En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 34 min 46 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 59 min 14 sec
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 31 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 1 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 39 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 8 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 26 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 27 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 45 min 32 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 11 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 51 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 22 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 2 heures 59 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 14 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 14 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 48 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 33 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 38 min
© Reuters
© Reuters
Surenchère à haut risque

"La 3ème Guerre mondiale a commencé"... Comment (et quand) ce qui n’est encore qu’une déclaration des médias russes pourrait finir par se produire

Publié le 14 octobre 2016
Aussi bien du côté des Russes que des Occidentaux, les déclarations bellicistes ne cessent de se multiplier sur le dossier syrien, faisant craindre un réel risque de réactions épidermiques sur le terrain.
Alain Rodier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Rodier, ancien officier supérieur au sein des services de renseignement français, est directeur adjoint du Centre français de recherche sur le renseignement (CF2R). Il est particulièrement chargé de suivre le terrorisme d’origine islamique et la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aussi bien du côté des Russes que des Occidentaux, les déclarations bellicistes ne cessent de se multiplier sur le dossier syrien, faisant craindre un réel risque de réactions épidermiques sur le terrain.

Atlantico : Depuis la rupture des négociations entre Washington et Moscou sur le dossier syrien le 3 octobre dernier, plusieurs médias russes, parmi lesquels la première chaîne d'Etat Rossia 1 et celle d'info en continu Rossia 24, affirment que la Troisième Guerre mondiale a déjà commencé, précisant que les batteries antiaériennes russes en Syrie vont "abattre" les avions américains, et diffusant des reportages notamment sur la préparation des abris antinucléaires à Moscou. Qu'est-ce qui, dans ces déclarations, relèvent du fantasme ? Quels éléments, au contraire, pourraient accréditer cette affirmation ? 

Alain Rodier : Le langage de la presse russe est à double destinataires. D’abord, il vise l’intérieur pour galvaniser la population derrière son président. Cela n’est pas très évident alors que la crise économique se poursuit voire s’aggrave dans le pays et les sanctions internationales décrétées suite à l’interventionnisme dont a fait preuve la Russie en Ukraine y sont pour quelque chose. Ensuite, pour Moscou, il faut contrebalancer les multiples condamnations formulées, non seulement par les autorités politiques occidentales, mais aussi par l’ONU suite à la stratégie agressive adoptée par le Kremlin en Syrie en général et à Alep en particulier.

Deuxièmement, le Kremlin veut prévenir indirectement (ce ne sont que des "journalistes" qui parlent, donc ce n’est pas vraiment la voix officielle même si …) Washington qu’une nouvelle "erreur" du type du bombardement de forces gouvernementales syrienne à Deir ez-Zor le 17 septembre - qui a fait 62 tués - ne sera pas tolérée. Soit dit en passant, cette bavure est intervenue cinq jours après la mise en œuvre du cessez-le-feu conclu par Washington et Moscou ; Ce denier a été "officiellement" rompu par le bombardement d’un convoi de l’ONU (12 tués) le 19 septembre. Dans ce dernier cas, il est tout à fait exact que l’opposition armée syrienne n’a pas d’aviation et que seules les forces russes ont la capacité de voler de nuit dans cette zone.

>>> A lire aussi : Sursaut nucléaire russe : Poutine se réarme fortement tandis qu’Obama diminue son arsenal

Mais, il est aussi vrai qu’en matière de "rumeurs" les Russes ne sont pas les seuls à en laisser propager, même des plus bellicistes. La dernière en date parle de la possibilité d’une frappe aérienne d’avertissement qui serait effectuée sur des installations militaires syriennes par des "avions non identifiés". La réponse de Moscou fait dans le simple : tout aéronef - même non identifié - se livrant à des actions hostiles contre son allié syrien (et encore plus contre les intérêts russes) sera abattu sans coup férir. Le déploiement de systèmes anti-aériens S-300 à Tartous vient compléter les S-400 (plus modernes) déjà positionnés sur la base aérienne de Hmeimim qui, entre parenthèses, est considérée comme "territoire russe" depuis que des panneaux frontaliers y ont été installés avec l’autorisation de Damas (une sorte d’extraterritorialité comme pour les bâtiments diplomatiques). En résumé, un bombardement de cette base serait considéré comme une agression du territoire russe, à bon entendeur, salut ! Le mérite de la politique étrangère russe est qu’elle est limpide et donc, très compréhensible par tout un chacun.

