En direct
Best of
Best of du 25 au 31 juillet
En direct
ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre la pandémie
Une nouvelle souche plus contagieuse du coronavirus aurait été identifiée au Vietnam
il y a 3 heures 24 min
pépites > International
Inquiétudes pour la démocratie
La France renonce à ratifier "en l'état" l'accord d'extradition avec Hong Kong
il y a 4 heures 56 min
light > Europe
Enquêtes en cours
L'ancien roi Juan Carlos, soupçonné de corruption, décide de quitter l'Espagne
il y a 6 heures 30 min
pépites > Santé
Wuhan
Covid-19 : la mission de l'OMS en Chine a terminé son travail préparatoire dans le cadre de l'enquête sur l'origine du virus
il y a 9 heures 2 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

Relance ou investissement ? Présent simple ou avenir composé ? Être en France ou aux USA ?

il y a 12 heures 13 min
pépite vidéo > Science
Mission accomplie
SpaceX : les images de l'amerrissage des deux astronautes américains
il y a 12 heures 57 min
décryptage > Société
Sélection inclusive

L’UNEF de Nanterre a choisi quatre femmes qui ont "influencé" le cours de l’Histoire : curieusement elles sont toutes de la même couleur !

il y a 14 heures 52 min
décryptage > Economie
Incertitudes sur les marchés

Le COVID-19 s’attaque surtout au dollar

il y a 15 heures 27 min
décryptage > International
Centre d'attraction

La Turquie d’Erdogan ne cache plus ses ambitions de dominer le monde musulman en fondant le califat rêvé par les Frères musulmans

il y a 16 heures 31 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

TikTok première victime du bras de fer entre la Chine et les États-Unis. Donald Trump va décider de fermer la star montante des réseaux sociaux

il y a 17 heures 13 min
light > Politique
Vacances studieuses
Emmanuel Macron pourrait recevoir Angela Merkel et Nicolas Sarkozy au Fort de Brégançon cet été
il y a 4 heures 16 min
pépites > Social
Rentrée sociale agitée
Les Gilets jaunes feront-ils leur retour dès le 12 septembre prochain ?
il y a 5 heures 34 min
light > Religion
Inquiétudes
L'ancien pape Benoît XVI serait dans un état "extrêmement fragile"
il y a 7 heures 48 min
pépites > Justice
Nouveau rebondissement
Affaire des écoutes de Nicolas Sarkozy : le Conseil d'Etat rejette la requête du Syndicat de la magistrature
il y a 9 heures 37 min
pépites > Environnement
Temps d’adaptation
Barbara Pompili décide de repousser l'interdiction des terrasses chauffées à l'hiver 2021
il y a 12 heures 31 min
décryptage > Environnement
Environnement

C’est la biodiversité du "beau" qu’il faut apprendre et transmettre et non la biodiversité du calcul, du chiffre, du nombre

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Santé
Avertissement

Covid-19 : si le bon élève Hong Kong est désormais confronté à une 3e vague, saurons-nous en éviter une 2e alors que nous sommes beaucoup moins rigoureux ?

il y a 15 heures 7 min
décryptage > Consommation
Cocktail & Terroir

Les idées cocktails originales de l’été : avec de l’Absinthe, essayez le Green Beast

il y a 16 heures 1 min
décryptage > Politique
No non-sense

Séduire les "vrais gens" : le match des résultats Boris Johnson / Emmanuel Macron. Avantage...

il y a 16 heures 56 min
décryptage > Europe
Milliards à l'eau

Ces malencontreux facteurs économiques qui annulent d’ores et déjà l’impact du grand plan de relance européen

il y a 17 heures 27 min
© Reuters
Comment expliquer l’acharnement contre la cigarette électronique ?
© Reuters
Comment expliquer l’acharnement contre la cigarette électronique ?
(Va)peur de quoi ?

Cigarette électronique : pourquoi tant de haine ?

Publié le 21 octobre 2016
Alors que la plupart des études démontrent non seulement l’innocuité, mais également les bénéfices de la cigarette électronique, certains organismes publics, et non des moindres, tels que l’OMS ou encore la Commission européenne, continuent de la critiquer. La question qui se pose alors est : pourquoi tant de haine ?
Jacques Le Houezec
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jacques Le Houezec est conseiller en Santé publique et en Dépendance tabagique, charter member de la SRNT (Society for Research on Nicotine and Tobacco) et directeur de www.treatobacco.net, la base de donnée sur les traitements de la dépendance au tabac...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alors que la plupart des études démontrent non seulement l’innocuité, mais également les bénéfices de la cigarette électronique, certains organismes publics, et non des moindres, tels que l’OMS ou encore la Commission européenne, continuent de la critiquer. La question qui se pose alors est : pourquoi tant de haine ?

Si le doute méthodologique est le propre de toute attitude scientifique responsable, il ne semble pas pour autant nécessaire de faire campagne contre ce réel progrès. D’autant plus que les études favorables au produit s’accumulent. Le scepticisme change alors de camp, et on commence à s’interroger sur les raisons cachées qui font que certains s’en prennent à cette invention qui a déjà contribué depuis sa mise en circulation, il y a dix ans, à faire drastiquement baisser le nombre de fumeurs.

