En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

Alerte aux finances : le RN, un parti à la dérive

05.

Mais quelle température faisait-il vraiment pendant le dernier âge glaciaire ? Nous connaissons désormais la réponse

06.

Révoltant ? Bridgestone, la dissolution du macronisme et les dangers du volontarisme politique mal ciblé

07.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

01.

L’inquiétant système chinois de notation sociale qui menace le monde

02.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

03.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

04.

Droit des arbres : ce danger insidieux qui nous guette quand l'humain n'est plus qu'un vivant parmi d'autres

05.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

06.

L’intelligence artificielle avait abîmé la beauté des échecs, voilà comment elle pourrait la renouveler

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

L’étude qui montre que la plus grande peur agitée pour 2022 n’est pas celle de l’insécurité

03.

Mort d'un cousin d'Adama Traoré : la famille envisage de porter plainte

04.

Freeze Corleone, le rappeur qui dit tout haut ce que même les cacochymes du RN n’osent plus penser tout bas

05.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

06.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

ça vient d'être publié
rendez-vous > People
Revue de presse people
Sophie Davant joliment au top (mais plus topless), Cyril Hanouna méchamment tapé (par la concurrence); Mylène Farmer achète plus grand, Laeticia Hallyday vend pour payer ses dettes; Lio a renoncé au sexe, Johnny Depp y reprend goût avec une jeunette
il y a 8 min 26 sec
décryptage > Société
La vérité est ailleurs

Et non Monsieur Macron: le secret des Amishs pour rester en forme en vieillissant... n'a pas tout à voir avec leur refus de la modernité technologique

il y a 48 min 48 sec
décryptage > Economie
Dépenses à crédit

Jusqu’à quand pourrons-nous financer nos dépenses de santé par la dette ?

il y a 1 heure 15 min
décryptage > Science
Bonnes feuilles

Comment les chiffres transforment les algorithmes en véritables menaces

il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’islamisme, cette lèpre qu'Emmanuel Macron ignore

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Turner – Peintures et Aquarelles- Collection de la Tate : la fascinante exposition d’un “Voyageur de Lumière”

il y a 9 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Où vont les vents sauvages ?" de Nick Hunt : un voyage qui marie intelligemment nature et culture… belle approche des lieux mais médiocre jugement sur les habitants

il y a 10 heures 17 min
light > Culture
Star du doublage et comédien inoubliable
L'acteur Roger Carel est mort à l'âge de 93 ans
il y a 17 heures 44 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le cocorico trahit le coq gaulois et quand le pilote démêle ses fuseaux : c’est l’actualité des montres
il y a 20 heures 25 min
light > Science
Moby Dick
Protéger les baleines d'un risque de collision en écoutant leurs chants
il y a 22 heures 47 min
décryptage > France
Gouverner, c'est prévoir

Les leçons de notre impréparation face au Covid ont-elles été tirées face aux autres risques majeurs identifiés par les livres blancs ?

il y a 27 min 38 sec
décryptage > International
Rival systémique

Marxiste dedans, ultralibérale dehors, la Chine fait perdre ses moyens à l'Europe

il y a 1 heure 5 min
décryptage > Politique
Le pelé, le galeux c’est lui

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

il y a 1 heure 23 min
décryptage > Défense
Bonnes feuilles

Les 100 mots de la guerre : de la guerre nucléaire à la paix en passant par la peur

il y a 1 heure 27 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

L’ère des victimes : le règne de la tyrannie des minorités et de la privatisation de la censure

il y a 1 heure 28 min
décryptage > Culture
Iegor Gran

"Les services compétents" de Iegor Gran : Tartuffe au pays des Soviets, une histoire vraie et un excellent récit romanesque

il y a 10 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La légende de Bruno et Adèle" de Amir Gutfreund : un auteur de choix pour s'initier à la littérature israélienne contemporaine

il y a 10 heures 37 min
pépites > Justice
Affaire des "écoutes"
Parquet national financier : Eric Dupond-Moretti cible trois magistrats et demande une enquête administrative
il y a 18 heures 11 min
décryptage > Politique
Nominations

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

il y a 22 heures 35 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan
il y a 22 heures 49 min
© Reuters
© Reuters
Try again

Frontex : un nouveau corps de gardes-côtes et de gardes-frontières qui pourrait produire plus d'effets toxiques que de bien

Publié le 05 octobre 2016
La création, ce jeudi 6 octobre 2016, du Corps européen de garde-frontières et garde-côtes a pour vocation d'épauler Frontex dans sa mission. Mais intensifier les moyens et les hommes ne permettra pas de lutter contre l'inefficacité de Frontex, celle-ci étant liée à l'obligation de rapatrier les migrants secourus en mer en Europe et non sur leur lieu d'embarquement.
Xavier Saincol
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Xavier Saincol est le pseudonyme d'un haut-fonctionnaire. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La création, ce jeudi 6 octobre 2016, du Corps européen de garde-frontières et garde-côtes a pour vocation d'épauler Frontex dans sa mission. Mais intensifier les moyens et les hommes ne permettra pas de lutter contre l'inefficacité de Frontex, celle-ci étant liée à l'obligation de rapatrier les migrants secourus en mer en Europe et non sur leur lieu d'embarquement.

Atlantico : Ce jeudi 6 octobre le Corps européen de garde-frontières et garde-côtes sera créé pour épauler Frontex dans sa mission, aux frontières extérieures de l'Union Européenne. Les moyens déployés sont-ils suffisants ? Quelle efficacité attendre de ce renforcement ?

