En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Flickr/ kaktuslampan
Poäng
Jour férié, jour Ikea : On se meuble tous chez Ikea, le très mystérieux calcul des prix de la firme suédoise
Publié le 01 novembre 2016
Ces décisions, compliquées pour toute firme multinationale, obéissent à un processus darwinien et sans merci.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ces décisions, compliquées pour toute firme multinationale, obéissent à un processus darwinien et sans merci.

Qui n'a pas chez lui au moins un meuble Ikea ? L'impact de la firme n'est pas seulement économique, mais culturel : ses meubles à l'esthétique nordique, épuré, très inspirée du design du milieu du 20ème siècle, a modifié les intérieurs de Monsieur Toulemonde. Aujourd'hui la firme consomme à elle seule 1% de tout le bois produit industriellement par le monde, soit 15 millions de mètres cubes par an.

La firme est dans une classe à part, et pour la plupart d'entre nous, meubler son chez soi et acheter chez Ikea sont des synonymes. Donc : comment la firme choisit-elle quels modèles produire ? Sur lesquels baisser les prix ? Sur lesquels faire grimper les prix ? Lesquels abandonner ?

Si c'était si facile que ça à comprendre, il n'y aurait plus de magie, et le modèle d'Ikea serait aisé à reproduire. S'il n'y a qu'un Ikea, il y a peut-être une raison…

C'est ce qui ressort des travaux de deux économistes, Anthony Landry, de la Banque du Canada, et de Marianne Baxter, de Boston University, qui ont accumulé les données de décennies de catalogues Ikea pour tenter de comprendre la stratégie de la firme (il n'y a pas de sous-métier).

Ce qu'il ressort de leurs travaux, c'est que le catalogue d'Ikea obéît à une impitoyable logique darwinienne. Certains modèles sont à la fois économiquement faciles à fabriquer et populaires. Pour ces best-seller, Ikea baisse le prix au maximum afin de favoriser la demande.

C'est le cas de Poäng, un fauteuil que vous avez forcément déjà vu — il s'en vend 1,5 millions par an — qui est inspiré d'un design de 1939, dont certaines versions artisanales se vendent aujourd'hui pour plusieurs milliers d'euros. La version Ikea, par contre, a dégringolé : elle se vendait pour l'équivalent de 300 dollars en 1990, et se vend aujourd'hui pour 79 dollars aux États-Unis, signale le site FiveThirtyEight.

C'est le cas de nombreux autres classiques : la table de chevet Lack, passée de 56 dollars (en dollars de 2016) en 1985 à 10 dollars aujourd'hui. Dégringolade également prononcée pour les étagères Billy, que nous avons tous vues au moins une fois si nous n'en avons pas chez nous.

C'est ce qu'on constate en général : plus un produit dure, plus son prix dégringole. A contrario, les produits dont le prix ne baisse pas ont tendance à disparaître sans autre forme de procès.

Si un produit est compliqué à fabriquer et qu'il n'a pas une forte demande, il est abandonné. Pour deux qui connaissent une véritable demande, la marque va chercher à les produire de manière économique pour les produire en masse.

Ainsi, en 1992 la firme a changé une partie de l'armature de Poäng, remplaçant de l'acier par du bois. Lack était au départ entièrement en bois massif, et maintenant il est en partie en bois et en partie en préfabriqué.

Ikea semble donc confirmer une intuition répandue que l'économie est le domaine de la survie darwinienne. Votre table basse Ikea qui ne paie pas de mine est en réalité une survivante. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
07.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 01/11/2016 - 17:44
Assougoudrel
Assougoudrel, merci. Au moins un message sympathique !
assougoudrel
- 01/11/2016 - 17:30
@ Ganesha - Merci j'ai bien rigolé
A-t-on idée de faire monter une femme bien fessue en haut de l'armoire pour qu'elle saute en se tenant les deux pieds afin de s'empaler sur votre "sboub". Ce n'est pas de la faute du lit, mais de l'onde de choc. De plus, IKEA s'est implanté en Chine avec partenariat et peu de temps après, un IKEA chinois a vu le jour et c'est la catastrophe en point de vu qualité. Peut-être que votre lit vient de là-bas. Le mieux pour vous est de poser un matelas à même le sol.
Yves3531
- 01/11/2016 - 15:06
Ikea ne doit pas supporter...
les gros marxistes. Pour ce que j'en connais, chez moi ou ailleurs, Ikea tient la route sans problème ...