espionnage

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

il y a 7 heures 41 min
décryptage > Science
Nouvelle donne

Vol habité de SpaceX : le retour de la conquête spatiale ?

il y a 8 heures 22 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Planter des arbres n’est pas toujours bon pour la planète
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

La mondialisation : un vecteur favorable pour les épidémies ?

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Société
Drame

"Salle de traite", la pièce de théâtre sur le suicide d'un éleveur laitier

il y a 9 heures 4 min
pépite vidéo > International
Mort de George Floyd
Etats-Unis : deux voitures de police foncent sur la foule à New York
il y a 2 heures 8 min
pépites > France
Déconfinement extrême
Plusieurs milliers de clandestins ont défilé à Paris malgré l'interdiction de la préfecture
il y a 3 heures 17 min
pépites > Politique
Nomination
L'ancien ministre socialiste Pierre Moscovici va prendre la tête de Cour des comptes
il y a 4 heures 24 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
SpaceX : revivez le lancement réussi du premier vol habité de Crew Dragon ; Proxima b est confirmée ! Il y a bien une exoterre dans la zone habitable de l’étoile la plus proche de nous
il y a 5 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Le maître du « je »

il y a 7 heures 31 min
décryptage > France
État providence et modèle social français

1945 : l’héritage béni devenu largement toxique

il y a 7 heures 54 min
décryptage > International
Symptômes d’un nouveau conflit

Nouvelle guerre froide avec la Chine : l’Occident affaibli par les combats progressistes radicaux

il y a 8 heures 37 min
décryptage > Politique
Mains tendues

Macron/Collomb : le match du meilleur instinct pour 2022

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Europe
Jésus reviens, ils sont devenus fous

La Pologne : un royaume où règne la droite la plus bête du monde

il y a 9 heures 4 min
décryptage > Economie
Crise

Les crédits aux PME sont insuffisants !

il y a 9 heures 5 min
© ADEM ALTAN / AFP
Politiquement, Erdogan se heurte frontalement avec Bagdad et Damas qui dénoncent une violation de leurs territoires respectifs qui peut dégénérer à tout moment en affrontements directs.
© ADEM ALTAN / AFP
Politiquement, Erdogan se heurte frontalement avec Bagdad et Damas qui dénoncent une violation de leurs territoires respectifs qui peut dégénérer à tout moment en affrontements directs.
Dérive autoritaire

Turquie, Irak, Syrie : les guerres du Président Erdoğan

Publié le 08 novembre 2016
Alors que le le président turc Recep Tayyip Erdogan affirme de plus en plus son emprise sur son pays, ses velléités offensives se manifestent aussi bien sur le théâtre syro-irakien que sur son propre territoire.
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que le le président turc Recep Tayyip Erdogan affirme de plus en plus son emprise sur son pays, ses velléités offensives se manifestent aussi bien sur le théâtre syro-irakien que sur son propre territoire.

Les parties nord de la Syrie et de l’Irak constituent le nouveau champ de bataille du président Erdoğan qui désormais se comporte avec la subtilité d’un bulldozer. Fort de l’autorisation obtenue le 2 octobre 2016 auprès d’un Parlement à sa botte de poursuivre les interventions militaires dans ces deux pays, il masse de plus en plus de troupes à la frontière irakienne dans la région de Silopi, tout en poursuivant l’occupation d’une partie nord de la Syrie. Politiquement, il se heurte frontalement avec Bagdad et Damas qui dénoncent une violation de leurs territoires respectifs qui peut dégénérer à tout moment en affrontements directs.

A l’extérieur comme à l’intérieur, il laisse éclater son agressivité vis-à-vis des Kurdes. Ainsi, le 22 octobre Ankara a annoncé avoir lancé des frappes visant 70 positions des Unités de protection du peuple kurde (YPG), la branche armée du PYD, l’émanation syrienne du PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan). Le problème réside dans le fait que les YPG forment le noyau dur des Forces démocratiques syriennes (FDS), une coalition qui regroupe aussi des formations arabes et chrétiennes (très minoritaires). Or, les FDS sont soutenues par la coalition internationale anti-Daesh emmenée par les États-Unis. Ces derniers soutiennent d'ailleurs l'offensive "Colère de l'Euphrate" lancée le 5 novembre soir pour reconquérir Raqqa, la "capitale" de "l’État Islamique". 

