En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 32 min 48 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 49 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 29 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 3 heures 9 sec
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 33 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 15 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 5 heures 5 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 33 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 41 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 19 heures 3 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 23 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 59 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 56 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 29 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 51 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 26 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 37 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 32 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 20 heures 10 min
© REUTERS/Adrees Latif
© REUTERS/Adrees Latif
THE DAILY BEAST

Nouvelles révélations Wikileaks sur les millions donnés par les grandes entreprises américaines à Bill Clinton pour obtenir les faveurs d’Hillary

Publié le 04 novembre 2016
Des e-mails piratés et révélés par Wikileaks montrent des liens étroits entre les donateurs de la Fondation Clinton et le Département d’Etat américain.
Betsy Woodruff
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Betsy Woodruff est journaliste pour The Daily Beast.
Voir la bio
Andrew Desiderio
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Andrew Desiderio est journaliste pour The Daily Beast et étudiant à l'Université George Washington. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des e-mails piratés et révélés par Wikileaks montrent des liens étroits entre les donateurs de la Fondation Clinton et le Département d’Etat américain.

Betsy Woodruff et Andrew Desiderio. The Daily Beast.

Un document de douze pages publié par Wikileaks mercredi dernier montre comment un obscur cabinet de consulting est devenu le lien entre la famille Clinton et ses proches d’un côté et des multinationales très généreuses de l'autre.

Ces documents montrent clairement que l’intérêt de Bill Clinton est à vendre. Le Daily Beast a vérifié la liste fédérale des donateurs et lobbyistes et a trouvé que les mêmes sociétés qui ont employé le cabinet Teneo et soutenu la fondation Clinton par des dons en argent – avec entre autres Dow Chemical et Coca-Cola – ont également été favorisées par Hilllary Clinton au Département d’Etat.

Il est quasiment impossible de trouver des traces probantes de contreparties entre les donateurs de la Fondation Clinton, Teneo et le Département d’Etat dirigé par Hillary Clinton. Mais les informations révélées dans les e-mails piratés et publiés par Wikileaks montrent que Teneo – une entreprise fondée par un proche des Clinton – semble agir comme point de passage obligatoire pour les entreprises qui souhaitent accéder au cercle des Clinton.

Doug Band, un des cofondateurs de Teneo en 2011, parle de "Bill Clinton, Inc" lorsqu’il se réfère à ces coups montés. Les listes fédérales des donateurs et lobbyistes montrent que les entreprises qui ont employés Teneo ont aussi réussi à faire du lobbying auprès du Département d’Etat lorsqu’Hillary Clinton était à sa tête. On ne sait pas si ces entreprises auraient eu autant de chances sans avoir été dans l’orbite de Teneo mais les e-mails semblent indiquer que les relations étaient plus étroites que ce que l'on pensait.

Teneo n’affiche pas publiquement sa liste de clients. Mais en 2015, le magazine Fortune a révélé que Coca-Cola, Alibaba.com et Dow Chemical figuraient parmi ses clients. Ces entreprises avaient auparavant fait de généreux dons à la Fondation Clinton et du lobbying auprès du Département d’Etat durant le mandat d’Hillary Clinton. Alibaba avait fait du lobbying auprès du Département d’Etat en 2012 à propos des droits de la propriété intellectuelle et de "la protection de la propriété sur les sites web et sur le marché chinois", d’après sa déclaration fédérale de lobbying.

Les dons d’Alibaba à la Fondation Clinton suscitent des critiques depuis longtemps en raison du rôle supposé de cette firme dans la censure de l’Etat chinois sur internet. "Un ancien président de la République a reçu un don de la part d’une entreprise chinoise qui participe à la censure et maintenant, sa femme est candidate à l’élection présidentielle'’ avait déclaré l’opposant chinois exilé Harry Wu au Los Angeles Times en 2008. "C’est une honte pour les Etats-Unis". Coca-Cola, un autre donateur généreux de la Fondation Clinton et qui deviendra par la suite client de Teneo, a également reçu une faveur après avoir fait du lobbying auprès du Département d’Etat au temps d’Hillary Clinton.

Les relevés d'actions de lobbying ont montré qu’en 2010 Coca-Cola avait fait du lobbying auprès du Département d’Etat et du Département du Commerce à propos d' une taxe sur l’un de ses ingrédients au Pakistan. Plus tard, le gouvernement pakistanais a opposé son veto sur cette taxe. On ne sait pas exactement ce qui s’est passé dans les coulisses, mais Coca-Cola a eu ce qu’il voulait.