De là à dire que la Troisième Guerre mondiale a débuté, il y a encore une grande marge. Nous n’en sommes encore qu’au niveau des rodomontades de part et d’autre et tout le monde sait que le président Obama est bridé par la prochaine élection même s’il voudrait bien terminer son mandat par un coup d’éclat fumant, si l’on peut dire. Il l’a bien commencé en recevant en 2009 le prix Nobel de la Paix. A sa décharge, les "casques blancs" étaient pressentis pour même prix cette année. Un examen plus approfondi de cette organisation caritative a dû laisser supposer que certains de ses membres dépendaient plus ou moins directement d’Al-Qaida "canal historique" et qu’avant de secourir de malheureuses victimes des bombardements devant des caméras habilement positionnées, quelques uns maniaient plutôt la kalachnikov ! Toutefois, les deux partis se livrent aujourd’hui aussi à une guerre de l’information qui laisse sceptique tout observateur qui ne bénéficie pas de sources fiables sur place. La méfiance vis-à-vis de la désinformation doit donc rester la règle.

Dans le cas où les Russes abattraient véritablement des avions américains sur le théâtre syrien, quelle serait la réponse américaine (et occidentale plus largement) la plus probable ? Jusqu'où cela pourrait-il conduire ?  

Pour abattre un avion américain, encore faudrait-il qu’il y en ait un qui ait l’idée saugrenue de voler dans des zones couvertes par la DCA russe. J’ai assez d’expérience pour savoir que certains pilotes américains enivrés par Top Gun se sont livrés dans le passé à des initiatives malheureuses comme le 14 avril 1994 quand deux hélicoptères Blackhawk furent abattus par deux F-15 au dessus de l’Irak du Nord lors de l’opération Provide Confort. A cette occasion, 26 personnes furent tuées dont un officier français.

Sincèrement, je ne pense pas que des responsables au Pentagone ou à la Maison Blanche ne se risquent à ce coup de poker, du moins avec l’administration actuellement en place. Si Hillary Clinton parvient au pouvoir, et cela semble très bien parti pour elle, j’ai plus de doutes tant son hostilité vis-à-vis de Moscou est proclamée en permanence. Peut-être qu’une fois aux manettes, elle se calmera un peu.

Si d’aventure un appareil américain était abattu, nous ne serions pas à l’abri d’un dérapage incontrôlé. Mais comme je le disais plus avant, je ne crois pas trop à cette possibilité d’autant que le commandement US est en liaison constante avec son homologue russe pour éviter tout incident aux conséquences incalculables. Cela dit, le président Poutine a démontré qu’il savait garder son calme, même dans des périodes dramatiques. Lorsqu’un de ses bombardiers Su-24 a été abattus le 24 novembre 2015 lors d’une véritable « embuscade aérienne » montée par l’aviation turque, il n’a pas déclenché l’apocalypse. Comme par hasard, un hélicoptère turc AH-1W Super Cobra a été abattu à son tour le 13 mai 2016 dans la région de Çukurca (sud-est du pays) par un activiste du PKK armé d’un missile sol-air russe 9K38 Igla jamais vu aux mains des rebelles kurdes auparavant (1). Les deux membres d’équipage ont trouvé la mort lors de ce dramatique incident. L’affaire a été filmée et largement diffusée comme l’avait été la chute du Su-24 russe. Un retour à l'envoyeur ? Voilà encore un cas d’utilisation des medias pour faire passer des messages…

(1) Les autorités turques avaient affirmé que l’hélicoptère s’était écrasé pour "défaillances techniques" !

