En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

04.

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

05.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 8 heures 17 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 11 heures 18 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 12 heures 9 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 15 heures 27 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 16 heures 20 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 17 heures 36 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 18 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 18 heures 48 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 19 heures 21 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 8 heures 42 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 11 heures 44 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 13 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 15 heures 12 min
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 17 heures 11 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 17 heures 47 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 18 heures 44 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 19 heures 17 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 19 heures 39 min
© Capture d'écran Youtube
Plus de 60% du cobalt utilisé dans les batteries des appareils électroniques provient des mines de République démocratique du Congo.
© Capture d'écran Youtube
Plus de 60% du cobalt utilisé dans les batteries des appareils électroniques provient des mines de République démocratique du Congo.
Les mines de la honte

Ces “esclaves” grâce auxquels vous avez des batteries dans vos téléphones portables : l’incroyable enquête du Washington Post en Afrique

Publié le 15 octobre 2016
En République démocratique du Congo, on extrait des dizaines de milliers de tonnes de cobalt chaque année, un métal utilisé dans la fabrication des batteries lithium-ion que l'on trouve dans nos smartphones, ordinateurs et véhicules électriques. Payés une bouchée de pain, les mineurs travaillent nuit et jour dans des conditions déplorables. Les enfants aussi.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
En République démocratique du Congo, on extrait des dizaines de milliers de tonnes de cobalt chaque année, un métal utilisé dans la fabrication des batteries lithium-ion que l'on trouve dans nos smartphones, ordinateurs et véhicules électriques. Payés une bouchée de pain, les mineurs travaillent nuit et jour dans des conditions déplorables. Les enfants aussi.

Les batteries lithium-ion devaient représenter l’avenir. Plus légères, pouvant contenir davantage d’énergie en moins de place, on voyait dans celles-ci une alternative “verte” aux batteries au plomb-acide, très polluantes. Mais comme souvent, le revers de la médaille est bien moins glorieux. Lorsque l’on retrace le chemin qu’ont parcouru ces batteries avant d’arriver dans nos objets électriques, on s’aperçoit qu’au commencement, tout part d’une mine de cobalt au Congo. Là bas, hommes et enfants passent leurs journées à creuser dans des conditions insupportables. C’est un reportage stupéfiant dont nous fait part le Washington Post dans un long article.

Retour au XIXème siècle

Derrière l’écran sur lequel vous lisez cet article, se trouve sûrement du cobalt, ce métal intégré dans la fabrication de ces batteries lithium-ion. Cinq à dix grammes de cobalt pour un smartphone, une trentaine de grammes pour un ordinateur, et entre 5 et 9 kilos pour une voiture électrique. Plus de 60% de ce cobalt utilisé dans les batteries provient des mines de République démocratique du Congo, au sud du pays, dans les environs de la ville de Kolwezi. Selon le Washington Post, une centaine de milliers d’hommes viendraient travailler dans ces mines pour pouvoir en récolter quelques grammes de cobalt, qu’ils iront ensuite revendre à de plus gros revendeurs. Ces “creuseurs“, comme ils s’appellent, ne sont qu’un maillon dans le long procédé qui sépare la récolte du cobalt brut, ancré dans la roche, à son raffinement puis son incorporation dans une batterie de téléphone. À plusieurs mètres de profondeur, dans des trous à peine plus larges qu’eux, les mineurs s’aventurent à trouver le métal qu’ils pourront convertir en argent à la fin de la journée.

Mais les conditions de travail sont sommaires : lampe de poche vissée sur la tête, sans casque ni équipements spécifique, ils descendent dans les profondeurs de ces galeries creusées sans aucune espèce de plan. Quelques machines d’un autre âge sont disséminées çà et là afin d’acheminer un peu d’air pour les travailleurs. Parfois, afin de ramener plus de cobalt, les mineurs vont jusqu’à dormir dans ces galeries, où ils inhalent alors des quantités toxiques de gaz tels que le méthane qui peuvent s’échapper des roches. Mais la pire crainte de ces travailleurs est bien de rester coincés dans ces tunnels en cas d’effondrement. En septembre 2015, trente mineurs avaient perdu la vie dans une mine près de la frontière zambienne en deux semaines à peine. Deux ans auparavant, une trentaine d’autres y restaient, dans deux mines distinctes (ici et ). Bien évidemment, aucune indemnisation n’est assurée par l’employeur, le Chinois Congo DongFang International Mining, en situation de quasi-monopole sur le territoire. 90% du cobalt chinois utilisé dans la fabrication d’appareils électronique est en effet originaire du Congo. "Ils s’en fichent, de ta santé. Pour eux, l’important est que tu ramènes du cobalt, même malade ou blessé", déplore un des creuseurs interrogés.