Xavier Saincol : Frontex, créé au début des années 2000, ne dispose pas de pouvoirs propres. Dirigé par un directeur français, siégeant à Varsovie, il a pour mission de coordonner les actions des Etats-membres, par exemple les patrouilles en mer, dans le cadre de grandes opérations (Poséïdon, etc.). Il a la possibilité de demander aux gouvernements de mettre des moyens militaires au service du contrôle de la frontière européenne. La création du corps européen de gardes frontières est dans une autre logique. Elle porte sur la mise en place de moyens propres de l'Union européenne, composée d'agents de statut européen. A cet égard, l'innovation est spectaculaire. 1500 agents vont être ainsi recrutés et pourvus de moyens technologiques avancés (radars, hélicoptères). En soi, ce corps européen n'a pas vocation à contrôler lui même la frontière commune : il représente un agent tous les cent kilomètres de frontière environ... Son rôle sera davantage d'apporter un concours aux polices et administrations nationales en cas de difficultés et de flux migratoires massifs. Il ne faut pas en attendre de miracle. 

Frontex est régulièrement taxé d'inefficacité et a fait l'objet de plusieurs polémiques. La création de ce nouveau corps européen va-t-elle dans le bon sens néanmoins ? Quelles sont les réformes qu'il faudrait entreprendre pour pouvoir répondre à la problématique à laquelle fait face l'Union ?

Oui, bien sûr, cette création va dans le sens d'une prise de conscience que les choses ne peuvent pas durer ainsi. Pour autant, il faut bien voir la réalité. Frontex représente potentiellement des moyens considérables : une partie des forces maritimes et aériennes des Etats peut être mobilisée pour lutter contre les flux migratoires illégaux en Méditerranée. En vérité, le problème ne tient pas à une affaire de renforcement des moyens. L'Union européenne a – heureusement - donné comme priorité absolue à Frontex le secours des migrants en perdition et menacés de noyade. Il est tout à fait normal et évident de songer à sauver des vies avant toute autre considération. Cependant, son principe est de ramener les migrants secourus par les navires Frontex en Europe, et non sur leur lieu d'embarquement, ce que la Cour européenne a interdit par une jurisprudence de 2012, afin de permettre aux éventuelles victimes de persécutions de déposer une demande d'asile. Dès lors, les passeurs criminels jettent leurs victimes à la mer, dans des embarcations de fortune, tout en prévenant par téléphone les navires sous label Frontex, pour qu'ils viennent récupérer les migrants et les acheminer en Europe. Ce mécanisme de chantage explique en partie le million et demi d'arrivées illégales depuis 2015. La création d'un corps européen de garde frontières ne changera strictement rien à cette réalité quels que soient ses moyens en hommes et en matériel. 

Peut-on parler de militarisation du contrôle des frontières ? Peut-elle être véritablement efficace, sur une zone aussi grande que l'Union européenne ? Si l'exemple historique du détroit de Gibraltar semble aller en ce sens, peut-on espérer mettre un terme aux flux migratoires ? Quelles sont les éventuelles autres solutions dont nous disposons ?

Des succès importants ont été en effet obtenus dans la lutte contre les traversées maritimes illégales : Gibraltar, mais aussi les îles Canaries, en partant des côtes sénégalaises dans les années 2006-2007. Ces réussistes ont été permises par des accords passés avec les pays d'embarquement par l'Espagne, en l'occurence avec le Maroc et le Sénégal. Aujourd'hui, la résolution de la crise des migrants ne passe pas par le rétablissement des contrôles aux frontières intérieures Schengen, qui n'est qu'un palliatif exagérément mis en avant par les partis politiques. On ne peut pas laisser les migrants s'accumuler en Italie et en Grèce, par respect envers ces deux pays mais aussi parce que de fait, aucune frontière intérieure européenne ne les dissuadera de se rendre tôt ou tard où ils le souhaitent. Il faut au contraire poser les fondements d'une volonté politique commune des grands Etats de l'Union européenne pour organiser une intervention navale contre les passeurs criminels, empêcher les noyades en secourant les migrants sur le lieu de leur embarquement. Il faut négocier avec les pays d'embarquement l'installation de centres destinés à l'examen des demandes d'asile avant toute arrivée en Europe. Il est urgent de renforcer considérablement la politique européenne d'aide au développement et à la stabilisation des zones de départ pour permettre aux migrants de vivre dignement et de travailler dans leur pays d'origine. La question n'est pas de fermer l'Europe qui accueille chaque année légalement 1,4 million de ressortissants de pays tiers à des fins d'immigration, mais d'organiser les flux migratoires pour mettre fin à l'enfer de l'immigration clandestine et la tyrannie des passeurs esclavagistes. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 05/10/2016 - 21:27
Frontex
S'ils ne peuvent les ramener d'où ils viennent ils ne servent à rien. On pourrait supprimer cet organisme. Mais c'est comme tout ce qui émane de Bruxelles...
langue de pivert
- 05/10/2016 - 16:26
Que le reflux les remportent >> orient en express et port dû !
On s'occupe des victimes des persécutions musulmanes. Pour les muzz, au fond à l'est il y a un canal direction la mer rouge ! En plein milieu de MUZZLAND, pélerinage à la Mecque en prime ! Pour les pays c'est pas ce qui manquent : y'a que ça ! Difficile de ne pas y trouver son bonheur ! Et les mosquées ! C'est blindé de moquées là bas ! Le salut est vers l'est, le cul tourné vers l'occident !
Jean-Benoist
- 05/10/2016 - 13:53
Frontex qui au lieu
Dempecher les migrants de quitter leur pays, arreter les passeurs en coulant les bateaux accueille les migrants qui tombent a leau pour les transporter en Europe, devrait etre dissous. .
Cet organisme incite par son fonctionnement a attirer les migrants. .
Une honte