Ces affirmations relancent les inquiétudes suscitées par le récent déploiement de missiles Iskander-M à Kaliningrad, d'autant plus que Dmitri Kissilev, le présentateur de Rossia 1, a laissé entendre que ces missiles pourraient emporter des têtes nucléaires. Quel risque ces missiles représentent-ils véritablement pour les Européens dans le contexte actuel ?

Les missiles Iskander-M (nomenclature OTAN SS-26 Stone) peuvent être dotés d’une tête nucléaire. Au fond, c’est même pour cela qu’ils sont faits, l’emport d’une charge classique n’étant que secondaire sauf à l’export. Ce n’est pas la première fois qu’ils viennent manœuvrer à Kaliningrad. L’important est savoir s’ils vont y rester. Ces gesticulations rappellent effectivement la période de la Guerre froide avec le déploiement des missiles SS-20 (1977-1987) suivi des Pershing II. Ces missiles peuvent atteindre la Pologne, les Pays Baltes et la partie est de l’Allemagne.

Ce samedi aura lieu à Lausanne une réunion internationale sur la Syrie. Que peut-on en espérer au regard de la situation actuelle ? Ne constituerait-elle pas la réunion de la dernière chance pour les Etats-Unis et la Russie ?

Les négociations de la "dernière chance" se succèdent sans discontinuer depuis des mois. On les ouvre ; l’espoir est là puis le constat est fait qu’elles ne débouchent sur rien et on les ferme. On proteste "énergiquement" (j’aime beaucoup ces termes grandiloquents, quand on ne peut rien faire, on fait des déclarations "énergiques") puis on les rouvre tout simplement parce que l’on n'a pas le choix, d’un côté comme de l’autre car aucun camp n’est susceptible de l’emporter militairement sur terrain.

Aux dernières nouvelles, l’Europe ne doit pas assister à ce nouveau round entre Washington et Moscou (peut-être avec la Turquie en raison vraisemblablement de son opération "bouclier de l’Euphrate" et surtout, pour une fois, de l’habileté du président Recep Tayyip Erdoğan qui se retrouve l’interlocuteur des deux capitales). Il est toutefois possible que venant mendier une petite place, histoire de faire semblant d’exister, l’Europe obtiendra un strapontin. Il ne faut pas nier que l’Europe est encore un géant économique mais un nain diplomatique. Mais rassurons nous, John Kerry devrait ensuite passer à Londres pour informer ses homologues européens…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (9)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 21/10/2016 - 23:38
Et si Hilarious ne se calme pas?
Les journaleux ont une facilité étonnante à projeter leurs fantasmes sur les présidentiables...selon ces ( mauvais) augures, malgré son isolationnisme, Trump est imprévisible et fantasque, donc dangereux...Clinton est interventionniste et bêtement droidelhommiste, mais c'est une femme...donc elle se calmera!...Et donc, je le répète,si elle ne se calme pas, n'ayant plus d'autorité masculine pour la canaliser? ( Wouah! Wouah!). La troisième guerre mondiale arrivera très vite, si elle aggrave les sanctions contre la Russie, si elle augmente le déséquilibre mondial par les guerres droidelhommistes, si elle maintient la population blanche des US dans la soumission à la repentance et à la culture de l'excuse...Oui, très, très vite! C'est l'année prochaine...
gerint
- 21/10/2016 - 18:30
Entre Trump et Clinton
Ce me semble être à l'évidence Clinton la plus dangereuse pour accélérer la guerre. Cela ne fait pas de Trump un bon présidentiable globalement, mais sur ce plan il est moins interventionniste et cela semble être une des rares constantes de son discours.
A M A
- 21/10/2016 - 14:38
Cela fait froid dans le dos
Elle doit arriver un jour.
A noter que les deux précédentes Guerres Mondiales ont débuté pendant le mandat de deux Présidents démocrates, Wilson et Roosevelt, et que la catastrophe a été évitée de justesse avec Kennedy dans l'affaire des missiles de Cuba.
Est-ce bien le moment de se réjouir de l'élection de la Démocrate Hillary Clinton ?
Cela fait froid dans le dos.