En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© wikipédia
Préoccupation majeure

Cinq choses à savoir sur le harcèlement scolaire

Publié le 19 octobre 2016
Les signes du harcèlement peuvent se manifester sous plusieurs formes, qu'il est important de pouvoir identifier.
Mark Heaton est un maître de conférences à l'Université Sheffield Hallam.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mark Heaton
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mark Heaton est un maître de conférences à l'Université Sheffield Hallam.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les signes du harcèlement peuvent se manifester sous plusieurs formes, qu'il est important de pouvoir identifier.
 

Le harcèlement est une préoccupation majeure pour les parents qui s’inquiètent pour le bien-être et la sécurité de leurs enfants – à juste titre, car le harcèlement scolaire peut leur rendre la vie infernale. Une enquête réalisée par l’Unicef et l’Observatoire international de la violence à l’école montre que 5 % des élèves de cycle 3 (CE2, CM1, CM2) sont victimes de harcèlement sévère, soit 123 000 élèves sur 2 463 065 écoliers de cycle 3. Si l’on considère le harcèlement modéré à sévère, ce chiffre monte à 12 % des écoliers de cycle 3 soit 295 600 élèves. Le problème est encore plus prégnant chez les enfants défavorisés ou issus des minorités. Mais les enfants qui parviennent à en parler à leurs parents ont plus de chances d’échapper au harcèlement.

Voici 5 façons d’aider vos enfants s’ils rencontrent ce problème à l’école.

1. Identifiez les signes du harcèlement

Les signes du harcèlement peuvent se manifester sous plusieurs formes : l’enfant peut changer de comportement, devenir plus introverti, ne pas vouloir aller à l’école, ou développer un tas de petits problèmes de santé. Si votre enfant vous dit qu’il est victime de harcèlement à l’école, félicitez-le pour son courage et dites-lui qu’il a déjà fait un grand pas vers la résolution du problème.

Écoutez le attentivement et essayez de ne pas perdre votre sang-froid, même si vous êtes contrarié ou fâché. Restez calme et assurez-lui que vous allez l’aider. Demandez-lui sans le brusquer ce qui s’est passé, quelle forme prend le harcèlement, et comment il se sent après ces événements, afin de pouvoir le réconforter et le rassurer.

Même si vous avez envie de prendre la situation en main, essayez d’échafauder des solutions avec votre enfant et demandez-lui ce que vous devriez faire, selon lui.
Le harcèlement peut saper l’estime de soi et la confiance de l’enfant, alors n’hésitez pas à le valoriser ; aidez-le aussi à pratiquer les activités qui l’apaisent. Rappelez-lui sans relâche que vous êtes là pour lui. Il existe également un grand nombre de sites Internet qui peuvent vous aider.

2. Aidez-le à comprendre ce qui se passe

Le harcèlement est souvent défini comme une action répétée et délibérée qui repose sur un rapport de forces. Mais même si le harcèlement n’a eu lieu qu’une fois, le fait que votre enfant vous en parle doit quand même vous alerter.

Parler, un premier pas vers le mieux-être. Shutterstock

Parlez à votre enfant des différentes formes de harcèlement : il ne s’agit pas toujours de menaces ou de blessures physiques, il peut aussi s’agir d’insultes, de mise à l’écart, de propagation de rumeurs, ou du fait de forcer l’autre à faire quelque chose qu’il ne veut pas faire. Expliquez que le harcèlement peut impliquer l’utilisation des médias sociaux (on parle de cyber-harcèlement). Cela les aidera à repérer et à comprendre le harcèlement tout en leur montrant que vous êtes sensible à ce problème.

Il faut aussi encourager les enfants à repérer eux-mêmes le harcèlement, car dans la majorité des cas, il y a des témoins mais ils n’osent pas parler de crainte de devenir victimes de harcèlement, ou parce qu’ils croient que ce n’est pas bien de « cafter ».

3. Ne l'encouragez pas à riposter

Dites à vos enfants qu’il ne vaut mieux pas chercher à riposter de façon agressive. Même si cette réaction semble naturelle, cela n fait qu’envenimer la situation et peut mener votre enfant à être blessé, moqué, ou même puni.

Face au harcèlement, nous devons adopter des approches assertives plutôt que des réactions agressives – ou passives. Dites à vos enfants de s’extirper aussi vite que possible de la situation de harcèlement et de parler à un adulte de toute situation de harcèlement, qu’ils en soient témoin ou victime.

À éviter. Shutterstock

4. Parlez-en

Si votre enfant pense que votre seul soutien ne suffira pas, contactez son école. Avant de le faire, parlez-en avec lui mais ne revenez pas sur votre décision. Même si vous avez envie de dialoguer avec les parents de l’enfant responsable du harcèlement, évitez de le faire, car cela peut avoir des répercussions négatives pour vous comme pour votre enfant. Toutes les écoles britanniques sont censées adopter une politique anti-harcèlement qui précise comment signaler le harcèlement et comment faire si vous y êtes confronté. Demandez à l’école quelle est leur position sur la question, et comment ces règles y sont appliquées.

Associez vous à l’école pour lutter contre le harcèlement. Commencez par en parler avec le maître/la maîtresse de votre enfant, qui pourra ensuite impliquer ses collègues et aider votre enfant en s’appuyant sur le système scolaire. Ensemble, mettez une stratégie en place, en pensant à établir un suivi.

Si votre enfant vous révèle qu’il a été victime de harcèlement, consignez ce qu’il vous confie : qui a fait quoi, qui a dit quoi, à quelle fréquence, à quelles dates. Gardez une copie de tout texto, mail, commentaire sur les réseaux sociaux en rapport avec la situation. Mais donnez aussi une chance à l’école de résoudre le problème, en travaillant avec votre enfant. Si vous avez l’impression que l’école ne se mobilise pas assez, référez-en au professeur principal, au directeur de l’école, à l’académie ou même à l’organisme du gouvernement en charge du harcèlement à l’école.

5. Ne laissez pas le harcèlement nuire à l’éducation de votre enfant

Même si c’est très difficile, n’empêchez pas votre enfant d’aller à l’école : cela pourrait envenimer la situation et pénaliser votre enfant qui ne suivra plus les cours. Quoique vous choisissiez de faire, rappelez-vous qu’une réponse graduée est toujours plus efficace face aux problèmes de harcèlement.

Le harcèlement scolaire est un problème sérieux qui touche aussi la société dans son ensemble. Nous pouvons tous contribuer à faire de l’école un lieu sûr pour les enfants, où ils peuvent apprendre et se développer en toute quiétude.

The ConversationMark Heaton, Principal Lecturer, Sheffield Institute of Education, Sheffield Hallam University

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Thématiques :
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires