En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

03.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

04.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

05.

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

06.

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

07.

Stratégie de la tension ? Ce piège dans lequel Erdogan tente d’entraîner la France pour s’imposer comme le nouveau sultan au yeux du monde musulman

01.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

02.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

03.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

04.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

01.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

02.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

05.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

06.

Attaque à l'arme blanche à Nice, l'auteur a été interpellé

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 50 min 6 sec
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 2 heures 45 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 3 heures 46 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 4 heures 49 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 5 heures 40 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 6 heures 11 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 6 heures 20 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 6 heures 22 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête des 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Hourra l'Oural encore" de Bernard Chambaz : en route pour l'Oural avec un amoureux de la Russie, de son peuple et de sa littérature. Un voyage intéressant et émouvant

il y a 18 heures 32 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 1 heure 14 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 3 heures 26 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 4 heures 7 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 5 heures 34 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 5 heures 51 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 6 heures 20 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 6 heures 20 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 6 heures 22 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 6 heures 24 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Effacer les dettes publiques - c’est possible et c’est nécessaire" de Hubert Rodarie : la thèse "contre-intuitive" d’un expert sur un sujet qui interroge les économistes, un appel à une révolution de la pensée

il y a 18 heures 50 min
© Reuters
 Comme l'indique Marie Claire, les femmes sont plus exposées aux risques d'une alcoolémie abusive car pour la même quantité d'alcool absorbée, le taux d'alcoolémie qui en résultera sera d'un tiers plus élevé chez la femme que chez l'homme.
© Reuters
 Comme l'indique Marie Claire, les femmes sont plus exposées aux risques d'une alcoolémie abusive car pour la même quantité d'alcool absorbée, le taux d'alcoolémie qui en résultera sera d'un tiers plus élevé chez la femme que chez l'homme.
Un dernier verre pour la route

Comment les femmes en sont venues à boire (presque) autant que les hommes

Publié le 04 novembre 2016
Si au début du XXème siècle, les hommes buvaient plus de deux fois plus d'alcool que les femmes, cet écart s'est sensiblement réduit au cours du siècle. Une étude pointe du doigt ces statistiques et les conséquences sanitaires qui pourraient affecter ces femmes, plus exposées aux risques de la consommation d'alcool que les hommes.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Si au début du XXème siècle, les hommes buvaient plus de deux fois plus d'alcool que les femmes, cet écart s'est sensiblement réduit au cours du siècle. Une étude pointe du doigt ces statistiques et les conséquences sanitaires qui pourraient affecter ces femmes, plus exposées aux risques de la consommation d'alcool que les hommes.

"C'est bien connu, les hommes boivent plus que les femmes". Vous avez sûrement déjà entendu cette phrase, et vous êtes d'ailleurs peut-être en accord avec elle. Et vous n'avez pas tort. Seulement, cette affirmation est au fil des années de moins en moins véridique. Une étude publiée le 24 octobre 2016 dans la revue BMJ Open conduite auprès de 4 millions de personnes et relayée par la BBC a rendu un verdict pour le moins surprenant : les hommes et les femmes boivent pratiquement la même quantité d'alcool.

L'écart se resserre

En effet, les habitudes ont grandement changé. L'étude montre que chez les personnes nées au début du XXème siècle, les hommes buvaient plus de deux fois (2,2) plus d'alcool que les femmes. De même, les hommes avaient trois fois plus de probabilité de boire dans des proportions problématiques. Enfin, ils développaient plus de trois fois (3,6) plus de problèmes de santé liés à cette consommation d'alcool abusive, tels que la cirrhose du foie. Or, pour les populations nées entre 1991 et 2001, qui ont entre 16 et 25 ans aujourd'hui, les hommes ne boivent plus que 10% plus (soit 1,1 plus) plus que les femmes, ne sont plus que 1,2 fois plus exposés à une consommation dangereuse et ne développent plus que 1,3 fois plus de pathologies liées à l'alcool. On dirait bien que les femmes ont suivi les hommes dans cette fâcheuse tendance.

Pour mener cette étude, des scientifiques de l'Université australienne de Nouvelle-Galles du Sud ont analysé les données de plus de 4 millions de personnes nées entre 1891 et 2001 dans le monde entier. Toutefois, ces travaux reflètent davantage les habitudes de consommation des pays développés, puisque plus de 75% des résultats analysés provenaient de populations européennes ou nord-américaines, explique France Info.