En août de cette année, l’armée turque qui encadrait des groupes rebelles alliés a lancé l’opération "Bouclier de l’Euphrate" alors que les FDS venaient de reprendre Manbij à Daesh. La Turquie s’est rapidement emparée d’une zone allant de Jarablus sur l’Euphrate à l’est jusqu’au corridor d’Azaz à l’ouest en faisant tomber la localité symbolique de Dabiq, lieu mythique de l’"affrontement final entre les forces musulmanes et chrétiennes" mis en exergue par les idéologues de Daesh. Maintenant, Ankara tente de s’emparer de la ville d’Al-Bab située au nord-est d’Alep, un carrefour stratégique aussi visé par le YPG et Damas ! Le président Erdoğan envisage ensuite de pousser sur Manbij (tenue par le FDS), puis il n’excluait pas jusqu'au 6 novembre d’engager son armée dans la conquête de Raqqa ! Non seulement il contrarie directement tous les plans péniblement élaborés par la coalition anti-Daesh, mais il risque de provoquer des incidents graves avec les YPG (déjà fait) et les forces régulières syriennes. Il a pris la précaution de s’allier la Russie - amie et soutien de Damas - pour éviter que cette dernière ne réagisse fermement à ses initiatives militaires. En échange, il laisse faire Moscou à Alep. Sur le plan purement tactique, par mesure de précaution, l’aviation turque n’intervient que très rarement au-dessus de la Syrie du nord. Les appuis aux forces présentes au sol sont assurés par des pièces d’artillerie déployées du côté turc de la frontière. Il faut dire que Damas a menacé d’abattre tout aéronef turc survolant son territoire.

La Turquie est aussi présente militairement en Irak depuis des années. A la demande de Massoud Barzani, le président du gouvernement régional du Kurdistan, elle s’est installée sur la base Zilkan au nord-est de Mossoul (près de Bachiqa). Elle y forme la milice des "unités de protection de la plaine de Ninive". Ankara affirme souhaiter participer à la reconquête de Mossoul car Erdoğan estime avoir un droit de regard sur ce joyau de l’Empire ottoman. Mais surtout, pour lui, il est hors de question de voir des milices chiites irakiennes entrer dans Mossoul. Selon lui, cette ville doit être libérée "uniquement par ceux qui ont des liens ethniques et religieux avec la ville […] Seuls les Arabes sunnites, les Turkmènes et les Kurdes sunnites pourront y rester". Bien sûr, Bagdad est totalement opposé aux initiatives du président Erdoğan. Le 5 octobre, le Premier ministre irakien Haidar al-Abadi réclamait le retrait de Bachiqa des troupes turques qualifiées de "forces d’occupation" et affirmait que "l’aventure turque risque de tourner à la guerre régionale". La réponse ne s’est pas faite attendre. Le 11 octobre, Erdoğan traitait al-Abadi comme un vassal : "reste à ta place : tu n’es pas mon interlocuteur, tu n’es pas à mon niveau. Peu nous importe que tu cries depuis l’Irak, nous continuerons à faire ce que nous pensons devoir faire". La colère monte aussi au sein des milices chiites irakiennes encadrées par les Pasdarans iraniens. Elles menacent de s’opposer frontalement à toute initiative intempestive de la Turquie, en particulier si cette dernière tente de s’emparer de Tal Afar, le verrou ouest de Mossoul. Les deux parties ont le même objectif, les Turcs pouvant venir du nord et les milices chiites du sud. Entre les deux : Daesh. La situation est donc très délicate dans cette zone dont nous entendrons parler à l’avenir.

