En direct
Best of
Best of 15 au 21 juin
En direct
© Flickr/ kaktuslampan
Poäng
Jour férié, jour Ikea : On se meuble tous chez Ikea, le très mystérieux calcul des prix de la firme suédoise
Publié le 01 novembre 2016
Ces décisions, compliquées pour toute firme multinationale, obéissent à un processus darwinien et sans merci.
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ces décisions, compliquées pour toute firme multinationale, obéissent à un processus darwinien et sans merci.

Qui n'a pas chez lui au moins un meuble Ikea ? L'impact de la firme n'est pas seulement économique, mais culturel : ses meubles à l'esthétique nordique, épuré, très inspirée du design du milieu du 20ème siècle, a modifié les intérieurs de Monsieur Toulemonde. Aujourd'hui la firme consomme à elle seule 1% de tout le bois produit industriellement par le monde, soit 15 millions de mètres cubes par an.

La firme est dans une classe à part, et pour la plupart d'entre nous, meubler son chez soi et acheter chez Ikea sont des synonymes. Donc : comment la firme choisit-elle quels modèles produire ? Sur lesquels baisser les prix ? Sur lesquels faire grimper les prix ? Lesquels abandonner ?

Si c'était si facile que ça à comprendre, il n'y aurait plus de magie, et le modèle d'Ikea serait aisé à reproduire. S'il n'y a qu'un Ikea, il y a peut-être une raison…

C'est ce qui ressort des travaux de deux économistes, Anthony Landry, de la Banque du Canada, et de Marianne Baxter, de Boston University, qui ont accumulé les données de décennies de catalogues Ikea pour tenter de comprendre la stratégie de la firme (il n'y a pas de sous-métier).

Ce qu'il ressort de leurs travaux, c'est que le catalogue d'Ikea obéît à une impitoyable logique darwinienne. Certains modèles sont à la fois économiquement faciles à fabriquer et populaires. Pour ces best-seller, Ikea baisse le prix au maximum afin de favoriser la demande.

C'est le cas de Poäng, un fauteuil que vous avez forcément déjà vu — il s'en vend 1,5 millions par an — qui est inspiré d'un design de 1939, dont certaines versions artisanales se vendent aujourd'hui pour plusieurs milliers d'euros. La version Ikea, par contre, a dégringolé : elle se vendait pour l'équivalent de 300 dollars en 1990, et se vend aujourd'hui pour 79 dollars aux États-Unis, signale le site FiveThirtyEight.

C'est le cas de nombreux autres classiques : la table de chevet Lack, passée de 56 dollars (en dollars de 2016) en 1985 à 10 dollars aujourd'hui. Dégringolade également prononcée pour les étagères Billy, que nous avons tous vues au moins une fois si nous n'en avons pas chez nous.

C'est ce qu'on constate en général : plus un produit dure, plus son prix dégringole. A contrario, les produits dont le prix ne baisse pas ont tendance à disparaître sans autre forme de procès.

Si un produit est compliqué à fabriquer et qu'il n'a pas une forte demande, il est abandonné. Pour deux qui connaissent une véritable demande, la marque va chercher à les produire de manière économique pour les produire en masse.

Ainsi, en 1992 la firme a changé une partie de l'armature de Poäng, remplaçant de l'acier par du bois. Lack était au départ entièrement en bois massif, et maintenant il est en partie en bois et en partie en préfabriqué.

Ikea semble donc confirmer une intuition répandue que l'économie est le domaine de la survie darwinienne. Votre table basse Ikea qui ne paie pas de mine est en réalité une survivante. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
02.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
03.
Quand la SNCF se laisse déborder par ses contrôleurs
04.
Renault-Nissan-Fiat Chrysler : le mariage à trois est possible à condition d’éviter trois enterrements
05.
Il y a une grande différence entre l’hygiène et la propreté lorsque vous faites le ménage chez vous et voilà laquelle
06.
Voulez-vous savoir quand la droite est entrée en agonie ? En 2010, quand Nicolas Sarkozy supprima le ministère de l'Identité nationale, qu'il avait lui-même créé !
07.
Kim Kardashian provoque la colère des Japonais avec le lancement d'une ligne de sous-vêtements, Kimono Intimates
01.
Retour des moustiques tigre : voilà comment s'en protéger efficacement cet été
02.
A la recherche des Gilets jaunes disparus
03.
Taxe d’habitation : les Français organisent leur propre malheur immobilier
04.
L'homme qui combat la bien-pensance pour sauver le monde agricole
05.
Meghan & Harry : all is not well in paradise; Mariage sous couvre-feu pour Laura Smet; Laeticia Hallyday, délaissée ou entourée par ses amis ? Voici & Closer ne sont pas d’accord; Taylor Swift & Katy Perry se câlinent vêtues d’un burger frites de la paix
06.
Amazon : 11,2 milliards de profit, 0 dollars d’impôts payés… : mais dans quel état erre un certain capitalisme ?
01.
PMA et filiation : ces difficultés humaines prévisibles que le gouvernement écarte bien rapidement
02.
Mieux que Jeanne d'Arc : Greta Thunberg voit le CO² à l'œil nu !
03.
Canicule : y’a-t-il encore un adulte dans l’avion ?
04.
Amin Maalouf et Boualem Sansal, deux lanceurs d'alerte que personne n'écoute. Est-ce parce qu'ils sont arabes ?
05.
L'Ordre des médecins autorise Jérôme Cahuzac à exercer la médecine générale en Corse
06.
Et la banque centrale américaine publia une bombe sur les "méfaits" du capitalisme financier
Commentaires (7)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 01/11/2016 - 17:44
Assougoudrel
Assougoudrel, merci. Au moins un message sympathique !
assougoudrel
- 01/11/2016 - 17:30
@ Ganesha - Merci j'ai bien rigolé
A-t-on idée de faire monter une femme bien fessue en haut de l'armoire pour qu'elle saute en se tenant les deux pieds afin de s'empaler sur votre "sboub". Ce n'est pas de la faute du lit, mais de l'onde de choc. De plus, IKEA s'est implanté en Chine avec partenariat et peu de temps après, un IKEA chinois a vu le jour et c'est la catastrophe en point de vu qualité. Peut-être que votre lit vient de là-bas. Le mieux pour vous est de poser un matelas à même le sol.
Yves3531
- 01/11/2016 - 15:06
Ikea ne doit pas supporter...
les gros marxistes. Pour ce que j'en connais, chez moi ou ailleurs, Ikea tient la route sans problème ...