Galeries artisanales et travail des enfants

De ce fait, nombreux sont les Congolais à faire leurs propres fouilles, à des endroits où ils estiment que la concentration de cobalt sera satisfaisante. Selon la rumeur, les sols où poussent de petits arbustes ornés de fleurs vertes en sont riches. Mais voilà, les conditions de sécurité ne sont pas peu présentes, mais inexistantes. Les galeries se multiplient à l’envie, et les risques d’effondrement augmentent. Mais voilà : avec l’avènement des ordinateurs et smartphones, la demande de cobalt a explosé et devrait encore doubler d’ici dix ans pour atteindre 75 000 tonnes requises chaque année. Le travail est là et ces creuseurs sont prêts à risquer leur vie pour quelques dollars – deux à trois les bons jours. "Le paradoxe est que nos sols regorgent de ressources, mais que la population est très pauvre", indique au Washington Post Richard Muyej, gouverneur de cette province du sud de l’État.

Comme si cette situation n’était pas assez déplorable, l’UNICEF estimait en 2012 que 40 000 enfants participent au travail dans les mines. Richard Muyej s’en offusque : "C’est un gros problème. Il est difficile de sortir ces enfants des mines, alors qu’ils n’ont même pas d’école où aller passer leurs journées. Nous devons trouver une solution". À l’entrée d’une des mines, le journaliste du Washington Post remarque que des enfants se trouvent dans les parages. "Il n’y en a que dix ou douze", jure l’un des gardes qui assure la surveillance du site. Interdit de pénétrer dans la zone, le reporter confie alors un smartphone à l’une des femmes se rendant à un ruisseau situé en contrebas, où l’on nettoie les roches dans l’eau afin d’extirper le cobalt de la pierre plus facilement. Stupeur : des dizaines d’enfants aident là leur mère dans leur tâche. Le problème n’a pas été révélé par le Washington Post : en janvier 2016, Amnesty International tirait déjà la sonnette d’alarme. Les grossistes les plus proches des creuseurs sont peu regardants, tandis que les entreprises plus en aval nient ces accusations, ou assurent que des contrôles de routine sont effectués fréquemment. Tout en haut de l’échelle, les géants Samsung, Apple, Amazon ou LG affirment auprès du Washington Post veiller à ce que les mines d’où proviennent leur cobalt ne fasse pas travailler d’enfants. Chacun y va de sa combine : le recours à des organismes de surveillance indépendants, l’importation de cobalt de Nouvelle-Calédonie pour LG, le renforcement des normes et standards… Mais ces promesses seront-elles réellement respectées ?

Santé en péril

Les conséquences de ce travail dans les mines de cobalt sont gravissimes. Des scientifiques de l’Université de Lubumbashi, au sud du pays, ont constaté que l’urine des creuseurs comportait des taux de concentration de cobalt 43 fois supérieurs à la normale, de plomb cinq fois supérieurs à la normale, ainsi que de cadmium et d’uranium quatre fois supérieurs à la normale. Une autre étude a conclu quant à elle que les poissons de ces eaux souillées présentaient également des taux de concentration de métaux dangereusement élevés. Enfin, une troisième étude a indiqué que les environs de la ville de Lubumbashi, tout au sud du pays, se classait parmi les dix endroits les plus pollués de la planète. Aucune étude scientifique n’a encore permis de formellement annoncer que ces métaux étaient dangereux pour la santé. Mais on n’en doute guère : les maladies respiratoires sont légion parmi les creuseurs, et les enfants de mineurs naissent parfois avec des malformations sévères, voire fatales, comme l’indique le rapport de l’Université de Lubumbashi.

En attendant, les creuseurs continuent de creuser. Ils n’ont pas bien le choix, il faut dire. Mais ils ne se trompent pas sur leur situation : “Être creuseur est un travail épuisant qui compte de nombreux risques. Je souhaite à mon enfant de ne pas me suivre dans cette voie”, confie Mayamba, l’un des mineurs, au Washington Post. Désolant.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
slv
- 16/10/2016 - 06:36
Et alors?
Comme d'habitude, la merveilleuse entente du capitalisme d'État chinois et des dictateurs esclavagistes africains.