L’autre raison - peut-être la principale - qui motive l’attitude d’Erdoğan en Irak est la consolidation des positions du PKK dans le nord du pays, en particulier dans la région de Sinjar. Il n’est pas étonnant qu’il veuille empêcher l’implantation durable du PKK plus à l’ouest, d’autant que l’armée turque bombarde depuis des années l’est de la région (le mont Qandil) où se trouve le commandement central du mouvement séparatiste kurde. Mais le prétexte officiel avancé par Ankara reste la lutte contre Daesh. La réalité est bien plus prosaïque : Ankara lutte contre son premier ennemi : les indépendantistes du PKK et sa version syrienne le YPG, Daesh étant considéré comme une menace collatérale.

Le président Erdoğan est maintenant confronté à des problèmes extrêmement graves qui sont source d’inquiétudes à l’international. Le terrorisme frappe indistinctement sur l’ensemble du territoire turc. Pour la première fois, Daesh a officiellement revendiqué un attentat (celui de Diyarbakir le 4 novembre qui a fait neuf morts et une centaine de blessés également(1)). Jusqu’à maintenant, le mouvement salafiste-djihadiste se gardait bien de réclamer la paternité des actions terroristes qu’il menait en Turquie. En effet, Al-Baghdadi voulait encore préserver la susceptibilité du président Erdoğan qui autorisait l’accès vers l’extérieur du "califat" via la Turquie. Il est vrai qu’en-dehors de ce pays, toutes les autres frontières étaient bouclées (certes plus ou moins hermétiquement). La déclaration d’Al-Baghdadi publiée le 3 novembre a mis fin à cette "mansuétude rhétorique et tactique" qui n’empêchait pas de conduire des attentats sanglants (comme ceux d’Ankara en 2015 et d’Istanbul en 2016) car il a nommément désigné la Turquie comme "ennemie". Il n’a fallu que deux jours pour que cela soit traduit dans les faits. A n’en pas douter, ce n’est que le début d’une campagne de terreur qui va enflammer tout le pays. Les Américains - prévenus à l’avance de la menace latente -, ont d’ailleurs évacué les familles des diplomates en place au Consulat général d’Istanbul. Ils pourraient prochainement faire de même à Ankara.

Par ailleurs, le PKK et les mouvements de la gauche radicale qui lui sont alliés se sont aussi lancés dans une campagne de violences depuis la rupture des négociations à l’été 2015. Dans le sud-est du pays, c’est le retour pur et simple à une situation de guerre civile larvée.

Le putsch militaire du 14 juillet a donné la légitimité nécessaire et le prétexte à Erdoğan, soutenu par une majorité de partisans, pour combattre tout ce qui représente une menace pour son projet d’établissement d’un régime présidentiel taillé à sa personne. Pour cela, sous le prétexte bien pratique de "lutte contre le terrorisme", il utilise tous les moyens : emprisonnement arbitraire de militaires, de juges, de policiers, d’enseignants, de fonctionnaires, de journalistes et maintenant de députés dont les principaux dirigeants du HDP (Parti Démocratique du Peuple) ; fermetures de chaînes de télévision, de journaux, d’écoles, d’universités, de centres médicaux, etc. Depuis ses débuts, il est tout de même parvenu à casser l’armée, la police, la justice, l’Education nationale et son allié des premiers jours, la confrérie Gülen. Même son propre parti (le Parti de la justice et du développement -AKP-) n’échappe plus à la règle. Il est en complète déconfiture car Erdoğan ne veut pas qu’une figure dirigeante de l’AKP ait la moindre possibilité de le contester. Il craint particulièrement le très populaire ancien président Abdullah Gül et l’ancien Premier ministre et surtout ministre des Affaires étrangères apprécié des Occidentaux, Ahmet Davutoğlu.