Inégalité hommes-femmes face à l'alcool

Ces scientifiques suggèrent que la réduction de cet écart soit dû à une évolution des rôles sociaux attribués à chaque sexe, du regard vis-à-vis de la consommation d'alcool chez les femmes ainsi que des contextes dans lesquels l'alcool est consommé. Si les femmes boivent davantage, il apparaît également que les hommes boivent un peu moins qu'auparavant, bien que cette baisse soit négligeable.

Toutefois, la réduction de cette "inégalité" n'est en rien réjouissante : en effet, les hommes et les femmes sont bien inégaux face à l'alcool. Et c'est la science qui le dit. Comme l'indique Marie Claire, les femmes sont plus exposées aux risques d'une alcoolémie abusive car pour la même quantité d'alcool absorbée, le taux d'alcoolémie qui en résultera sera d'un tiers plus élevé chez la femme que chez l'homme – même à poids égal. Pour cause : l'alcool déshydrogénase, l'enzyme que sécrète notre corps pour éliminer l'alcool, est deux fois moins active dans les organismes féminins, détaille France Info. Pour atteindre le même degré d'ébriété qu'une femme, un homme devra donc boire davantage d'alcool.

Prévention

Autant dire qu'à quantité égale d'alcool absorbé, les femmes se retrouvent dans un état d'ébriété plus avancé qu'un homme. Dans les tristes courses au "binge drinking" qui se sont généralisées dans les soirées entre jeunes adultes, les culs secs s'enchaînent et la règle impose un "même tarif" pour tout le monde. Or, ces ivresses répétées ont, comme nous le savons, de graves conséquences sur la santé. Conséquences qui pourraient se révéler d'autant plus dramatiques chez les femmes. "Les dommages au foie sont plus graves chez les femmes et apparaissent aussi plus rapidement. Elles souffrent également plus vite de lésions cérébrales. Enfin, il ne faut pas oublier les répercussions typiquement féminines : risques accrus de cancer du sein et dérèglement du cycle menstruel", précise l'association Aide Alcool sur son site, rapporte BFM TV.

Une situation à prendre en main le plus vite possible si l'on ne veut pas voir une augmentation significative de ces pathologies chez les femmes. "Nous devons veiller à ce que les campagnes portant sur les méfaits de la consommation d'alcool soient conçues pour plaire aux hommes et aux femmes. Nous devons aussi réduire les obstacles comportementaux et structurels que rencontrent les femmes qui veulent se faire traiter", estiment les chercheurs. L'alcool fait partie des facteurs à risque les plus importants pour la santé et cause environ 5 millions de décès chaque année dans le monde, selon une étude parue en 2010 dans la revue The Lancet. Selon Santé Publique France, l'alcool est la deuxième cause évitable de mortalité prématurée en France après le tabac, avec 49 000 morts par an, conclut France Info.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
assougoudrel
- 05/11/2016 - 07:29
Tout dépend aussi du
pays. Les chercheurs sont australiens. L'australienne est connue pour être une bonne buveuse d'alcool. J'ai vécu sept mois en Nouvelles Calédonie, il y a 35 ans et je peux vous dire que des navires entiers déversaient des flots de touristes, en très grande majorité des femmes (les Pokens qu'elles étaient surnommées) dans l'ile et elles n'étaient pas déshydratées. Au club Mèd pareil, alors que pour les touristes japonaises et néo-zélandaises, c'était l'inverse. Les femmes (et aussi les gamines) en Bretagne, Normandie et dans le Nord ont la dalle plus en pente que dans d'autres régions de France. Mais les femmes ont obtenu leur liberté, fument, boivent et baisent comme elles l'entendent. Boire et prendre un petit coup ne fait du mal à personne que l'on sache, mais ...avec modération.
jurgio
- 04/11/2016 - 15:12
On les avait pourtant averties !
Autrefois, elles avaient des qualités spécifiquement féminines mais c'est désormais plus facile d'imiter les défauts des hommes.
Anouman
- 04/11/2016 - 11:25
Alcool
On ne voit pas pourquoi les femmes ne boiraient pas d'alcool, égalité oblige. Mais consommer de l'alcool même si ce n'est pas bon pour l'organisme sur le long terme n'est pas pareil que de boire jusqu'à être ivre et de manière répétée , ce qui est vraiment pathologique. Et ça ça relève de la psychologie. Je ne crois pas que les campagnes débiles contre l'alcool puissent y changer quoique ce soit.