La nicotine en question

Depuis que l’on a reconnu que fumer était nocif pour la santé, on ne prend pas toujours la peine de s’interroger sur la cause réelle de ce danger. Or, comme l’a rappelé Michael Russell, le célèbre psychiatre anglais, "les gens fument pour la nicotine mais meurent des goudrons, du monoxyde de carbone et des gaz dangereux". Il est donc absurde de diaboliser la nicotine quand on sait que dans le tabagisme, ce qui tue, c’est la fumée. Ce point est crucial. Surtout au regard du phénomène de la cigarette électronique, autrement appelé vaporisateur personnel, et qui permet - c’est une première mondiale - à de nombreux fumeurs d’arrêter de fumer dans le plaisir et non la souffrance. Or, quel est le principal bénéfice de la e-cigarette par rapport à la cigarette classique ? C’est bien évidemment la réduction du risque.

Supprimer l’inhalation de la fumée est un facteur essentiel. On connaît un précédant de consommation de tabac non fumé : en Suède, le snus existe depuis plusieurs siècles. Il s’agit de tabac en poudre qui se place entre la joue et la gencive. Ce mode de consommation du tabac très répandu fait que la Suède est le pays dans le monde qui a le plus faible taux de cancer du poumon ainsi que de cancers oropharyngés (tous liés à l'inhalation de la fumée de tabac). Ces bons résultats devraient rassurer les experts quant aux risques hypothétiques de la cigarette électronique, ou de la vape, comme disent les utilisateurs. Pourtant il n’en n’est rien, et le snus est interdit de vente en Europe (sauf en Suède) depuis 1992.

En effet, les autorités européennes ont fait voter une directive dans laquelle ils suspectent que le vaporisateur personnel est susceptible de rendre les jeunes dépendants (ce qu’aucune étude n’a démontré aujourd’hui). Quant à l’Organisation Mondiale de la Santé, rejointe sur ce point par de nombreux pays, elle s’oppose au développement du vaporisateur personnel, en s’appuyant sur le principe de précaution…

De plus, les utilisateurs n'ont jamais été consultés. Pourtant, dans d'autres domaines de la réduction des risques, ils participent aux discussions.

L’unanimité des experts contre la surdité des politiques

En août 2015, le Public Health England, l’établissement de santé publique d’Angleterre, a publié un rapport basé sur 185 publications dans lequel les experts affirment que vaper serait au moins 95% moins nocif que de fumer. Plus récemment, en avril 2016, le Collège royal de médecine (RCP) de Londres, dans un rapport intitulé La nicotine sans la fumée : réduction du risque tabagique, a conclu que les effets négatifs sur le long terme de la cigarette électronique n’excèdent vraisemblablement pas 5% de ceux provoqués par la fumée de tabac. Ces études ont également démontré que les vapoteurs disposent désormais d’un outil pour arrêter de fumer. Ainsi, l’opinion scientifique et médicale mondiale semble quasi unanime sur le sujet de la vape et du tabac non fumé (snus). De même, les experts français dans leurs conclusions du premier Sommet de la vape (9 mai 2016 à Paris) ont conclu "qu'il convient d'encourager les fumeurs à essayer le vaporisateur personnel pour quitter leur dépendance au tabac".

Comment expliquer alors que certaines organisations mondiales et certains Etats mettent tant d’ardeur à combattre ce qui paraît comme un véritable espoir au sein de la lutte mondiale contre le tabagisme ? Pourquoi tant de haine et surtout, pourquoi s’opposer aux évidences ? Quand on sait qu’en France, fin 2014, selon les données de la Commission européenne, un million de fumeurs avaient arrêté de fumer grâce au vaporisateur personnel, et pas moins de 6 millions en Europe !

Comment expliquer l’acharnement d’une organisation réputée telle que l’OMS, dont la directrice n’hésite pas à se déclarer publiquement pour l’interdiction par les gouvernements de la cigarette électronique ? Sur quel argument se fonde l’institution, sachant que dans un rapport qu’elle a publié sur le tabac, paru en 2015, il n’y avait qu’une seule page consacrée à la cigarette électronique ? Il y a là, semble-t-il, une véritable incohérence qui ne repose sur aucune donnée scientifique et qu’il faudra finir par éclaircir. Espérons que les discussions de la Convention cadre pour la lutte anti-tabac de l'OMS (réunion CoP7 de la CCLAT qui aura lieu en Inde en novembre) permettront de faire bouger les lignes, mais le rapport qui sert de base à cette discussion ne semble pas en prendre le chemin.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
brennec
- 21/10/2016 - 18:06
Quelques pistes pour une réponse aux interrogations citées.
On est très rapide pour accuser le lobby des cigaretiers dans d'autres circonstances, pourquoi pas dans celle-ci? J'ai vu un pneumologue emettre des doutes sur la cigarette électronique, il était patron d'un service de réhabilitation ou on pratique également le sevrage tabagique. La pression du lobby cigaretier (qui n'a jamais pâti de l'augmentation du prix des cigarettes, seule arme de la lutte ministérielle anti-tabac) est d'autant plus efficace que si le tabagisme régresse le revenu de la taxe sur le tabac baisse en conséquence.
gerint
- 21/10/2016 - 17:50
L'OMS et les autorités européennes sont vénales
et vendues au lobbies financièrement puissants. Il n'en faut pas plus pour chercher l'origine de la "haine": un conflit d'intérêt.
Cervières
- 21/10/2016 - 15:43
>Si le tabagisme régresse très vite avec
la cigarette électronique, les commissions de l'OMS sur ce sujet vont devoir réduire leurs travaux, leurs emplois, leurs rémunérations. Ceci est intolérable. On notera que l'OMS a récompensé notre ministre de la Santé pour sa lutte contre la cigarette électronique lors de son dernier congrès en Asie Centrale (vous savez les pays où on fume beaucoup et on corromps énormément....).