L’avenir est sombre pour la Turquie et la région. Erdoğan est désormais seul à sa tête, certes appuyé par une majorité populaire qui, à chaque fois qu’il se présente à une élection, lui accorde largement sa confiance. Tous les corps intermédiaires sont aujourd’hui décapités, vidés de leur substance essentielle qui fait fonctionner le pays. Seul espoir, l’économie turque continue à fonctionner même si elle connaît des à-coups notables. Le monde économique est pour l’instant le seul secteur qui n’a pas été touché par les purges successives. Erdoğan doit penser que si l’on change relativement facilement un fonctionnaire, un militaire, un policier, un juge, un journaliste, ce n’est pas le cas avec les responsables économiques qui restent le moteur central de la bonne marche d’un pays. Il bénéficie néanmoins d'un atout maître dans sa manche : l’organisation nationale de renseignement (MIT), les légendaires services spéciaux turcs. La rumeur a couru comme quoi ils étaient sur la sellette. Erreur funeste car il semble bien que ce sont eux qui ont déjoué le coup d’Etat militaire, l’ayant anticipé. Une importante réorganisation a lieu en ce moment pour leur donner encore plus de compétences (2). Déjà, ils dirigent toutes les opérations menées en Syrie et en Irak, eux et surtout pas les militaires qui ne font qu’apporter leur soutien visible. Ce sont ces services qui manipulent une multitude de groupes rebelles qui servent de prétextes aux différentes interventions appuyées par les chars de l’armée. A l’intérieur, c’est le MIT qui assure la protection du président, la police - comme l’armée - n’ayant plus sa confiance.

1. Egalement revendiqué par le TAK, les Faucons de la Liberté, un groupe armé proche du PKK.

2. Le MIT est compétent à domicile et à l’extérieur du territoire turc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Confinement : le nombre d'arrêts cardiaques et le taux de mortalité ont explosé

03.

Énergie renouvelable: la chute des prix dope (enfin) les espoirs de l’industrie du solaire

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Bernard Tapie suit un traitement expérimental en Belgique pour soigner son cancer "au dernier degré"

06.

La NSA lance une alerte sur le piratage par les hackers russes de nos serveurs d’emails

07.

Infections respiratoires : la grande peur de la grande grippe

01.

Renault : l’Etat actionnaire solde les comptes de Carlos Ghosn et remet toute la stratégie à plat...

02.

Virus d’un nouveau type : toutes ces données sur le Coronavirus que nous ne maîtrisons toujours pas

03.

Deuxième vague du coronavirus… ou pas : le point sur ce qu’en savent aujourd'hui les scientifiques

04.

L’IPTV, nouvelle vache à lait des mafias européennes

05.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

06.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

01.

Le syndrome Raoult : anatomie d’un malaise français

02.

Zappé ? Pire que la colère, Emmanuel Macron face à l’indifférence des Français

03.

Voici les paroles du Chant des Partisans, version Camélia Jordana : "ami entends-tu ces cris sourds de la banlieue qu’on enchaîne ?"

04.

Zemmour face à Onfray : pourfendeurs ET promoteurs de postures idéologiques

05.

Ce syndrome Camélia Jordana qui affaiblit la démocratie française

06.

Emmanuel Macron dévoile un plan de soutien "massif" envers le secteur automobile et annonce la hausse des primes à l'achat de voitures électriques

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/11/2016 - 23:25
Le fasciste Erdogan...
il a la même ascension que le socialiste Hitler (dont l'accession au pouvoir fut facilité par la même complicité des gauchistes occidentaux) éternelle réédition des erreurs de l'histoire...le fasciste Erdogan ne masse pas des troupes à la frontière de la Syrie par hasard! Lorsqu'il aura décidé que les intérêts turcs sont menacés par le courage des Kurdes et des pasdarans Iraniens, qui sont les plus valeureux boucliers contre le jihadisme, alors ce fou totalitaire interviendra dans les deux pays, Syrie et Irak pour reprendre les villes gagnées par loyalistes Syriens, Kurdes et Chiites. Si la bécasse Clinton est au pouvoir des USA, aveuglée par sa haine abri-russes et anti-Assad, elle ne fera rien pour empêcher le fasciste d'étendre son terrotoire...si Trump gagne, Ce sera une autre histoire pour tous les apprenti-dictateurs de cette planète! Attendons la fin de l'élection US pour savoir si la paix du monde est menacée ou renforcée...