D’une façon similaire, l’entreprise a fait du lobbying auprès du Département d’Etat contre une taxe qu’elle ne voulait pas payer en Thaïlande. Un câble diplomatique du Département d’Etat révèle que l’ambassadeur américain en Thaïlande, Eric G John, a parlé du sujet lors d’une réunion avec le ministre des Finances thaïlandais. Le câble mentionnait "des efforts spécifiques pour aider les entreprises américaines Coca-Cola et Pepsi." D’après le câble, le Premier ministre thaïlandais de l’époque, Abhisit Vejjajiva a réaffirmé que si Coca-Cola le demandait, le gouvernement ne serait pas opposé à une hausse des prix de la part de Coca-Cola. On ne sait pas si Coca-Cola continue de payer cette taxe après ce qui apparait comme un sursis de la part du Premier ministre thaïlandais.

Coca-Cola a fait entre 5 et 10 millions de dollars de dons à la Fondation Clinton, d’après les registres fédéraux. Dow Chemical est un autre donateur de la Fondation Clinton qui semble être bien en cour au Département d’Etat. Ses liens avec Teneo sont étroits et anciens. Récemment, le New York Times a révélé que Dow Chemical était le plus gros client de Teneo et que son PDG, Andrew Liveris, avait visité la Maison Blanche et co-préside l'Initiative présidentielle pour l’industrie avancée.

Dans des e-mails publiés plus tôt ce mois-ci, Liveris avait demandé à des proches conseillers d’Hillary Clinton d’envoyer une lettre au Premier ministre indien de l’époque, Manmohan Singh, concernant l’acquisition par Dow Chemicals d'actions d'Union Carbide en Inde. Union Carbide était le propriétaire et l’opérateur de l’usine de Bhopal en Inde et 17 ans avant l’acquisition par Dow, une grave fuite de gaz sur ce site avait causé la mort de milliers d’Indiens.

Liveris voulait éviter que Dow soit tenu responsable pour le drame. On ne sait pas si les officiels du Département d’Etat ont fait ce que Liveris leur a demandé, mais l’administration Obama n’a jamais aidé le gouvernement indien à punir Dow. Cette année, des activistes ont mis en cause le département américain de la justice d’être intervenu en faveur de Dow et de lui éviter d’apparaitre devant une cour de justice indienne.

Les relevés fédéraux montrent que des filiales de Dow ont fait du lobbying auprès du Département d’Etat en 2011. Glen Caplin, un porte-parole de la campagne de Clinton, dit qu’Hillary Clinton n’a pas donné de priorité aux donateurs de la Fondation Clinton lorsqu’elle était secrétaire d’Etat. "Le Département d’Etat a clairement dit que les actions d’Hillary Clinton n’avaient pour but que les meilleurs intérêts de la politique étrangère américaine et qu’elle n’a jamais pris de décisions calquées sur les donations à la Fondation Clinton", a-t-il déclaré.

Aucune des entreprises mentionnées ici n’ont voulu répondre aux questions du Daily Beast. En faisant appel à Teneo, elles ont enrichi certains ex-conseillers de Bill Clinton, et se faire une place auprès des Clinton semble ne pas avoir été une mauvaise idée pour les affaires.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 30/10/2016 - 15:47
Le principal: la victoire du mondialisme!
Ces entreprises n'attendent pas obligatoirement un retour direct, mais indirect, par la déréglementation et l'abaissement des barrières douanières des pays concurrents aux USA. C'est là où la politicienne Clinton interviendra, en imposant aux états affaiblis comme l'UE ou isolés, comme le Pakistan, le nouvel
ordre mondialiste à la sauce américaine. Et le nouvel ordre mondialiste, Dow Chemical et Coca-Cola en sont les principaux instigateurs. Comment le leur reprocher, puisque le but est de réaliser du business avec le plus de pays possible. Mais l'intérêt des peuples est de conserver leurs barrières de tous types ( je n'ai pas écrit "miradors et barbelés") contre les menaces et leur identité créatrice de valeurs et d'innovation...soit deux intérêts antagonistes! Hilarious, par idéologie mondialiste et appât du gain, s'est mise du côté des multi-nationales et de la finance mondialiste, tandis que Trump est resté du côté du peuple US ( Ooooooh, populiste!)...
Deudeuche
- 29/10/2016 - 22:11
@Texas
Correct , "la bête quotidienne" renifle le vent qui tourne.
Liberte5
- 29/10/2016 - 17:33
La pression monte à l'approche du scrutin....
Cette corruption à grande échelle, l'ouverture de l'enquête par le FBI, voilà de quoi pimenter et réduire les certitudes d'élection d'Hillary Clinton. Les choses sérieuses font enfin partie du débat au grand dam des médias complices et complaisants envers les turpitudes de cette femme menteuse et corrompue.